AccueilPortail2FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Petit différend entre génies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ellie Karminstone
Androïde - I.M.: 0
Androïde - I.M.: 0
avatar

Nombre de messages : 22
Age du perso : 5 mois (apparence du début de la vingtaine)
Langues parlées : Anglais (accent américain)
Pouvoir du perso : Force surdéveloppée
Date d'inscription : 07/02/2010

MessageSujet: Petit différend entre génies   Lun 8 Fév - 0:07

Depuis la mort du docteur Thompson, Ellie avait été prise en charge par deux scientifiques, nettement moins expérimentés que son créateur. Zélés à l'extrême, ils voulaient tous les deux faire leurs preuves aux yeux de la direction pour s'attirer des promotions et, surtout, des boni monétaires faramineux. L'ennui, c'était que pour chacun d'eux, il fallait absolument évincer l'autre, tourner en ridicule chacune des paroles et des idées de son rival, ce qui était loin (très, très loin) d'être productif. Aujourd'hui, ils s'étaient mis en tête de calculer la force de la belle androïde avec précision. Les dossiers du défunt Thompson disaient qu'elle disposait d'une "force exceptionnelle due au matériau révolutionnaire de son squelette", ce qui n'était, de toute évidence, pas assez clair à leur goût. Il leur fallait une valeur quantitative et non qualitative et, têtus comme ils étaient, personne ne sortirait de cette pièce tant qu'ils n'auraient pas réussi à mettre un chiffre clair sur la force de ce robot à l'apparence humaine.

Debout au milieu de la salle, Ellie avait les bras croisés et demeurait impassible, son regard de glace posé sur les deux jeunes scientifiques. Le premier, le docteur Trent, affirmait qu'il fallait d'abord tester la force de ses bras, qui définissaient le plus souvent la force accordée à quelqu'un. L'autre, le docteur Gordon, était d'avis qu'il fallait commencer par les membres inférieurs, logiquement plus forts que les membres supérieurs sur un corps humanoïde. Le conflit était ridicule: d'une façon ou d'une autre, ils allaient tester ces deux points, alors pourquoi ne pas en venir aux faits ? Si Ellie avait eu la capacité de s'impatienter, elle serait probablement en train de taper du pied. Le dilemme vital fut finalement décidé de la plus ancienne des façons: à pile ou face.

"AH !" lança Trent, triomphal. "J'ai gagné - les bras d'abord."

On a beau dire que le génie côtoie la folie, il faut croire qu'il côtoie aussi le ridicule à l'occasion. Pendant que son charmant collègue marmonnait dans sa barbe que la pièce devait être truquée d'une façon ou d'une autre, le scientifique victorieux fit signe à Ellie, qui jusque là était demeurée en retrait (fidèle à ses habitudes) de s'avancer. Les bras toujours croisés, l'androïde obéit en silence. Avec un sourire nerveux, il tapota la machine sophistiquée qui trônait à côté de lui.

"Ceci," dit-il, "Va enfin nous permettre de mesurer avec une extrême précision la force que t'as donné le docteur Thompson. Il te suffit de frapper de toutes tes forces sur la croix rouge-"
"De toutes ses forces !" s'exclama l'autre, cessant enfin de pester contre la soi-disant pièce truquée. "Mais vous n'êtes pas bien - il faut commencer en douceur et augmenter progressivement !"
"Et c'est moi qui n'est pas bien ?" répliqua Trent, alors que le regard de glace de l'androïde passait impassiblement d'un scientifique à l'autre, comme si elle regardait une partie de ping pong. "On veut vérifier sa force maximale, pas sa délicatesse maximale !"
"Mais n'importe quoi, vous faites vraiment n'importe quoi. Allez-y, mais je vous aurai prévenu."

Gordon se recula d'un pas et croisa les bras, frustré. Trent s'éclaircit la gorge.

"Très bien. Ellie, vas-y."

L'androïde décroisa les bras, mais ne bougea pas davantage. Après tout, les deux scientifiques ne semblaient pas trop s'entendre sur la façon de procéder.

"Suis-je supposée y aller en douceur, ou y mettre toutes mes forces ?" demanda-t-elle de sa voix très posée.
"Oh, non, vas-y, de toutes tes forces, surtout !" railla Gordon. "Que Trent se rende compte de son imbécillité !"
"Moi, imbécile ?" s'égostilla celui qui venait d'être insulté.
"Parfaitement, vous n"êtes qu'un..."

La dispute s'arrêta brutalement: Ellie avait frappé, comme on le lui avait ordonné, de toutes ses forces. Seul petit problème: "toutes ses forces" avait brisé la machine, formant un trou béant de la taille d'un poing au niveau du capteur. Trent cligna des yeux, bouche bée, mais Gordon éclata de rire.

"Je vous l'avais dit ! Bravo, Trent, vous venez de faire bousiller un appareil qui vaut une fortune."
"Oui, bon," gromella le concerné. "Ce genre de choses arrive, on en a une deuxième !"

Ils se dépêchèrent d'installer la seconde machine pour Ellie, qui les observait s'agiter avec un calme et une froideur pour le moins... dérangeants. Ils avaient beau savoir qu'elle était une androïde, son regard était quand même troublant quand elle vous fixait inlassablement.

"Voilà," dit Trent, se reculant prudemment de quelques pas. "On recommence, mais en douceur, d'accord ?"

Ellie hocha simplement la tête et s'avança vers la machine. Après quelques secondes d'immobilité, elle donna une simple claque du revers de sa main droite sur la croix rouge prévue à cet effet. Le capteur ne fut pas brisé comme la première fois, mais il dégagea quand même des étincelles et de la fumée, ce qui était tout aussi mauvais.

"Mais... mais..." balbutia Trent. "Elle l'a encore brisée... des millions de dollars... millions..."
"C'est ce que t'appelles 'en douceur' ?!" s'écria Gordon, craignant déjà la réaction qu'ils auraient face aux rapports pour le bris de ces deux machines très coûteuses.

Ellie lui jeta un regard glacial qui le fit déglutir et craindre pour sa vie - jusqu'au moment où il se rappela que les androïdes de la SEAL ne pouvaient en aucun cas faire de mal aux êtres humains. Il poussa un léger soupir, respirant déjà plus librement.

"Ce n'est pas de ma faute si vos machines primitives ne sont pas conçues pour mesurer la force que j'ai reçu à ma création," dit-elle d'un ton de glace.
"On va... on va réviser ça," dit Trent, occupé à tenter de sauver les circuits de la machine. "La machine n'est pas conçue pour une telle force, on va s'en occuper. Tu peux y aller, on te recontactera."

L'androïde hocha simplement la tête et sortit dans le couloir, laissant Trent et Gordon se démener avec leurs problèmes techniques.

(HJ: Ouvert à quiconque peut légitimement se retrouver dans un des couloirs de la SEAL Wink c'est pour lancer mon bébé en jeu !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Shefield
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant
avatar

Nombre de messages : 46
Age du perso : 45 ans
Langues parlées : Anglais, espagnol (moyen) et français (moyen)
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Petit différend entre génies   Lun 8 Fév - 2:37

Le sous-lieutenant Shefield passait par là, en effet. L'officier était de permanence à la base de la SEAL, pour superviser quelques manœuvres qui devraient commencer un peu plus tard dans la semaine. A ce titre, James songeait fortement à incorporer dans son bataillon, quelques unités de l'élite robotisée de la firme. En clair, d'emmener quelques androïdes avec lui sur le terrain, pour pouvoir évaluer les capacités de ces êtres au corps robotisé.

Shefield était assez admiratif du travail effectué par les différents chercheurs du secteur robotique. En ayant fait des études de physique appliquée, il trouvait un vif intérêt dans ce secteur de recherche, et suivait toujours les derniers progrès avec régularité. A vrai dire, il aurait bien aimé lui aussi, fabriquer de toutes pièces l'une de ces merveilles de la technologie militaire moderne, mais par la force des choses, ses compétences avaient été plus utiles sur le terrain et un flingue à la main, plutôt que dans un labo' avec des tournevis. Enfin, ça, c'est la vie et ses imprévus.

Bref, donc, Shefield passait par là, voir ces chercheurs qu'il portait en si haute estime pour leur demander s'ils avaient des androïdes à évaluer, tout ça. Ce qui l'amena à attendre des voix s'élever dans l'un des labos, puis une histoire de machine qui ne parvenait pas à mesure une force. Bon, ptet bien qu'il était tombé au bon endroit, tout compte fait. James s'appuya dos au mur, face à la porte d'où émanaient les voix qu'il avait entendues, et attendit que ce qui avait tout l'air d'être un test d'aptitude, se termine.

Au final, une jeune femme tout frêle (comparativement au gabarit de l'Attila des temps modernes, s'entend) sortit de la pièce, s'attirant le regard intrigué du grand gaillard nommé James. Il interpella la demoiselle qui partait déjà, de sa voix autoritaire:

"Hep, toi." Voyez l'autorité naturelle du bougre de titan. "Tu sors d'une évaluation, non? Tu dois être l'un de ces androïdes, je suppose."

Le grand bourru toisa la petite demoiselle, qu'il supposait fortement être une membre du genre robotique. Après ce qu'il avait entendu avant qu'elle ne sorte de la pièce, remarquez... Mais le doute était permis, on ne sait jamais, ces robots sont si difficiles à différencier des humains parfois.

"Je suis le sous-lieutenant Shefield, et ton cas pourrait m'intéresser. Tu peux me conduire à ton créateur?"

Voila qui était dit. Les intentions n'en demeureraient peut-être pas encore tout à fait claires pour l'androïde, mais elles s'avèreraient limpides une fois que le gaillard aurait discuté avec le superviseur de cette femme-robot, devant elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellie Karminstone
Androïde - I.M.: 0
Androïde - I.M.: 0
avatar

Nombre de messages : 22
Age du perso : 5 mois (apparence du début de la vingtaine)
Langues parlées : Anglais (accent américain)
Pouvoir du perso : Force surdéveloppée
Date d'inscription : 07/02/2010

MessageSujet: Re: Petit différend entre génies   Lun 8 Fév - 8:04

Conformément aux ordres reçus quelques secondes plus tôt (pour une fois, Trent et Gordon avaient réussi à s'entendre sur un point, c'est-à-dire que la session de tests devait être reportée à une date ultérieure), Ellie sortait donc de la pièce, et avait bifurqué vers la gauche sans porter la moindre attention à l'inconnu appuyé au mur, direct en face de la porte. On aurait pu croire, à sa façon de l'ignorer, qu'elle ne l'avait pas vu: faux. Il aurait fallu être aveugle pour ne pas le remarquer, et Ellie était tout sauf aveugle, mais il ne méritait pas son attention.

Du moins, jusqu'à ce qu'il l'apostrophe avec la délicatesse et la subtilité d'un char d'assaut au milieu d'une boutique de porcelaines.

L'androïde se retourna vers Shefield d'un mouvement lent, haussant très discrètement un sourcil blond en le regardant des pieds à la tête. Ellie pencha légèrement la tête sur le côté, un peu intriguée. Il était très rare que les gens l'identifient immédiatement comme appartenant à l'escadron robotique. Elle ressemblait aux humains en tous points, pourtant. Enfin, physiquement. Ce type était soit très perspicace, soit doté d'une chance de cocu. Son regard bleu et froid, cependant, demeurait aussi neutre qu'à l'habitude, alors que son programme interne hésitait entre catégoriser cet inconnu comme "chanceux" ou "petit malin". En même temps, elle portait son uniforme blanc de la SEAL qui n'arborait que le logo de la société, et aucun emblème d'unité, ce qui revenait à dire que son statut d'androïde était littéralement écrit sur elle. Ellie hocha presque imperceptiblement la tête, ayant décidé de classer ce type comme "individu possédant un sens de l'observation potable", faute de mieux pour le moment.

"Oui, je suis une androïde qui sort d'une séance d'évaluation," répondit-elle de sa voix grave et posée. "Enfin, si on peut appeler 'évaluation' un échec cuisant causé par un ramassis de problèmes techniques tout à fait hors de mon contrôle."

Hors de son contrôle, parfaitement. Ce n'était quand même pas de sa faute si les deux têtes d'oeufs ne s'étaient pas donné la peine de s'assurer que leur petite machine allait tenir le coup. Et voilà que ce grand gaillard, sous-catégorie "gros musclé" voulait rencontrer son créateur. Cette fois, Ellie fronça franchement les sourcils. D'autant plus qu'il venait de rajouter que son cas pourrait l'intéresser... mais en quoi exactement ? L'androïde haussa les épaules.

"Je vous mènerais au docteur Thompson sans problème, s'il n'était pas mort il y a exactement deux mois, une semaine, quatre jours et dix-sept heures cinq minutes. À moins que vous ne souhaitiez lui rendre visite au cimetière, là je peux vous y guider, mais je crois plutôt que vous cherchez à contacter quelqu'un de vivant. Trent et Gordon s'occupent de moi, maintenant, quand ils ne sont pas trop occupés à se chamailler comme des enfants de pré-maternelle pour faire preuve du sérieux et du professionalisme nécessaires. Si vous souhaitez les rencontrer, ils sont toujours dans la pièce que je viens de quitter, mais ils sont occupés, il y a donc une probabilité indéterminée qu'ils refusent de vous parler pour l'instant. En quoi est-ce que mon cas vous intéresse ?"

Le ton avait été neutre et aseptisé tout le long, de l'annonce de la mort de son créateur à sa dernière question, et elle fixait toujours le sous-lieutenant avec ce même regard perçant, dérangeant. S'il subsistait encore un doute dans l'esprit de Shefield quand à la nature d'androïde d'Ellie, ce doute avait dû être balayé par cette dernière intervention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Shefield
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant
avatar

Nombre de messages : 46
Age du perso : 45 ans
Langues parlées : Anglais, espagnol (moyen) et français (moyen)
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Petit différend entre génies   Mar 9 Fév - 2:10

En effet, plus de doute possible, cette midinette était bien l'un de ces androïdes qui commençait à peupler la SEAL. D'abord, un être humain aurait moins ouvert sa gueule devant la carrure imposante de James, n'oublions pas qu'on parle d'un de ces mecs qui impose le respect par sa seule stature; secundo la réponse quasi-mécanique de la fille. Tout ça ne trompais pas, pensait le géant tout en muscles, en dévisageant l'androïde. En tout cas, son créateur lui avait donné une langue bien pendue, sans doute pour augmenter la ressemblance avec une vrai femme (saleté de pipelettes, toujours à jaser chiffons et commérages). Bin, c'était réussi!

Enfin, malgré l'admiration qu'il pouvait avoir pour ces machines, Shefield n'en était pas encore à se la laisser raconter par les machines. Après tout, ces beaux joujoux sont bien inventés pour servir l'être humain, et pas le contraire, non? Alors, ses questions, elle pouvait les mettre de côté, il n'avait pas l'intention de traiter avec elle mais avec son superviseur scientifique, ou autre bonhomme du genre.

"J'aime pas répéter, alors viens avec moi et ouvres tes écoutilles, jeune."

Robot ou pas, James gardait ses habitudes: pas la moindre marque de respect envers les 'jeunes' (les moins de 45 ans quoi), en clair tu la boucles et tu obéis à ce que je dis, sinon on s'explique à coups de rangers dans les dents. Sitôt la phrase prononcée, le grand gaillard pénétra dans la pièce où l'androïde avait indiqué la présence de son encadrant, remarqua les 2 blouseux et les interpella; oh, ils pouvaient bien être occupés à l'affaire la plus importante qui soit, Shefield n'en avait cure. Il avait besoin de les voir tout de suite, hors de question de repasser dans 1h. Ah ça, en devenant un gros con de gradé, James était devenu sacrément con (dans le jargon militaire, ça veut dire: impérieux, autoritaire), tout autant que son grade l'exigeait en fait. Il se présenta, ne connaissant pas ces personnes:

"Sous-lieutenant Shefield, du département militaire." Bon ok, il suffisait de voir la tenue du gus, le persecutor reposant sagement contre son flanc droit, et les galons pour s'en rendre compte tout seul, sauf que les scienteux, ils savent jamais à qui ils ont affaire. Autant les mettre tout de suite dans le bain. "J'ai cru comprendre que vous veniez de terminer l'évaluation de cette machine. Je souhaiterais savoir si elle est opérationnelle pour le terrain. J'ai une manœuvre à superviser, et la présence d'éléments robotisés pourraient être indispensable pour évaluer la coordination soldats/machines."

Bon, c'était on ne peut plus clair: si l'androïde était bonne à mettre sur le terrain, il demanderait à l'emprunter pour ces foutues manœuvres, une perte de temps à son avis, mais c'est les règles du jeu. Si elle l'était, donc, il n'aurait qu'à aller chercher les papiers au quartier des officiers, les remplir et les renvoyer à ces 2 blouseux, et puis il l'emmènerait faire mumuse sur le terrain. Si elle était défectueuse, tant pis, il irait trouver un autre robot à séquestrer, le résultat serait le même. Ou pas, en fait, car celle-ci avait l'air d'avoir un sacré tempérament de bonne femme. Shefield se tourna à moitié vers elle, et scruta ses yeux, essayant d'y voir si cette note d'arrogance qui émanait d'elle n'était qu'un genre qu'elles donnait, ou si dans son exosquelette renforcé, elle avait aussi des couilles en acier trempé. Bah, ce n'était peut-être qu'une fantaisie de programmation, mais en tout cas, si elle en avait, du cran, il prendrait d'autant plus de plaisir à l'emmener sur le terrain pour ces exercices d'entraînement. Après tout, les machines c'est comme les hommes, il faut les éprouver un peu, les mettre dans la merde jusqu'aux cuisses pour voir si ils en ont dans le pantalon et ainsi savoir si ils sont dignes de confiance, si on peut compter sur eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellie Karminstone
Androïde - I.M.: 0
Androïde - I.M.: 0
avatar

Nombre de messages : 22
Age du perso : 5 mois (apparence du début de la vingtaine)
Langues parlées : Anglais (accent américain)
Pouvoir du perso : Force surdéveloppée
Date d'inscription : 07/02/2010

MessageSujet: Re: Petit différend entre génies   Mar 9 Fév - 8:21

Ellie plissa ses yeux bleus de façon quasiment imperceptible lorsqu'il la qualifia de "jeune". Elle lui aurait bien indiqué qu'il était à la fois ridicule et innapproprié de parler d'âge lorsqu'il était question d'androïdes, mais ce qu'elle avait déjà pu observé de la personnalité du phénomène qui lui faisait face indiquait à son programme interne que tout éclaircissment de cette nature était largement inutile. Elle demeura donc muette, suivant silencieusement le militaire dans la pièce où les deux scientifiques s'affairaient à réparer la machine brisée par l'androïde quelques instants plus tôt. Comme c'était à prévoir, ils étaient en train de se crêper le chignon.

"Mais non, vous faites tout de travers," protestait Trent au moment où le sous-lieutenant faisait son entrée.
"Voulez-vous bien vous taire et laisser le vrai scientifique travailler ! D'ailleurs, bougez de là, vous me bouchez toute la lumière..."

Les deux jeunes scientifiques se redressèrent en remarquant la présence de Shefield, qui les dépassait chacun de presque deux têtes - sans parler de la différence au niveau de la masse musculaire.

"De cette machine ?" s'étouffa Trent, comme si Shefield venait d'insulter une oeuvre d'art en la qualifiant de gribouillis. "Ce n'est pas une... une machine ! Ça," dit-il en tapotant l'objet qu'ils tentaient de réparer, "Ça, c'est une machine ! Elle est une androïde extrêmement sophistiquée, dotée d'une programmation complexe et d'une intelligence artificielle supérieure à l'intelligence de bien des humains ! C'est un être synthétique, pas un grille-pain !"
"Trent, pour une fois, bouclez-la," coupa Gordon, apparemment beaucoup moins admiratif devant Ellie que son collègue et rival. "C'est une machine, point barre. Un joyau de la robotique est quand même une machine. Quant à savoir, monsieur, si elle est opérationnelle pour le terrain..."

Il se tapota le menton, puis répondit d'un ton clair:

"Non."
"Oui,"
répondit l'autre scientifique en même temps.

Dans le dos de Shefield, Ellie poussa - était-ce possible ? - un léger soupir qui semblait teinté d'exaspération.

"Comment ça non ! Qu'est-ce que vous me chantez, ça fait des mois qu'elle est prête pour le terrain !"
"Vous me dites qu'elle est opérationnelle alors qu'on n'a même pas pu mesurer sa force aujourd'hui ? J'ai toujours admiré votre rigueur scientifique."
"Mais vous faites exprès ! Le sous-lieutenant ne vous demande pas si on a toutes les données qu'on veut, il vous demande si Ellie Karminstone peut aller sur le terrain. Elle fonctionne parfaitement bien, elle peut y aller."
"Excusez-moi, je suis confus, quand avez-vous été désigné comme chef ?"


Les bras croisés, l'androïde suivait l'échange comme à son habitude. Voilà encore une dispute qui allait durer des heures sans vraiment se régler, elle le savait d'expérience. À ce rythme, elle ne sortirait jamais des laboratoires. Sans parler du risque, sans doute minime mais tout de même existant, que le sous-lieutenant perde patience face à leurs imbécillité et décide de régler ça avec son arme et/ou ses muscles. Elle s'avança donc d'un pas, décollant son dos du mur contre lequel elle était appuyée depuis son retour dans la pièce.

"J'y vais," dit-elle de sa voix neutre, rompant son habitude de ne pas se mêler de leurs chamailleries juvéniles. "J'étais prête pour le terrain avant même que Thompson ne prenne sa retraite et meurt, alors j'y vais. Il me semble avoir été créée pour servir la SEAL, et je ne sers pas la SEAL en restant les bras croisés à vous écouter vous disputer pendant des heures. Vous faites tous les deux perdre un temps précieux à la lutte contre les mutants."

Les deux scientifiques déglutirent dans une synchronisation parfaite. Leurs supérieurs n'aimeraient assurément pas entendre qu'ils mettaient des bâtons dans les roues à la précieuse mission de la SEAL.

"Alors nous voulons bien vous la laisser," répondit Trent après une courte réflextion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Shefield
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant
avatar

Nombre de messages : 46
Age du perso : 45 ans
Langues parlées : Anglais, espagnol (moyen) et français (moyen)
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Petit différend entre génies   Mer 10 Fév - 6:15

Alors c'était vrai! James n'avait pas vraiment pris au sérieux la remarque de la jeune femme robotique, lorsqu'elle disait que ses 2 tuteurs passaient leur temps à se chercher des noises comme des gosses; bin là, il voyait qu'elle avait dit exactement la vérité, sans exagérer. Non mais c'était quoi, ça? Shefield regardait les 2 gus s'envoyer pointe sur pointe, avec une envie grandissante, celle d'en prendre un pour cogner sur l'autre, jusqu'au sang. Le soldat leva donc les yeux au ciel, envoyant vite fait une petite prière à Sainte Rita, la patronne des causes perdues, pour que cesse cette joute verbale, avec peu d'espoir toutefois.

Mais non, il fut exaucé, et l'androïde intervint elle-même pour couper court au débat qui animait la gent scientifique de ce laboratoire. Décidément, cette petite ne manquait jamais de l'étonner. En quelques minutes, ça faisait 2 fois, comme quoi elle n'était pas seulement bien faite, mais avait aussi la tête bien pleine. Et il était intéressant de remarquer que les 2 scientifiques accordèrent leurs violons, à la suite de l'intervention de la concernée; Shefield se demanda alors, ce moment là, si elle avait aussi le droit de vote, ou bien. Décidément, elle était bien bien émancipée, cette robote. Bouge pas, ma cocotte, il y en a un qui va te mater, et pas plus tard que tout à l'heure.

Enfin, pour l'heure, James ne manqua pas de sourire après le discours de la jeune femme, et tâcha de reprendre contenance et sérieux avant de conclure:

"Bien, c'est réglé alors. Je vous faxe les papiers administratifs dans la journée. Z'inquiétez pas, messieurs, son potentiel offensif sera évalué sur le terrain, et vous aurez un rapport circonstancié de ses aptitudes en situation réelle. Et puis, on vous la bichonnera..."

Tu parles, ça c'était une autre affaire, de la bichonner. Au contraire, James préférerait la pousser à fond, quitte à l'endommager, plutôt que d'avoir un doute ou 2 sur ses compétences. Et puis, ce n'était pas un être humain, mais bien une machine, donc réparable, reconstructible, et tout le tralala qui permet de minimiser les pertes en cas d''accident'. Pas de quoi en faire tout un plat.

Après un au-revoir rapide (James craignait une reprise des hostilités avec les blouseux), Shefield intima à la dénommée Ellie, puisque c'est ainsi qu'il avait cru comprendre qu'on la nommait, de le suivre, et fissa. A peine sorti de la pièce des chercheurs, le géant poussa un long soupir silencieux, avant de dire à mi-voix:

"Put***, un peu plus et on était pas tirés d'affaire... J't'en foutrais moi, des torgnoles à ces gugus, j'te dis pas..."

Passé cette réplique et ce moment d'égarement, le gradé remonta le couloir par lequel il était arrivé, jetant un coup d'œil à l'androïde pour s'assurer qu'elle marchait à son côté; c'est que, c'était pas le moment qu'elle se mette à l'énerver, elle aussi. Heureusement, elle avait pas l'air trop casse-pied dans son genre, celle-là, un bon point pour elle. En même temps qu'ils marchaient, donc, il interrogea Ellie sur la raison de sa future présence sur un champ de bataille factice, ses aptitudes:

"Récite-moi ta fiche technique, jeune. Je veux savoir tout ce qu'il y a à savoir sur toi: de quoi t'es faite, pour quoi tu es faite, qu'est ce que tu fais mieux que les autres androïdes et ce que tu sais pas faire. Le tout sans t'encombrer de détails futiles, et tu auras un peu de mon respect."

Bam, voila ce que ça donne ,tel que ça sort, quand le sous-lieutenant Shefield donne des directives. C'est rude, sévère, râpeux même, mais si on est correct avec lui, on peut s'attendre à ce qu'il soit un peu moins méchant qu'avec les autres. C'est qu'il en a déjà vu pas mal, le gars, et il faut pas la lui raconter à l'envers, sinon il devient tout de suite moins amical, plus hostile.

Du reste, James s'assurait là de connaître tous les détails importants concernant cette androïde. Il n'aimait guère avoir des surprises en pleine manœuvre, ou pire, en plein champ de bataille, en ce qui concernait les capacités ou incapacités de ses hommes, et selon lui, l'important est de bien connaître les points forts et les points faibles de chacun. C'est important, ça, quand on est un meneur d'homme comme lui; ça évite entre autres les erreurs tactiques, ou plus clairement, d'envoyer des mecs au casse-pipe inutilement. De ce fait, devenir l'un de ses hommes impliquait d'être ainsi mis à nu, intégralement; ça n'était pas souvent agréable, pour les humains en tout cas, mais ça avait le mérite de permettre à l'Attila des temps modernes d'avoir une efficacité supplémentaire, lors d'une campagne.

Mais a priori, Ellie se livrerait facilement. Elle n'est pas fichue comme les humains, qui rechignent à dire leurs défauts devant un supérieur hiérarchique par peur du ridicule. Enfin... Vu les fantaisies de sa programmation, on pouvait encore avoir un doute, à l'avis du vétéran. Pourvu au moins qu'elle s'abstienne de lui parler de ses fringues, ce que font toutes les femmes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellie Karminstone
Androïde - I.M.: 0
Androïde - I.M.: 0
avatar

Nombre de messages : 22
Age du perso : 5 mois (apparence du début de la vingtaine)
Langues parlées : Anglais (accent américain)
Pouvoir du perso : Force surdéveloppée
Date d'inscription : 07/02/2010

MessageSujet: Re: Petit différend entre génies   Mer 10 Fév - 8:15

Ellie quitta la pièce sur les talons de Shefield: hors de question de laisser une seconde à l'un de ces deux gosses déguisés en scientifiques pour changer d'avis et remettre le feu aux poudres. L'androïde marchait à la droite du sous-lieutenant, et ne commenta pas sa remarque à mi-voix comme quoi Trent et Gordon méritaient chacun une sacrée bonne paire de baffes. Un léger sourire en coin, cependant, indiqua qu'elle l'avait bel et bien entendu et qu'elle n'était pas en désaccord avec cette affirmation. Cela ne dura que quelques secondes, après quoi elle plissa discrètement ses yeux bleu clair aux questions multiples du colosse des temps modernes. Ces interrogations étaient toutes parfaitement légitimes, mais il y avait quand même une manière de formuler les choses. Les humains qu'elle avait côtoyé jusqu'à présent étaient quasiment tous des scientifiques: ils l'appelaient par son nom, reconnaissaient qu'elle était une prouesse technologique et non pas un vulgaire entassement hasardeux de boulons et de circuits, et la traitaient avec respect, en partie parce qu'ils savaient tout le travail qui avait été nécessaire à sa conception, et également parce que la plupart avaient tendance à oublier qu'elle ne pouvait en aucun cas blesser les humains, et craignaient donc qu'elle leur fasse traverser quelques murs s'ils l'agaçaient trop. À force de passer trop de temps avec une machine ressemblant autant à une véritable personne, on devait finir par s'y méprendre.

En résumé, avec sa stature d'Attila et ses manières de char d'assaut, Shefield détonnait sérieusement avec les humains qu'elle avait pu observer jusque là.

"Comme vous devriez le savoir maintenant que vous avez eu le privilège de rencontrer le docteur Trent et le docteur Gordon, mon nom est Ellie," dit-elle d'un ton légèrement plus froid qu'à l'ordinaire. "Pas 'la jeune' ou 'la machine'. Puisque vous connaissez maintenant mon nom hors de tout doute, je souhaiterais que vous l'utilisiez à l'avenir."

Ce point maintenant éclaircit, la blonde replaça soigneusement une mèche derrière son oreille avant de reprendre la parole:

"Le docteur Thompson, comme tant d'autres scientifiques du département, voulait créer l'arme parfaite contre les mutants. Si vous voulez la liste exacte des matériaux, il faudra retourner sur nos pas et demander à Trent et Gordon, parce que je ne suis pas au courant de ce genre de détails. Tout est synthétique, bien entendu. Ma peau artificielle résiste à des températures très élevées, mes circuits supportent le froid intense. Thompson m'a créée rapide et solide, comme tous les androïdes, mais surtout très forte. C'est ce qu'ils voulaient mesurer aujourd'hui, mais aucun de leurs capteurs n'a tenu le coup assez longtemps pour fournir la moindre donnée. Je suis également programmée pour me battre à mains nues et avec diverses armes. Par conséquent, je pense qu'il sera inutile de me 'bichonner', d'autant plus qu'il n'y a rien en moins qui ne puisse être réparé. En ce qui concerne mes limites..."

Ellie haussa très légèrement une épaule.

"En dehors des extrêmes pouvant m'endommager, mes limites sont celles de tous les androïdes. Je ne peux pas blesser ou tuer un être humain ou le laisser être blessé ou tué, mais dans la mesure où mon programme ne classe pas les mutants comme des êtres humains, mais comme des animaux humanoïdes, je ne pense pas que ce fait soit un problème pour les missions que vous pouvez avoir en tête."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Shefield
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant
avatar

Nombre de messages : 46
Age du perso : 45 ans
Langues parlées : Anglais, espagnol (moyen) et français (moyen)
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Petit différend entre génies   Jeu 11 Fév - 1:40

Et voila, qu'est ce qu'on disait! Encore une preuve qu'Ellie était une machine: pas un seul des hommes sous la houlette de Shefield n'aurait osé simplement tenter de corriger le 'char d'assaut' sur sa façon d'appeler les gens. Mais le fait qu'elle, elle ait osé, ne signifiait pas pour autant qu'il appréciait cette intervention; au contraire, elle pouvait s'asseoir dessus, même, si elle espérait que sa remarque ferait subitement changer de ton l'ancien GI. D'autant plus qu'un jeu de mot lui était venu, avec le prénom de l'androïde, et si elle l'agaçait trop, il n'hésiterait pas une seconde à le lui sortir: l'appeler 'Copter'. Oui, c'est raffiné, autant que James himself quoi. Ah, en voila un autre qui vient: 'Coïdal'. De mieux en mieux, notez.

Du reste, l'androïde ne répondait qu'à moitié aux questions posées par le sou-lieutenant (oui, je me la pète à répéter mon grade dans tous mes posts, et alors? Si ça gonfle quelqu'un, qu'il se dénonce, on règlera ça à coups de baffes un peu plus tard), et ça l'énervait. tout comme cette foule de détails dont on se serait passé; enfin, je dis on mais je parle bien entendu de Shefield. Lequel expira par le nez en prenant la mine du gars exaspéré et qui perd patience. Ouaip, il est pas reconnu pour sa patience, le tank. Genre, quand il demande un degré de résistance, il apprécierait qu'on lui serve des quantifications claires, nettes et précises, du style 'je résiste à l'explosion de 100kg de TNT' ou encore 'un char pourrait me rouler dessus, je me relèverai sans dommages'. Mais non, évidemment, les réponses ne lui étaient pas servies de cette manière, mais d'une autre, plus nuancée, qui ne lui plaisait pas. Bah, tant pis pour elle, si elle se faisait exploser, il dirait qu'il n'était pas au courant de ses lacunes, en plus ça serait vrai, à peu près.

Mais non, bien sûr, il n'était pas aussi con que ça, le gars. Il a assez usé son cul sur les bancs de l'école du génie militaire pour savoir à peu près à quoi un androïde peut résister, non mais! Que je vous y reprenne, à le prendre pour une bille, z'allez voir! Il passa donc outre les nombreuses raisons de gueuler qui lui venaient à l'esprit, et se concentra sur l'essentiel, le constructif:

"Bon, alors écoute, jeune, ça va être simple. On va passer par les stands de tirs, et tu vas me montrer ton talent sur différents armements. En fonction de ça, je t'affecterai à l'un ou l'autre des postes pour lesquels je pense qu'un androïde ferait l'affaire. En même temps, tu me feras une petite démo' de ta force si spectaculaire, un petit parcours du combattant dans la foulée, et je verrais ce que je peux bien faire de toi. Ça te va, tant mieux, ça te va pas, c'est pareil. Des questions?"

Décidément oui, il ne changerait jamais. C'est qu'à 45 balais, il est un peu tard pour s'y mettre, aussi.

Après moult couloirs et coursives, Shefield pénétra dans le quartier des officiers, où il remplit à l'arrache le formulaire pour la réquisition de l'androïde, et au passage, il récupéra un document destiné à l'évaluation point par point des soldats. A la guerre comme à la guerre, Ellie serait évaluée de la même manière qu'un soldat humain, quoique pour elle, il allait mettre la barre plus haut. Au moins elle devrait passer la partie psycho' haut la main.

Les papiers entre les pattes, Shefield entreprit de se diriger vers les stands de tirs, première étape de l'évaluation d'Ellie. Il ne sortit plus un mot sur le trajet, qui se déroula de façon assez rapide, c'était pas bien loin en même temps. Sur place, il demanda au mécanicien armement de lui sortir toute la quincaillerie disponible, des armes de poings jusqu'au, tenez-vous bien, redoutable M61 Vulcan. Oui, cette mitrailleuse lourde auto-rotative à 6 canons 20 mm était sensée être équipée sur des chasseurs à réaction, mais si le pif de Shefield fonctionnait encore bien, il avait dans l'idée que cette androïde serait capable de soulever l'engin et de s'en servir comme d'une vulgaire M249, qui est déjà une pointure dans le genre (et l'un des joujoux préférés de James, accessoirement). Si elle s'en tirait bien, elle serait au moins l'égale de ce personnage de jeu vidéo des années 90, qui portait le chargeur du M61 sur son dos et ses canons à bout de bras, comment il s'appelait déjà... Bref, passons.

Les armes furent donc rapidement apprêtées et disposées à portée d'un stand, réquisitionné pour l'occasion. Les cibles se plaçaient automatiquement aux distances utiles pour chaque arme, bref, les conditions minimales imposées à tout soldat de la SEAL. Dans l'ordre de puissance, les armes disposées sur le râtelier étaient: l'épurator et le persecutor en armes de poing, un pistolet mitrailleur quelconque, un pompe Soldiers14, un fusil d'assaut Storm et un autre, Full Blaster, la fameuse M249 en mitrailleuse, le MZ79 en lance-roquette, ainsi que diverses grenades à main. Le clou du spectacle attendait son tour, un peu plus loin. Toutes les armes étaient évidemment chargées et prêtes à l'emploi.

"Quand tu veux."

Voila le signal de départ que James prononça, avant d'enfiler l'un des 2 casques anti-bruit disposés à leur égard. A présent, il attendait avec une certaine curiosité, de voir ce que valait Ellie avec chacun de ces flingues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellie Karminstone
Androïde - I.M.: 0
Androïde - I.M.: 0
avatar

Nombre de messages : 22
Age du perso : 5 mois (apparence du début de la vingtaine)
Langues parlées : Anglais (accent américain)
Pouvoir du perso : Force surdéveloppée
Date d'inscription : 07/02/2010

MessageSujet: Re: Petit différend entre génies   Ven 12 Fév - 0:24

Et voilà qu'il repartait avec "la jeune". Franchement, l'idée d'appliquer un concept propre aux humains tel que la notion d'âge à un sujet d'une nature bien différente, c'est-à-dire une androïde comme Ellie, c'était faire preuve soit d'entêtement, soit de manque d'intelligence certain. Est-ce qu'on peut dire d'un être artificiel qui conservera toujours la même apparence qu'il est "vieux" ou "jeune" ? Bien sûr que non, mais la blondinette savait bien qu'il était inutile de lancer le débat avec un type de la trempe de Shefield, aussi se contenta-t-elle de classer le sous-lieutenant sous l'étiquette de "grosse brute épaisse doté de la sensibilité d'un buldozer".

Du reste, il ne semblait pas satisfait des réponses fournies à ses questions sur les capacités et les limites d'Ellie. L'androïde s'en fichait pas mal, d'ailleurs: elle lui avait fourni tous les renseignements qu'elle pouvait, avec autant de précision qu'elle le pouvait, sans rien lui cacher ni mentir. S'il voulait sa fiche technique intégrale, alors il aurait fallu la demander aux deux scientifiques qui, bien que juvéniles et immatures, disposaient de tous ces renseignements clés. Ellie était programmée pour faire usage de ses capacités à leur maximum, pas pour en faire la liste, après tout. Lorsqu'il lui demanda si elle avait des questions, un simple regard glacial fit office de "non". Peu importe l'opinion de Shefield sur les femmes (réelles ou robotiques), celle-ci n'avait pas pour habitude de parler pour ne rien dire. Ellie s'immobilisa devant l'étalement d'armes à feu, haussant très légèrement un sourcil.

"Vous êtes bien entendu conscient que tout ceci représente une énorme perte de temps et de matériel ?" demanda-t-elle en fixant ses yeux de glace sur lui. "Je suis programmée pour utiliser chacune de ses armes efficacement, un point c'est tout."

Ellie jugeait de toute évidence que cette idée était à peu près valable que celle de la qualifier de "jeune", c'est-à-dire aucunement. Contrairement à un humain qui pouvait flancher sous le stress, le programme d'Ellie demeurait fiable en toutes circonstances: on lui avait implanté le savoir-faire nécessaire au maniment des armes, point barre. Mais, puisque Shefield enfila son casque anti-bruit et ne semblait de toute façon pas du genre à changer d'avis suite à un simple commentaire, Ellie haussa les épaules en prenant l'épurator dans sa main droite. S'il y tenait vraiment, après tout, pourquoi pas. Ellie n'accorda même pas un regard au second casque protecteur: ses oreilles, contrairement aux fragiles oreilles humaines, ne risquaient pas d'être endommagées de quelque façon par le bruit des détonations des armes qu'elle allait utiliser. Elle examina brièvement l'arme qu'elle avait prise, s'assurant par cette courte observation qu'il n'y avait aucune défectuosité sur le pistolet. Cette vérification effectuée, elle se mit bien en place, visa avec soin, et atteignit la cible en plein centre. Elle répéta le même processus pour chacune des armes suivantes, religieusement: elle vérifiait son bon état, se mettait en position et tirait en plein centre de la cible attitrée. Sauf pour les grenades, bien sûr, qui, de par leur nature, ne permettaient pas vraiment une telle précision.

Elle fronça légèrement les sourcils en voyant la dernière arme du lot, mais la prit tout de même, d'un geste souple qui ne suggérait aucune difficulté par rapport au poids du fameux "joujou". Les sourcils toujours froncés, cependant, elle se tourna vers Shefield, au lieu d'examiner l'arme et de s'en servir immédiatement comme elle l'avait fait avec toutes les autres. Elle tenait l'arme dans sa main avec autant d'aisance que si celle-ci avait été un simple modèle de papier mâché. Pour quelqu'un qui aurait ignoré sa nature d'androïde et qui se serait fié à la taille de ses bras pour juger de sa force musculaire, ç'aurait été pour le moins surprenant.

"Vous êtes conscient que ce type d'arme n'est pas réellement destiné à ce genre d'usage, bien sûr ?" demanda-t-elle.

En tant que militaire, il devait le savoir, évidemment. Enfin, avec un gus du genre, on ne savait jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Shefield
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant
avatar

Nombre de messages : 46
Age du perso : 45 ans
Langues parlées : Anglais, espagnol (moyen) et français (moyen)
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Petit différend entre génies   Lun 15 Fév - 7:05

"La procédure, ça te dit quelque chose, jeune?" Maugréa Shefield, d'un air peu enjoué (oui, c'est un euphémisme) et il expliqua: "Même si tu as d'excellentes capacités, je présume, je suis obligé de te faire passer ces tests d'aptitudes. Le règlement de la SEAL n'a pas encore été adapté aux androïdes, tu m'en excuseras mais moi, j'applique, même si ça me plaît pas. Allez, active, on va y passer la nuit, c'est assez chiant comme ça."

Après cette réponse informelle, la petite s'exécuta, donc, prouvant qu'effectivement, elle n'aurait pas besoin d'aller passer des heures aux stands de tirs pour améliorer son maniement des armes à feu, contrairement aux soldats humains de la boîte. Un bon point pour elle, elle était opérationnelle tout de suite de par son conditionnement et sa programmation, très bien. Oui, il s'en doutait et pas qu'un peu, le vieux débris, mais il était quand même obligé de vérifier ses perf', histoire de pas avoir l'air trop con au moment de remplir ce put*** de rapport de compétences de ses 2. D'ailleurs, ayant constaté les quelques prouesses d'Ellie, il cocha différentes cases dans son papier pour l'état-major, continua à regarder madame l'experte, cocha d'autres cases, et ainsi de suite, à mesure qu'elle utilisait les différentes armes.

Son point de vue général, à lui, personnellement? Bah, il était clair qu'elle n'était pas faite pour manier des armes de poing, c'était quasiment trop léger pour elle et sa puissance dépassant l'entendement. Même le fusil à pompe ou les fusils d'assauts paraissaient être des jouets, entre les mains de cette androïde. Non non, ce qu'il fallait, c'était lui refiler du lourd question matos, et éviter les grenades à main visiblement, là elle pêchait un peu, encore que. Bref, comme quoi son idée d'avoir fait préparer un canon Vulcan n'était pas conne du tout, tout le contraire: son pif ne l'avait donc pas trahi, tant mieux, ça prouvait bien qu'il n'était pas encore complètement largué, le gars. Sa plus grande peur: la retraite anticipée; à 45 balais, j't'en foutrais moi de la retraite, non mais...


Bref donc, le canon Vulcan avait donc attiré l'attention de Biomechanic Girl, à juste titre. Il était vrai qu'en regardant simplement cet engin, dont la taille était évocatrice de sa puissance, on pouvait se poser des questions! En fait, James n'était même pas sûr qu'un seul humain ait déjà réussi à seulement tenir le canon à bout de bras pendant plus de quelques minutes, et si lui-même essayait, il n'y parviendrait probablement pas davantage. Mais ce qui était un lourd poids pour un humain ne le serait probablement pas pour Ellie et sa super-force, à plus forte raison si elle ne connaissait effectivement pas la fatigue des êtres organiques.

"Une arme à la hauteur de ton potentiel, je présume." Commença-t'il à expliquer en se dirigeant vers l'androïde qui avait déjà soulevé le sextuple canon rotatif de l'ensemble. "Ce gros jouet est habituellement destiné à équiper les derniers F26 Tomcat de l'armée américaine, effectivement. Mais au vu de ta force, tu devrais pouvoir t'en servir comme d'une mitrailleuse de type gatling. Du moins j'ose l'espérer... Ne me déçois pas." Termina-t'il en indiquant la cible, située plusieurs dizaines de mètres plus loin. Au moins, si elle arrivait à scorer avec ce bidule,il n'aurait plus besoin de lui faire soulever des haltères pour les tests physiques, vu le poids du machin... On gagnerait du temps.

[Edited!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellie Karminstone
Androïde - I.M.: 0
Androïde - I.M.: 0
avatar

Nombre de messages : 22
Age du perso : 5 mois (apparence du début de la vingtaine)
Langues parlées : Anglais (accent américain)
Pouvoir du perso : Force surdéveloppée
Date d'inscription : 07/02/2010

MessageSujet: Re: Petit différend entre génies   Lun 22 Fév - 8:53

Ellie l'observa un court instant avec ses yeux de glace, la tête légèrement inclinée vers la gauche. "Ne me déçois pas", voilà des mots qui n'étaient pas très clairs pour l'androïde. Pour être plus précis, ils étaient parfaitement dénués de sens. La déception et la fierté étaient des notions trop humaines, et donc étrangères à son programme interne. Après tout, une machine ne pouvait pas être "déçue" ou "satisfaite", elle se contentait d'agir au meilleur de ses capacités et selon les ordres. Le succès et l'échec, en revanche, étaient des notions qui lui étaient bien plus familières. Atteindre ces cibles avec précision était un succès, les louper auraient été un échec. "Ne rate pas ton coup" aurait donc été un conseil plus approprié à lui donner.

À supposer que Shefield en ait quoi que ce soit à carrer, ce qui n'était fort probablement pas le cas.

La blonde haussa simplement les épaules, tenant toujours l'impressionnant engin avec une facilité déconcertante.

"Difficile de vous promettre de ne pas vous décevoir," dit-elle de sa voix neutre et lente. "Je suppose que c'est un concept subjectif et donc aléatoire, soumis aux critères individuels de chacun. Mais je ne raterai pas la cible, si c'était ce que vous vouliez dire."

Rater la cible, et puis quoi encore. Ce joujou était le plus gros de tous... la belle affaire ! Son programme interne agissait de la même façon avec chaque arme, peu importe le calibre: il calculait sa distance par rapport à la cible, prenait en compte toutes les variables éventuels, et trouvait la position idéale pour viser. Bref, peu importe l'arme à feu qui lui tombait sous la main, si elle était chargée et qu'Ellie pouvait la soulever - ce qui ici n'était clairement pas un problème - elle pouvait faire mouche. L'androïde procéda au même examen qu'avec toutes les armes précédentes, s'assurant que le canon Vulcan ne présentait aucune défectuosité qui aurait pu nuire à l'exercice. Apparemment, elle n'en repéra aucune, puisqu'elle se mit en place, se préparant à faire feu avec la fameuse "surprise" laissée par l'Attila qui se tenait derrière elle. Ne semblant pas le moins du monde gênée par le poids de l'engin, Ellie visa et fit feu.

Le bruit fut infernal - ou, plus précisément, il l'aurait été si elle avait été une humaine assez bête pour ne pas porter de casque protecteur - mais Ellie ne broncha pas. Elle eut un très bref hochement de tête en contemplant l'étendue des dégâts: il était désormais à peu près impossible de savoir avec certitude que quelques instants plus tôt, une cible se trouvait à l'endroit où elle avait tiré. Ses yeux bleu clair coulissèrent lentement vers le sous-lieutenant. Ellie demeura silencieuse, mais il était clair qu'elle attendait la décision du jury.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Shefield
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant
avatar

Nombre de messages : 46
Age du perso : 45 ans
Langues parlées : Anglais, espagnol (moyen) et français (moyen)
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Petit différend entre génies   Mar 23 Fév - 5:35

*Bon, adios les haltères, ouaip...*

Gravement, même. C'est qu'il fallait sacrément en avoir dans les bras, non-seulement pour soutenir l'arme en tant normal, mais également pour absorber son recul monstrueux. Et voila que Dieu créa Ellie, petite androïde d'1,60m à tout péter, qui arrive et gère la chose comme si on lui avait refilé un lance-pétards mouillés. Que le monde est étonnant, parfois.

Shefield annota quelques trucs sur sa fiche d'évaluation, puis se racla bruyamment la gorge. C'est que maintenant, il était emmerdé: comment diable allait-il bien pouvoir évaluer le reste du potentiel de l'androïde, si ça commençait aussi fort d'entrée? La réponse était aussi simple que bonjour: suivre la put*** de procédure à la lettre. Mais quel gâchis, et quelle perte de temps surtout, depuis le temps qu'on surine l'état-major pour leur faire comprendre que définitivement non, ces robots ne sont pas au niveau du soldat humain de base, mais largement au dessus! Enfin, c'est pas lui qui irait révolutionner la chose, de toutes façons.

"Bon... Bin ça c'est fait. Tu peux reposer l'engin, jeune."

Décidément non, il n'était pas prêt de perdre cette habitude!

"Quoique en fait..." Reprit-il, en faisant mine de réfléchir, les yeux dans le vide. Se frottant la barbe, il compléta: "Non, garde-le finalement. Et suis-moi, on va aller faire un petit tour sur le parcours du combattant."

Son idée était très claire: en fait, James était presque sûr qu'au vu de ses performances hors du commun, Ellie ne ferait qu'une bouchée de ce parcours à la noix. Mais si il l'obligeait à se lester avec le gros canon, ça devrait pimenter un peu la chose. Certes, ça ne la remettrait certainement pas au niveau des jeunes soldats du rang, loin s'en faut sûrement, mais au moins, ça mettrait un handicap adapté à la condition de la robote. Et James aime bien mettre des handicaps aux plus forts, histoire de voir jusqu'où ils peuvent aller en situation handicapante, donc.

Le parcours ne se trouvait pas bien loin des stands. Sur le chemin toutefois, Ellie suscita quelques réactions chez les jeunes soldats ayant récemment intégré l'armée de la SEAL. Shefield perçut des sifflements admiratifs et quelques regards ébahis, ce qui ne manqua pas de le faire sourire. Voila un bon moyen de créer l'émulation chez les jeunes nouveaux, leur montrer ce qu'il est possible d'atteindre avec un entraînement maximum. Évidemment c'était illusoire de penser ça, car sans doute les jeunes blanc-becs finiraient par comprendre qu'ils avaient simplement croisé un androïde, et pas une nana dopée aux stéroïdes. Enfin, faut prendre les choses comme elles viennent, il parait.

Bref donc, le parcours d'obstacle se présenta enfin à la vue de nos 2 protagonistes. Si la chose démarrait soft (saut d'un obstacle à 1m de hauteur, sans poser le cul, puis saut d'une fosse de 2m de long), la suite s'avèrerait plus complexe à gérer: mur lisse de 5m à escalader avec l'aide d'une corde, passage sous les barbelés pendant 5 mètres, puis poutre à traverser sans tomber, venait ensuite le 'saut à pneus', puis pour finir, 15 abdos, 15 pompes, 15 tractions à la barre, et si le mec est pas encore mort, il reste un petit 100m en sprint, pour la forme. James n'avait jamais vu quelqu'un finir le parcours avec un temps inférieur à 3 minutes, le piège étant dans la barre de tractions qui tue même les plus endurants.

"Tu sais ce qu'il te reste à faire."

Ayant dit ceci, Shefield alla emprunter un chronomètre à l'un des préparateurs physique qui entraînait là quelques jeunes, et retourna vers la midinette de synthèse. Il lui donna quelques dernières consignes:

"Évidemment, tu fais tout ça avec le Vulcan, sinon ça serait trop facile. Le temps de référence est à 3 minutes 30, pour les soldats humains, pour toi ça sera 3 minutes tout rond. Tu pars quand tu veux."

Bon, on allait voir ce qu'elle avait dans le ventre, cette jeune en acier inoxydable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellie Karminstone
Androïde - I.M.: 0
Androïde - I.M.: 0
avatar

Nombre de messages : 22
Age du perso : 5 mois (apparence du début de la vingtaine)
Langues parlées : Anglais (accent américain)
Pouvoir du perso : Force surdéveloppée
Date d'inscription : 07/02/2010

MessageSujet: Re: Petit différend entre génies   Mar 23 Fév - 8:25

(HRP: Juste comme ça, Ellie est plutôt autour d'un mètre soixante-dix Wink même si à côté de Shefield-le-colosse elle fait quand même petite, ceci dit)

Jeune, jeune... décidément, il y tenait mordicus et Ellie n'allait pas perdre son temps à lui réexpliquer que cette notion ne s'appliquait pas vraiment à elle. De toute évidence, son idée était faite et aucune argumentation ne pourrait s'enfoncer dans son crâne, alors tant pis. L'androïde observa le sous-lieutenant en silence, bien loin de se douter qu'il était en train de rager mentalement contre les supérieurs pas foutus de faire des tests d'aptitudes adaptés aux membres de l'escadron de robotique. Lorsqu'il lui ordonna de reposer le Vulcan, Ellie amorça un geste pour obéir, mais s'arrêta lorsque, finalement (sans doute histoire de prouver qu'il n'était pas si têtu que ça), Shefield lui ordonna de le garder. Elle fronça très légèrement les sourcils en entendant sa demande suivante: faire le parcours du combattant avec l'engin, c'était ce qu'il avait en tête ? Impassible, elle se mit en marche derrière l'Attila version soldat moderne. Pourquoi pas, après tout.

Ellie conserva son attitude glaciale tout le long du trajet, ignorant prodigieusement les regards et autres réactions d'ébahissement que son passage provoquait chez les p'tits nouveaux. Faire une forte impression, tout ça, ça ne lui importait pas du tout et ça ne lui évoquait pas grand-chose.

"Tu sais ce qu'il te reste à faire," lui dit-il avant de partir à la recherche d'un chronomètre.

Toujours silencieuse, l'androïde observait le parcours avec attention. Pour quelqu'un qui venait de se faire donner un tel challenge, elle semblait d'un calme assez déroutant. Ellie sauta sur place à quelques reprises, calculant ainsi la force nécessaire pour la soulever du sol avec ce poids rajouté qui n'était pas le sien - le genre de détail assez important quand on ne souhaite pas se retrouver sur le cul au premier saut, parce que, non, elle ne ressentait pas la honte, mais n'acceptait pas l'échec comme une option valable non plus. Ce petit test effectué, elle se mit en position, balaya le parcours du regard une dernière fois, et s'élança. Les deux premiers obstacles furent franchis sans problème. Ellie parut vaciller quelque peu après avoir atterrit de l'autre côté de la fosse, mais rien qui ne puisse l'empêcher de reprendre sa course vers le fameux mur.

Ellie agrippa la corde fermement, et commença à s'y hisser, apparemment sans mal. Elle atterrit de l'autre côté du mur sur ses deux pieds. L'androïde se jeta sous les barbelés sans hésitation, les franchissant le plus vite possible: sa veste se déchira en quelques endroits, mais elle ne sembla même pas le remarquer alors qu'elle se relevait à la sortie des cinq mètres. Elle grimpa sur la poutre avec une grâce assez surprenante pour quelqu'un qui se trimballe pareil engin que le Vulcan imposé par Shefield. Cet obstacle aussi fut franchi sans difficulté apparente, son programme faisant les calculs et observations pour lui faire poser le pied au bon endroit et de la bonne manière. Après la traversée des pneus venaient des exercices musculaires: en temps normal, Ellie se serait arrêtée pour lui demander si c'était vraiment nécessaire - tu parles, comme si un robot ne pouvait pas faire quinze pompes sans crever - mais, en l'occurrence, elle était chronométrée et n'avait pas une seconde à perdre: les pompes et les abdos ne lui causèrent absolument aucun ennui, mais force était d'avouer que pour les tractions à la barre, l'effort fut un peu plus apparent: le poids du Vulcan combiné à son propre poids était plus près de la limite qu'elle pouvait soulever avec ses bras, mais, puisque c'était toujours dans la limite du faisable, elle termina ses quinze tractions en un temps bien raisonnable, avant de s'élancer dans le dernier sprint aussi vite qu'elle pouvait.

Ellie s'immobilisa après avoir traversé la ligne d'arrivée. Seuls ses cheveux décoiffés et les déchirures sur son uniforme témoignaient du parcours qu'elle venait de franchir: n'étant pas faite de chair et de sang, elle ne ressentait pas la fatigue des êtres organiques, mais pouvait quand même calculer que le parcours avait été assez complexe pour ne pas être une complète perte de temps. En parlant de temps... son horloge interne lui indiquait qu'elle avait fait le parcours en deux minutes, quarante-cinq secondes et dix-huit centièmes. Restait à voir si cela lui gagnerait le droit d'être appelée par son nom au lieu de se faire appeler "jeune" à tout va.

"Je suis dans les temps, non ?" demanda-t-elle avec son éternel calme olympien, croisant les bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ - SEAL
Tout et rien à la fois
avatar

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Petit différend entre génies   Mer 24 Fév - 3:40

" Mais qu'est-ce que vous fabriquez ?"

Cette question surgie du bout de la cour d'exercices avait été lancée sur un ton mécontent, presque indigné, par une voix profonde et puissante. Il s'agissait du capitaine Dolovan, dont le blanc de l'uniforme contrastait avec sa peau noire, qui venait de passer une porte. Il marcha d'un pas long, avalant la distance, en direction du parcours du combattant que venait d'effectuer le blonde avec tant de brio, une allure qui pouvait paraître menaçante. Après tout, ce n'est jamais rassurant de voir une montagne de muscles foncer sur soi à cette vitesse. Mais quiconque connaissait le capitaine savait que c'était là son allure habituelle et que son attitude présente n'était pas vraiment menaçante mais relevait simplement de son charisme naturellement intimidant pour qui n'y était pas habitué. Le capitaine se campa face au sous-lieutenant qu'il ne se priva pas d'interroger.

" Shefield, je peux savoir ce que signifie cette mascarade ? A quoi vous jouez là ? "

Tout bien réfléchit, le ton de sa voix indiquait qu'il n'appréciait pas beaucoup ce qu'il voyait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Shefield
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant
avatar

Nombre de messages : 46
Age du perso : 45 ans
Langues parlées : Anglais, espagnol (moyen) et français (moyen)
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Petit différend entre génies   Mer 24 Fév - 4:09

Trop facile... Tout devenait trop facile avec cette androïde, c'était à la limite de l'inconcevable. Ok, c'était une machine qui avait été conçue avec le plus grand soin, avec les meilleurs matériaux, et elle avait été programmée par les meilleurs programmeurs de la firme, mais merde quoi... C'était vachement déroutant de voir ça. Un sans-faute au tir, un sans-faute sur le parcours... Il y avait de quoi avoir le cafard, après avoir vu ça, carrément! Ah, avec ça plus l'âge, Shefield ne se sentait vraiment plus dans le coup, à force d'à force, aussi.

"Bon, bon... Ça va ouais."

Dit-il en regardant le chrono', qui s'était arrêté largement avant le délai imparti de 3 minutes. Décidément, James commençait à se demander pourquoi ne pas envoyer que des machines dans ce genre sur les fronts, à la place des soldats humains. La différence de niveau était trop marquée, et il craignait maintenant que ce déséquilibre n'affecte négativement une escouade composée d'humains: en voyant qu'on peut faire pire qu'eux, ils seraient foutu de se mettre à glander sagement en attendant que les robots fasse le travail! Non, ça n'allait pas, ça. Il faudrait trouver un poste où placer Ellie, qui ne la mette pas en concurrence avec les soldats, sinon ça allait être la foire dans les premières lignes.

C'est ce à quoi Shefield réfléchissait, avant l'irruption du capitaine Dolovan. Il ne manquait plus que lui, tiens. Planquant rapidement son exaspération préparée d'avance, il salua militairement son supérieur hiérarchique et commença à expliquer, sans être gêné le moins du monde:

"Test d'aptitudes, capitaine. En attendant une procédure spéciale pour les androïdes, on est bien obligé d'en passer par là pour les évaluer avant une opex. Ne vous formalisez pas pour l'arme qu'elle tient là, un handicap que je lui ai imposé pour le parcours d'obstacle. Mais même avec ça..."


Il montra le chronomètre, arrêté sur le temps de la jeune femme de synthèse, au capitaine, pour soutenir son argumentation: à être hors-normes, test d'aptitudes hors-normes. A la guerre comme à la guerre, on fait avec ce qu'on peut. Le capitaine n'ignorait pas, après tout, le fond du problème. A savoir que, comme nous l'avions vu précédemment, une machine comme Ellie pose de grands problèmes quand il s'agit de l'évaluer. Cf ce qu'il s'était passé avec la machine, pour les tests en labo'. T'inquiète, jeune, Shefield va faire de toi une pro de chez pro, comme à la vieille école. Enfin, en attendant, voyons ce qu'il veut, Dolovan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellie Karminstone
Androïde - I.M.: 0
Androïde - I.M.: 0
avatar

Nombre de messages : 22
Age du perso : 5 mois (apparence du début de la vingtaine)
Langues parlées : Anglais (accent américain)
Pouvoir du perso : Force surdéveloppée
Date d'inscription : 07/02/2010

MessageSujet: Re: Petit différend entre génies   Mer 24 Fév - 8:04

Tiens, il ne l'avait pas appelée "jeune" en répondant à sa question. Ça se trouve, il y avait vraiment du progrès au niveau de ses fonctions cognitives, et il avait fini par réaliser que ce surnom convenait peut-être à une nouvelle recrue humaine, mais pas à une androïde. Son regard glacial coulissa vers le char d'assaut qui avait brusquemment décidé de les charger - enfin, vers le colosse qui se dirigeait vers eux à grands pas, quoi. Ellie ne l'avait jamais vu et ne connaissait donc pas son nom, mais elle repéra immédiatement qu'il était d'un grade supérieur à Shefield. Toute androïde qu'elle était, Ellie espérait quand même que ce capitaine et le sous-lieutenant n'allait pas se friter pendant une éternité devant elle. C'est qu'elle avait quand même eu sa dose quotidienne d'enfantillages, avec Trent et Gordon... de toute évidence, ce grand gaillard n'était pas très au fait de la situation, mais il semblait quand même déjà passablement énervé.

Péter les plombs sans même savoir pourquoi, ça, c'était vraiment l'exemple typique du côté aléatoire et illogique du comportement humain. Qu'est-ce qui le faisait sortir de ses gonds ? Le fait qu'elle trimballe le Vulcan sur le parcours du combattant, le fait qu'elle ait réussi le parcours sans difficulté réelle ? Ou encore, peut-être Shefield n'était-il pas supposé l'emmener ici. Même, il était toujours possible qu'il s'énerve parce que le parcours avait brisé son uniforme auparavant impeccable. Franchement, avec la psychologie instable des humains, on ne savait jamais. La plupart d'entre eux auraient besoin d'une sérieuse reprogrammation et d'un solide vérification des circuits internes. Ellie décida de prendre la parole juste après Shefield: personne ne lui avait demandé, mais personne ne lui avait interdit non plus, donc rien ne l'en empêchait.

"Le sous-lieutenant Shefield refuse de prendre pour acquis les caractérisques que me confèrent mon statut d'androïde," répondit-elle de son éternelle voix impassible. "Une rigueur qui est tout à son honneur et plutôt rare chez les humains, d'après mes observations."

Bah, oui, ses "observations" étant basés sur les deux gus qui lui servaient de responsables de dossier... disons que certains pourraient leur trouver un côté comique, mais côté rigueur, on repassera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ - SEAL
Tout et rien à la fois
avatar

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Petit différend entre génies   Jeu 25 Fév - 11:45

Shefield salua son supérieur comme l'imposait la rigueur militaire et donna sa réponse, que l'androïde agrémenta d'un commentaire qu'il jugea superflu. Il va sans dire que le capitaine ne fit aucun effort pour cacher son mécontentement.

" J'ai bien vu qu'il s'agissait d'un test d'aptitudes, mais pouvez-vous me dire à quoi ça sert de le faire passer à un robot ? Non, parce que ça ne sert à rien. Primo, le terrain d'exercice est adapté pour des soldats humains, pas pour des machines. Contrairement à la Zone Zero qui a été conçue précisément pour cela. Secondo, les robots sont des outils, et comme tous les autres outils, ils ont un "manuel d'utilisation", leurs fiches techniques avec toutes leurs spécifications et caractéristiques sont disponibles pour les officiers au département robotique. Il suffit de les lire au lieu de passer pour des andouilles à tester les limites humaines d'une machine. "


Dolovan fustigea silencieusement un moment en fusillant Shefield du regard, pour la forme, puis il sembla se calmer instantanément, toute trace de colère envolée, et redevenir un homme civilisé parlant simplement à un autre.

" Bon, passons. Y a-t-il une raison qui vous pousse soudain à vouloir examiner la tripaille d'une androïde ou c'est juste une lubie du moment ? "

Aux dernières nouvelles, Shefield dirigeait une unité d'infanterie et les activités des robots ne le concernaient pas vraiment. Daryll considérait la curiosité comme une saine qualité, mais seulement lorsqu'elle était justifiée, sinon elle devenait une malheureuse tendance à fouiner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Shefield
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant
avatar

Nombre de messages : 46
Age du perso : 45 ans
Langues parlées : Anglais, espagnol (moyen) et français (moyen)
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Petit différend entre génies   Lun 15 Mar - 2:45

Bah, on s'en serait douté, que la robote avait un manuel d'utilisation, en 572 pages non-illustrées mais traduit en 4 langues, on s'en serait douté... Sauf que Shefield n'avait pas le temps de potasser des papiers, chef. Shefield, c'est pas un littéraire, mais un scientifique, et pour lui, la vérification empirique est la première des choses qu'un homme doit être capable de faire, et ce afin de ne pas se laisser embobiner par les règles établies. Ah, si Galilée s'était contenté d'écouter ceux qui disaient que la terre était plate, on n'aurait toujours pas trouvé la bonne réponse... Ça, c'est de l'esprit scientifique, rigoureusement. Et Shefield est titulaire d'un certificat d'études universitaires de physique, non mais!

Bref, tout ça pour dire que les remarques déplaisantes du capitaine lui passèrent à mille lieues au dessus du crâne, au vieux dinosaure. James n'était pas né de la dernière pluie, et il ne s'en laisserait pas conter de cette façon par son supérieur; même s'il s'agissait de son supérieur, d'ailleurs. Mais évidemment, comme l'exige l'étiquette militaire, il ne pipa mot de ce qui fut dit par son supérieur, donc. Il passa sous silence, avec un détachement presque inouï (bah, quand on connait le père Shefield...), ces remarques acerbes, pour se concentrer sur la réponse à fournir à la question suivante.

"Je prépare tout simplement la prochaine opération extérieure, capitaine, en préparant les forces et les moyens dont nous disposons de façon pratique. La présence d'éléments robotisés sur le terrain est un bel atout, pour sûr, mais cet atout pourrait desservir nos forces si on n'apprend pas par l'expérience à coordonner l'ensemble. Voyez cette androïde, capitaine." Shefield indiqua Ellie du menton. "Une belle arme assurément, que j'ai réquisitionné afin de l'évaluer sur le fond. Connaître ses spécificités techniques est une chose, mais voir la façon dont elle peut se déployer en est une autre, bien plus utile pour savoir au mieux le rôle que ce genre de machines peut jouer sur le terrain."

James marqua une pause, pour reprendre du souffle, mais ne s'attarda pas trop, des fois que le capitaine le couperait dans son explication.

"En outre, l'étape à suivre sera de positionner cette androïde au sein d'un bataillon de fantassins humains, afin de mettre en place, à long terme, la meilleure coordination possible entre ces 2 types de forces, toujours dans une optique d'opérations sur le terrain. Je connais mes hommes, capitaine, sur le bout des ongles, et cette androïde pourrait en faire partie à l'avenir. Je me dois de connaître par cœur ses possibilités, afin de la diriger comme je dirige l'essentiel des troupes,de façon tout aussi optimale."

Voila, cette fois c'était tout, pratiquement. Inutile d'aller lécher les rangers du capitaine et de tout l'état-major, de cette façon: Dolovan comprendrait de lui-même, s'il n'était pas trop naïf, que Shefield avait tout compris à ce qu'il faisait, et que c'était sans doute là, l'une des meilleures façons de faire pour intégrer les androïdes aux troupes majoritairement humaines de la SEAL.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ - SEAL
Tout et rien à la fois
avatar

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Petit différend entre génies   Dim 28 Mar - 2:37

Comme l'exigeait son rôle de gros con de gradé, Dolovan ne montra rien de sa satisfaction devant l'esprit d'initiative du vieux Shefield, ni devant son sens de la rigueur et de l'efficacité qui pouvait s'avérer primordial pour des missions. Ce mec était un put*** de bon officier, mais pour le capitaine qui le commandait, il était interdit de montrer qu'il en était fier, il devait rester éternellement insatisfait. La réponse que lui fournit le vieux soldat le satisfaisait au plus haut point il lui fournissait l'occasion parfaite pour mettre en application une idée qu'il avait proposée sans succès quelques temps plus tôt. Et l'homme qu'il avait en face de lui était probablement le plus qualifié de toute la base pour s'en charger : il savait commander et diriger avec intelligence et réfléchissait dans le bon sens. Dolovan aurait probablement apprécié de partir avec lui en mission sur le terrain, quitter tout ce protocole hiérarchique "indispensable à la stabilité d'une armée" pour être simplement un officier menant ses hommes au combat pour la victoire.

Une occasion en or était donc fournie à Dolovan et il n'allait pas la rater.

" Un androïde dans votre unité hein ? Et bien puisque vous vous portez volontaire pour déterrer un vieux dossier, vous viendrez à mon bureau me présenter vos résultats. Je parle bien sûr de l'incorporation et de la coordination du robot dans votre unité, je me moque de ses caractéristiques. Il va sans dire que je ne m'attends pas à un échec de votre par et il serait maladroit de me prouver que je me trompe car la règle la plus importante de toutes, c'est que le chef a toujours raison. "

C'était un ordre plus que curieux car le Capitaine Dolovan n'étant pas un administratif, il était de notoriété publique qu'il n'avait pas de bureau. Une fois, un officiel était venu le voir, lorsqu'il avait demandé où se trouvait "le bureau du capitaine Dolovan", on lui avait rit au nez.

" Encore une chose, cessez donc de faire le pitre dans cette cours et descendez au sous-sol par le hangar nord, je vais demander qu'on vous débloque un créneau horaire dans la zone Zero."

Sur ces mots, Dolovan se détourna et repartit vers le bâtiment d'où il était venu. Seul un petit tressaillement d'un muscle de sa joue indiquait son excitation à l'idée des évènements à venir. S'il y avait un homme pour réussir à réaliser son projet, c'était bien Shefield.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellie Karminstone
Androïde - I.M.: 0
Androïde - I.M.: 0
avatar

Nombre de messages : 22
Age du perso : 5 mois (apparence du début de la vingtaine)
Langues parlées : Anglais (accent américain)
Pouvoir du perso : Force surdéveloppée
Date d'inscription : 07/02/2010

MessageSujet: Re: Petit différend entre génies   Mar 30 Mar - 17:59

Et voilà, c'était à prévoir. C'était tellement typique que ça en deviendrait presque lassant - si Ellie avait eu la capacité de ressentir de la lassitude, bien évidemment. Pour l'heure, l'androïde se contentait de constater qu'avec ces deux-là, elle ne sortait pas trop de sa routine avec les scientifiques de la base. Comme ces messieurs en blouses blanches, les militaires - du moins, ces militaires-ci - avaient une très nette tendance à parler l'un et l'autre en présence de la jolie blonde de synthèse, sans l'inclure dans la conversation, ou même sembler se souvenir qu'elle était toujours là. De toute évidence, son statut d'androïde lui procurait une quasi-invisibilité aux yeux des autres, sauf lorsqu'elle déambulait dans les couloirs en trimballant un Vulcan comme si de rien n'était. Tenez, pire encore, en fait: non seulement ils se parlaient en l'ignorant comme si elle avait fait partie de la tapisserie, mais en plus, ils parlaient d'elle, comme Trent et Gordon.

Posant l'arme sur le sol, non pas parce qu'elle était fatiguée de la porter, mais plutôt parce qu'elle allait la gêner pour la suite, l'androïde ne détacha pas ses yeux de glace des deux hommes en pleine discussion. S'appuyant en silence contre le mur, les bras croisés, elle les observa avec attention. Le nouvel arrivant était manifestement un supérieur de Shefield: il désapprouvait visiblement le temps et les efforts perdus par le lieutenant à tester ses capacités comme si elle avait été un soldat de chair et de sang. Le colosse défendait ses positions avec fermeté, néanmoins, malgré son grade inférieur. Ellie devait admettre qu'après ces explications, l'idée lui semblait bien plus acceptable et en accord avec sa logique interne. Bien sûr, si elle devait être jumelée à des humains, il fallait voir comment elle-même se débrouillait dans des situations adaptées aux humains par rapport à eux. Dolovan plia lui aussi devant la logique de la justification de son subordonné (Ellie nota qu'il y avait donc un espoir en ce qui avait trait à la logique des humains), puisqu'il sembla accepter l'idée de Shefield d'intégrer une androïde dans son groupe. Il lui ordonna par la suite de se rendre au sous-sol, sans toutefois accorder un regard à Ellie. L'ordre ne s'adressait donc pas à elle.

L'androïde se redressa légèrement, les bras toujours croisés.

"Et moi ?" demanda-t-elle froidement.

Bah oui, et elle ? Elle était programmée pour obéir aux ordres, encore fallait-il qu'elle en reçoive...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petit différend entre génies   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petit différend entre génies
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Faculty :: Quartier General de la S.E.A.L. :: Département militaire :: Extérieur :: Terrains d'entraînement-
Sauter vers: