AccueilPortail2FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Machine à tuer...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aaron Kushter
Recteur de la Faculté
Recteur de la Faculté
avatar

Nombre de messages : 1940
Age du perso : 24 ans
Langues parlées : Anglais
Pouvoir du perso : Matériel (Electrique)
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Machine à tuer...   Ven 1 Sep - 22:48

Lors de cet épisode de la vie de Fraust à la Genetics Corp., Fraust est âgé de 15 ans...



Après une séance de stimulation électrique, dont la durée avait approchée les cinq heures d'affilées, Fraust se rendait, exténué par ces expériences, dans un sas où il devait attendre qu'un gardien le ramène dans sa cage... Son corps était extrêmement stigmatisé, de nombreuses brûlures se voyaient sur ses bras, son torse, ses jambes et son dos. Ses yeux étaient lointains, il en avait également des cernes très sombres...
Il arriva donc dans le sas, et vit un garçon qui attendait là... Ce jeune garçon était plutôt frêle, il avait de longs cheveux noirs, de grands yeux bleus, et semblait visiblement enjoué...Fraust s'asseya sur le banc qu'occupait le garçon, à côté de lui...
"Bonjour!"
"..."
"Tu sors de la salle de simulation? C'était bien?"
"... Loin de là..."
"Ah? Moi j'aime bien, c'est amusant!"
"..."
"Au fait, comment tu t'appelles?"
"... Fraust."
"Ah! Enchanté! Moi, je m'appelle Ômen!"

De longues minutes passèrent, pendant lesquelles le jeune moulin à paroles n'arrêta pas une seconde de parler, pour ne rien dire de surcroît... Tout à coup, une question vint à l'esprit de Fraust.
"Dis moi, pourquoi aimes-tu les "séances"?"
"Bah parce que c'est amusant! Et les docteurs sont gentils avec moi, si je réussit les exercices, ils me donnent des cadeaux!"
"..."
"Et toi, pourquoi tu n'aimes pas les séances?"
"... Parce qu'ils me font mal... Atrocement mal..."
"Les docteurs sont très gentils pourtant! Si ils te font mal, c'est parce que tu es méchant avec eux, çà c'est sûr!"
"..."
Un petit moment de silence vint se placer dans la froideur de la pièce... Avant que Fraust ne reprenne:
"Tu as quel âge?"
"J'ai douze ans! Tous les docteurs disent que je suis un grand garçon maintenant!"
*Comment un gosse de douze ans peut-il réagir ainsi? Ils lui ont fait un lavage de cerveau ou quoi?*
A ce moment là, un des scientifiques arriva dans le sas, il venait chercher Ômen pour l'emmener en salle de stimulation...
"Allez viens Ômen, on va jouer, et si tu gagnes, tu auras une surprise!"
"Ouaiiis!"
Le garçon se leva d'un bond et couru vers l'homme en blouse blanche... Il avait l'air réellement joyeux...
Fraust se leva à son tour, l'air beaucoup moins joyeux, limite colérique...
"hé toi, qu'as-tu fait à ce gamin? Réponds, pauvre fou!"
"Mais nous ne lui avons rien fait. Il est tellement gentil et obéissant, qu'à lui on n'a rien besoin de lui faire. Pas comme toi..."
"Tu t'entends parler, espèce de malade? Tu le traite comme un animal, comme nous tous!"
Fraust s'était dirigé vers le scientifique, le regard plus haineux que jamais, prêt à le massacrer à mains nues, mais un violent coup de barre de fer sur la tête l'avait fait sombrer dans une nuit bien noire... Le gardien était arrivé derrière Fraust, sans qu'il s'en aperçoive...
"Tu es en retard! Il aurait pu nous tuer! C'est un mutant très violent, ne l'oublies jamais!"
Prononça bien fort, et bien distinctement le scientifique, au gardien. Ômen, quant à lui, avait assisté à toute la scène, et des larmes coulaient sur ses joues... il serrait dans ses doigts la blouse du docteur...
"Il... C'est un méchant, hein, docteur?"
"Oui, tu as raison... C'est un garçon très méchant... Tu as vu, il voulait nous tuer..."
"... Méchant, Fraust, méchant!"

… Quelques jours plus tard…

Fraust bénéficiait d’un jour de « répit », et profitait de ce moment pour se reposer dans sa cage… Allongé sur son lit, il regardait simplement le plafond, en esprant que quelque chose se passe, quelque chose qui ferait changer sa condition… Les heures passèrent, et la seule solution qui venait à l’esprit du jeune homme était l’évasion. Mais c’était impossible. Tout à la Genetics était trop bien organisé, ils étaient trop bien surveillés, surtout lui, qui avait toujours manifesté une grande impulsivité…
Tant de pensées qui minaient le moral de Fraust… C’est alors que quelqu’un passa dans le couloir, et s’arrêta à hauteur de sa cage… Fraust tourna la tête, et reconnut le garçon de l’autre fois : Ômen…
« Qu’est ce que tu fous ici ? »
« … »
« Hé bien, tu as perdu ta langue ? »
« … Regardes… »
Après ce mot, Fraust se retrouva transporté ailleurs… Il était comme dans un rêve, oui, il rêvait éveillé… Il voyait une jeune femme, très jolie, qui portait un bébé dans ses bras… Cette jeune femme resplendissait de douceur, de grâce et d’élégance… Elle tenait son enfant dans une couverture, bien emmitouflé… Elle marchait dans la rue, et il neigeait un peu… Fraust vit alors cette femme rentrer dans un bâtiment, à l’allure d’hôpital, ou de laboratoire… Au fur et à mesure de la vision, il reconnaissait les pièces, les salles que traversait la jeune femme, c’était la Genetics, clairement… Puis le moment-clé du rêve, ou plutôt du cauchemar, arriva. La jeune femme confia son bébé à un homme, vêtu d’une blouse blanche, aux allures de savant. Il tendit alors à la jeune femme une valise noire. Elle l’ouvrit, et à l’intérieur il y avait de l’argent… Des dizaines de liasses de billets… Et la fille souria, avant de repartir…
Et la vision s’arrêta. Fraust était alors en transpiration, et son visage affichait une expression de grand trouble…
« Toi… Pourquoi ? »
« Ta mère t’as donné car tu est un monstre… »
« Non… je ne suis pas… »
« Les monstres ne méritent pas le droit de vivre, alors tu mourra… »
« … Je te demande pardon ? »
« Tu as bien entendu, Fraust… Et c’est moi qui te tuerais… »
Fraust était simplement très perturbé. Comment ce gamin, bien candide quelques jours auparavant, pouvait manifester de tels sentiments de haine ?
« Permets-moi de te rappeler que toi et moi, on est pareils… »
« Non, je ne suis pas un monstre… Les docteurs me l’ont dit… »
« Les docteurs, ils t’endoctrinent, Ômen, et toi tu ne vois rien! Ouvres les yeux, bon sang!»
« Mes yeux sont ouverts… Et je ne vois qu’un monstre ici… »
Sur ces mots, le garçon partit, non sans avoir adressé à Fraust un dernier sourire particulièrement narquois…
« N’oublies pas Fraust, je te tuerais… »
Le mutant électrique resta un moment les bras ballants, assommé de voir en Ômen l’accomplissement des rêves de la Genetics. Ils venaient de créer leur première machine à tuer…

_________________

] Fraust Theme [

[ Notre Amour t'Accompagne, Où Que Tu Sois ]
[ In The Memory Of Hitori And Victor ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com
 
Machine à tuer...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mise en scène de dom juan par chéreau
» La machine à tuer.
» machine à laver ?
» Vidéo Machine étonnante homme volant
» d'apres la bible on doit tuer si quelqu'un veux quiter la religion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Faculty :: Hors RP :: Chroniques occultées-
Sauter vers: