AccueilPortail2FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rien dans les mains, rien dans les poches... [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Jack Clay
Stratège du M.I.L.
Stratège du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Age du perso : 30 ans
Langues parlées : Anglais (Accent British)
Pouvoir du perso : Prestidigitation
Date d'inscription : 03/02/2008

MessageSujet: Rien dans les mains, rien dans les poches... [Libre]   Jeu 4 Déc - 23:08

Affalé dans les fauteils de la salle de repos, Jack Clay lisait un bon bouquin, fidèle à son habitude. Il avait rien à faire ? Il lisait. Il avait Logan dans les pattes qui déblatérait des conneries ? Il lisait. Il se levait le matin et déjeunait ? En lisant. Jack voulait se payer du bon temps ? Il lisait. Les livres sont un autre monde, une réalité planant sur notre monde, une fiction créée par nos esprits, une vie se déroulant sous le regard de tous, de la magie à l'état pur, une occupation, une guerre, un univers... les livres sont tout à la fois et ne sont rien en même temps puisque ce ne sont que de maigres feuilles de papier avec un peu d'encre. Que lisait donc Clay, bien assis, peinard, dans le fauteuil du M.I.L. ? : "Harry Houndini, a true mystery." écrit par Sarah Helsinsky, une antropologue des magiciens, qui cherchait à percer les secrets de tous ceux qui réussissaient à entrer dans l'Ordre des Magiciens. Inutile de préciser que Clay en fait partie, bien entendu, et qu'il est tenu au secret professionnel sur ses tours de magie. D'ailleurs, un bon tour de magie...

Jack leva les yeux de son livre. Un nuage de poussière entoura soudainement le fauteuil de Clay et un apparut également près du comptoir de la cuisine. La main de Jack sortit de ce deuxième nuage et il attrapa un couteau de cuisine. Le nuage dissipé, on avait là Clay, affublé d'un tablier de cuisine, les manches de sa chemise relevées, sifflotant tranquillement alors qu'il massacrait une pauvre carotte ne lui ayant rien demandé. Depuis que son pouvoir de disparition / apparition s'était étendu jusqu'à lui, il ne se déplaçait presque plus. Mais déjà, maintenant, il était seul dans la cuisine, alors pas de quoi se vanter avec son pouvoir. Il versa la carotte en rondelle dans un chaudron, qu'il remplit ensuite d'eau. Même s'il pouvait s'invoquer sa soupe aux légumes grâce à ses dons, il préférait la cuisiner soi-même, fallait pas ambitionner non plus, de ce pouvoir, hein ! Suivant le sort de la malheureuse carotte, Jack Clay trucida de la même façon un navet, trancha en morceaux des céléris, découpa en rondelles des choux et fit bouillir le tout sur le feu en y lançant sans émotions un peu de bouillon de poulet et persécuta de la même façon du sel et du poivre. Beaucoup de poivre, c'était bon comme épice dans une soupe aux légumes. Le magicien aurait pu allumer le ventilateur et faire disparaître le fumet délicat qui sortait de sa casserole, mais préféra ne rien en faire et laisser la douce odeur de soupe se diffuser ans le M.I.L., peut-être attirerait-il des charognards ainsi. Se nourir que de saucifflard, de hamburgeurs, de sandwichs divers, c'était bon pour personne, ce genre de régime. Mais Jack voulait méditer un peu, maintenant, alors il se versa un bol de soupe, agrippa une cuillère, défit son tablier et monta dans le hangar avec le tout de son repas. La salle de repos avait maintenant une soupe aux légumes bien chaude et un livre sur Harry Houndini, mais désertée...

Remontant au niveau du sol, Jack passa entre son Hummer et la Mustang de Mike pour sortir à l'air frais du début de soirée. Le soleil se couchait lentement, jetant sur la mer une large bande orange pour éclairer le ciel rouge et les quelques nuages rosés. Appuyé sur le bunker du M.I.L., le magicien avala sa soupe sans mots dire ou même réfléchir, il mangeait, point. Laissant ensuite sur un établi son bol, il retourna à l'extérieur. Quelle belle vue ! Jamais Jack n'avait pu profiter d'un tel paysage à Londres ou à New York. Il fallait un pays épuré de pollution visuelle / lumineuse / auditive comme l'Inde pour en profiter pleinement. Le magicien regarda le dessus en granit blanc du bunker, songeur. En un tournemain, Clay fut assis sur le rebord de celui-ci, regardant au loin, les cheveux blonds au vent et les deux yeux grands ouverts. Seul l'oeil vert attentif avait accès à la beauté du paysage, dommage pour l'oeil droit. Le soleil couchant sur la mer, avec comme spectateur attentif Jack n'appelait qu'une chose : une remise en question pour le magicien, hé oui amis lecteurs, encore une fois, une foutu scène de questions mentales et de questionnements impossibles à répondre ! Il en faut bien une, une fois de temps en temps, non ? Sinon le personnage ne serait pas humain.


*Voila ! Une vie bien meilleure que celle que je menais avant. J'ai des pouvoirs mutants, j'ai une voiture, j'ai une baraque à tout casser, un flingue et des amis... mais j'me sens vide. J'ai plus la magie qui m'animait avant, j'ai plus mes tours impressionants, j'ai plus mes techniques de subtilités, j'ai plus mon show et mon spectacle. J'me demande ce que Jenny devient, ces temps-ci...*

Au souvenir de son assistante de magie, Clay ouvrit son téléphone portable et consulta la liste du répertoire. Le numéro de la demoiselle qui partageait sa vie avec Clay était toujours bien là, attendant sagement que Jack lâche un coup de fil pour lui dire qu'ils retournaient en tournée... Clay fut fortement tenté d'appeler pour causer avec la demoiselle un peu, savoir ce qu'elle devenait, comment elle s'en tirait, si elle s'était trouvée un autre boulot depuis que Clay s'était éclipsé à l'Anglaise. Jack se rappelait encore de la gifle monumentale qu'elle lui avait servit quand il avait annoncé qu'il s'en allait. Mince sourire aux lèvres, le magicien composa le numéro...

- Dring....
Dring....
Dring....
Dring....
*Clac* Bonjour, vous avez bien rejoint Jenny MacCaldwen, je suis dans l'impossibilité...


Et Jack raccrocha. Pourquoi serait-elle chez elle à l'attendre ou à se demander ce que devenait Clay, hein ? Pourquoi attendrait-elle son ancien employeur ? Ils avaient bien eu une relation, mais c'était il y a quelques années, avant que Clay ne devienne stressé par ses états financiers ou par ses problèmes avec son oeil, sa vie de Londres et qu'il ne se déplace à New York, entraînant Jenny avec lui qui avait affirmé à Jack que si elle le suivait, ils ne se toucheraient plus jamais. Le magicien de l'époque avait insisté pour qu'elle le suive... Jenny avait acceptée, mais avait toujours refusée Jack par la suite, bien qu'elle le fasse à contre-coeur. Clay se demandait pourquoi à chaque fois.

Le magicien se laissa tomber sur le dos, les jambes pendant dans le vide, se demandant ce qu'il se produirait ensuite, se demandant quand ils auraient une mission, quand il y aurait de l'action. Clay était un homme de parole, pas d'action, mais un peu d'action, ça ne nuit jamais...


- Hellish women...

Puis le magicien regarda les nuages et se sentit inconfortable là. Il descendit d'un bond du dessus du bunker et parcourut quelques mètres, trouvant une lande d'herbe confortable pour que l'homme de 29 ans se couche sur le sol et contemple le ciel, qui ne tarderait pas à s'obscursir et montrer ses étoiles. Quelqu'un arrivait-il derrière Clay ? Peut-être...

_________________
~ Jack Clay ~
"Friendship... the true magic men are capable of..."


Sujets : [M.I.L.] Chambre d'Issamé, [M.I.L.] Que le spectacle commence !, [M.I.L.] Chambre de Jack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.terranostrum.ca
Abigail Armstrong
Eclaireuse du M.I.L.
Eclaireuse du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 30
Age du perso : 21 ans
Langues parlées : Japonais et anglais
Pouvoir du perso : Organique
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Rien dans les mains, rien dans les poches... [Libre]   Mer 17 Déc - 18:12

[Cela faisait longtemps, mon bon ami ^.^ ]

Abigail avait passé les derniers temps à la base, de la même manière que les fantômes des disparus hantent un cimetière. C'est à dire qu'elle avait été invisible au yeux de tous, mais pourtant bien présente. La raison de ce détachement était que la nippone avait dû freiner ses activités pour accélérer la guérison de son épaule blessée. Dans cette mesure, la renarde avait passé beaucoup de temps alitée, pas toujours pour dormir mais en tout cas pour récupérer des derniers efforts en date, comme l'entraînement avec Vitalie pour ne citer que cela. Son corps lui paraissait n'être qu'un tas de contusions, et elle avait eu des difficultés à se tenir droite quelques jours encore après cet exercice d'une grande violence.
Mais après un bon moment de repos, Kitsune se sentait aller mieux. Physiquement et mentalement, cela lui avait fait beaucoup de bien de se laisser un peu aller à ne rien faire, même si la demoiselle ne se laisserait pas facilement aller à la fainéantise et à la paresse. Pour cause, elle avait encore du chemin à faire avant d'être au niveau de ses cadets, et pour faire une bonne membre du M.I.L.
Mais Aby était raisonnable. Elle s'était accordée une journée libre de plus pour finir de se rétablir, et ensuite seulement, elle reprendrait doucement les entraînements. Elle s'était fixée des objectifs plus réalistes qu'autrefois, surtout pour ne pas relancer ses douleurs et en particulier celle de son épaule.

Alors, comme il faisait beau dehors au moment où le soleil déclinait, Abigail décida de sortir respirer le bon air frais. L'air était doux, alors elle avait revêtu, par dessus ses habits, la sorte de grande cape qu'elle portait lorsqu'elle avait rencontré Spyke et Tzarine. La jeune canidée semblait apaisée, par rapport à son apparence stressée des premiers temps au sein du M.I.L. Sans doute s'était-elle acclimatée à son nouveau mode de vie, qu'elle s'était faite à la vie à la base et à toutes les pitreries des uns et des autres... Mais pourtant, Aby savait qu'elle n'était pas au bout de ses surprises, surtout depuis qu'un certain couple très fougueux s'était officialisé. N'allez pas croire que Kitsune était jalouse de Vitalie! Mais peut-être était-ce un peu le cas, finalement, les amoureux avaient trouvé leur bonheur, alors que elle, la mutante organique à l'apparence animale, était toujours en plan, sur le côté sentimental. Mais de ce côté là, cela allait aussi mieux, le temps avait commencé à guérir de vieilles blessures au coeur de la jeune japonaise.
Tandis qu'elle tergiversait en marchant au hasard autour du grand hangar, Abigail se rendit compte qu'elle était rendue tout prêt de Kami, qui était allongé sur l'herbe. Silencieusement, elle se rapprocha encore de lui, puis arrivée à sa hauteur, se pencha en avant pour le saluer.
"Bonsoir, Kami."
Le faciès animal de la jeune fille exprima un sourire sincère, tandis qu'à l'oreille de Jack, sonnerait peut-être les progrès en anglais de sa jeune coéquipière: elle avait profité de ses longues journées de repos pour étudier un peu la langue de Shakespeare! La petite nippone espérait ainsi progresser dans ses relations sociales avec les autres soldats.
Kitsune ne tarda pas à s'asseoir à côté de son ami, puis finit même par l'imiter en s'allongeant sur l'herbe. Son regard ne tarda pas à se porter sur la grande toile du ciel. Cela faisait quelques temps qu'elle ne l'avait pas regardé.
"A quoi pensais-tu?"
Demanda la jeune fille en tournant la tête vers son aîné, qui avait l'air bien pensif au moment où elle l'avait aperçu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Clay
Stratège du M.I.L.
Stratège du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Age du perso : 30 ans
Langues parlées : Anglais (Accent British)
Pouvoir du perso : Prestidigitation
Date d'inscription : 03/02/2008

MessageSujet: Re: Rien dans les mains, rien dans les poches... [Libre]   Mer 17 Déc - 20:25

[Avec les bons appâts, on attire les bons poissons ! ^^ Heureux de te voir Aby ^^]

Jack entendit de légers pas venant de derrière lui. Un assassin ? Un voleur ? Un autochtone ? Un animal ? Logan ? Un touriste ? Un M.I.L.-ien ? Grand-Mère ? Relevant les yeux et se redressant sur son flanc, Clay vérifia l'identité de ce qui s'était approché de lui. C'était Kitsune ! Celle qui avait disparu d'une conversation entre Logan et Jack pour ne pas réapparaître. C'est à croire qu'elle était magicienne... ou ninja, ce qui correspondrait plus à la personnalité ( fort attachante ) de la demoiselle. Le magicien esquissa un sourire avant de se laisser retomber au sol, constatant en effet ses améliorations en Anglais, puis laissa tomber d'une voix calme et pesée qui a toujours été celle de Jack Clay :

- Konitchawa, Kitsune.

Est-ce que Jack s'était trompé et l'avait dit en Chinois ? Il savait pas différencier une de ces langues d'une autre. C'est comme demander à un Japonais de différencier du Français et de l'Allemand. Pour s'assurer de bien avoir tout dit, il reporta son attention sur la renarde et lui fit un sourire avec un clin d'oeil avant qu'elle ne prenne place par terre. Il laissa échapper un petit rire, sous-entendant clairement "Ça va, j'arrête de massacrer ta langue, sorry" et retourna à la toile noire au-dessus d'eux qui commençait lentement à s'obscurcir. Sous peu il y aurait des étoiles et il ferait noir. À ce temps-ci de l'année, les journées vont en se rallongeant encore, hier, ils auraient déjà étés dans les ténèbres, mais maintenant, le soleil combattait encore quelques secondes. Ensuite, Abigail chercha à savoir les pensées que Jack laissait doucement fermenter devant la beauté majestueuse de la nature. Le magicien ne les cacherait certes pas à sa camarade, après tout, il lui faisait confiance, c'était celle qui, après lui, bien entendu, avait le plus haut niveau de maturité et de tête sur les épaules au M.I.L. ... Bon, d'accord... elle en avait plus que Clay, tout bien réfléchit, mais le magicien avait une excuse : à son âge, il tombe dans la période où les hommes ont peur de vieillir et de perdre ce qui les a toujours animé tout au long de leur enfance. Sinon, dans des situations plus extrêmes, le magicien serait très réfléchit et très mature, pensons-y ! Bref, bref, bref, Clay s'expliqua à la renarde qui était sa meeilleure amie dans ce bled perdu :

- À pas grand chose...

Que c'est plein de précisions et de sérennité, bravo Jack ! Le magicien tourna sa tête vers la renarde pour croiser son regard avec celui de son amie avant de préciser plus amplement :

- Je songeais seulement à quel point il est parfois difficile de comprendre des gens... et tu dois t'y connaître mieux que moi en la matière, en plus.

Faisant là une référence au faciès animalier de sa camarade qui devait lui poser problème plus souvent qu'autrement pour comprendre les gens qui l'entourent. En y songeant à double tour, pourquoi Jack n'avait-il pas eu peur ou encore d'arrière-pensées en regardant Abigail pour la première fois ? Jamais il ne se l'avouerait ou il ne l'avouerait à Abigail, mais considérant la façon de pensée de Clay, il devait s'être dit que c'était un costume en premeir lieu et quand il avait constaté sa nature de mutante, il l'avait prise en pitié. Mais jamais, au grand jamais ne se permettrait-il de songer à une telle chose ! Il avait regardé Kitsune en la considérant comme une humaine depuis la première fois, ça c'était clair, net et très précis.

Tout compte fait, même Jack peut être difficile à comprendre, parfois, avec son orgueuil Anglais à tout casser...

_________________
~ Jack Clay ~
"Friendship... the true magic men are capable of..."


Sujets : [M.I.L.] Chambre d'Issamé, [M.I.L.] Que le spectacle commence !, [M.I.L.] Chambre de Jack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.terranostrum.ca
Abigail Armstrong
Eclaireuse du M.I.L.
Eclaireuse du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 30
Age du perso : 21 ans
Langues parlées : Japonais et anglais
Pouvoir du perso : Organique
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Rien dans les mains, rien dans les poches... [Libre]   Mar 23 Déc - 20:56

Abigail était un peu surprise de la nature du questionnement intrinsèque de Kami. Depuis qu'elle connaissait cet homme, elle avait toujours pensé qu'il s'agissait d'une personne réellement perspicace par rapport au monde qui les entourait. Non-pas qu'elle ait vu Jack comme une sorte d'être omnipotent, mais elle le considérait comme quelqu'un apte à comprendre les personnes. Après tout, il avait su la comprendre, à elle, alors que bien d'autres n'avaient jamais essayé, seulement. Qui voudrait comprendre ou se mettre à la place de la renarde? Il n'y avait bien que lui qui l'ai fait aussi profondément, la famille d'Aby mise à part. Et c'était sans doute là le fondement de leur relation d'amitié intime, de complicité naturelle. Grâce à cela, la nippone avait confiance en son ami, et l'inverse était certainement vraie également.
C'était un drôle d'état d'âme qui émanait de lui, en finalité. Le genre même de questionnement intérieur qu'elle-même aurait put avoir dans un moment de solitude. Mais de là à s'y connaître, Kitsune n'était guère très philosophe avec les pensées de cet acabit. Tout ce qu'il lui semblait, en portant un regard sur le monde, c'était que beaucoup de personnes avaient des comportements instables et irréguliers, que très peu étaient réellement en mesure de se tempérer avec raison. Bien sûr, elle-même n'échappait pas à la règle, sans doute l'était-elle également. Elle aimerait bien que sa vie soit semblable au cours d'une rivière, peu chahutée, qui suit son chemin tout aussi naturellement que l'eau qui coule.
"Il semble que l'être humain est erratique, il change de chemin au gré du vent, il ne sait pas s'arrêter pour réfléchir, ou encore, il condamne sans savoir..."
Sa réponse contenait bien sûr une part de son passé et également de son présent, car il est vrai que Abigail avait beaucoup subi les jugements hâtifs des humains, son père le premier. C'était douloureux, ne serait-ce que d'y repenser, mais en y repensant, la jeune japonaise se disait qu'à elle seule, elle ne pouvait rien y faire, que jamais cela ne changerait. Même dans des années, elle serait toujours regardée comme on regarde un être qui répugne, qui repousse et qui effraye. Si chaque vie comporte son fardeau, celui d'Aby, c'était son apparence. A présent, elle s'était résignée, elle devrait vivre avec jusqu'à la fin de ses jours. Alors à quoi bon se morfondre, puisqu'il en était ainsi.
Maintenant, il y avait même un sentiment de fierté chez elle. Autrefois, elle aurait tout donné pour retrouver une apparence normale. Mais aujourd'hui, elle hésiterait, car elle avait pris davantage confiance en elle, te ne se voyait plus comme un monstre. Elle était différente, et cette différence était devenue, avec le temps, sa force.
Alors, probablement qu'on la regarderait mal pendant des années encore, peut-être que pour longtemps encore elle vivrait avec cette sorte de couperet au dessus de la tête, mais elle l'assumait. C'était sa vie, et en ce qu'elle a de magnifique parfois, elle commençait à l'accepter et à ne plus vouloir en changer.
"Mais nous sommes aussi humains, malgré tout. Alors il ne faut pas blâmer trop vite, je crois. N'est-ce pas?"
Abigail avait le sourire, ce soir là. Au fond d'elle, sa petite flamme de vie avait grandi, et plus que jamais elle avait envie de vivre pleinement son existence, aussi compliquée soit-elle. A quoi bon rêver d'une autre réalité, quand on en a une, et une seule, et que l'on peut l'améliorer?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Clay
Stratège du M.I.L.
Stratège du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Age du perso : 30 ans
Langues parlées : Anglais (Accent British)
Pouvoir du perso : Prestidigitation
Date d'inscription : 03/02/2008

MessageSujet: Re: Rien dans les mains, rien dans les poches... [Libre]   Ven 26 Déc - 3:48

Jack regara bien Abigail tout au long de sa déduction et lorsqu,elle répondait, il relevait les yeux au ciel, feignant de ne pas la regarder. Cette petite était profonde et d'une grandeur d'âme que peu de personnes au M.I.L. avaient atteintes ou pouvaient même espérer atteindre tout au long de leur vie. Quoique, sous la couche de stupidité, peut-être que Logan était profond... sous ses allures de Miss Monde, Vitalie cachait peut-être d'immenses secrets... sous ses répliques à tout casser, Aube devait peut-être contenir ses émotions à tout instant... sous son air crâneur et fier de lui, Wilson avait peut-être une personnalité double... bref, Jack ne pouvait comparer Aby qu'à lui-même, et présentement, la petite lui donnait l'impression qu'il était encore un jeunot qui cherche à tout comprendre de la vie. Mais Clay ne l'était pas, c'était Aby qui regardait le magicien d'un air inférieur, et vice-versa... faut avouer que ces deux-là, quand ils s'y mettent, ça donne des meilleurs sujets de discussion que Logan et Clay, par exemple.

- La seule chose dont il faut être conscient, Aby, tu l'as dit... nous sommes humains. Ensuite, on peut se permettre de critiquer l'homme, tant qu'on s'inclut dans la critique, non ?

Le magicien s'étendit par terre, lui qui s'était mi-redressé pour parler était maintenant affalé de tout son long sur le dos et observait les étoiles, les deux mains derrière la tête. Le trip "Commando" de Clay était passé et il ne gardait sa tenue du M.I.L. que pour les mission, il était maintenant affublé de son "costume de scène", soit chemise blanche, veston et pantalons gris, mais sans son haut-de-forme, sa cape ou encore son monocle. Ce dernier était dans sa poche : il n'en avait besoin que pour lire. Couché par terre, le magicien continua à parler d'une voix grave et basse, mais d'un ton très calme et silencieux :

- M'incluant donc dans ma réplique, je mentionne que les gens sont difficiles à comprendre et sont parfois de vrais égoïstes, mais puisque les humains aiment être ainsi, tant mieux pour eux.

Allons donc, on philosophe, ce soir, Clay ? Sors ton whisky de tes manches et prends-en donc une bonne rasade, ça va te faire du bien. Presque sur une implusion d'ironie, le magicien lança un sourire dans la direction de Kitsune. Il ne l'avait pas fait dans le but d'être méchant, bien sûr, vous connaissez Jack. Le magicien semblait ironique seulement du au fait qu'il venait de se traiter lui-même de crétin difficile à comprendre et d'égoïste pour ensuite sourire à son amie.

Levant son bras dans les airs, Jack fit tourner rapidement son poignet pour sembler extirper une rose rouge de sa manche. Le magicien porta celle-ci à son nez pour en respirer le parfum dans l'air frais du soir et porta son regard unique vers le ciel et ses constellations étoilées. L'Anglais chercha ensuite un sujet de discussion qu'il pourrait laisser tomber avec Abigail et se souvint de leur dernière rencontre, aussi, il lui lança avec un sourire en coin :


- Alors, tu passe ton temps à t'entraîner, ou quoi ? J'te croise jamais...

Un regret pouvait se faire entendre ici. Jack aimait bien le temps passé avec cette petite renarde, après tout !

_________________
~ Jack Clay ~
"Friendship... the true magic men are capable of..."


Sujets : [M.I.L.] Chambre d'Issamé, [M.I.L.] Que le spectacle commence !, [M.I.L.] Chambre de Jack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.terranostrum.ca
Abigail Armstrong
Eclaireuse du M.I.L.
Eclaireuse du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 30
Age du perso : 21 ans
Langues parlées : Japonais et anglais
Pouvoir du perso : Organique
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Rien dans les mains, rien dans les poches... [Libre]   Dim 28 Déc - 20:31

Probablement Kami avait-il raison lorsqu'il déclamait la façon dont il voyait les humains. A ceci près que pour Aby, son raisonnement contenait une erreur, quand il affirmait que les humains se plaisaient à être ainsi, erratiques et égoïstes. Quoique il y eut un peu de vérité dans le fond, Abigail pensait plutôt que c'était une contrainte de l'homme par rapport à l'animal. Et elle était bien placée, à mi-chemin entre les deux, pour pouvoir en parler. D'une part, elle avait un intellect humain, d'autre part, une partie d'elle obéissait à une sorte d'instinct plus profond. Les animaux ne se préoccupent pas de ce qui ne concerne pas directement leur survie ou celle des leurs, ils vivent selon les lois ancestrales de la nature qui les obligent à chasser pour se nourrir, et à être chassé par des bêtes plus grosses, pour les nourrir. En comparaison, l'homme a une capacité de choix, qui a été déterminante pour son évolution. De cette possibilité de choix nait la diversité, mais aussi l'égoïsme.
Aussi, pour couper court à cette réflexion, Kitsune pensait plutôt que si l'homme était ainsi, c'était dans sa nature, tout comme les renards chassent les rongeurs ou la girafe a un long cou. C'est comme cela qu'ils étaient chacun conçus par Dame Nature, et si Kitsune croyait bien en quelque chose, c'est qu'il n'est jamais bon de transgresser ses lois.
"Ainsi sommes-fait."
Conclut sagement la jeune japonaise. Au moins existait-il des humains moins erratiques et moins égoïstes que les autres, preuve qu'il faut savoir faire preuve d'indulgence dans la vie. Abigail pouvait se féliciter d'avoir réussi à nouer une amitié avec une personne comme Jack, qui lui paraissait être un humain moins égoïste que d'autres.

Vint ensuite la question de Kami. Comme première réponse, Kitsune se retourna, se mettant alors à plat ventre contre l'herbe. le bas de sa cape se souleva, et ce n'était plus une queue touffue qui s'agitait, mais bien deux queues. A la fin de son entraînement musclé avec Vitalie, Aby avait découvert ce nouvel appendice qui s'était formé, presque du jour au lendemain, et à son grand étonnement. La jeune fille n'avait pas trouvé d'explication à cela, hormis que cela puisse être un effet supplémentaire de sa mutation. Toujours est-il que désormais, la renarde était dotée de deux queues... Ce qui n'était point du plus pratique, du moins pour le côté vestimentaire, car elle avait du élargir les trous à l'arrière de ses caleçons et pantalons.
"Tu as vu?"
Indiqua-t-elle en souriant à son ami, tout en s'amusant à bouger ses appendices, indépendamment l'un de l'autre. C'était encore difficile, mais elle pouvait les faire bouger séparément l'une de l'autre, ou s'amuser à faire des formes avec. Elle montra à Kami un losange formé avec ses queues, puis un coeur - un message? - puis elle les bougea avec un mouvement d'ailes d'oiseau, bien que cela ne marche pas pour essayer de s'envoler!
"Elle a poussé le jour où je vous ai grondé, toi et Spyke. Désolée pour cela, au fait, je voulais juste que vous réagissiez, vous étiez si mous tous les deux..."
La petite Aby rougit, et prit une mine désolée. En se remémorant cette matinée là, elle se sentait un peu coupable d'avoir été si méchante, même si son but était sans doute louable. Le fait est qu'elle n'avait pas été très gentille alors qu'ils ne le méritaient peut-être pas totalement.
"... Après cela, je suis allé m'entraîner avec Vitalie. C'était... Brutal, je crois que c'est le bon mot. Et puis à la fin, ma nouvelle queue a poussé, et comme j'étais faible, j'ai pris du repos. En fait je ne me suis pas re-entraînée depuis cette fois-là."
Voila un court résumé de ce qui s'était passé du côté de la jeune canidée, pendant tout ce temps où elle avait été absente des couloirs du M.I.L. Cependant, elle n'avait pas oublié Jack, ni leur première journée d'entraînement en commun, qui avait été une bonne journée au souvenir d'Aby. Elle comptait bien lui proposer de s'entraîner à nouveau ensemble.
"Je recommence "tout" après-demain. Tu voudras le faire avec moi?"
Demanda-t-elle simplement, ses grands yeux jaunes interrogatifs posés sur le visage de Kami.

Une fois que Jack aurait répondu à cette demande, la renarde avait prévu de lui demander ce que lui avait pu faire au court des derniers jours. Sans doute le magicien des fleurs avait-il poursuivi de s'exercer avec son grand fusil, tandis qu'elle était convalescente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Clay
Stratège du M.I.L.
Stratège du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Age du perso : 30 ans
Langues parlées : Anglais (Accent British)
Pouvoir du perso : Prestidigitation
Date d'inscription : 03/02/2008

MessageSujet: Re: Rien dans les mains, rien dans les poches... [Libre]   Sam 3 Jan - 0:11

Jack regardait la démonstration du nouvel appendice de Kitsune. Spécial. Il n'y avait pas d'autres mots à ajouter que celui-là. Cela rappelait à Clay quelque chose qu'il avait lu. Mais où, diable, déjà ? Il ne répondit pas de suite à la dernière question de son amie, il continua sur le sujet de ses queues alors qu'elle attendait sa réponse concernant l'entraînement :

- Les Nine Tails... ce sont pas des renards japonais mythiques, qui possèdent justement neuf queues ? Tu n'es pas une mutante renarde basique, Kitsune, tu es une mutante sur un animal mythique et mystique ! Qui sait... tu possèdera peut-être quelques-uns de leur pouvoirs, plus tard ?

L'habit ne fait pas le moine, mais Abigail et Jack font mentir cet adage, on dirait ! Clay ressemble à un magicien, est un magicien de profession et est un mutant prestidigitateur. Aby ressemble à un renard, elle est une renarde organique, état donné par son pouvoir mutant. Ces deux-là sont ce qu'ils ont l'air ! Jack sembla ne pas relever les différents signes qu'elle faisait avec ses queues, mais échappa un sourire en direction de son amie mythique. Le magicien se remmémora ce qu,elle venait de dire, et trouva une question à poser :

- T'en fais pas, je ne l'ai pas mal pris, ta petite crise d'adolescence de l'autre jour. Mais vieillit, un peu !

Cette dernière pointe, lancée avec un sourire, n'est absolument pas sérieuse, vous vous en doutiez ! ( Quoique, si Aby était plus vieille, justement... dans chaque blague repose un fond de vérité, dit-on... ) Le magicien continua ensuite à se renseigner et à poser la question mentionnée plus haut :

- Comment ça, brutal ? Vous vous êtes pas frappée dessus avec les bâtons de bois, toujours ?

Et Jack d'éclater de rire, comme si cette idée était trop farfelue pour avoir étée la vérité. Si seulement le pauvre Britannique savait ce qui s'était passé en salle d'entraînement, ce jour-là, alors qu'il prenait sa douche et lisait en attendant Spyke, qui était justement en train d'arrêter le massacre auquel participait Vitalie. Kitsune n,avait pas l'air battue et pleine d'hématomes, me direz-vous, voila de quoi rassurer Clay. Mais, même pour un soldat, ce n'est pas de l'entraînement, c'est de la torture... Le magicien, après avoir rit, hocha la tête en affirmative envers Abigail : il s'entraînerait avec elle. Il s'était entraîné intellectuellement, lui, en lisant, en relaxant et en mettant de côté son ancienne vie. Si elle s'était entraînée pour deveir un soldat physique du M.I.L., Jack devenait le soldat mental de la base. Avec un peu de formation sur son Parker-Hale, il serait indispensable dans les missions...

_________________
~ Jack Clay ~
"Friendship... the true magic men are capable of..."


Sujets : [M.I.L.] Chambre d'Issamé, [M.I.L.] Que le spectacle commence !, [M.I.L.] Chambre de Jack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.terranostrum.ca
Abigail Armstrong
Eclaireuse du M.I.L.
Eclaireuse du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 30
Age du perso : 21 ans
Langues parlées : Japonais et anglais
Pouvoir du perso : Organique
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Rien dans les mains, rien dans les poches... [Libre]   Sam 3 Jan - 21:03

Oui, les Kitsunes, Tenkos et autres renards de la mythologie japonaise... Il était vrai que la mutation que subissait Abigail lui faisait de plus en plus penser à tout cela. D'autant plus que les renards à plusieurs queues, ça n'existait bien que dans les contes traditionnels japonais. Et voila qu'elle rejoignait les légendes, ou du moins, commençait à les rejoindre, avec la nouvelle queue qui lui avait poussé en dessous de l'autre. Le raisonnement de Kami, bien qu'étant encore une hypothèse, se tenait: peut-être que le pouvoir dont avait hérité Kitsune était bel et bien celui des vrais Kitsunes des légendes. Et si c'était le cas... Waouh!
Dire qu'Aby avait songé à tout cela, quelques jours plus tôt... Jamais elle n'aurait imaginé être autant dans le vrai, et que quelques jours plus tard, cette seconde queue viendrait tout confirmer. C'était incroyable, invraisemblable, et pourtant, elle devait bien reconnaitre que cela évoluait dans ce sens là. Mais il faudrait attendre de voir les suites de la mutation pour être définitivement fixé sur le sort qui attendait Aby. Et également, se documenter sur le sujet ne serait pas un moindre mal, de façon à se préparer à ce qui pourrait l'attendre.
"Peut-être... Nous verrons bien!"
Répondit-elle en ayant un petit rire tout doux. En fait, l'idée lui plaisait beaucoup, parce que cela l'honorerait au plus haut point d'être une sorte de "descendante" des renards mystiques des contes nippons. Oui, cela serait vraiment une chouette mutation, au final!

Kami revint ensuite sur l'épisode, peu reluisant elle devait le reconnaitre, de l'autre matin où elle les avait grondés, à Spyke et lui. Vieillir? Dire qu'il semblait à Aby d'avoir déjà vécu cent ans, condensés en dix-neuf années d'existence... Mais peut-être avait-il encore raison, peut-être était-elle encore une "gamine" avec ses aspects facétieux qui resurgissaient par moments. Mais il fallait noter qu'il n'y avait bien que depuis son arrivée au M.I.L. que Kitsune avait des occasions de s'amuser. Toujours à plat ventre, le visage reposant sur ses pattes antérieures, et ses queues remuant en l'air, Abigail sourit à nouveau. Jack avait vraiment raison, car malgré le poids de son passé, elle pouvait le sentir et le ressentir, elle était encore jeune, vivante et fugace, comme un jeune renardeau aventureux et un peu fou-fou.
"L'inconscience est l'apanage de la jeunesse, mais elle ne se justifie que dans la mesure où le but vaut le risque qu'on encourt..."
La phrase n'était pas d'elle, mais sa maman la lui répétait assez souvent, au moment ou Abigail avait décidé de quitter la maison pour parcourir le monde. Kami, qui semblait porter son âge comme un petit fardeau, pourrait se reconnaitre dans ces quelques mots, si il avait une sorte de grande aspiration dans sa vie. Chose dont elle ne doutait pas, car il semblait que chaque membre du M.I.L. avait des idéaux et aussi une raison de se battre comme ils le faisaient. La jeunesse, c'était ce grain de folie qu'ils mettaient tous pour atteindre ce but. Alors oui, Kami était aussi jeune qu'elle probablement, et c'était bien à cette conclusion qu'elle voulait arriver!

Enfin, Jack questionna Aby sur l'entraînement de cette dernière avec la cheftaine des rebelles.
"On peut dire que si... Tout ce que je peux te dire, c'est que, heureusement que mes poils cachent bien les hématomes, parce que j'en ai eu beaucoup."
Voila qui décrivait assez bien quelle fût la violence de ces exercices avec Vitalie. Malgré tout, la jeune japonaise s'en était remise, cela lui avait pris du temps, tant elle avait souffert de ces bâtons, mais elle était désormais sur pieds, preuve que l'on se remet de tout ce qui ne tue pas. Au moins, elle avait pu renouer avec les séances d'entraînement intense, comme celles que son mentor lui inculquait, du temps où elle vivait chez ses grands-parents. Certes, la séance avec Vitalie en était encore loin, mais elle s'en rapprochait tout de même. Abigail pensait fermement que c'était le meilleur moyen de couper le lien entre le corps et l'esprit, du temps où le premier endure la souffrance. Et c'était très bien ainsi.

Mais tout ceci était un peu plus loin, maintenant. Kitsune s'était remise et croquait de nouveau, et plus que jamais la vie à pleines dents. En fin de compte, ce repos forcé lui avait fait le plus grand bien, au corps et à l'esprit. Elle en était en effet sortie plus optimiste et un peu moins renfermée qu'avant. La maîtrise un peu meilleure de l'anglais y était aussi pour quelque chose.
"Kami..."
Commença alors la canidée, en regardant timidement son ami.
"J'ai quelque chose à te dire."
Poursuivit-elle, tandis que sous ses poils, sa peau devenait plus rouge à chaque seconde qui passait. Que diable retenait-elle comme mots, au fond de sa gorge, qui puisse la faire rougir si soudainement?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Clay
Stratège du M.I.L.
Stratège du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Age du perso : 30 ans
Langues parlées : Anglais (Accent British)
Pouvoir du perso : Prestidigitation
Date d'inscription : 03/02/2008

MessageSujet: Re: Rien dans les mains, rien dans les poches... [Libre]   Dim 4 Jan - 23:44

Jack avait bien envie d'une cigarette, maintenant... histoire de bien avaler ce qu'Aby venait de lui dire.

- Quoi ? Vous... vous vous êtes réellement entraînées à vous tapper dessus ?

Mais bordel, qu'est-ce qui prenait à Vitalie d'avoir accepter ? La situation était très claire, dans l'esprit de Jack, il "savait" comment cela s'était déroulé : Abigail cherchait un partenaire de combat pour l'assister avec les bouts de bois qu'elle avait. Trouvant Jack et Spyke en fort mauvais état, elle avait rappliquée et demandée à Vitalie de la cogner un peu. Le magicien ignorait pourquoi elle avait acceptée, mais il se doutait bien qu'Aby devait l'avoir demandé. Les coutumes et différentes habitudes d'entraînement de cette jeune japonaise surprendront toujours l'européen de Clay... Où avait-elle apprit un truc comme ça ? Certes, cela peut augmenter l'endurance aux coups d'en prendre, en fait ne jamais se faire frapper rend sensible à la douleur, mais de là à demander à être frappé par un bâton de bois... quoique... connaissant Abigail, Jack pourrait s'imaginer qu'elle avait prit pire qu'un bout de bois sur elle...

Le magicien s'efforça pour garder son sourire, mais il fut vacillant quelque peu. Ou plutôt, il disparut alors qu'il parlait, puis réapparut progressivement.


- Enfin... tu sais ce que tu fais, j'imagine...

Que de sages paroles signifiant là : "Dans le fond, j'me mêle pas de cette histoire !" Mais, le magicien avait à peine le temps de songer là-dessus qu'Abigail plaça une parole un peu poétique et très songée, voila de quoi faire songer le magicien, qui regarda les étoiles et contempla la beauté du firmament tout en songeant aux derniers mots de la renarde. Bon, la parole fut placée avant qu'elle admette être battue, mais vous voyez le genre : Jack n'a pas eu le temps de bien réfléchir à la poésie énoncée que déjà, il devait réagir face aux aveux d'Abigail, alors, maintenant la stupeur passée, il songeait au contenu de cette phrase si étrange...

L'inconscience peut se justifier dans la mesure où le but cherché en vaut la peine... mais quel est le but de Clay à joindre le M.I.L. ? Il risquait de mourir, à New-York, s'ils n'étaient pas intervenus, il souhaitait apprendre à se défendre, il crachait sur sa routine quotidienne, en était presque rendu au point de souhaiter à ce qu'il lui arrive quelque chose, qu'il devienne mutant ou n'importe quoi... et le voila dans une faction de mutants, avec un pouvoir qu'il maîtrise plutôt bien, à ne jamais faire de la magie ou presque et se demandant ce qu'il fichait là, à discuter avec une renarde japonaise....

Y'a pas à dire, la situation est particulière ! Emmenée en ces mots, bien sûr. Le magicien regarda Abigail, puis retrouva tout à fait le sourire. Il ignorait ce qu'il faisait là... mais il aimait être là, il aimait le M.I.L. et se sentait bien depuis quelques temps, voila ce qui comptait !

Abigail prononça le surnom qu'elle avait donné à Clay, timidement.


- Hmm ?

Elle rougissait à vue d'oeil. Presque comme lorsqu'elle avait vu Jack torse nu dans les bois, lors de leur entraînement ! Que voulait-elle dire au magicien ? Elle déclara avoir quelque chose à lui dire. Se sentant comme un jeune adolescent mal à l'aise devant une fille qu'il rencontre pour la première fois, Jack Clay se redressa sur son flanc pour faire face à la renarde, devenue soudainement très silencieuse. Il se râcla lui-même la gorge, trouvant qu'il faisait peut-être soudainement très chaud, pour une si fraîche nuit... le rouge lui monta légèrement aux joues... la situation était douteuse, cette déclaration était suspecte, même pour le magicien qui avait plutôt tendance à être lent à comprendre les motivations de la gent féminine... Maintenant, il en était convaincu : il avait besoin d'une cigarette pour calmer ses pulsions cardiaques... c'est un dépresseur, vous savez ?

Presque imperceptiblement, il s'était légèrement rapproché de la position de son amie. Sans doute un mouvement de coude lorsqu'il s'était redressé. Voulu, ou pas... ?

_________________
~ Jack Clay ~
"Friendship... the true magic men are capable of..."


Sujets : [M.I.L.] Chambre d'Issamé, [M.I.L.] Que le spectacle commence !, [M.I.L.] Chambre de Jack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.terranostrum.ca
Abigail Armstrong
Eclaireuse du M.I.L.
Eclaireuse du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 30
Age du perso : 21 ans
Langues parlées : Japonais et anglais
Pouvoir du perso : Organique
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Rien dans les mains, rien dans les poches... [Libre]   Mer 7 Jan - 17:07

Kami s'était un peu rapproché, tout en montrant qu'il attendait la révélation de la bouche d'Abigail. Cette dernière commençait à regretter d'avoir voulu se lancer, quand bien même elle savait qu'il fallait qu'elle aille désormais au bout de son aveu. Elle regarda le visage de Jack, espérant y trouver les mots, les mots justes, les bons mots à employer. Mais en vérité, la petite renarde était un peu perdue, désarmée par ce qu'elle n'avait jamais fait jusqu'ici: ouvrir son coeur à un garçon.
C'était très troublant, son coeur s'emballait comme s'il allait exploser, elle avait chaud comme si c'était l'été et que le soleil lui brûlait la peau, et elle avait un noeud à l'estomac comme si elle était malade. Déroutée par toutes ces sensations inhabituelles et peu agréables, Abigail continua toutefois à prendre son courage à deux mains, comme elle l'avait fait jusqu'ici. Après tout, au bout de tout cela, il y aurait probablement une forme de délivrance, quelque soit l'issue de la conversation. N'oubliant pas que c'était pour cette raison qu'elle avait commencé, Kitsune poursuivit.
"Ce n'est pas facile à dire..."
La jeune nippone baissa un instant les yeux, l'espace d'un instant où elle se remémora pourquoi... C'était pour le premier regard qu'il avait porté sur elle, un regard doux et empreint d'une grande gentillesse. C'était pour ses mots réconfortants et doux. C'était pour la façon dont il lui avait fait se sentir en phase avec elle-même. C'était pour tout ce qu'il était à ses yeux.
Lorsque Abigail releva les yeux vers Kami, ils brillaient d'une forte lueur décidée, à la hauteur de ses sentiments.
"Je t'aime."
Les mots étaient sortis tous seuls, sans qu'elle n'ait voulu les dire. Comme si son coeur avait décidé de parler à sa place. Néanmoins, Aby était toujours aussi gênée et mal à l'aise. Sa gène allait même en augmentant, car à présent, il lui faudrait affronter la réaction de Kami. Pour être franche, elle ignorait parfaitement ce que lui pouvait ressentir à son égard. Il avait été fuyant, les rares fois où ils avaient pu parler à ce sujet. Peut-être était-il timide à ce propos, ou peut-être encore que c'était Kitsune qui l'intimidait dès lors qu'il s'agissait de parler de sentiments. Elle l'ignorait. C'était à l'égal d'un saut dans le vide, on e sait pas si l'on va retomber sur ses jambes ou sur la tête.
Présentement, Kitsune aurait voulu pouvoir se justifier, et lui dire pourquoi, malgré tout ce que cela pouvait paraître fou et insensé, mais dans le fond, les raisons n'avaient aucune importance. Elle l'aimait, devait-elle se justifier de lui porter de tels sentiments? Faut-il avoir de bonnes raisons d'aimer? Peut-être pas, l'amour c'est une chose qui tombe sur une personne sans raisons logiques, et c'est en ce sens que cela peut être aussi horrible que beau pour la personne amoureuse. Tout ce qu'elle espérait maintenant, c'est que Jack comprendrait, même s'il refusait son amour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Clay
Stratège du M.I.L.
Stratège du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Age du perso : 30 ans
Langues parlées : Anglais (Accent British)
Pouvoir du perso : Prestidigitation
Date d'inscription : 03/02/2008

MessageSujet: Re: Rien dans les mains, rien dans les poches... [Libre]   Ven 9 Jan - 20:11

Le souffle court, on cherche de l'air et on se demande pourquoi. La situation se tend de plus en plus, surtout avec les phrases qu'emploie Abigail avant de déclarer les 3 mots qui devaient bien sortir un jour ou l'autre. Maintenant, Jack n'a plus qu'un éclair pour réagir avant qu'une réponse soit évidente sans qu'il aille prononcé un mot, le magicien devait réfléchir et...

La jeune renarde savait-elle ce qu'elle faisait ? Il était largement plus vieux qu'elle, il était presque encore un inconnu, non ? Jack ne savait presque rien d'Abigail, lui déclarer l'aimer serait faux ; on ne peut pas aimer quelqu'un de qui on ne connaît presque rien, right ? Le magicien ne savait pas, ou à peine, ce qui était arrivé à la jeune japonaise avant son entrée au M.I.L. et il était convaincu qu'elle savait qu'il était magicien, mais en savait-elle plus sur lui ? Jack n'en savait presque pas sur les coutumes qui avaient éduquées Abigail : peut-être que s'il répondait par l'affirmative, il serait immédiatement prisonnier d'un engrenage éternel qui mènerait le magicien au mariage, lui qui craignait cette cérémonie plus que la mort. Ou encore, est-ce que le statut de renarde paralyserait Clay à un moment ou à un autre, étant forcé d'admettre que, comme tous les autres humains, il voyait un renard en regardant Aby ? Kitsune savait-elle qu'elle était tombée amoureuse du gars le plus sensé, certes, du M.I.L., mais également le plus réservé et timide ? Bon, d'accord, à Washigton, il s'était dégèné, mais l'adrénaline aide à ce faire et présentement, Jack ne pouvait même pas aggriper une clope pour se la mettre au bec. Kitsune savait-elle qu'elle offrait son amour à un fumeur ? Peut-être que ça pouvait incommoder les poumons de renarde de cette petite ! Jack se rappela que...

Après une bonne seconde de toute ces réfléxions, passant en tête du magicien comme un éclair alors qu'il réfléchissait, il se rappela des paroles sages, dites par des gens ayant éduqués le magicien... dites par ses parents, en fait, avant qu'il ne se sauve de chez lui :

"En amour, ne réfléchis pas. Écoute ton coeur et tout ira bien."

Si un éclair de malaise et d'hésitation était passé dans l'oeil de Jack suite à la déclaration de Kitsune, le magicien regardait maintenant la jeune Armstrong d'un air tendre et décidé à la fois. Ou en tout cas, c'est ce qu'il prenait pour un air tendre et décidé... peut-être qu'on pouvait lire de la témérité dans son regard, ou encore de la patience, qui sait, peut-être même une touche d'audace ? Ou était-ce un regard amoureux... ?


- C'est réciproque, Abigail.

Puis il se rapprocha doucement d'Abigail et lui déoposa un baiser sur le front.

Inutile de se presser et de chercher à l'embrasser du premier coup, vous trouvez pas ? Il faudrait attendre une occasion romantique, ça serait le pied ! Un exemple comme ça : une soirée sour les étoiles, où ils seraient tous deux étendus dans l'herbe immédiatement après que l'un venait d'avouer à l'autre qu'il l'aimait, ça serait parfait... Hmmm...

Ha ! Justement, après avoir déposé cette petite preuve d'affection, Clay rapprocha son visage au niveau de celui d'Abigail, la fixant dans les yeux avec un petit sourire. Ils étaient maintenant près, l'un de l'autre, autant leur corps que leur deux visages, et Jack s'était rapproché d'elle de sorte à ce que leurs nezs soient en contact l'un avec l'autre. Il resta là, en observation, attendant que Kitsune parle, qu'elle s'excuse ou autre genre de bêtises que les filles peuvent faire lorsqu'elles sont dans tous leurs états, ou encore qu'elle prenne les devant et embrasse un Jack qui n'attendait que ça... ou peut-être attendait-il qu'elle prenne la parole ? Elle était si rouge, si gênée et si jolie comme ça...

_________________
~ Jack Clay ~
"Friendship... the true magic men are capable of..."


Sujets : [M.I.L.] Chambre d'Issamé, [M.I.L.] Que le spectacle commence !, [M.I.L.] Chambre de Jack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.terranostrum.ca
Abigail Armstrong
Eclaireuse du M.I.L.
Eclaireuse du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 30
Age du perso : 21 ans
Langues parlées : Japonais et anglais
Pouvoir du perso : Organique
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Rien dans les mains, rien dans les poches... [Libre]   Sam 10 Jan - 18:18

C'eut été le moment parfait pour utiliser la technique du Onshin-Jutsu, cette petite prouesse pour disparaître du champ de vision de quelqu'un. Aby était tellement gênée, après sa déclaration, qu'une partie d'elle-même aurait souhaité disparaître de la vue de celui pour qui son coeur battait si fort. Elle s'était bien douté que ce serait difficile de dévoiler ses sentiments, mais elle était loin du compte, car en vérité, c'était encore plus gênant que ce qu'elle avait imaginé. L'autre partie d'elle-même rationalisait cet événement, en se disant que puisqu'elle avait su franchir ce pas, il serait bien bête d'abandonner en si bon chemin.
Alors que Kami ne répondait toujours rien, la petite renarde garda les yeux bas. Dans sa tête, elle imaginait déjà des dizaines de réponses, de la pire à... la pire. Elle n'était pas confiante, tout au contraire, elle doutait et elle avait peur de sa réponse. Peut-être n'avait-elle pas aussi peur d'un simple refus que d'un réel rejet de sa personne. C'était vrai, elle pensait que son sentiment fallait toute cette peine, mais elle n'ignorait pas que son apparence était ce qu'elle était. Même si Jack avait su l'apprécier, jusqu'ici, en tant que tel, pourrait-il l'aimer, elle, une fille avec un physique si peu humain? Si le coeur discerne ce que l'oeil ne perçoit pas, le coeur de Jack saurait-il voir au delà des apparences? C'était là toute la source des inquiétudes de Kitsune.

Kami répondit finalement. Abigail leva deux yeux affolés en sa direction, tout comme son coeur s'était soudainement emballé en entendant ses mots. Ne réalisant pas tout de suite, la jeune fille resta un court instant sans mouvement, presque prise de court par cette réponse qu'elle n'avait espéré que dans ses rêves les plus intimes. C'était tellement magique que cela en paraissait irréel. Aby crût même avoir imaginé toute cette scène, et cette réaction y compris, que c'était là un mauvais tour que lui avait joué son esprit paniqué.
Pourtant, lorsqu'elle sentit les lèvres du garçon se poser sur son front, elle pût saisir combien tout ceci était vrai et réel. Elle n'avait pas rêvé ni halluciné, c'était la réalité. Il avait bien répondu ces quelques mots et venait bien de l'embrasser sur le front. Quand bien même cela paraissait trop beau pour être vrai, cela l'était. Abigail crût qu'elle allait s'évanouir, tant son coeur battait fort, il tambourinait sauvagement sa joie dans sa frêle poitrine et il lui semblait que pour un peu, il allait littéralement sortir de sa chair! Jack se rapprochait de plus en plus, tandis que la gêne et l'angoisse de Kitsune se muait peu à peu en un sentiment bienfaiteur d'apaisement. La jeune nippone se rapprocha elle aussi de son tout premier amour, d'abord avec pudeur et timidité. Mais ces deux mots n'auraient bientôt plus de raison d'être entre Jack et elle.

Elle voyait ses lèvres. C'était une sorte d'appel, et tout son être voulait y répondre. C'était avec lui que toutes les questions comme "Tu n'as pas peur de le dégoûter?" ou "Ne crains-tu pas ce contact?" trouvaient pour la première fois une réponse unique, négative. Toutes les peurs d'Abigail s'envolèrent, comme des feuilles mortes emportées par une brise d'automne, tandis que fermant les yeux, elle rapprocha son visage pour déposer un baiser sur les lèves de celui qu'elle aimait de tout son coeur.
Si le geste était encore un brin pudique, tous les sentiments liés à ce baiser furent exaltés. Aby se sentit réellement bien, à ce moment là, si bien qu'après un regard échangé avec Jack, elle renouvela l'expérience. Peut-être prenait-elle déjà goût à cette nouvelle façon d'exprimer son affection?
Une chose demeurait certaine, c'était que jamais elle ne s'était sentie aussi bien de toute sa vie. En cet instant, elle ne regrettait plus du tout d'avoir quitté son foyer et sa famille, ni les peines subies dans le passé. En ce moment d'apaisement amoureux, Aby venait de découvrir que la vie valait d'être vécue, malgré toutes les atrocités qu'elle avait subit. Qu'après les jours de pluie viennent les jours ensoleillés, qu'après le malheur vient le bonheur, et que même elle pouvait y toucher. Elle avait toujours cru n'être qu'une mutante repoussante qui n'intéresserait personne à titre sentimental, mais elle avait désormais la preuve qu'elle s'était trompée, et elle était bien contente d'avoir fait cette erreur. Abigail était heureuse et comblée, à présent.
Sans dire le moindre mot, car son sourire devait être plus éloquent que jamais, la jeune fille se lova tout contre son amoureux. Elle serra ses bras autour de lui, et enfouit son visage contre son torse. Elle pouvait sentir son parfum, sentir la chaleur qui émanait de lui, le sentir tout contre elle. Ce moment pouvait devenir éternel si le temps le voulait, car aux yeux de Kitsune, aucun moment ne pouvait être plus parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Clay
Stratège du M.I.L.
Stratège du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Age du perso : 30 ans
Langues parlées : Anglais (Accent British)
Pouvoir du perso : Prestidigitation
Date d'inscription : 03/02/2008

MessageSujet: Re: Rien dans les mains, rien dans les poches... [Libre]   Sam 10 Jan - 20:13

[HRP : Magnifique, Aby ! ^^ Touchant à souhait, j'ai histoire à me forcer... ^^ ]

Elle semblait affolée. N'avait-elle pas entendue la réponse de Clay ? Ou peut-être que tellement de scénarios se bousculaient dans sa tête qu'elle ne différenciait plus réalité et fiction ? Puis soudain, elle se calma, Jack le lisait dans ses yeux, jusqu'à ce qu'elle les ferme puis s'approche tout doucement de la bouche du Britannique, qui ferma également les yeux. Malgré toute son expérience et son âge ( vénérable ), Clay ignorait encore pourquoi ce réflexe existait-il, pourquoi deux amoureux qui s'embrassent doivent fermer les yeux ? S'il l'ignorait encore, le renouveau de l'expérience grâce à Abigail lui rappela pourquoi : les sensations dont douces à imaginer, les yeux fermés, les sentiments n'en sont que plus fort, au point tel où le coeur, se débattant dans la poitrine, désire simplement s'arracher de sa prison d'os pour rejoindre l'autre coeur qui le fait battre si ardemment. Une fois réunis, les deux coeurs pourraient vivre pleinement leur amour.

Mais les humains, possesseurs de ces coeurs, le savent, aussi il se rapprochent physiquement, poitrine contre poitrine, avant de s'embrasser tendrement à nouveau. Enocre là, tout est dans les règles bien dictées qui font de l'amour ce qu'il a toujours été, depuis des temps immémoriaux jusqu'en 2050 et au-delà : l'amour est la seule chose qui résiste au temps et aux intempéries. Certes, un couple peut subir une tempête, un dur revers du temps ou une séparation éternelle dans un sommeil inévitable... mais bien au-delà de ces apparences, le sentiment qu'est l'amour subsiste en chaque perconne et chaque être pour toujours, depuis la tendre enfance, jusqu'à la vieillesse et ne fait que s'intensifier en présence des êtres aimés. Et nous avons là la preuve que, même dans des rebelles mutants, dans des êtres qui sont jugés sans coeur par les humains dits normaux, l'amour peut bel et bien exister.

Jack embrassait pour la deuxième fois Kitsune. Ou était-ce elle qui l'embrassait ? Cette question est sans réponse, de toute façon, puisque pour embrasser, il faut être deux, alors... Et le magicien se sentait vraiment bien pour la première fois depuis longtemps. Tenir dans ses bras un être cher, cela remontait à loin pour Clay, mais donnons à Abigail du crédit : lui était-ce déjà arrivé ? Jack la serra contre lui une fois les embrassades terminées. Pas faiblement, il faut le dire, puisqu'une telle accolade va en fonction de la puissance des sentiments, mais également pas trop fort puisqu'il savait qu'elle devait encore avoir quelques bleus et hématomes sur elle du à ses entraînements brutaux. Elle continuerait à le faire et à agir comme elle le voulait, ce n'est pas Jack qui l'entravera ou cherchera à lui imposer sa façon de penser, mais le magicien voudra s'assurer, avant qu'elle n'entreprenne des folies, qu'elle sache au moins les conséquences de ses actes. Mais pour l'heure, le magicien était simplement bien... nul besoin de songer à des guerres, à des flingues, à des pouvoirs ou à des mutants, son seul besoin se centrait sur ce qu'il avait dans les bras : un petit trésor bien à lui.

Il la sentit se lover contre lui et déposer sa tête sur son torse, pour un peu elle lui ronronnait dessus. Mais le magicien aussi était bien, sentant à pleine bouffée d'air le shampoing ( ou plutôt l'arôme de ) qui émanait d'elle, il se sentait bien au chaud, déjà qu'un homme est considéré souvent comme une génératrice de chaleur, imaginez une telle génératrice sous une fourrure de renarde, hein ! Mais la sensation n'était pas désagréable, loin de là. Même leurs baisers, plus tôt, n'avaient pas été incommodés par de quelconque problèmes de pilosités autre que le fait que Jack devrait peut-être se raser plus souvent, c'est rugueux ! Nul besoin de regarder vers le passé, maintenant, ils avaient tous deux les yeux rivés sur le présent, même un éventuel futur n'apparaissait pas dans le regard de Jack, pourtant si sage et si réfléchit en temps normaux...

Ce moment pouvait bien durer une éternité tant qu'à lui, tant qu'il ne soit pas brisé de manière brutale et qu'il puisse rester intact dans son esprit et sa mémoire...

_________________
~ Jack Clay ~
"Friendship... the true magic men are capable of..."


Sujets : [M.I.L.] Chambre d'Issamé, [M.I.L.] Que le spectacle commence !, [M.I.L.] Chambre de Jack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.terranostrum.ca
Abigail Armstrong
Eclaireuse du M.I.L.
Eclaireuse du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 30
Age du perso : 21 ans
Langues parlées : Japonais et anglais
Pouvoir du perso : Organique
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Rien dans les mains, rien dans les poches... [Libre]   Dim 11 Jan - 17:58

[C'est moi qui vais rougir, bientôt ^.^' Mais je dois te remercier, pour l'avoir acceptée ^.^ ]

Quand vient le temps où l'on perd tout repère temporel, on peut se plaire à penser que c'est le signe que l'éternité vient s'installer. Combien de temps restèrent-ils ainsi, serrés l'un contre l'autre? Aby n'en savait rien, et pour tout dire, elle n'avait plus vraiment la tête à compter les minutes qui s'égrenaient sans fin, tout ce qu'elle faisait présentement était profiter, de chaque seconde qu'elle passait dans les bras de Kami. Rien ne les pressait à mettre fin à ce tendre moment, aujourd'hui était leur journée à eux, et la jeune fille comptait bien la savourer jusqu'à sa fin.

Le moment était propice à se raconter, à livrer son histoire et ses chapitres les plus intimes et indicibles à l'être aimé. C'était vrai, ils se connaissaient bien peu, même si ce fût assez pour débuter une histoire d'amour. Jack ignorait la raison de l'éclat de tristesse dans le regard que Kitsune arborait si souvent. Il ne savait pas pourquoi elle était si secrète en tout temps, pourquoi elle ne parlait jamais d'elle ni d'où elle venait. Maintenant, c'était le bon moment pour lui raconter son histoire.
"Je voudrais qu'on se connaisse mieux... Alors je vais te raconter mon histoire."
Ainsi commença-t-elle à parler d'elle, pour la première fois. Au début, c'était gênant, mais peu à peu, la confiance reprit le dessus. Elle n'avait pas peur de lui raconter, parce que c'était lui, et surtout elle voulait qu'il sache ce qui avait d'elle ce qu'elle était présentement.
Ainsi, Abigail revint sur son enfance aux anciens états-unis d'Amérique. Son foyer, ses parents, son enfance paisible, jusqu'au moment où elle avait commencé à muter. Elle en arriva aux chapitres les plus difficiles à raconter. Le changement de regard des gens autour d'elle, le rejet de son propre père, jusqu'à cette soirée de cauchemar... Elle la raconta telle qu'elle l'avait vécu, et aucun de ses mots ne sût cacher la profondeur de cette blessure, dans le coeur de la renarde. Elle se souvenait trop bien du moindre coup de poing ou de pied, de la lueur assassine dans les yeux de son géniteur. Quelques gouttes d'eau tombèrent sur la chemise de Jack...
Le plus dur était passé. Abigail lui raconta alors sa fuite avec sa mère au Japon. L'accueil chaleureux de ses grands-parents maternels, et tous les égards qu'ils avaient eu pour elle. Le réconfort qu'elle avait trouvé dans ce nouveau foyer, mais aussi la frustration de devoir se résoudre à vivre cloisonnée, cachée. Son besoin de relever la tête pour faire face à l'avenir. Sans honte, Kitsune lui narra alors son apprentissage des arts-martiaux et les cours "particuliers" de son professeur. Les nuits où, peu vêtue, elle restait assise des heures dans la neige tandis que son tuteur changeait les serviettes mouillées toutes les deux heures, avant de les déposer sur ses épaules. Le nombre de branches d'érable rouge qu'il avait brisé sur son dos pendant ces journées de renforcement physique. Toutes ces apparentes tortures qui l'avaient endurcie et préparée à affronter le monde extérieur, qu'elle savait déjà cruel et sans pitié. "Si on voit un jour ton visage, ce sera avec des barres de fer qu'on te frappera", lui disait son mentor. C'était pour affronter cela qu'elle avait tellement enduré, et autant travaillé.
Enfin, vint le moment de raconter son départ du foyer. Les raisons de ce départ, parce qu'elle ne supportait pas l'idée de devoir vivre cachée pour le restant de ses jours, qu'elle voulait un jour pouvoir vivre sans devoir masquer son visage. C'est à ce moment là que Abigail en arriva à sa rencontre avec la Tsarine puis Spyke, dans le quartier de Roppongi, à Tokyo. Et son "recrutement" dans un restaurant pour les mutants. L'image qu'elle avait gardé de ce lieu atypique, la honte qu'elle éprouvait à ce que ce genre de lieux existe, marquant la frontière entre la tolérance et le rejet dont dont elle avait été victime. La raison de son entrée au M.I.L. était dans tout cela, parce qu'elle ne voulait plus que les mutants comme elle doivent vivre cachés comme des bêtes à traquer.

Kitsune conclut son récit, chassant toute pensée sombre de son esprit. Après tout, le temps avait fait en sorte qu'après tant de tristesse, un peu de bonheur apparaissent dans sa vie, ce qui était bien la preuve que le vent pouvait tourner.
"Je ne veux plus y penser, maintenant. Je veux vivre en paix avec moi-même, et ne plus me renier... On est comme on est, n'est ce pas?"
Pour ce qui était de vivre en paix avec elle-même, Aby avait conscience de se voiler la face et d'embellir les choses. Vivrait-elle réellement en paix quand elle aurait tué des ennemis d'idéologie, par exemple? Elle en doutait, mais il était plus facile de ne pas y penser. Surtout présentement, alors qu'elle était dans les bras de Jack. Rien ne devait lui gâcher ce moment. D'ailleurs, Kami devait maintenant le savoir, il jouerait certainement un rôle important dans l'avenir de la petit japonaise. Dans son accomplissement personnel, avec quelqu'un comme lui à ses côtés, elle était sûre de pouvoir arriver plus facilement à vivre en paix. L'amour participe tellement à se voir plus beau, dans le regard de l'autre...

A présent, bien qu'elle n'en fit pas la requête, Abigail espérait que son amour allait à son tour lui parler de lui et de tout ce qui l'avait construit. Elle avait tant envie, et même besoin, de le connaitre sur le bout des doigts.

[J'espère que ce n'était pas trop dur à lire, cette suite d'énumérations visiblement sans fin ^.^'' ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Clay
Stratège du M.I.L.
Stratège du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Age du perso : 30 ans
Langues parlées : Anglais (Accent British)
Pouvoir du perso : Prestidigitation
Date d'inscription : 03/02/2008

MessageSujet: Re: Rien dans les mains, rien dans les poches... [Libre]   Lun 12 Jan - 20:12

[ Mais non, voyons, hein Jack ?
- Rhaaaaa, help !!!
*Soupire en regardant le magicien, écroulé au sol*

Blague, voyons ^^ Tiens, ambiance musicale : Thème Adéquat]


Le magicien s'installa confortablement, serrant doucement Kitsune contre lui, pour écouter ce qu'elle allait raconter. Il avait certes envie d'en savoir plus sur elle, ce qui avait pu forger une telle lame de la vie, ce qui avait pu façonner une telle personnalité et modeler une renarde aussi déterminée et tout si peu sûre d'elle-même.

Le début de l'histoire était normal, jusqu'à la mutation d'Abigail. Le moment où elle raconta, des sanglots lui nouant la voix et quelques froides larmes tombant sur le corps de Clay, que son père l'avait battue à ce point fit naître une lueur assassine dans le regard de Jack. Il commençait à comprendre... Mais la renarde enchaîna, ne restant pas sur un épisode si triste, puis elle parla de sa fuite au Japon. La chaleur retrouvée dans sa voix ne cachait pas l'amertume qu'elle avait toujours d'avoir du vivre cachée ainsi. À des moments plus difficiles de sa narration, Clay la serrait légèrement plus fort contre lui, lui rappelant que ce n'était que de mauvais souvenirs et des peines qu'elle n'aurait plus à endurer. Vint ensuite son entraînement. Jack comprenait de plus en plus son comportement si particulier au sujet de l'entraînement, qu'il avait su déceler et mettre correctement à jour dès leur première rencontre. Si son maître lui avait montré le côté cruel et froid que l'entraînement nécéssitait, Clay lui montrerait l'affection, la tendresse et la douceur humaine, chose nécéssaire également pour un entraînement sain : si l'on ne s'aime pas soi-même, s'entraîner reviendrait à détruire son corps au lieu de le construire. L'épisode de la Tsarine et de Spyke à Tokyo firent naître un sourire sur Clay. Puis elle en vint au M.I.L. et à la fin de son récit, qui la jette dans les bras de Jack Clay. Et le magicien comprenait la renarde, maintenant...

Celle-ci termina avec une phrase en lien avec la paix en elle-même, et Jack se redressa vers elle et l'embrassa à son tour. Maintenant, elle était en paix avec elle-même, il le savait, puisqu'elle profitait du bonheur que tous deux partageaint à l'instant, le magicien en était convaincu. La rose que Jack avait invoquée plus tôt reposait aux côtés de l'homme, qui l'attrapa d'un petit mouvement de poignet au sol et il l'installa sur son torse, au niveau du visage de Kitsune, enfoui dans sa chemise. Le parfum des roses de Clay était toujours si bon et si particulier, comme si une touche de magie embaumait l'air. Jack sut que c'était maintenant à son tour d'échanger avec Abigail.


- Oui, on est comme on est, Aby. Tu es ce que tu es en lien avec ce que tu as vécu. À ton tour de voir ce qui fait de moi ce que je suis...

Et le magicien commença son récit à lui. Il commença chez ses parents, tout jeune qu'il était, mais nul de chez nul à l'école. Les seules matières qu'il réussissait, et haut la main, étaient les matières littéraires où la lecture de divers textes primaient. Son adresse lui permettait cependant d'exécuter avec facilité des tours de magie et il raconta qu'il savait vouloir devenir magicien depuis tout petit. Ses parents refusaient catégoriquement et, suite à une dispute avec son père, Clay prit ses affaires alors qu'il avait 16 ans et quitta son domicile familial. Il n'avait plus à vivre dans la noblesse aristocratique de son père et des Clays alors qu'il emménagea temporairement chez son grand-père maternel. Il raconta ensuite avoir participé au tournoi mondial de magie à deux reprises, terminant troisième la première fois et premier la seconde. Le pactole rammasé lui permit de louer un appartement et une scène de théâtre. Il était maintenant dans les débuts de la vingtaine, à Londres, avec Jenny, son assistante et amie de coeur. Il avait, à ce jour, intégré l'Ordre des Magiciens et était très populaire à Londres. Mais l'évènement numéro un arriva pour Clay : une troupe anti-mutante qui débarqua dans son théâtre, se lançant dans une bagarre générale d'où se tira à peine vivant un Jack qui ne recouvrerait jamais l'usage de son oeil droit. La haine perlait dans sa voix alors qu'il parlait des 5 hommes qui lui avaient sautés dessus et l'auraient tabassé à mort si ce n'avait été de l'intervention des policiers. Ils avaient tout de même réussit à le clouer à un lit d'hopital pour une durée d'un mois et lui avaient enlevés son oeil. Passant, Clay parla de son départ pour les Amériques avec Jenny, mais il mentionna que, depuis ce moment, elle n'avait été que son assistante de magie, point final. Jack Clay parla ensuite et finalement de sa tourné au States jusqu'à New York où une intervention armée lui fit joindre le M.I.L. au péril de sa vie et le voila ici, dans ce bled perdu, loin de toute civilisation, lui, l'homme de scène et le magicien adorant donner des spectacles sur les planches...

Son histoire se terminait ainsi et il se tut, mais du regret paraissait dans sa voix, maintenant. Il était clair que Jack aurait aimé continuer ses spectacles et ces souvenirs moroses n'avaient que ravivé cette légère plaie qui peinait Clay depuis quelques jours. Se rappelant ne pas être seul, il releva les yeux sur Abigail, donnant un bien triste spectacle de son oeil de verre, vide de toute vie et lui fit une grimace :


- On n'oublie jamais complètement son passé, right ?

Puis il serra Kitsune contre elle, ne voulant pas perdre ce qui le rattachait maintenant au présent et au futur...

_________________
~ Jack Clay ~
"Friendship... the true magic men are capable of..."


Sujets : [M.I.L.] Chambre d'Issamé, [M.I.L.] Que le spectacle commence !, [M.I.L.] Chambre de Jack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.terranostrum.ca
Abigail Armstrong
Eclaireuse du M.I.L.
Eclaireuse du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 30
Age du perso : 21 ans
Langues parlées : Japonais et anglais
Pouvoir du perso : Organique
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Rien dans les mains, rien dans les poches... [Libre]   Lun 12 Jan - 22:46

Kami avait bel et bien raison sur le point que c'était fini. Ces évènements appartenaient désormais au passé, et Aby comptait bien les y laisser prendre la poussière. Certes, c'était tout cela qui l'avait forgé, mais aujourd'hui, elle n'avait plus besoin ni envie de ressasser tout cela. Elle souhaitait maintenant vivre, respirer à pleins poumons le présent, l'avenir, et le peu d'espoir qui s'en dégageait. C'en était terminé des idées noires et de la mélancolie, Abigail voulait maintenant pouvoir avancer, sans toujours regarder en arrière. Et puis désormais, elle avait l'intime conviction de ne plus être toute seule. La vie est tellement plus facile à affronter à deux, et c'était vrai, elle se sentait déjà pousser des ailes. Pas que demain, elle déplacerait des montagnes, mais au moins, elle marcherait la tête un peu plus haute, l'esprit un peu plus serein, et le coeur un peu plus léger.

C'était maintenant au tour du magicien aux fleurs, qui l'avait d'ailleurs honoré de sa rose apparue plus tôt, de se confier, et de raconter quelle fût sa vie avant d'arriver en ces lieux si peu communs qu'étaient la base du M.I.L.. Abigail se sentit rapidement très impliquée dans la narration de son amoureux, car il avait une façon très particulière de raconter, il ne parlait pas d'une voix mono-tone mais bien en nuançant sa voix selon les passages racontés, et très vite, la jeune canidée se sentait comme si elle avait été là, près de lui dans ces moments narrés, dans les mêmes pièces, et qu'elle voyait tout.
Elle fût ravie d'apprendre que Kami et elle partageait un certain intérêt pour la lecture, cela leur faisait un point commun de plus, chose que les filles s'empressent toujours de compter (même renarde, elle n'y échappait pas!). Elle était en revanche, assez surprise que son amour ait été un mauvais élève à l'école, car elle le trouvait, et même après cet aveu, plus cultivé que la moyenne des habitants de la base. La dispute avec son père fit faner le sourire de Kitsune, sachant trop bien ce que c'était que d'être en conflit avec l'un de ses parents. Ainsi, lui aussi avait quitté le foyer familial à un moment donné... Il semblait à la jeune japonaise que leurs parcours avaient nombre de similitudes, et cela la réconfortait en certains aspects. Mais Jack avait pu accomplir une partie de ses rêves d'enfance, et l'étincelle de son regard, au moment où il racontait les concours de magie qu'il avait passé, fît naître un sourire chez Abigail. Elle le voyait clairement présentement, que la magie était bien plus qu'un simple hobby pour lui, que c'était une vraie passion, il en parlait avec tant d'enthousiasme que cela laissait forcément rêveur! En y pensant, elle aurait bien aimé pouvoir assister à un des spectacles que Kami avait donné, cela avait l'air d'être quelque chose de si important dans son univers! Elle aurait tant voulu, à cet instant, pouvoir être dans ce monde, son monde. Elle en était presque comme une petite fille pleine d'admiration!
Mais tout comme pour elle-même, Jack arriva à son chapitre tragique à lui. Là encore, il racontait si bien qu'elle avait l'impression d'être dans la scène qu'il décrivait, et d'assister au spectacle monstrueux de violence et de cruauté, en toute impuissance. Certes, elle n'avait pas vécu ce qu'avait vécu Jack, et il était difficile de comparer la violence qu'ils avaient chacun subie, mais pourtant, elle en ressentit un fort pincement au coeur. Aby avait toujours été discrète sur le sujet de l'oeil de verre de son amour, mais au fond, elle n'avait jamais ignoré que ce devait être plus qu'un simple "accident de parcours", comme il l'avait dit lors de leur première rencontre. Et elle était maintenant affligée et peinée que lui aussi, ait été frappé de plein fouet par l'intolérance et la violence des hommes. Cette partie du récit la mit un peu chagrin, car naturellement, Kitsune était sensible, tout particulièrement vis à vis de la haine des humains envers les mutants. Pour ce point aussi, constata-t-elle amèrement, elle n'était plus seule...
Jack reprit, racontant comment il s'était relevé après ce tragique et douloureux moment de sa vie. Abigail fût cette fois-ci impressionnée par la force et le courage qu'avait son petit-ami, pour avoir osé reprendre les spectacles après ce qui lui était arrivé. Il était probable que beaucoup de gens auraient abandonné, à sa place, mais lui avait su se relever après cette sinistre expérience... Cela provoquait vraiment toute l'admiration de la jeune nippone. Et une preuve supplémentaire, si besoin en était encore, qu'il vivait pleinement pour sa passion, la prestidigitation.

Et puis, son arrivée au M.I.L. sur quelque péripétie, concluait le récit de Hana No Kami. Ce dernier parût tout à coup plus nostalgique, aux yeux de la petite renarde. C'était certain qu'il avait eu une vie bien remplie, et surtout, bien loin de toute cette guerre dans lequel le M.I.L. semblait embourbé. A dire vrai, c'en était presque choquant pour Kitsune, que Jack ait dû abandonner son rêve, ses spectacles, pour devenir mercenaire par la force des choses... Alors qu'il semblait avoir encore tant à accomplir! Se resserrant elle aussi contre lui, elle répondit à sa question avec en arrière-pensée, le fait qu'elle aurait pu ne jamais le rencontrer si il n'y avait pas eu ce changement de direction dans sa vie.
"Même si on le voulait, on ne le pourrait pas l'oublier..."
Aby avait conscience de se contredire, par rapport à ce qu'elle avait dit plus tôt. Quoique ne plus y penser ne signifie pas oublier, c'est plutôt une façon de mettre de côté les éléments du passé qui nous gênent pour mieux avancer, sans entraves. Cependant, le passé est aussi comme une catapulte qui nous projette naturellement vers une direction précise... Mais il arrive qu'en plein vol, on change de trajectoire, parce qu'on souhaite atterrir dans un endroit qui nous convienne davantage que la direction vers laquelle la catapulte nous projetait. Après tout, c'était ce qu'ils faisaient, Jack, Abigail et les autres, choisir une voie qui semble, peut-être pas plus belle, mais qui leur convienne davantage que celle qu'ils étaient prédestinés à suivre. Aby serait peut-être devenue professeur d'arts-martiaux, ou attraction pour touristes, Jack un magicien de renommée mondiale. Mais au lieu de tout cela, ils étaient là, serrés l'un contre l'autre, cherchant à échapper à leur passé et à se construire un lendemain meilleur. C'était aussi beau que triste, dans le fond.

Néanmoins, ils avaient probablement besoin de se raccrocher à quelque chose. L'un à l'autre, bien sûr, mais Abigail pensait, après avoir entendue l'histoire de Kami, que celui-ci devait essayer de continuer à exercer ce pour quoi il était né. Elle avait vu dans son regard combien c'était important pour lui, alors elle voulait le pousser à ne pas abandonner ou baisser les bras. Cependant... Aby avait aussi peur que cela l'éloigne de lui, et cela, elle ne le voulait pour rien au monde. Mais avant tout, elle devait penser à lui et non à elle. N'ayant aucune grande ambition, elle ne devait pas entraver celles de son amour, ce serait de l'égoïsme. Au contraire, elle se devait de l'encourager plus qu'autre chose à persévérer dans la voie qui était la sienne, mais y avait-elle sa place? Et surtout, n'allait-elle pas raviver une nostalgie négative en incitant Kami à reprendre les spectacles de magie? La nippone était tiraillée... Ne sachant pas quel choix faire, elle décida de reporter à plus tard le moment de parler de tout cela. Après tout, le temps dirait si Jack avait vraiment fait une croix sur le monde du spectacle, ou si il caressait encore l'idée de monter sur une scène de magicien.
"Il faut garder espoir en l'avenir..."
Dit-elle finalement pour exprimer sa pensée, en demi-teinte vis à vis de sa précédente réflexion. La jeune fille alla chercher à nouveau les lèvres de son amour. A présent et après leurs récits riches en émotions, elle n'avait plus besoin que de cette affection qu'ils partageait tous les deux. Sentir sa présence et se resserrer encore contre lui, sentir ses bras protecteurs l'envelopper. Elle y était bien, dans les bras de Kami.

Quelques minutes de silence passèrent, Aby ne parlait plus, ne bougeait plus. Elle s'était endormie dans les bras du prince charmant, qu'elle attendait depuis si longtemps. C'était la plus belle journée de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Clay
Stratège du M.I.L.
Stratège du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 29
Age du perso : 30 ans
Langues parlées : Anglais (Accent British)
Pouvoir du perso : Prestidigitation
Date d'inscription : 03/02/2008

MessageSujet: Re: Rien dans les mains, rien dans les poches... [Libre]   Mar 13 Jan - 0:32

Garder espoir en l'avenir...

C'est cet espoir qui fait que chaque personne vit sa vie à chaque jour qui passe. Ceux perdant espoir en leur avenir se suicident, pour la majorité, et ce n'est pas le cas de Jack. Le magicien s'ennuyait du temps passé sur les planches, mais après cet "accident" il n'avait plus revu sa passion de la même façon. Être magicien au début des années 2000 devait être parfait, mais à l'heure où les mutants sont craints et haïs par la population humaine moyenne, c'est une profession dangereuse que de joindre l'Ordre des Magiciens. Kitsune était passé, du point de vue à Clay, par un parcours plus pénible et triste encore : la douleur de perdre ainsi un parent est irremplaçable alors que si Clay voulait, il pouvait retourner chez lui quand il le souhaitait et saluer ses parents... il n'avait pas été renié, lui, sa douleur n'avait été que physique en ce qui concerne son oeil... et un peu mentale, bien entendu, mais rien comparé à ce que la boule de poil qu'il adorait, entre ses bras, avait pu vivre. Jack aurait souhaité pouvoir réconforter Abigail et il comprenait maintenant pourquoi il avait ressentit cette affection paternelle en la voyant : elle demandait à avoir un père, à cette époque, et l'artiste s'était empressé de remplir le rôle. Elle demandait aujourd'hui un compagnon de vie et, encore une fois, Jack Clay se précipitait sur le rôle, malgré toutes les fois où il avait dit ne pas s'intéresser à elle et qu'il pensait la laisser pour un petit-ami de son âge...

Malgré toute la bonne volonté d'un homme, si une jeune femme s'entiche à ce point de lui, il ne résistera jamais longtemps. Elle avait su voir par delà la différence d'âge qui les séparait et voyait, comme une fille faisait, les points communs les unissant alors que Jack, en bon mâle, voyait le fossé qui les séparait. Grâce à Abigail, il voyait ce fossé se rapetisser, cependant... La respiration d'Abigail se fit sifflante, elle se relaxait et s'apaisait, sur le magicien qui, lui, observait maintenant le ciel étoilé. Quand il ne pouvait plus regarder et compter les étoiles dans le regard de la canidée, il se contenterait des étoiles de la nature, moins radieuse et brillante que ces perles jaunes flamboyantes qu'il trouvait en quantité astronomique dans les yeux de celle qu'il aimait.

Le savoir et la connaissance du magicien reposait dans les livres, tout ce qu'il avait pu lire, il le retenait, peu importe ce que c'était, donc les résultats scolaires importent peu en mathématiques ou en sciences, Jack avait un vaste savoir, basé sur les livres qu'il adorait presque autant qu'il aimait Abigail. Son savoir lui permit de repérer les étoiles et les constellations qu'il recherchait. Il savait ne pas pouvoir observer la Grande Ourse, la Petite Ourse ou l'étoile Polaire : ils étaient dans l'hémisphère Sud, mais cela lui permettait de découvrir les feux astraux qu'ils n'avait jamais vu auparavant. Il reste que, malgré la beauté du ciel nocturne, les étoiles qu'il préférait n'étaient pas stellaires...

Reportant son oeil sur la renarde, il découvrit qu'elle dormait, maintenant, couchée sur lui. Plusieurs choix s'offraient à lui, maintenant, et il choisit le plus sage. C'eut été romantique, certes, de coucher dehors avec une couverture invoquée par ses soins, mais le mois de Mars s'avérait toujours traître, même en Inde, et il ne souhaitait pas que leur escapade de nuit, dehors, sous les étoiles, coûte la santé à sa protégée. Le magicien se releva donc, faisant bien garde de tenir la renarde dans ses bras, accotée contre son torse, elle qui dormait si paisiblement. Elle n'était pas lourde, en fait, elle était légère, même pour ce frêle magicien qu'était Jack... quoique "frêle" n'est peut-être pas le bon mot pour désigner la carrure non-athlétique de Clay, mais bon, vous comprenez que je ne parle pas ici de Louis Cyr, right ? Le magicien se dirigea donc dans la direction du bunker, sentant la douce sensation de la jeune fille dormant tranquillement, en sécurité, dans ses bras...

Il descendit tranquillement les marches menant aux étages inférieurs, se rendant dans le dortoir du bunker, tristement désert. Peut-être pas si désert que ça, en fait, qui sait ce qui se trouvait dans les ombres ? Aube ? Logan ? Vitalie ? Arok, même ? Mais pour le bien de la narration, c'était présentement vide. Il n'était pas si tard que ça, chacun avait peut-être mieux à faire que dormir, à cette heure. Encore une fois, un autre choix s'offrit à Jack. Il pouvait déposer Abigail dans son lit à elle et aller se coucher tranquillement dans le sien, ou il pouvait la garder jusque dans son lit à lui et dormir ainsi tous les deux... quitte à dormir dans le lit d'Abigail tous les deux. Dois-je préciser que Clay choisit, encore une fois, le choix le plus sage ? Il étendit la renarde dans son lit à elle, rammena doucement la couverture par-dessus elle, et la regarda un instant, semblant perdu dans ses pensées en fixant la renarde qui respirait à rythmes réguliers...

Se penchant par-dessus elle, il lui déposa un baiser sur le front, puis murmura tendrement à son oreille :


- Sleep well, love.

Puis il se dirigea silencieusement vers son propre lit. Demain, ils avait tous deux un entraînement de prévu, non ? Elle lui avait demandé plus tôt, et il avait accepté. Ça tombait bien, il ne s'entraînait pas assez régulièrement à son goût. Le magicien s'étendit dans son lit, après avoir retiré pantalons, bas et chemise ainsi que son veston. La couverture remontée jusqu'au niveau des côtes, le magicien se joignit les mains derrière la tête et fixa le lit au-dessus du sien, vide d'occupant. Il resta ainsi, songeur, les yeux perdus dans le vide longtemps, avant de plonger dans un sommeil paisible où il donnait la chasse à une renarde dans un bois...

Fin du Topic

_________________
~ Jack Clay ~
"Friendship... the true magic men are capable of..."


Sujets : [M.I.L.] Chambre d'Issamé, [M.I.L.] Que le spectacle commence !, [M.I.L.] Chambre de Jack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.terranostrum.ca
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rien dans les mains, rien dans les poches... [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rien dans les mains, rien dans les poches... [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» de la chaleur dans les mains
» 82 - Vivre le moment présent, bien abandonnés dans les mains du Père. Aimez-Le pour les autres...
» Seigneur :Prenez dans vos mains, ma liberte entiere
» Mets dans tes mains un peu de joie(J.C.Gianadda)
» [Exercices] Ressentir les Energies dans ces mains

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Faculty :: Archives :: Nouvelles archives :: Archives M.I.L. :: Archives 2050/2051-
Sauter vers: