AccueilPortail2FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mouille la pluie mouille...

Aller en bas 
AuteurMessage
Malia Ramires
Formateur
Formateur
avatar

Nombre de messages : 506
Age : 28
Age du perso : 24 ans (8 Septembre)
Langues parlées : Parfaitement : Chinois, Espagnol, Japonnais et Anglais. Notions : Italien, Français et Laotien.
Pouvoir du perso : Matériel : végétal
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Mouille la pluie mouille...   Ven 11 Déc - 23:48

Malia avait passé deux jours entiers sur la route pour rallier la Chine à la faculté et le temps avait été plus qu'exécrable. Lorsqu'elle était monté dans le bac avec son véhicule les gens avaient tout bonnement fuit ! Pourquoi diable ? C'est assez simple en fait la seule différence qu'il y avait entre la jeune femme et une femme à la mer était l'odeur de sel... Pour le reste, la moindre couche de vêtement était trempée et elle en était certaine ses chaussures étaient mal en point à cause de toute cette eau. Seul ses cheveux qui avaient poussés durant son année d'absence étaient encore partiellement indemne du moins sous le casque.
Quelques temps plus tard il lui fut enfin permit de remettre pied à terre et de fouler à nouveau le sol de la faculté. Quelque chose en elle souriait malgré le froid et la fatigue. Elle observait autour d'elle les changements qui avaient eu lieu en surface pas grand chose au final, quelques plantes avaient changés mais elles étaient toujours aussi belle. La place qu'elle avait trouvé pour sa moto à son arrivée était toujours là, libre comme si elle l'avait attendu. Comme si c'était habituel pour elle, la jeune femme déposa ses affaires près du cabanon du jardinier et elle recouvrit l'engin de lianes en un rien de temps. Elle qui ne s'était pas servit de son pouvoir durant cette année ou si peu fut surprise de voir qu'elle savait toujours le faire, cela lui arracha même un sourire sur son visage frigorifié par la pluie. Vivement qu'elle rentre pour se réchauffer elle avait du mal à marcher là. Et dire qu'elle devait aller voir le recteur, il allait bien rire tient ! Enfin il valait mieux ça que ne pas revenir, au fond d'elle l'impatience grondait.
C'est dans cet état d'esprit qu'elle franchit la porte du hall et qu'elle s'y arrêta enfin protégée du temps qui ne tarderait pas à faire disparaitre de nouveau le soleil qui montrait enfin le bout de son nez. Elle commença par retirer sa veste épaisse et retira ses chaussures par habitude avant de les remettre en se rappelant qu'ici ce n'était pas coutume. Comme quoi certaines choses se perdaient avec le temps. Puis elle prit place sur n banc histoire de se reposer un peu avant d'affronter le grand manitou des lieux et de reprendre son rôle de professeur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
X422-374F/Kajitsu Aoyagi
Membre de la Slayer's Division
Membre de la Slayer's Division
avatar

Nombre de messages : 645
Age du perso : 15 ans
Langues parlées : Anglais et japonais
Pouvoir du perso : organique végétal
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   Sam 12 Déc - 16:20

[Surprise! ^^]

Non vous ne rêvez pas... et Kajitsu non plus d'ailleurs, à son plus grand malheur. S'il y avait bien un endroit au monde où elle aurait préféré éviter de mettre les pied, c'était bien ici. Toutefois, dans la vie, on ne fait pas toujours ce qu'on veut et on doit faire des choix qui vont souvent à l'encontre de ce qu'on souhaite véritablement. Car voyez-vous, si ce jeune cerisier artificiel était à la Faculté, ce n'était pas pour répondre à une quelconque rage meurtrière (bien qu'elle aurait apprécier montrer sa façon de penser à la nouvelle responsable de la communication), mais bien pour rendre une petite visite à la seule de ses sœurs encore en vie: Yume. Oh bien sûr, cette petite n'ayant physiquement que 11 ans (mais réellement même pas encore 2 ans) n'était pas dans ces lieux à cause de sa sœur. C'était simplement Blue (qui s'était occupée de Yume depuis la chute de l'Arobase) qui avait décidé, comme ça, de quitter New-York pour s'installer ici. Il s'en était suivit de nombreuses protestations de la part de Kajitsu, mais il n'y avait aucune discussion possible. Voilà donc pourquoi en ce jour, on pouvait trouver la plus jeune membre de la Slayer's Division (et sans doute l'une des plus jeunes toutes Divisions confondues) sous la pluie, devant la porte de l'entrée de l'établissement.

Il pleuvait...

S'il y avait bien quelque chose pouvant apaiser cette jeune clone, c'était la pluie. La sentir couler contre sa peau, glisser sur elle... ça lui donnait envie de se détourner de l'entrée et de se cacher dans la forêt afin de s'enraciner en paix, sans être vue, afin de simplement profiter de la pluie avec ses semblables inconscients. Mais non, elle devait se résigner à entrer. Entrer et oublier la douce sensation de la pluie, le confort des racines et de la terre, la sensation apaisante "d'être" dans l'immobilité. Car cet arbre le savait parfaitement, ça avait commencé dès ses premiers pas sur l'île, les souvenirs de sa première année à la Genetics Corporation venaient la tirer vers l'arrière. Comment oublier cette rage meurtrière dirigé contre celui qu'elle croyait à l'époque lui avoir tout enlevé? Oh bien sûr, avec le temps, Kajitsu en était venue à prendre beaucoup de recule et elle était parvenue à apprendre bien des choses au sujet de ces éléments nébuleux ayant fait sa première année dans le monde de la violence et du sang. Toutefois... elle ne pouvait oublier aussi facilement et Fraust gardait tout de même une part de responsabilité, même si elle ne lui accordait plus autant de crédit. Enfin... au moins, elle n'avait plus envie de le tuer (...autant), c'était positif quand on savait qu'avant d'aller voir Yume, Kajitsu irait voir le recteur.

Ce qu'elle lui voulait? Pas grand chose, simplement prendre des informations afin de s'assurer que sa petite sœur était en sécurité ici et de savoir à quel genre de vie elle aurait droit. Car à ce sujet, Kajitsu était très stricte: Yume vivrait la même vie que n'importe quelle autre être naturelle de son âge, aucune objection possible! Elle ferait tout pour la tenir à l'écart du sang et de la violence... elle serait prête à tout pour la protéger de son propre monde. Mais pour y parvenir... elle devait entrer.

La porte s'ouvrit.

Ce n'est qu'après avoir poussé un soupire que cette être artificielle pénétra dans le manoir, découvrant le hall d'entrée. L'eau continuait de ruisseler sur elle comme si elle était toujours à l'extérieur, c'était assez rassurant, même cette sensation s'arrêterait bien vite. Bon, maintenant, elle était entrée, mais encore fallait-il trouver le bureau du recteur. Elle fit donc quelques pas dans le hall avant d'observer autour d'elle, à la recherche d'une indication ou d'un indice significatif. Rien de ça ne s'y trouvait, toutefois, elle ne manqua pas de trouver une jeune femme dont l'âge avoisinait celle des autres membres de sa Division; sûrement pas une élève quoi. Point positif, elle ne l'avait jamais vue, donc peut-être n'était-elle pas au courant que cette jeune clone n'avait rien d'une future élève. Car après tout, si on se fiait aux apparences, Kajitsu n'était encore qu'une jeune mutante de quinze ans et des poussières, en quoi serait-elle dangereuse? Bon d'accord... elle portait tout de même son arme à sa taille (comme toujours) et son expression donnait l'impression qu'elle était bien plus âgée que la réalité. Mais bon, les élèves/membres du personnel de cette école ne pouvaient pas être tous aussi méfiants que ça. Enfin... elle l'espérait.


"Hum... excusez-moi," aborda la jeune clone en faisant quelques pas vers la jeune femme installé sur un banc, "vous savez où je pourrais trouver le bureau du recteur?"

Et voilà... c'était commencée. Le cœur de cette trop jeune Kajitsu battait de plus en plus fort... pourquoi était-elle nerveuse?

_________________
-¤Fight to live¤-


[In memoriam Victor... stay with us, always in our memories]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malia Ramires
Formateur
Formateur
avatar

Nombre de messages : 506
Age : 28
Age du perso : 24 ans (8 Septembre)
Langues parlées : Parfaitement : Chinois, Espagnol, Japonnais et Anglais. Notions : Italien, Français et Laotien.
Pouvoir du perso : Matériel : végétal
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   Dim 13 Déc - 0:14

La paix fut de courte durée comme souvent dans l'établissement on était pas seul. Après tout c'était une école et il y avait donc du passage, beaucoup de passage. Mais malgré son jeune âge, Malia ne savait pas elle trouvait qu'il y avait quelque chose qui clochait chez ce nouvel élève, peut être n'en était-elle pas une, c'était étrange. Après un second coup d'œil qui jaugeait le niveau de danger qu'elle encourait avec la jeune fille, la professeur fini par hausser les épaules et haussa les yeux en comprenant ce qui clochait, l'arme à la ceinture. Personne à cet âge se baladait avec ça ! Enfin bon elle n'attaquait pas était seule et puis elle avait l'air sympathique passé le détail.

"- Bonjour mademoiselle, vous savez l'arme vous devriez la ranger. "

Elle tendit le bras pour lui montrer ce dont elle parlait tout en lui souriant gentiment. Elle n'avait aucunement l'intention de lui créer des problèmes, elle aussi en avait des armes après tout, simplement elles étaient rangées de façon à ce qu'elles ne se voient pas. L'enseignante finit par se mettre sur ses deux jambes, frigorifiée mais légèrement reposer du voyage, assez en tout cas pour avoir le courage de revoir le recteur. Cela lui rappelait des souvenirs la première chose qu'elle avait fait en arrivant ici avait été d'aller voir le recteur, comme quoi rien était immuable, cette fois ci elle serait accompagnée. Une fois que la jeune fille aurait fait en sorte de ne pas être aussi visiblement armée elle l'accompagnerait à leur destination commune.

"- Rangez là et je vous accompagne j'ai aussi à lui parler. Malia, je suis professeur ici, enchantée de faire votre connaissance, mademoiselle ?"

Oui c'était toujours bien de grappiller des informations et celle-ci était simple à obtenir de cette façon, pour peu que l'autre ne se méfie pas. La jeune femme lui tandis la main alors qu'elle prenait son sac à bout de bras dévoilant une belle flaque d'eau qui c'était formé autour, de même de sous le banc qu'elle occupait, comme quoi elle allait devoir trouver des fringues à sa taille le temps que les siens sèchent ! Espérons que le recteur aura une bonne idée pour ça, elle avait froid.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
X422-374F/Kajitsu Aoyagi
Membre de la Slayer's Division
Membre de la Slayer's Division
avatar

Nombre de messages : 645
Age du perso : 15 ans
Langues parlées : Anglais et japonais
Pouvoir du perso : organique végétal
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   Dim 13 Déc - 1:41

Ranger son arme? Et bien... comment dire... on parle d'un katana ranger dans son fourreau... C'était tout de même difficile à cacher et elle ne comptait pas non plus se balader sans. Après tout, Kajitsu avait l'habitude de toujours rester armée, juste au cas ou, et elle gardait son sabre avec elle en permanence depuis son achat (bon d'accord, sauf en avion). Sans compter qu'à la Faculté, bien qu'elle ne comptait attaquer personne, certaines personnes pourraient avoir de bonnes raisons de vouloir l'attaquer et il n'était pas question de prendre le risque de devoir se laisser faire bêtement. Après tout, la dernière fois qu'elle avait vu le recteur... elle avait un peu essayé de l'embrocher. Sans compter qu'à sa dernière visite de la Faculté... elle avait un peu kidnappé un élève après l'avoir amocher de manière significative. Et sans oublier le point le plus important...: Ashen était ici. Bien sûr, cette jeune clone ne le chercherait pas, mais si jamais elle venait à le croiser pendant son séjour, elle ne savait pas comment cela risquait de finir. D'ailleurs à ce sujet, Kajitsu ne savait pas du tout ce qu'elle devait penser. Voulait-elle le revoir ou pas au bout d'un an et des poussières? C'était encore très flou il faut l'avouer. Enfin... le but de sa visite était Yume, seulement Yume et elle était prête à assumer les conséquences de ses actes. Après tout... elle était fière de ce qu'elle était, pourquoi ne pas assumer ce qui vient avec?

"- Rangez là et je vous accompagne j'ai aussi à lui parler. Malia, je suis professeur ici, enchantée de faire votre connaissance, mademoiselle ?"

Tient... professeur... Bon, après tout, ça ne changeait pas grand chose et ça expliquait surtout pourquoi elle semblait trouver la notion du "port d'arme" si importante; quel bon professeur ne ce soucierait pas de la sécurité de ses élèves? C'était compréhensible et tout à fait louable, ça lui donnait des points même. Car après tout, les professeurs était un des sujets qu'elle voulait aborder avec Fraust; si sa sœur devait fréquenté cet établissement, elle voulait en savoir le plus possible sur ceux qui devrait assurer sa sécurité et qui lui donnerait un enseignement X. Enfin, mieux valait lui répondre et rester polie, après tout, pour le moment, Kajitsu n'était pas en service et encore moins à proximité des autres membres de la GC, pas besoin de se montrer complètement froide et détachée.

"Kajitsu Aoyagi, enchantée." Se présenta-t-elle calmement. "Je suis la sœur de l'une des élèves ici... enfin, nouvelle élève, elle vient d'arriver."

Dans sa voix, Kajitsu semblait tout à fait normale, bien qu'un peu trop formelle pour son âge. Toutefois, on voyait bien que l'histoire avec son arme la prenait au dépourvue. Aussi, elle l'observa un moment, cherchant comment elle pouvait la placée de manière plus... hum... discrète si on veut. Il n'y avait pas vraiment mieux à faire.

"Par contre..." reprit l'être artificiel, observant toujours la garde de son sabre "je vois difficilement où je peux le mettre à part là. J'ai l'habitude de toujours l'avoir avec moi," explica-t-elle en levant la tête, les coins de sa bouche ne remontant que légèrement afin de former un sourire (faut se montrer sympathique quand même), "je ne m'en sépare pratiquement jamais."

C'était le genre de phrase digne d'un mutant focus en y pensant bien. Enfin, ce n'était pas comme si ça avait été l'effet recherché, Kajitsu ne comptait pas mentir au cours de son séjour (sauf à Yume lorsqu'elle lui demanderait quelque chose au sujet de son "travail") à moins que ça ne l'incrimine. Elle ne comptait pas dire à tout le monde qu'elle était membre de la Division la plus crainte de la Genetics Corporation non plus, il ne fallait pas exagérer non plus. Des plans pour que cette information arrive aux oreilles de sa sœur... thanks but no thanks. Il faudrait seulement qu'elle pense à trouver une explication à son port d'arme qui ne demande pas une démonstration de pouvoir (dans tous les sens du terme).

"Je viens d'un... hum... comment dire... d'un milieu assez violent." Expliqua-t-elle, démontrant un certain malaise. "C'est plus par mesure de précaution qu'autre chose, je ne compte pas m'en servir ici... et encore moins si ma petite Yume est ici."

On pouvait voir dans sa voix et dans son regard toute la sincérité du dernier passage. Car c'était bien là quelque chose à quoi elle tenait plus que tout...: Yume devait vivre loin de la violence, comme n'importe quel être naturel de son âge. Et dire que cette jeune clone n'avait que quinze ans... elle semblait déjà avoir perdu toutes traces d'innocence et avoir vu/vécu/connu bien trop de chose pour son âge. Enfin, Kajitsu était Kajitsu, que voulez-vous. Et puis, elle ne peut pas toujours avoir l'air d'un être froid et sans pitié!

_________________
-¤Fight to live¤-


[In memoriam Victor... stay with us, always in our memories]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malia Ramires
Formateur
Formateur
avatar

Nombre de messages : 506
Age : 28
Age du perso : 24 ans (8 Septembre)
Langues parlées : Parfaitement : Chinois, Espagnol, Japonnais et Anglais. Notions : Italien, Français et Laotien.
Pouvoir du perso : Matériel : végétal
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   Dim 13 Déc - 13:46

Malia sourit à sa propre bêtise, lorsqu'elle réalisa que ce qu'elle venait de demander était comment dire, impossible, pas de bagage ni rien pour la mettre, la fatigue sans doute... Mais cela ne la fit pas pour autant changer d'avis elle réfléchissait simplement à une solution tout en écoutant la jeune femme. La question était, comment laisser cette jeune femme armée sans qu'elle porte son arme ? Elle ne tarda pas à se présenter à son tour, la sœur d'une élève c'était rare de voir la famille des élèves venir ici, peu d'ailleurs gardaient d'assez bon contact avec elle pour cela, cette jeune fille devait beaucoup y tenir pour agir de la sorte, surtout que visiblement elle ne venait pas d'un lieu des plus amicales. À la précision du nouvelle élève, l'enseignante ne posa pas de questions, elle ne la connaitrait pas encore, normal elle venait d'arriver... Lorsqu'elle aborda de nouveau le sujet de son arme, Malia eut une idée qui la fit sourire malgré sa fatigue, cette dernière lui tombait dessus de minutes en minutes, le froid sans l'adrénaline qui l'accompagnait la rendait somnolente. Elle glissa sa main dans son sac et en un rien de temps, elle sortit son couteau de chasse qu'elle fit tourner dans sa main pour le prendre par la lame et la tendit à la jeune femme.

"- Je vous propose un échange de bon procédé, à votre départ on récupère chacune notre arme, la votre viendra trouver une place dans mon sac si vous acceptez."

Le professeur lui fit un grand sourire amical et attendit une réaction. Elle nota dans un coin de sa tête le prénom de l'enfant et ne tarda pas à poursuivre la conversation sur un tout tout à fait amical, cette fille devait être une mercenaire ou quelque chose du genre et elle venait de dire qu'elle ne comptait pas utiliser son arme, donc l'échange ne devrait pas poser de problème.

"- Je suis surprise de voir un membre d'une famille ici, c'est très rare vous savez que les élèves gardent d'assez bon contacte avec leur famille pour ça. En général ils se retrouvent plutôt livré à eux même et en arrivant ici ils se trouvent une famille non conventionnelle je vous l'accorde, mais tout d même une famille. Enfin c'est comme ça que je vous cet endroit et j'y suis professeur alors j'espère que les enfants sont aussi satisfait que moi de ce point de vue là. "

En disant cela, elle pensait à ses parents adoptifs, elle les considérait toujours comme tel, mais la famille heureuse qu'ils avaient formé n'était plus qu'un souvenir parmi tant d'autres, un souvenir heureux qu'elle ne regrettait pas pour autant. Elle avait même apprécier les deux mois qu'elle avait passé avec eux mais désormais sa famille était ici son année ailleurs le lui avait appris et confirmé, l'endroit et les élèves lui avait horriblement manqué. C'était un soulagement de revenir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
X422-374F/Kajitsu Aoyagi
Membre de la Slayer's Division
Membre de la Slayer's Division
avatar

Nombre de messages : 645
Age du perso : 15 ans
Langues parlées : Anglais et japonais
Pouvoir du perso : organique végétal
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   Dim 13 Déc - 22:50

Un échange...? Bon, c'était tout de même désavantageux, après tout, elle savait peut-être se débrouiller avec un couteau en main (mieux que sans rien) et faire quelque chose d'acceptable, toutefois, si les choses tournaient mal et qu'elle devait réagir rapidement, sans doute devrait-elle faire beaucoup mieux qu'acceptable. Après tout, on parlait tout de même d'une visite à celui qu'elle avait essayé de tuer et du frère d'Ashen (donc chance de l'avoir à proximité)... Kajitsu se retint d'échapper un soupire, c'était décidément bien compliqué d'approcher le recteur dans le simple but de demander des informations afin de s'assurer du bien de sa petite sœur. Enfin qu'importe, de toute façon, elle avait prévu de laisser son sabre à côté de la porte pendant l'entretient, en signe de bonne volonté. Et puis, en toute franchise, elle n'avait pas du tout envie de s'éterniser dans le couloir. Après tout, elle avait mentionner à Yume qu'elle ne pourrait être ici seulement le lendemain, elle ne comptait pas gâcher l'effet de surprise. Bon d'accord... surtout la possibilité de pouvoir converser un moment avec son mauvais souvenir et éventuellement de...

"Aucun problème."

L'être artificiel détacha alors son fourreau noir avant de le remettre entre les mains de la professeur. On pouvait bien sûr noter une certaine réticence dans son mouvement. C'était bien normal, après tout, elle ne s'était jamais promenée désarmée depuis tout juste quelques semaines après son dernier contacte avec la Faculté. Et puis, on parlait tout de même de l'arme qu'elle gardait en quasi-permanence en sa possession, celle avec laquelle elle était parfaitement à son aise... si elle croisait Ashen entre temps elle risquait d'en avoir besoin! Pas qu'elle voulait vraiment le revoir mais... Mais...? Mais quoi...?

Ah non... pas encore...

Voilà! C'était l'effet de cette foutue école! Ou alors était-ce simplement l'art de ce traitre? Après tout... la dernière fois qu'il lui avait été donné de le voir, l'état de leur "relation" était quelque peu... confuse. Alors maintenant, elle devait s'attendre à quoi? Ou plutôt... qu'attendait-elle encore? Pourtant, cet arbre irréel ne devrait même plus s'en soucier, même plus s'en préoccuper, elle avait assez avancer pour ça, elle n'avait plus besoin du soutient des autres ou d'une fierté extérieur à la sienne. Mais en même temps... Non! Mieux valait éviter de penser à cet être, elle était ici pour Yume et personne d'autre!


"- Je suis surprise de voir un membre d'une famille ici,"

"Hum...?" échappa Kajitsu en sortant de ses songes.

"c'est très rare vous savez que les élèves gardent d'assez bon contacte avec leur famille pour ça. En général ils se retrouvent plutôt livré à eux même et en arrivant ici ils se trouvent une famille non conventionnelle je vous l'accorde, mais tout d même une famille. Enfin c'est comme ça que je vous cet endroit et j'y suis professeur alors j'espère que les enfants sont aussi satisfait que moi de ce point de vue là. "

Livrer à eux-mêmes? Allons donc, comme si elle aurait accepté que sa petite Yume soit livrée à elle-même, tout comme elle l'avait été? Bien sûr, elle ne pouvait pas s'en occuper d'elle-même, elle s'était toujours senti coupable de ce fait d'ailleurs, mais il n'était pas question qu'elle ne prenne pas part à sa vie. Cette petite était trop jeune... bien trop jeune... elle semblait peut-être avoir dix ans (ce qui était déjà très jeune), elle n'avait, en réalité, même pas encore deux ans! Enfin, pour l'instant, Kajitsu espérait que ce que disait cette jeune femme soit vrai, puisque cela lui permettrait peut-être d'accepter la Faculté entant qu'endroit pouvant accueillir sa sœur en toute sérénité.

"J'espère que vous avez raison," lui répondit cette jeune clone aux mains tachées de sang (au sens figuré), une expression paisible sur le visage.

Aussi, à ce moment, Kajitsu réalisa qu'elle tenait toujours son arme entre ses mains! Comme quoi, malgré toutes ses années, cette jeune être avait toujours la fâcheuse (ok, pas tant que ça) tendance à se perdre dans ses pensées. Que voulez-vous, c'est dans sa nature et certaines choses refusent de changer. Enfin, tout ça pour dire qu'elle finit par tendre son arme la professeur (elle ne savait toujours pas son nom), prenant une expression déjà plus vivante. Elle semblait parfaitement en confiance et prête à tout affronter. Oui bon... ce n'était pas comme s'il y avait véritablement quelque chose à affronter (quoique psychologiquement parlant...), mais quand même.


"Ce n'est pas que je n'aime pas votre compagnie, mais ma sœur ignore encore que je suis là, je devais arriver seulement demain. Je ne voudrais pas gâcher la surprise et risquer qu'elle me voit maintenant."

Ainsi donc, la jeune clone lui donna son arme sans broncher. Il ne fallait pas qu'elle perde de vue l'essentiel: elle n'était pas ici entant que membre de la Slayer's Division, mais entant que sœur aînée d'une jeune élève.

_________________
-¤Fight to live¤-


[In memoriam Victor... stay with us, always in our memories]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malia Ramires
Formateur
Formateur
avatar

Nombre de messages : 506
Age : 28
Age du perso : 24 ans (8 Septembre)
Langues parlées : Parfaitement : Chinois, Espagnol, Japonnais et Anglais. Notions : Italien, Français et Laotien.
Pouvoir du perso : Matériel : végétal
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   Mar 15 Déc - 1:11

Malia ne tarda pas à obtenir de la jeune fille son arme, néanmoins bien qu'elle la lui ait tendue, elle semblait encore absorbée par ses pensées ce qui fit rire intérieurement l'enseignante. Oui, c'était un fait cette fillette l'amusait, elle se doutait bien qu'elle ne faisait pas dans la dentelle, mais le seul fait qu'elle soit là à vouloir prendre soin d'une des élèves de l'établissement montrait à quel point ce lieu avait une raison d'être. La voyant encore indécise, elle attendit patiemment, amusée plus qu'autre chose par la situation, peu commune. Ce n'est que lorsqu'elle répondit à sa surprise sur sa présence ici que son interlocutrice daigna enfin lui laisser jouir de son arme. Sa première action fut de oser son sac sur le banc et de l'ouvrir avant d'y déposer l'arme dedans puis de le refermer. Elles pouvaient maintenant partir en direction du sésame de la jeune fille.
Malia s'empara de son casque d'une main, de son énorme sac de l'autre et se dirigea d'un pas décidé en direction du bureau du recteur. Elle en profita pour continuer sur le ton de la discussion, comme si tout ceci était parfaitement banal et normal dans la maison. Pas du tout à moins qu'en un an les lieux aient beaucoup changés. C'est ainsi qu'elles grimpèrent ensemble les escaliers, heureusement pour le professeur, le bureau était tout proche parce qu'elle était exténuée.


"- Excusez moi, je reviens de très loin et le voyage a été plus qu'épuisant surtout à cause du temps. Ce n'est pas loin du tout, suivez moi. "

En haut, elle frappa à la porte sans même prendre la peine de signaler à la jeune fille que c'était là. L'enseignante attendait que quelqu'un réponde, espérons juste que Fraust soit là et non pas en vadrouille quelque part. Il était très eu probable de le retrouver dans le cas contraire, pas avec le peu d'informations récentes sur les activités à la faculté ces derniers temps. Enfin s'il était là, la réponse ne tarderait pas à venir. L'attente permis néanmoins à la jeune femme d'expliquer son geste qui pouvait paraitre incongrue.

"- Espérons qu'il soit là !"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Kushter
Recteur de la Faculté
Recteur de la Faculté
avatar

Nombre de messages : 1942
Age du perso : 24 ans
Langues parlées : Anglais
Pouvoir du perso : Matériel (Electrique)
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   Mar 15 Déc - 2:22

[précision temporelle: nous sommes le 23 Août, il est 20h et quelques... Wink ]

Quelques instants plus tôt...

Le recteur était bien dans son bureau, en grande discussion avec 2 autres personnes. Le sujet était, justement, les derniers préparatifs avant la rentrée scolaire, à venir dans une semaine tout pile.

Derrière son bureau plaqué chêne, Fraust laissait la cigarette se consumer toute seule au bout de ses doigts, trop impliqué dans la conversation pour songer qu'elle se fumait toute seule.

"... Alors tout est en place?"

Demandait-il à ses interlocuteurs, le regard un rien inquiet.

"Yep, pratiquement. Michael Logan a achevé la mise en route ce week-end, les moniteurs de surveillance sont en place, on a testé la chose et tout est opérationnel. Et puis, Kay va sûrement bien nous aider aussi, j'lui ai expliqué le fonctionnement et elle s'est mise en connexion avec le système pour agir comme une seconde alarme. En clair, tout est ok de ce point de vue là. Finalement, la seule chose qui manque, dans ce plan là, c'est l'après. Une fois que les ennemis seront ici, quoi. Mais ça, c'est ta partie, gros."

L'autre interlocuteur du recteur prit son tour la parole:

"Bah, l'après, c'est simple. On rassemble les quelques personnes qui savent se battre correctement, et on crève tout ce dont la gueule ne nous revient pas. Clair, net et précis."

"Tu vas vite en besogne, nigaud. Personne ici n'a ton niveau, ou le votre, Herr Direktor. J'crois que se jeter précipitamment dans une bataille ne nous vaudrait que des emmerdes, si vous me permettez l'expression. De plus, on ferait une cible facile pour quiconque de préparé à un assaut à vocation meurtrière, surtout en cas d'attaque armée."

Le recteur finit par écraser la cigarette dans son cendrier, tandis que les dernières volutes de fumée furent aspirés par la fenêtre ouverte.

"Tu as une idée de plan défensif, Soren?"

"P'tet bien... P'tet même plusieurs, en fait. Faut que j'réfléchisse à la question plus longuement pour trouver un plan imparable..."

"Bon. Moi, je vais nous trouver un plan B, au cas où le génie serait défaillant."

"Sache que mon génie n'est jamais défaillant, mec. Et que mon plan sera sans doute plus infaillible que ta grande gueule, le moment venu."

C'est à cet instant qu'on frappa à la porte du rectorat. Fraust conclut alors l'entretien:

"Bon, ok. On en reparle en fin de semaine, ça vous laissera le temps de potasser tout ça. Revenez avec des propositions solides et viables, donc."

Soren se leva, l'autre protagoniste aussi.

"Yaisse, ça roule. Bonne nuit, Herr Direktor."

"A plus."

Les deux hommes prirent le chemin vers la porte, que Soren ouvrit à l'autre personne, expliquant son geste avec un sourire ironique et une de ses répliques pleine de piquant:

"Les femmes et les enfants d'abord!"

Ce à quoi l'autre répliqua:

"Sois gentil, tu veux, va te pendre."

La porte s'ouvrit donc...

... Laissant Ashen nez à nez avec Kajitsu Aoyagi. La 'petite'... Qu'est ce qu'elle foutait là, celle-là?
Ashen était, comme toujours, armé. Certes, il n'avait pas pris ses ninjatos, ses armes les plus imposantes et visibles, mais il avait toujours son tanto dans le bas de son dos, et un couteau attaché à un harnais spécifique à sa cheville droite. Ça, et le reste... Ajouté à l'effet inattendu de voir devant soi un ennemi d'idéologie... Réaction éclair, on va dire.

Ashen utilisa sa vitesse éclair pour se saisir du tanto, et le précipiter sous la gorge de Kajitsu, en un instant. Et puis... Rien, son geste s'arrêta là, comme s'il n'était pas sûr des intentions de la petite, ou qu'un reste de leur amitié passée, morte et enterrée, avait refait surface pour l'empêcher de porter son attaque jusqu'au bout.

"... Toujours aussi nulle, à ce que je vois."

Expliqua-t'il en retirant lentement son bras de sous le cou de la jeune fille; une excuse trouvée à la va-vite pour expliquer le geste, comme si ça eut été un moyen de voir si elle s'était améliorée.

Rangeant son arme à son emplacement initial, Ashen finit par sortir de l'encadrement de la porte, non sans bousculer d'un bon coup d'épaule la jeune fille aux cheveux mauves sur son passage; une façon de dire "dégage de mon chemin 'sale gosse'." sans dire un mot, en somme.

Soren, qui avait assisté à la scène, juste derrière Ashen, passa à son tour, après avoir regardé les 2 jeunes femmes. En voyant Malia, il commenta:

"Salut à vous, jolies plantes! Toi, la meuf aux lianes, faut qu'on se voit un de ces jours, on a un compte à régler, j'pense que tu te souviens aussi bien que moi..."

Et sur un sourire un rien sadique, puis un regard vers le décolleté humide de la prof', il partir à son tour dans le couloir, laissant enfin la possibilité aux 2 filles d'entrer dans le rectorat. Fraust était quant à lui, en train de prendre un bol d'air sur le petit balcon derrière son bureau. Il en avait besoin, pour évacuer le stress du à la pré-rentrée, la mise en sécurité de la Faculté, et aussi pour accueillir comme il se doit, dans les meilleures conditions de sérénité et de concentration, les personnes qui avaient frappé à sa porte. Il finit par re-rentrer et se tint debout derrière son bureau, prêt à accueillir les 2 personnes qui étaient encore dans le couloir.

_________________

] Fraust Theme [

[ Notre Amour t'Accompagne, Où Que Tu Sois ]
[ In The Memory Of Hitori And Victor ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com
X422-374F/Kajitsu Aoyagi
Membre de la Slayer's Division
Membre de la Slayer's Division
avatar

Nombre de messages : 645
Age du perso : 15 ans
Langues parlées : Anglais et japonais
Pouvoir du perso : organique végétal
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   Mar 15 Déc - 3:37

Qu'importe... ce n'était pas trop grave. Quoique... ça avait tout de même une certaine importance. Quand aurait-il été si Kajitsu ne s'était pas présenté avec des intentions pacifiques? Pourtant, à ses souvenirs, c'était quand même un professeur que Kya avait eu du mal à combattre lors de leur visite en ces lieux... Ça devait déprendre des gens. Enfin, pour l'instant, ça avait tout de même assez peu d'importance puisque cette jeune clone était présente pour des raisons totalement inoffensives et qu'elle avait encore toute la soirée devant elle. C'est donc pourquoi elle ne fit rien de plus qu'hausser les épaules face au commentaire de l'enseignante, son esprit devenant de plus en plus occupé par la porte et les images. Son cœur battait de plus en plus fort, elle n'était présente pour rien de mal, elle n'avait rien à se reprocher, seulement... le revoir lui... même avec tout le recule qu'elle avait pris... était-ce une bonne idée? Au moins, son arme n'était plus en sa possession, elle ne risquait pas de regretter ses actes (bien qu'elle ait assez de contrôle pour s'empêcher de faire n'importe quoi).

Si peu de temps auparavant, Kajitsu avait semblé faire preuve de vie et d'assurance, elle semblait présentement marcher dans le Centre. Visage sérieux, trop sérieux, sans être tout à fait neutre encore, un pas droit et assuré faisant preuve autant de légèreté que de solidité. Elle semblait déjà fixer la porte du bureau du recteur sans même la voir, toute son attention était fixé en ce point précis. La seule chose qui n'allait pas était l'absence de son, l'absence de son sabre accroché à sa taille. Déjà, elle sentait qu'il lui manquait quelque chose... aurait-elle du tenté de rester armée? Non, ce n'était pas le moment de revenir sur ce point; elle entrerait dans le bureau du recteur entant que sœur de Yume et rien d'autre. Toutefois... il était dur de renier ce qui était devenu sa nature.

L'enseignante frappa à la porte.

Une respiration visible... la tension montait...


"- Espérons qu'il soit là !"

Une voix étouffé par la porte... puis une autre et... peut-être une troisième. Elle devait se calmer, les pas s'approchaient de la porte, ce n'était rien de plus qu'un entretient qui prenait fin. Non, c'était bien plus, c'était l'annonce qu'elle allait revoir celui qu'elle s'était un jour jurée de tuer. Allez... soyons calme et pacifique... calme et pacifique... Mieux, la revoilà calme, enfin, presque aussi calme qu'en apparence du moins. Au moins, sa nervosité n'avait été visible que par ce simple soulèvement de sa poitrine au moment où celle qui l'accompagnait avait frappé à la porte. C'était signe qu'elle n'avait pas encore perdu son sang froid. ... ou du moins pas assez pour que ce soit problématique.

La porte s'ouvrit.


*J'hallucine...*

Ce fut pour elle aussi un réflexe... mais inutile. C'était une scène certes incongrue. Car il n'avait suffit que d'une fraction de seconde pour qu'une lame se retrouve sous la gorge de cet arbre artificiel, alors que cette dernière était déjà entrain de "prendre son sabre" inutilement (disons seulement que ses mains avaient fait ce geste automatiquement dans le vide). Toutefois, contrairement à ce que la logique portait à croire, Kajitsu était resté parfaitement droite et un sourire en coin s'était formé sur son visage. Définitivement, elle aurait du rester armée. Toutefois, pour le moment, cela n'avait que très peu d'importance puisqu'advenant qu'elle aurait été armée... cette jeune clone ne savait pas moindrement ce qu'elle aurait fait face à Ashen. Ce n'était pas du aux compétences ou à un manque de confiance, seulement.... c'était Ashen et elle ne savait toujours pas comment elle devait réagir face à lui.

"... Toujours aussi nulle, à ce que je vois."

"Égal à toi-même..."

L'expression de Kajitsu était redevenue aussi neutre que précédemment alors qu'elle laissait échapper cette réplique qui n'avait rien de très sanglant. Ce n'était pas le but... mais elle était de circonstance. Puisque s'il fallait juger d'un regard, autant que ce soit des deux côtés. Au bien sûr, il avait porté un jugement erroné et juste pour ça, elle se ferait un plaisir de lui montrer de quoi elle était capable si elle venait à le recroiser dans l'établissement, Yume pas Yume. Après tout, c'était bien la règle qu'elle imposait à tous ceux ayant osés la sous-estimer au Centre, ça valait donc pour Ashen aussi (elle le considérait comme un ex-membre de sa Division présente après tout).

Enfin, pour l'instant, Kajitsu ne bougea pas lorsque le traitre retira son arme, se lançant même bousculer sans rien dire. L'autre mutant ne l'intéressait pas moindrement, tout comme la réaction de l'enseignante à cette scène. Qu'ils fassent ce qu'ils voulaient, l'attention de cette jeune être ayant fermée les yeux un instant alors que les pas d'Ashen s'éloignaient n'était pas là. Amusant quand même comme elle avait envie de déclarer "see you later..." Enfin, mieux valait oublier ce passage et reporter son attention sur le bureau du recteur et surtout calmer cette envie de baston qui venait de naître en elle. Ouais... ça avait du bon finalement d'être désarmée.


"Mieux vaut que vous passiez avant moi..." déclara simplement Kajitsu à l'adresse de l'enseignante, préférant gagner un peu de temps.

Vraiment... qu'est-ce qu'elle ne ferait pas pour sa sœur...

_________________
-¤Fight to live¤-


[In memoriam Victor... stay with us, always in our memories]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malia Ramires
Formateur
Formateur
avatar

Nombre de messages : 506
Age : 28
Age du perso : 24 ans (8 Septembre)
Langues parlées : Parfaitement : Chinois, Espagnol, Japonnais et Anglais. Notions : Italien, Français et Laotien.
Pouvoir du perso : Matériel : végétal
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   Mar 15 Déc - 19:48

Derrière la porte la jeune femme ne tarda pas à entendre des voies en pleine discussion visiblement. Mais celle-ci ne tardèrent pas à cesser remplacé par des bruits de pas, on se rapprochait de la sortie, Malia se recula instinctivement laissant le passage libre pour ceux qui sortaient. Ils ne mirent pas bien longtemps à le faire d'ailleurs, en premier lieu Ashen enfin c'est ce qu'elle cru vu qu'il se mit presque aussi tôt à sauter au cou de la jeune fille pour lui placer une arme sous la gorge. Vu la conversation une vieille connaissance, cette fille faisait donc partit de la GC, hum elle avait bien fait de la désarmer après tout, son couteau était moins dangereux que ce qu'elle avait avant. Néanmoins au courant d'un détail elle resta sur le qui vive si jamais les choses dérapaient. Enfin les deux se calmèrent bien vite ce qui permit à la jeune femme de reporter son attention sur l'autre. Le souvenir lui revint en voyant ce visage et ce presque immédiatement. En voilà un dont l'attitude ne lui avait pas manqué, il l'avait même oublié pour tout dire. La situation la fit sourire tout autant que le commentaire qui se voulait menaçant.

"- Je recommence quand tu veux mon cœur. "


Elle vit ses yeux se poser sur elle, pas étonnant pour un type de son espèce, dommage il était pas si mal fichu et il avait pas l'air trop bête, mais c'était, comment dire, difficile à supporter une tel façon d'agir. Sur ce, elle reporta son attention sur sa compagne d'infortune qui lui adressa la parole sur un ton peu amical, mais pas hostile, comme c'était le cas depuis le début. Elle s'exécuta sans demander son reste pour tomber nez à nez avec Fraust derrière son bureau. Il semblait fatigué quand même, c'était une bonne chose finalement qu'elle soit revenu plus tôt, elle pourrait peut être l'aider en quelque chose.

"- Bonsoir, j'ai rencontré un membre de la GC, dans le hall, qui voudrait te parler de sa sœur, nouvelle élève ici si je ne me trompe pas. Je pense que je vais prendre l'air en attendant, si vous n'y voyez pas d'inconvénient."

Sur ce, elle fit quelques pas vers le balcon pour dégager le passage à Kaji et se rapprocher du balcon où elle déposa son sac encore trempé. Il dégoulinait toujours même si les gouttes en tombaient d'une façon bien moins rapide qu'avant une ou deux par minutes seulement. La jeune femme n'osait pas l'ouvrir ça devait être la piscine la dedans...
En attendant elle se mit à réfléchir à comment elle pouvait humilier un bon coup Soren pour ne plus qu'il recommence ce genre de chose, l'humilier c'était simple il fallait juste qu'elle trouve un moyen de le faire our que cela li déplaise vraiment... Elle trouverait bien mais bon.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
X422-374F/Kajitsu Aoyagi
Membre de la Slayer's Division
Membre de la Slayer's Division
avatar

Nombre de messages : 645
Age du perso : 15 ans
Langues parlées : Anglais et japonais
Pouvoir du perso : organique végétal
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   Ven 18 Déc - 21:56

Quoi? C'était tout ce que ça leur faisait qu'elle soit membre de la Genetics Corporation? Avoir su, elle n'aurait même pas prit la peine de cacher ce détail tient. Enfin, c'était là un détail qui ne jouait pas moindrement en faveur de cet endroit! Après tout, chaque visite de l'entreprise s'était assez mal terminé, donc la laisser entrain de la sorte ici sans la moindre opposition... elle avait un doute quand même. Après tout, la dernière fois, ils avaient eu droit aux alarmes et à tout ce qui va avec, cette fois... rien. Bon en même temps, ce n'avait rien d'une embuscade ou bien d'une attaque, il ne faut pas oublier que la présence de Kajitsu en ces lieux se voulait pacifique, mais quand même! Ce n'est pas un question de paranoïa, mais bien d'un membre de la Genetics Corporation qui arrive à l'intérieur de cet établissement et armée par-dessus le marché! Vraiment... il avait intérêt à venter son école le Fraust si non elle s'occuperait elle-même de trouver un meilleur milieu pour Yume et Blue pourrait très bien aller se faire cuire un œuf! Elle n'avait rien contre cette jeune femme, bien qu'elle trouvait qu'elle prenait beaucoup de place dans la vie de sa sœur... sa place, mais de là à conduire Yume à la Faculté... il y avait toujours bien des limites. Enfin, revenons au rectorat.

Au moins, cette réplique avait du bon, ça l'avait amusé.


"Avoir su que ce serait si simple, je me serais annoncé clairement dès le début." Déclara l'être artificielle en pénétrant dans le bureau comme si de rien n'était, illusion de sourire aux lèvres.

C'était fou quand même. Seulement quelques minutes plus tôt, voir même quelques secondes, Kajitsu était nerveuse face à l'idée d'entrée dans le bureau. Pourtant, présentement, elle était parfaitement à son aise, un peu comme si elle allait rencontrer n'importe quel scientifique ou supérieur (bien que la règle ne s'appliquait pas ici à Joanna... personne n'est vraiment à l'aise avec Joanna après tout), voir même plus à l'aise encore. Ça, c'était l'effet "Ashen". En effet, depuis leur dernière rencontre, il suffisait d'évoquer son nom pour que cette jeune clone retrouve des pulsions meurtrière, entrant en "fighting mode" instantanément. Donc le voir et se retrouver dans l'impossibilité de répondre à sa menace parce qu'elle s'était laissée désarmer sans broncher par une prof (n'oublions pas qu'elle n'avait jamais pris le couteau de celle-ci) l'avait quelque peu... agacé si on veut. L'effet Ashen... tout ce qu'il lui fallait pour lui donner envie de se dépenser au maximum et de prouver sa valeur. Bien sûr, ici et en ce moment, elle n'en avait pas moindrement besoin, mais l'attitude y était. Sans doute peu pratique pour le reste de l'entretient tient. Parce qu'il ne fallait pas oublier... l'image de Fraust n'allait pas l'aider.

Oui, heureusement qu'elle était désarmée... bien heureusement... Parce que de se tenir debout, droite et fière, dans l'embrasure de la porte afin de se retrouver devant le recteur... c'était pénible. Elle avait peut-être pris du recule, mais l'envie de lui faire payer restait. Ou du moins celle de lui réclamer des explications sur ses foutus raisons d'avoir fait exploser un laboratoire pendant qu'il est sensé être pacifique grâce à sa lame. Enfin, on reste calme... très calme. Cet effort pour rester calme expliqua justement pourquoi Kajitsu resta un peu moins de cinq seconde dans l'entrée avant de s'avancer à l'intérieur du bureau. Par politesse (et non par respect, surtout qu'elle se forçait face à Fraust donc...), elle ne s'avança pas trop, seulement quelques pas histoire d'attendre ce qui devait être une invitation à entrer. Toutefois, elle ne put résister à ajouter d'un ton de voix parfaitement confiant, sans être hautain, mais non loin de l'être et beaucoup trop sérieux pour une "gamine de quinze ans":


"Pas de panique, je suis désarmée et je ne suis pas ici entant que membre de la GC," pas besoin de mentionner sa division non plus... il y a toujours bien des limites, "mais entant que la sœur d'une de vos nouvelles élèves."

Voilà, c'était dit... attendons la réaction maintenant dans la patience et le calme.
Mais oh ce qu'elle pouvait détester ce mutant électrique...

_________________
-¤Fight to live¤-


[In memoriam Victor... stay with us, always in our memories]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Kushter
Recteur de la Faculté
Recteur de la Faculté
avatar

Nombre de messages : 1942
Age du perso : 24 ans
Langues parlées : Anglais
Pouvoir du perso : Matériel (Electrique)
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   Lun 21 Déc - 2:36

Fraust s'étonna du retour de Malia. La prof était en effet de retour, avec pas mal d'avance sur le moment de la rentrée scolaire de la Faculté, chose étonnante. En fait, la pré-rentrée était surtout faite pour les membres 'invisibles' du personnel, ceux qui travaillent dans l'ombre, pour faire fonctionner l'établissement: cuisiniers, agents d'entretien, paysagistes... Tout ce petit monde avait bien besoin d'être là une semaine en avance, pour préparer bien comme il le fallait la rentrée des professeurs et des élèves!

Bref, Malia était donc entrée dans le bureau du recteur, pour s'en éclipser tout aussi vite, annonçant simplement à Fraust qu'un membre de la Genetics Corporation était là pour le rencontrer. Voila qui était inattendu! Tout de suite, Fraust s'imagina qu'il s'agissait de ce général des troupes Mutantes qu'il avait rencontré à Miami, lors de son passage en cellule. Cet homme, dont il ne connaissait pas le nom, avait tenté de lui proposer une sorte de marché assez malsain. Était-ce donc lui qui venait à nouveau se présenter à Fraust, plus d'un an et demi plus tard?

Autant dire que le chef d'établissement s'attendait à tout, même à une bagarre... Quoique non, pas une bagarre, après tout, Malia n'avait pas réagit comme si l'individu en question était dangereux et vindicatif.

Bref, sur ces entrefaites, un petit bout de jeune fille finit par faire quelques pas dans le rectorat. Fraust, qui se tenait toujours debout derrière son bureau, reconnut sans mal cette jeune personne, et pour cause. C'était la jeune fille qui avait tenté de l'embrocher sur un katana, lors de la fuite de Miami. Au lieu de ça, elle avait embroché une jeune fille nommée Lizzy, qui avait survécu de justesse... Mais autant dire que l'homme électrique n'avait donc pas du tout oublié ce visage, lié à ce mauvais souvenir.

"Pas de panique, je suis désarmée et je ne suis pas ici en tant que membre de la GC, mais en tant que la sœur d'une de vos nouvelles élèves."

Le recteur était bien loin d'afficher une mine paniquée; c'était plutôt un air interrogatif qui demeurait accroché à son visage. Un air interrogatif qui finit par s'adoucir, avant que le jeune homme ne commence à s'asseoir à sa place, tout en désignant l'un des sièges situés de l'autre côté du bureau.

"Prenez-place, je vous en prie."

Indiqua-t'il d'un ton calme et poli, sans excès de joie dans la voix: la neutralité même. Il faut dire que, en même temps qu'il avait exprimé ces mots, il avait commencé à chercher quelque chose dans un des tiroirs du bureau de chêne. Oui, Fraust farfouillait dans le tiroir contenant les dossiers d'admission des élèves, à la recherche du dossier de la dénommée Yume Aoyagi. Pourquoi celui-ci précisément? Et bien, parce que la responsable de la communication, miss Blue, avait amenée cette jeune élève ici, et avait prévenu Fraust que la 'grande sœur biologique' de la petite Yume risquait de débarquer ici à tout moment comme une furie enragée. Un Fraust prévenu en valant donc 2, il s'était attendu à devoir mener cette conversation.

Tandis qu'il déposait le dossier d'inscription de la petite Yume devant lui, Fraust commença la discussion:

"On m'avait prévenu que vous passeriez me voir, mademoiselle Aoyagi. Ou plutôt, on m'avait dit que la grande sœur de Yume viendrait me trouver, sans doute armée, pour tenter de soustraire la 'toute-petite' à la Faculté. Je déduis donc que vous n'avez pas eu de chance..." Le recteur se tourna vers Malia qui était en train de prendre l'air sur le balcon. De son grand sac dépassait un peu la garde d'un sabre oriental, un katana... Peut-être le même que celui qui avait un jour été dirigé contre lui, qui sait. "... C'est vrai qu'en ressortant un sabre sous mon nez pour la seconde fois, la discussion aurait été plus animée, mais on va faire ça de façon plus conventionnelle, si vous êtes d'accord."

Sur la fin de la réplique, le recteur s'était mis à sourire d'un air amusé. A vrai dire, il trouvait la situation très très drôle, mais bon, il devait se forcer à garder contenance. N'oublions pas que cette petite avait déjà tenté de le tuer, autrement dit c'était une véritable ennemie qui pouvait se montrer impitoyable si l'envie lui chantait, alors autant essayer de ne pas trop l'énerver. Mais bon, la situation était quand même drôle.

Retrouvant le sérieux du à sa position, Fraust ouvrit le dossier d'inscription de la petite Yume, alias la plus jeune élève que la Faculté ait accueilli depuis 3 ans. Le fait le plus problématique était sans doute le fait que la petite n'avait pas été inscrite par l'un de ses représentants légaux, parent ou tuteur, donc selon la loi, la grande sœur de Yume serait dans le bon droit de retirer sa jeune sœur de l'école pour jeunes Mutants. Et là, tout l'enjeu de cette discussion serait très probablement de convaincre Kajitsu de laisser Yume à la Faculté... Autant dire que Fraust devrait user des meilleurs arguments pour arriver à cette fin.

"Bien, résumons la situation: votre jeune sœur a été scolarisée à la Faculté sans votre consentement, et vous êtes venue me voir pour que j'annule cette inscription, je présume?" Le recteur marqua une pause, puis regardant fermement dans les yeux son interlocutrice, il reprit: "Seulement, je ne peux décemment pas vous laisser l'emmener avec vous à la Genetics Corporation, ce n'est pas un univers adapté à une enfant aussi jeune, je pense que vous le savez. Aussi, il serait souhaitable que, dans l'intérêt de Yume, nous parvenions à trouver un terrain d'entente, non?"

Ce qui transparaissait clairement de ces quelques phrases, c'était déjà que Fraust ne s'adressait pas à Kajitsu comme à une ennemie, mais bien comme n'importe quel parent d'élève qui s'apprêterait à commettre une bêtise. Et c'était ce point qui importait, selon lui; en effet, mieux valait essayer de discuter avec Kajitsu, grande sœur de la petite Yume, plutôt qu'avec Kajitsu, membre de la G.C. et conséquemment ennemie de la Faculté. Il venait déjà de commencer, posant clairement son souhait de trouver un moyen de s'arranger pour que la toute-petite puisse rester ici. Si Kajitsu était ouverte à la discussion, elle se rendrait vite compte qu'à l'heure actuelle, Fraust n'était pas vraiment un ennemi, mais un allié, pour ce qui concernait le bien-être de la petite Yume.

_________________

] Fraust Theme [

[ Notre Amour t'Accompagne, Où Que Tu Sois ]
[ In The Memory Of Hitori And Victor ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com
X422-374F/Kajitsu Aoyagi
Membre de la Slayer's Division
Membre de la Slayer's Division
avatar

Nombre de messages : 645
Age du perso : 15 ans
Langues parlées : Anglais et japonais
Pouvoir du perso : organique végétal
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   Lun 21 Déc - 8:03

Une fois s'être faite invité à entrer, Kajitsu avança vers le bureau d'un pas assuré et solide. Pour peu, on aurait pu dire qu'elle marchait dans le Centre et qu'elle s'apprêtait à rencontrer absolument n'importe qui d'autre, abordant une expression parfaitement formelle. À vrai dire, l'air interrogatif du recteur l'amusait, il fallait dire qu'avec ce qui s'était passé l'année précédente, sa visite devait être pour le moins surprenante. Mais bon, il était ici question de sa très chère Yume et il n'était pas question de s'égarer moindrement du sujet du jour... pour le moment. C'est donc pourquoi la jeune clone s'installa confortablement sur le siège face au recteur, laissant l'impression par son sourire fier et sa posture droite qu'elle savait parfaitement ce qu'elle faisait. Ce qui n'était, en vérité, que partiellement vrai. Après tout, pour qu'elle se retrouve à la Faculté, face à Fraust, après avoir croisé Ashen qui aurait pu très bien la tuer sur le coup et désarmée.... c'est qu'elle n'était pas vraiment en maîtrise de la situation. Mais bon, comme si elle allait le laisser paraitre.

"On m'avait prévenu que vous passeriez me voir, mademoiselle Aoyagi. Ou plutôt, on m'avait dit que la grande sœur de Yume viendrait me trouver, sans doute armée, pour tenter de soustraire la 'toute-petite' à la Faculté. Je déduis donc que vous n'avez pas eu de chance..."

"Omoshiroi..." n'avait-elle pas pu s'empêcher de glisser en retenant un fou rire.

Non mais sérieusement, si elle avait eu en tête de "soustraire la 'toute-petite' à la Faculté", elle aurait agit bien autrement et n'aurait pas laissé son arme à une professeur. Vraiment, l'entretient venait tout juste de commencer et il se plantait déjà sur toute la ligne. C'est qu'il baissait dans son estime le Fraust et pas qu'un peu. Espérons qu'il puisse se reprendre, parce que pour le moment, c'était toute la crédibilité de la Faculté qu'il mettait en cause aux yeux de Kajitsu. Et puis, n'oublions pas qu'elle voulait ce qu'il y avait de mieux pour sa petite sœur, donc si la Faculté ne l'était pas... enfin, voyons la suite.


"... C'est vrai qu'en ressortant un sabre sous mon nez pour la seconde fois, la discussion aurait été plus animée, mais on va faire ça de façon plus conventionnelle, si vous êtes d'accord."

Oh qu'il était drôle... (notez le sarcasme je vous pris...). Enfin, elle n'allait tout de même pas rater une si belle occasion de répondre à l'insulte qui lui avait été faite (comme si cette prof' avait été en mesure de l'empêcher d'arriver ici armée si elle l'avait désirée). Aussi, elle ne manqua pas de lui répondre sur un ton se voulant beaucoup plus hautain qu'il ne devait l'être en réalité; ce devait être à cause de ce qu'elle pensait toujours de son interlocuteur tient.

"Je suis parfaitement d'accord, surtout que si j'avais voulu faire autrement, je n'aurais pas volontairement laissé mon arme à l'une de vos professeurs."

Bon! Maintenant que ce point était éclairci et qu'il pouvait avoir une idée... disons... légèrement plus claire de ce à quoi il pouvait s'attendre, on pouvait continuer. Après tout, la discussion semblait s'amorcer de manière beaucoup plus formelle et ce n'était pas pour lui déplaire. Il ne fallait tout de même pas oublier que cette jeune être artificielle n'était pas là pour bavarder, apprendre à connaitre ou se faire valoir aux yeux de Fraust, mais bien pour tenir une discussion similaire à celle qu'aurait normalement un parent d'être naturel lors d'une inscription à un pensionnat banal. Aussi, le sourire de Kajitsu se fit beaucoup moins marqué, plus discret et pratiquement inexistant, le retour à la normal quoi.

"Bien, résumons la situation: votre jeune sœur a été scolarisée à la Faculté sans votre consentement, et vous êtes venue me voir pour que j'annule cette inscription, je présume?"

O...k... Troisième jugement hâtif... ça en faisait déjà trois de trop. Pendant cette courte pose de la part du recteur, et pendant la suite de son petit erreur de jugement, l'expression de Kajitsu ne traduisait qu'une chose: "non mais tu te fous de moi là...?" Pourquoi irait-elle retirer Yume à cet endroit qui présentait déjà plusieurs caractéristique favorable pour elle? Elle voulait seulement s'assurer que tout irait bien et qu'elle n'avait aucune raison de s'en faire ou bien de regretter de ne pas avoir empêcher son inscription. À qui devait-elle en vouloir le plus dans tout ça hein? À Blue pour la croire aussi extrémiste ou à Fraust pour oser la juger sans la connaître autrement que par quelques phrases dites sur le coup d'une haine aveuglante et incontrôlable? Mmm... y'a égalité, mais comme Fraust est Fraust, son cas était pire.

"Seulement, je ne peux décemment pas vous laisser l'emmener avec vous à la Genetics Corporation,"

... Augmentation flagrante de l'air voulant dire "non mais tu te fous de moi" en ajoutant à tout ça une insulte surpassant de loin celle qu'il avait pu lui porter en sous entendant que l'enseignante étant partie prendre l'air l'aurait désarmée... C'est qu'elle allait vraiment finir par l'attaquer s'il n'arrêtait pas de l'insulter!

"...ce n'est pas un univers adapté à une enfant aussi jeune, je pense que vous le savez. Aussi, il serait souhaitable que, dans l'intérêt de Yume, nous parvenions à trouver un terrain d'entente, non?"

...
Vraiment... Fraust était un imbécile...

Kajitsu resta un moment sans bouger, cherchant à comprendre comment il pouvait simplement croire ne serait-ce que moindrement en ce qu'il venait d'énoncer. Toute trace de sourire s'était effacée du visage de la jeune clone et cette dernière avait du prendre le temps de fermer les yeux de respirer afin de ne pas réagir à une telle insulte.


"Cette discussion part bien mal..." fit-elle sur un ton neutre, bien que visiblement irrité, avant d'ouvrir les yeux et de croiser ses bras. "Je crois comprendre qu'on vous a raconter que je m'étais opposé à l'inscription de Yume ici, mais vous êtes complètement à côté de la plaque en ce qui ce qui concerne la raison de ma présence ici."

Si son regard avait pu lancer des éclaires, celles-ci auraient été au moins aussi impressionnantes que celles que pouvait créer le mutant électrique. Elle avait toujours détesté être jugé hâtivement et sans preuve, toute sa vie elle avait travaillé à démentir ce genre de jugement infondé à son sujet, que ce soit à cause de sa nature irréelle, à cause de son âge, de son apparence... Inutile de dire que de ce faire juger de nouveau - à cause de ce que Blue avait eu la "brillante idée" (notez de nouveau le sarcasme) de raconter à tord et à travers - n'était pas du tout pour plaire à ce cerisier artificiel. Non mais c'est qu'elle avait fait beaucoup d'effort depuis le début, qu'il en fasse aussi non de...!

"On va mettre quelque chose au claire dès maintenant," déclara-t-elle alors que son regard redevenait... normal si on veut, "si j'avais un jour désirer ne serait-ce que moindrement de voir Yume à la Genetics Corporation, ça ferait longtemps qu'elle y serait. Je n'aurais pas laissé la seule de mes sœurs encore vivante vivre à l'autre bout du pays où je me trouve pendant un an avec quelqu'un que je ne côtoie que par nécessiter si j'avais eu la possibilité de faire autrement. Je sais aussi bien que vous..." oui, elle affirmait qu'elle était d'accord avec lui... ce n'était pas un miracle, mais bien une concession prouvant sa bonne volonté et aussi... la vérité, "...que la GC n'est pas du tout un milieu adapté pour un enfant de cet âge."

Kajitsu marqua alors une pose... hésitant quant à savoir si elle devait continuer sur son élan ou non... Bon, tant pis... elle était partie.

"Je crois que vous savez tout autant que moi qu'un laboratoire n'est pas un lieu pour y voir grandir un enfant, et encore moins lorsque le seul moyen de s'en sortir est un bain de sang. Je veux que Yume puisse grandir loin de tout ça."

Dans toute son être, on pouvait y lire de la sincérité et sans doute aussi une bonne part de toute l'affection qu'elle pouvait éprouver pour sa petite sœur qu'elle protégerait de sa vie s'il le fallait. Elle avait certes parlé beaucoup ici, mais il était impératif que le recteur sache à quoi s'attendre et cesse de ce baser sur des idées sans fondement. Cette jeune clone l'avait mentionné au début pourtant, elle était ici entant que grande sœur, et non membre de la Genetics Corporation.

"Toutefois..." Et voilà le retour du sérieux... "...quant à savoir si vraiment la Faculté peut le lui apporté... j'ai un doute. C'est peut-être un jugement hâtif, mais la première chose que j'ai vu de votre institution est un bain de sang et l'explosion d'un laboratoire où se trouvait encore de nombreux chercheurs, membres de diverses divisions et plusieurs cobayes n'ayant rien demander de mieux que de partir vers la liberté au lieu de mourir. Et tout ça dans le but de sauver quoi... combien déjà... trois élèves. Je doute que de laisser Yume dans ce genre d'établissement corresponde à mes idées de ce que c'est que de grandir comme n'importe quel être naturel. Ou alors c'est que mon idée du monde est erroné."

Et voilà, tout était dit. Bon d'accord... Kajitsu n'avait pas prévu de lui dévoiler ce petit... hum... élément de son passé, mais bon, trop tard, c'était dit. Et puis, l'important restait de voir comment Fraust allait pouvoir réparer ça et réussir à la convaincre que de laisser Yume ici était une bonne idée.

[Note: Le vouvoiement ne change rien, ils parlent en anglais... you is you.]

_________________
-¤Fight to live¤-


[In memoriam Victor... stay with us, always in our memories]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Kushter
Recteur de la Faculté
Recteur de la Faculté
avatar

Nombre de messages : 1942
Age du perso : 24 ans
Langues parlées : Anglais
Pouvoir du perso : Matériel (Electrique)
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   Mer 23 Déc - 1:37

Et bien... Il semblerait que Blue avait pris quelques libertés, en modifiant certaines choses dans le récit enflammé qu'elle avait fait à Fraust, concernant Yume et sa grande sœur. Autant pour le recteur, qui n'avait eu qu'un seul son de cloche jusque là. Cet entretien lui aurait au moins permit de mettre certaines choses définitivement au clair.

"Excusez-moi... il semble que la source de mes informations ait un peu exagéré et déformé la vérité."

Un air un peu gêné se ficha sur le visage du recteur, qui fit de son mieux pour que cet air là ne reste pas trop longtemps collé sur sa figure. Il écouta alors la suite avec un peu plus de calme, voyant venir quelques reproches dont il devrait se défendre.

Kajitsu semblait effectivement ouverte au dialogue, et ne pas négliger la possibilité de laisser sa petite-sœur à la Faculté. Mais voila, les actes de certains semblaient avoir entaché l'image de l'établissement aux yeux de la jeune fille; et Fraust devrait maintenant s'éfforcer de redorer le blason de la Faculté, si il voulait pouvoir convaincre la membre de la G.C. de ne pas retirer Yume de l'école.

Aussi, après être allé chercher une carafe d'eau et 2 verres, le recteur retourna à sa place première, et en même temps qu'il remplissait les deux verres, il commença à disculper la Faculté:

"L'explosion de la G.C. est un évènement regrettable, j'entends regrettable pour la Faculté, qui prône un certain pacifisme entre humains et Mutants. Vous devez savoir, mademoiselle Aoyagi, que malgré ma rancune envers l'entreprise dont vous portez les couleurs, que je n'ai jamais ordonné la destruction du pôle de Londres. Cet évènement a été indépendant de ma seule volonté, et au nom de la Faculté, de tous les professeurs et des élèves, je blâme celui qui en est à l'origine."

Les verres remplis, il en déposa un devant la jeune fille, et se saisit de l'autre.

"La personne à l'origine de l'explosion est une de mes connaissances, il se nomme Doherty, c'est un ancien cobaye de la G.C. d'ailleurs. Je ne l'ai nullement encouragé dans cette voie de violence, et étant donné qu'il persiste dans ses agissements extrémistes, la Faculté n'a plus aucun lien avec lui. Nous poursuivons des idéaux différents, et nous ne souhaitons pas que les actes de cet homme entachent davantage notre image."

Le ton de voix ne démentait pas ses propos; aujourd'hui, Fraust et ses anciens meilleurs amis n'avaient plus de lien avec Matt Doherty, et aucun d'entre eux ne souhaitait avoir affaire à lui. Ils étaient tous assez en colère contre Matt, qui salissait l'image que la mutanité essayait de donner au monde, une image de Mutants non-violents et désireux de trouver la paix avec la race humaine. Doherty, par son comportement destructeur, foutait en l'air les tentatives de bonne volonté que Fraust et les siens essayaient de mettre en place, et à ce titre, plus personne parmi Fraust et ses amis, ne soutenaient Doherty dans sa crise de nihilisme destructeur.

Après avoir bu quelques gorgées d'eau, Fraust reprit:

"Vous avez déjà des à priori sur la Faculté, mais dans le même temps, vous avez toujours été du côté opposé du miroir, si je puis dire. Vous savez dans quel climat la Faculté à du évoluer, quelles attaques elle a dû essuyer, en particulier entre 2050 et 2051. Aujourd'hui, je pense pouvoir dire avec assurance que nous avons tous appris de nos erreurs, et que nous avons tiré parti de nos faiblesses d'antan. Nous avons revu notre système éducatif, en même temps que nous l'avons diversifié. Nous avons fait en sorte de mettre les élèves dans un climat plus propice à l'apprentissage, et en même temps, de leur assurer la sécurité et la paix qu'ils méritent, en venant ici. Bien sûr, la troisième année n'est pas encore commencée, et nous avons même des raisons de craindre que nos efforts aient été vains..."

Fraust se tourna vers son ordinateur portable, effectua quelques clics, et montra enfin l'écran à Kajitsu. Il s'était rendu sur la page d'accueil du site internet de la SEAL.

"Je présume que vous connaissez ça, à la G.C.. J'ignore ce que pense votre supérieur, l'homme aux chaînes, de cette entreprise, mais pour ma part, elle ne m'inspire rien de bon. Car même si vous ne nous attaquez plus, et je vous en remercie, et bien il n'est pas dit que ce genre d'ennemi ne tente rien envers la Faculté."

Fraust finit par quitter la page internet et remettre l'ordinateur dans sa position d'origine, bu un peu, et reprit:

"Mais ça ne change rien. Nous avons renforcé la sécurité de la Faculté afin de nous prémunir contre tout ennemi, et surtout de pouvoir mettre les élèves hors de danger en cas d'attaque. Qu'importe ce qui arrivera, nous ferons face, et nous ne laisseront personne porter la main sur les nôtres. Nous sommes partisans de la paix, mais nous ne tendrons pas la joue pour autant."

Voila qui avait le mérite d'être clair. Bien sûr, Kajitsu pourrait toujours invoquer que Fraust avait posé les genoux à terre, lors de la dernière attaque en date de la Genetics Corporation, mais ça ne serait pas très représentatif de l'ensemble des menaces que la Faculté avait du repousser. Et puis, Fraust savait faire la part des choses, tout comme il savait que la Faculté de maintenant n'avait plus grand chose à voir avec la Faculté d'il y a 2 ans. Sans se croire devenu invincible, il savait que la Faculté avait énormément évoluée, assez en tout cas pour mettre les élèves bien plus en sécurité que les années précédentes. Et ça, Kajitsu serait forcée de l'admettre, à un moment ou un autre.

_________________

] Fraust Theme [

[ Notre Amour t'Accompagne, Où Que Tu Sois ]
[ In The Memory Of Hitori And Victor ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com
X422-374F/Kajitsu Aoyagi
Membre de la Slayer's Division
Membre de la Slayer's Division
avatar

Nombre de messages : 645
Age du perso : 15 ans
Langues parlées : Anglais et japonais
Pouvoir du perso : organique végétal
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   Mer 23 Déc - 4:35

Tient... il admettait son erreur... et surtout il... s'excusait...? Si Fraust semblait gêné sur le moment (chose parfaitement normal et il avait intérêt à l'être sur le moment après tant d'offenses), Kajitsu était plutôt... troublée. Sans doute était-ce l'effet du recule ou des années, mais elle avait du mal à concevoir ce genre de réponse. Oh bien sûr, cet expression ne resta pas bien longtemps sur son visage, sans doute tout aussi longtemps que ne le resta l'expression gêné du recteur, mais le songe resta à son esprit. En fait... elle ne savait rien de plus de Fraust que ce qu'elle avait pu lire dans les dossiers de la GC qu'elle s'était empressée de lire dès qu'elle y eut accès. Lire des dossiers... c'était la première chose qu'elle avait fait en devenant membre de la Slayer's Division... elle était peut-être plus informée maintenant, mais elle ne connaissait toujours pas vraiment ceux sur qui elle avait lu ni les détails vraiment important de ce qui l'importait. Enfin, mieux valait se concentrer sur l'important, cette jeune clone n'était pas là pour analyser Fraust non plus. ...enfin, pas complètement du moins.

Le recteur finit par revenir avec une carafe et deux verres avant de répondre à son argumentation tournant en défaveur de l'inscription de Yume à la Faculté. Et son idée d'aborder l'explosion aussi... si Fraust allait trop loin dans ses éventuelles "bonnes raisons" de faire exploser la GC, Kajitsu risquait fort bien de ne pas pouvoir se contenir. Après tout, ça commençait plutôt mal, il faisait mention de "regrettable pour la Faculté". Cela ne méritait peut-être qu'un simple "tch" semi-audible de la part de l'être artificiel, mais aller plus loin n'aurait pas une réaction aussi inoffensive. Toutefois, il semblait qu'aujourd'hui cette jeune clone aurait une fois de plus la preuve qu'elle avait eu raison de ne jamais porter de jugement sans avoir de preuve (il n'y avait eu qu'une exception et il en était présentement question).


"Vous devez savoir, mademoiselle Aoyagi, que malgré ma rancune envers l'entreprise dont vous portez les couleurs, que je n'ai jamais ordonné la destruction du pôle de Londres."

Elle fut incapable de cacher sa surprise face à une telle affirmation. Pourtant... qui d'autre aurait pu...? Intéressée, et surtout des plus troublée, cherchant à comprendre et à faire le tri entre le vrai, ce qu'on lui racontait et ce qu'elle avait cru, Kajitsu croisa de nouveau les bras avant de porter son index gauche entre ses lèvres. Fraust n'était... pas le responsable...? Pouvait-elle le croire? Après tout, il avait été posé qu'un autre groupe extérieur, bien qu'allié, à la Faculté s'était présenté par l'entrée des livraisons à l'époque, sans doute le même que lors de l'attaque précédente de la GC sur l'établissement scolaire. Et la bombe avait bel et bien été placé par ce groupe, les caméras de sécurités l'avaient capté. Pourtant, la logique voulait que Fraust l'ait demandé... non...? Pourtant... elle n'en était plus aussi sûr et bien vite, on put voir son visage sérieux s'assombrir alors que le terme 'neutre' ne s'appliquait plus particulièrement.

Alors Fraust n'aurait pas... il ne serait pas le responsable une fois encore? C'était la deuxième fois, ouais... la deuxième fois qu'elle se trompait sur son compte... elle n'était pas mieux que lui plutôt. Cet homme... elle lui en avait voulu tellement et c'était cette haine qui l'avait en partie poussé à travailler si fort, à se donner autant afin de pouvoir un jour prétendre à le tuer afin de se venger de ce qu'il lui avait pris. Pourtant, aujourd'hui, elle était face au fait que cet être ne lui avait jamais rien pris. Il était établi depuis longtemps maintenant qu'Ashen était parti de lui-même, ce n'avait rien à voir avec son frère. Et depuis qu'elle avait lu les dossiers suite à sa monté en grade, cet jeune être artificiel avait réussi à mettre la main sur les dossiers médicaux de Maboroshi afin de trouver la cause juste de son décès... qui n'avait rien à voir avec Fraust. Et maintenant... si le fin de Londres n'était pas de lui... alors... Elle s'était laissée aveugler par sa colère à ce moment... ça avait peut-être eu du bon à l'époque, mais maintenant, elle se sentait particulièrement ridicule et surtout incertaine. Enfin, mieux valait écouter la suite, il était question de Yume ici, pas d'elle-même, seulement Yume, elle pourrait s'autoriser à demander plus de détails une fois la question réglée. Enfin... si elle en avait le courage bien sûr.

"Vous avez déjà des à priori sur la Faculté, mais dans le même temps, vous avez toujours été du côté opposé du miroir, si je puis dire."

À ses mots, Kajitsu sourit, recroisant les bras convenablement. C'était peut-être simplement le fruit du hasard, après tout, il ne la connaissait pas assez pour savoir que ces mots là, précisément, pouvaient avoir un effet sur elle. Voir les deux côtés de la médaille, l'un des points tournant de son départ quoi. Enfin, le recteurs enchaîna avec un bien beau discours... toutefois fort trop imprécis pour contenter cette jeune clone. Après tout, il s'agissait précisément de ce genre de détails dont elle voulait discuter, il n'était pas question de passer ceci sur un simple survol. Toutefois, l'annonce de la crainte humaine la fit sourire. Comme ça... la GC et la Faculté avait les mêmes préoccupations... intéressant. Néanmoins, il ne fallait pas s'en faire pour la SEAL, un jour où l'autre, ce serait à Thomson de décider quand puisqu'il était en charge du Centre, cette entreprise infernale pour l'avenir mutante et présente menace pour la vie de sa sœur ne serait plus dans le décore. Oui, elle se battrait corps et âme afin de faire en sorte que la SEAL s'effondre.

"Mais ça ne change rien. Nous avons renforcé la sécurité de la Faculté afin de nous prémunir contre tout ennemi, et surtout de pouvoir mettre les élèves hors de danger en cas d'attaque. Qu'importe ce qui arrivera, nous ferons face, et nous ne laisseront personne porter la main sur les nôtres. Nous sommes partisans de la paix, mais nous ne tendrons pas la joue pour autant."

L'être artificiel resta silencieux un moment, pensif, triant ses informations et résistant à la tentation de ne pas répondre "faut pas me remercier de ne plus attaquer, je ne suis pas représente de la GC". Enfin, ce n'était pas bien dur de ne pas résister, son humeur ne se prêtait pas à ce genre de commentaire. La Faculté... ce n'était peut-être pas un endroit si mauvais... en fait, elle ne la connaissait pas vraiment... juger maintenant, c'était trop tôt. Et puis... si il y avait maintenant un meilleur moyen de mettre les élèves en sécurité que lors de sa dernière excursion en ces lieux.

"Et si..." commença-t-elle sans le regarder, cherchant à formuler ce qu'elle voulait dire correctement. Elle avait décroisé les bras, ne faisant que tenir son bras gauche avec sa main droite, démontrant un certain malaise si on veut. Non, elle n'était pas en position de contrôle du tout et le poids de ce qui devait être la vérité ne lui plaisait pas. "Imaginons que... que Yume reste ici..." Elle leva les yeux vers Fraust, visage parfaitement sérieux. "Qu'est-ce qui l'attend?"

Elle marqua de nouveau une petite pose, se rendant bien compte qu'elle agissait d'une manière dont elle ne se serait jamais permise de faire au Centre. Elle était bien trop expressive sur le moment, mais elle n'était pas en service, ça allait aller.

"La GC n'est peut-être plus à craindre et pour la SEAL, ça ne saurait attendre même s'il faudra encore du temps." Oui, elle était consciente qu'elle venait de dévoiler quelques détails pouvant être parfaitement intéressant pour Fraust, mais elle ne comptait pas les développer maintenant. "Qu'arrivera-t-il le jour où quelqu'un d'autre voudra s'en prendre à vos élèves? J'ai déjà trop bien vu cette escalade de violence pour y avoir moi-même pris part, pas question que Yume y prenne part également."

Trop expressive... beaucoup trop expressive... sa voix attendait beaucoup trop une réponse (sans être implorante, il y a toujours bien des limites quand même)... l'importance de sa sœur trop visible...

"Et outre ça... elle aura droit à quoi comme éducation? C'est tout juste si elle parle anglais et vous l'avez dit vous-même, il s'agit de votre plus jeune élève, vous pensez qu'elle sera en mesure de s'intégrer dans ce monde? Vous pourrez lui fournir tout ce dont un enfant de cet âge à besoin? Vo..."

Kajitsu s'était coupée elle-même dans son élan. Elle en faisait beaucoup trop sur le moment, surtout que sans cet instant de lucidité et d'auto-censure, elle se serait permise d'ajouter: vous avez aussi un petit frère non, vous pouvez vous mettre au moins moindrement à ma place. Ce n'était pas passé de loin, cette phrase était tout à fait non-appropriée. Surtout que présentement, en imaginant qu'elle aurait été celle découvrant que sa très chère Yume avait passé par la GC sans qu'elle ne puisse rien y faire... l'idée était tout simplement insupportable. Enfin, ce n'était pas la même chose, sans compter qu'elle ne savait rien de cette histoire, il ne s'agissait que d'une application et de déduction logique connaissant un simple fait. Enfin qu'importe.

"Excusez-moi, je me suis laissée emporter..."

Non... là non plus vous ne rêvez pas, et elle non plus d'ailleurs...

_________________
-¤Fight to live¤-


[In memoriam Victor... stay with us, always in our memories]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malia Ramires
Formateur
Formateur
avatar

Nombre de messages : 506
Age : 28
Age du perso : 24 ans (8 Septembre)
Langues parlées : Parfaitement : Chinois, Espagnol, Japonnais et Anglais. Notions : Italien, Français et Laotien.
Pouvoir du perso : Matériel : végétal
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   Dim 27 Déc - 15:14

Malia était sur le balcon, observant sans faire de bruit le ciel qui déjà était constellé d'étoiles. Le spectacle était magnifique, elle qui l'avait vu de la route profitait pleinement du spectacle désormais, là où elle n'avait rien de mieux à faire que ça. Venir ici quelques jours avant pour se remettre dans le bain, reprendre ses marques et surtout préparer un peu ses cours avec les nouvelles consignes qu'y allaient être mises en place. Son année d'absence avait vu de nombreuses modifications s'opérer... D'une part les cours se feraient désormais par niveau et non par "classe" de pouvoir, mais aussi des clubs avaient vu le jour, ça en plus des autres choses qui se mettraient en place à la rentrée, cela faisait pas mal.
À côté, la discussion bâtait son plein, elle avait très mal commencé il faut dire, Fraust c'était mépris et la jeune fille l'avait assez mal pris. Comment dire, Malia n'avait aucune raison de se montrer hostile au début elle avait juste tiqué sur l'arme et avait utilisé la voix de la diplomatie pour résoudre se problème. D'ailleurs la situation c'était étonnamment bien résolu, même pas besoin de trouver de compromis, la jeune fille avait tout simplement accepté de se délesté de son arme sans contre partie. Enfin, ce premier accroc n'avait pas eu trop d'effets négatifs, le professeur n'avait même pas bougé, elle c'était simplement contenté de s'assoir sur la balustrade pour observer le spectacle de la nuit, respirant à plein poumon l'air et ses fragrances végétales qui l'emplissaient et qu'elle appréciait tant... La vie ici lui avait bien plus manqué qu'elle ne s'en était rendu compte lorsqu'elle était partit, ceci par exemple elle n'avait même pas remarqué que cela lui avait fait défaut durant son absence. Enfin, elle continua à écouter la conversation, le dos appuyé sur le mur, une jambe dans le vide, tandis que l'autre reposait du côté du balcon, le pied calé entre deux barreaux pour lui permettre de ne pas tomber. La suite fut tout aussi comique, l'un comme l'autre enchaînait les petites bourdes et les marques d'hostilités retenues, comme s'ils ne se rendaient pas compte de ce qu'il se passait là... Cela eut en tout cas le mérite de la divertir et de la faire largement sourire. Oui écouter les deux autres était très amusant.
Après un moment, elle laissa son regard vagabonder autour d'elle, et elle descendit de son perchoir en direction d'un bac à fleur qui avait besoin d'un peu d'entretien, oui, les fleurs étaient plutôt belle, mais des tas de mauvaises herbes étaient en train d'envahir le pot, ce à quoi elle remédia assez rapidement en les arrachant une à une. C'est alors qu'elle sursauta, la discussion venait de déraper un peu pus qu'alors. Elle arrêta de s'affairer et écouta attentivement la réponse que Fraust allait faire, sans pour autant tourner la tête vers les deux jeunes gens. Si cela continuait sur cette pente savonneuse, elle devrait intervenir, on ne savait jamais.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Kushter
Recteur de la Faculté
Recteur de la Faculté
avatar

Nombre de messages : 1942
Age du perso : 24 ans
Langues parlées : Anglais
Pouvoir du perso : Matériel (Electrique)
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   Mar 29 Déc - 3:56

Tandis que la jeune combattante de la GC montrait enfin un visage plus humain, nettement moins froid et sinistre qu'au début de la discussion, Fraust se prit à croire que peut-être, tout n'était pas perdu. Kajitsu était loin d'être à l'égal de certains des monstres engendrés par la firme pharmaceutique et semblait réellement se préoccuper du sort de sa petite sœur. Quoique à bien y réfléchir, c'était là la moindre des choses et il n'en avait pas attendu moins; ça prouvait bien que cette combattante avait de l'affection et de l'amour pour sa cadette, sans quoi il aurait été, de toute manière, impossible de trouver un compromis.

Après s'être emportée dans un déluge de questions, tout à fait légitimes d'ailleurs, elle sembla s'apaiser, allant même jusqu'à s'excuser... Ça c'était formidable, c'était la première fois que le recteur voyait et entendait un membre de la GC s'excuser; même Ashen n'avait jamais prononcé ces mots, pas devant lui en tout cas, c'est dire. Décidément, il commençait à 'apprécier' cette jeune fille; je sais, le mot est fort, mais osons!
En tout cas, le leader de la Faculté sourit, avec un air compatissant; d'ailleurs pour le coup, il l'était vraiment.

"Vos doutes et vos inquiétudes sont légitimes, c'est même le genre de questions auxquelles je dois souvent répondre, quand j'ai des parents d'élèves au téléphone. Mais il est vrai que le cas de Yume est inédit, c'est la première très jeune élève que nous accueillons. C'est pourquoi je songeais à lui attribuer un professeur particulier, pourquoi pas Malia que vous connaissez déjà... En clair, qu'elle suive des cours en tête à tête avec un professeur de la Faculté, me semble bien plus adapté que de la mettre dans une classe composée d'adolescents."

Et oui, c'était la logique même. La jeune Yume ne serait pas à son aise dans une classe d'élèves, dont la moyenne d'âge varie de 15 à 25 ans, et son apprentissage en serait ralenti. Avec un professeur pour la suivre en particulier, elle pourrait apprendre bien plus simplement... Sans pour autant s'isoler des autres élèves:

"Bien sûr, afin que Yume ne soit pas mise à l'écart des autres élèves, nous allons faire en sorte de l'intégrer à notre petit monde. Je vais demander à ma propre petite-sœur de passer du temps avec elle, en dehors des cours, afin qu'elle puisse se socialiser avec le reste de la Faculté. Ainsi elle pourra fréquenter davantage de personnes, tout en restant accompagnée d'une élève plus âgée, et de confiance qui plus est. Si vous êtes d'accord, je pense que les placer toutes les 2 dans la même chambre, en collocation, serait aussi une bonne idée - Megan acceptera sans aucun doute de bon cœur -."

Fraust pouvait se vanter de dire tout ça, avec une confiance absolue. Il avait appris à connaître sa petite sœur, depuis l'année passée, et il était absolument sûr et certain que Megan accepterait de donner de son temps à la petite Yume; c'était la plus grande qualité de sa sœur, la compassion, aussi Yume serait entre de très bonnes mains.

"Du reste, cette année, nous allons mettre en place des ateliers d'activités pour les élèves, et Yume pourra inscrire à ceux qu'elle souhaite, comme tout autre élève. Je n'ai plus la liste exacte en tête, mais il y aura des activités comme la cuisine, le dessin, ce genre de choses. Et d'autre part, nous autorisons et encourageons cette année les élèves à monter des clubs, pour partager leurs passions avec les autres adolescents. Peut-être que certains plairont à votre cadette."

Avec tout ça, il était clair que l'année scolaire s'annonçait comme bien remplie, pour les élèves. Et dans tout ça, il y aurait plus d'une façon pour Yume de s'épanouir.

"En bref, Yume sera considérée comme une élève un peu spéciale, pour ce qui est des cours, mais elle pourra participer aux activités comme une élève plus âgée, ça ne pose pas de problème particulier pour nous. Bien sûr, si vous avez d'autres attentes, je suis prêt à les attendre et à tâcher de les réaliser, dans la mesure du possible."

Gorgée d'eau, vite... Trop parler, ça donne vraiment soif, à la longue. Et puis, Fraust en avait besoin, avant d'aborder la question, cruciale parmi toutes, et ô combien délicate, de la sécurité de la cadette de Kajitsu. Oui, c'était une question dont la réponse serait compliquée à produire, car il ne pouvait ignorer qu'il avait un membre de la GC en face de lui, et que révéler certains détails serait très fâcheux. Il faudrait donc rassurer miss Aoyagi, sans pour autant lui dévoiler tous les tours que la Faculté avait désormais dans son sac.

Un moment de réflexion plus tard, il essaya:

"Enfin, advenant que nous soyons attaqués... Nous avons les moyens matériels et humains pour que la totalité des élèves soient mis en sécurité, ici. Malgré nos bonnes volontés respectives, je ne peux vous révéler les détails, mais je peux cependant vous assurer que notre niveau de sécurité est désormais assez élevé pour nous permettre de protéger tous les élèves. J'en donne ma parole, et pour moi, donner sa parole est quelque chose de très sérieux, croyez-moi."

Effectivement, ce n'était pas l'expression extrêmement sérieuse du recteur qui allait démentir cette affirmation. Ok, ce n'était pas forcément une suite d'arguments très solides, mais en même temps, soyons réalistes: le recteur n'allait quand même pas faire visiter à la jeune fille la totalité des installations de sécurité et leur en expliquer le fonctionnement détaillé!
Aussi, Kajitsu serait sans-doute obligée de se fier à la bonne foi de Fraust... Et il lui avait déjà montré qu'il était de bonne foi, s'étant excusé quand il s'était trompé, ayant joué cartes sur table depuis le début de la conversation... Bref, il avait été très réglo jusque là, et il n'y avait aucune raison que ça change. Alors... A Kajitsu de décider si l'homme qu'elle avait en face d'elle était digne de confiance.

_________________

] Fraust Theme [

[ Notre Amour t'Accompagne, Où Que Tu Sois ]
[ In The Memory Of Hitori And Victor ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com
X422-374F/Kajitsu Aoyagi
Membre de la Slayer's Division
Membre de la Slayer's Division
avatar

Nombre de messages : 645
Age du perso : 15 ans
Langues parlées : Anglais et japonais
Pouvoir du perso : organique végétal
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   Mar 29 Déc - 22:13

Kajitsu écouta Fraust avec attention, le visage sérieux et vague, le regard semblant légèrement absent sans l'être pour autant. Elle se demandait s'il savait la véritable nature de sa petite Yume, puisque pour l'instant, on parlait tout de même de prendre soin d'une enfant assez particulière. Elle pouvait peut-être raisonner et agir comme une petite fille de dix ans, mais elle n'avait toujours pas deux ans de vécu. Savait-il cela? Parce qu'il s'agissait de quelque chose à considérer grandement. Après tout, cette trop jeune clone désirait que les premiers souvenirs de sa petite sœur soient remplis de chaleur et de vie, pas comme cette fausse chaleur qu'elle avait connu ayant laissé place au froid et au sang. Enfin, l'idée de lui assigner un professeur particulier lui plaisait particulièrement, surtout en sachant que ce professeur ne serait pas Blue. Après tout, Kajitsu étant de nature calme n'était pas particulièrement proche de cette jeune femme un peu trop extravagante à son goût et de plus... elle doutait sérieusement de son sens des responsabilités. Sans compter que, de par l'insinuation au fait qu'elle connaissait déjà celle qu'il avait en tête, l'être artificiel en déduit que Malia était celle à qui elle avait confié son sabre. Cette femme lui avait fait bonne impression et elle la trouvait déjà plus "à même de s'occuper de sa sœur" que Blue ne l'était. Enfin, il faudrait qu'elle puisse lui parler un peu plus avant que ce ne soit complètement assuré...

La suite, toutefois, lui fit une toute autre impression. À l'évoque de la seconde idée du recteur, Kajitsu semblait subitement remettre subitement les pieds sur Terre, laissant apparaitre l'espace d'un court moment une expression perdue entre la surprise et l'incrédulité sur le visage de cette jeune être. Bien sûr, elle ne tarda pas à se reprendre afin de continuer à afficher cette même expression sérieuse, mais l'idée était toujours présente alors que Fraust continuait à élaborer sur le sujet. Laisser sa petite sœur sous la protection d'un professeur qu'elle connaissait tout juste passait encore... mais la laisser sous l'aile d'un membre de cette famille... voilà qui faisait naître un véritable chaos d'idées dans l'esprit de cette jeune clone. Juste cette idée lui rappelait... oui, elle s'en rappelait bien trop bien de ce temps, court certes (pour ne pas dire trop court selon sa vision des choses à l'époque), où elle avait elle-même été sous l'aile d'un autre membre de cette même famille. Encore un membre de cette famille... un autre membre de cette famille allait s'occuper de sa petite Yume... elle doutait sérieusement de le vouloir et de l'approuver. Bien sûr, si cette Megan en question ressemblait plus à l'aîné de la famille, il n'y avait rien à craindre, mais quand même... l'idée ne lui plaisait pas même si elle semblait peut-être raisonnable. C'était une question de symbole si on veut, ou alors juste le fait que la plus jeune membre de la Slayer's Division commençait à trouver que cette famille commençait à prendre beaucoup, mais alors là beaucoup trop, de place dans sa vie.

La suite... Kajitsu l'écouta certes, mais son esprit était tout de même occupé par une autre idée au même moment et son regard quelque peu vague le démontrait tout de même un peu. Oh bien sûr, elle était plus qu'intéressé de savoir ce qui attendait sa jeune sœur et l'environnement que décrivait le recteur semblait particulièrement favorable pour que Yume puisse y vivre dans la paix et la chaleur. Sans compter que ce maintenant, et elle s'en voulait de le penser amèrement de le penser, Fraust lui faisait une très bonne impression et elle sentait qu'elle pouvait avoir... oui, c'est dur de l'avouer... qu'elle pouvait avoir "confiance" (à défaut d'avoir un mot de plus faible intensité) suffisamment pour confier Yume à la Faculté. Après tout, il avait fait preuve de bonne volonté jusqu'ici et même sans avoir détailler la nouvelle sécurité de l'établissement (elle ne l'aurait pas demandé de toute façon, elle savait bien qu'il n'aurait jamais rien dit de tel à un membre de la Genetics Corporation et encore moins s'il savait son présent statu), il semblait sincère et ne cacher que l'évidence.

Vraiment, Kajitsu détestait cet endroit...

Ce n'était pas à cause de son symbole de paix ou de son environnement, au contraire. C'était simplement... comment dire... elle prenait beaucoup trop de place, elle s'imposait beaucoup trop et n'était en rien associée avec de bons souvenirs. Sans compter qu'aujourd'hui, elle se sentait ridicule d'avoir dirigée sa haine vers celui qui était en face d'elle puisque plus rien de ce qu'elle avait cru ne s'était révélé fondé. En fait, la meilleure analogie serait la suivante: pour Kajitsu qui baignait dans le sang et le froid, dans le côté plus sombre de ce que la vie lui avait offert, la lumière aveuglante de cet univers paisible lui faisait mal aux yeux. Elle n'était pas à l'aise, elle se sentait aussi déplacé qu'entouré d'êtres naturels à l'époque où elle ne se donnait pas encore de nom. Elle qui était maintenant habitué à être en pleine possession de ses moyens, en contrôle de la situation et en position de pouvoir... elle se sentait diminuée et basse, incapable de s'occuper elle-même de cette toute petite qui comptait tant à ses yeux et complètement incapable de lui offrir ce qu'elle désirait tant lui apporter pour la simple et bonne raison qu'elle ignorait comment s'y prendre. Cet endroit... Kajitsu détestait cet endroit...

L'irréelle avait détourné le regard depuis un moment, cherchant à clarifier ses idées. Yume resterait ici... s'en était presque assuré même si elle s'en voulait de s'être laissé convaincre de la sorte. Mais l'idée de la laisser avec un autre membre de cette famille la troublait encore. Après tout, elle avait déjà assez fait de ravage dans sa vie, était-il vraiment nécessaire de risque qu'elle puisse en causer d'avantage? Sans compter que l'image lui laissait un arrière goût de déjà-vu fort désagréable... bien trop désagréable. Accepter ou pas... cette irréelle ne voulait pas l'admettre, mais il y avait une possibilité, une possibilité et une lueur voulant qu'elle aurait aimé que... C'est assez! Allez, terminé les enfantillages et reste dans ton monde Kajitsu, tu pourras au moins être heureuse pour ta petite sœur adorée au cœur de ce bain de sang qui est le tient.


"..."

La jeune clone avait reporté à moitié son attention vers le recteur, cherchant à parler sans qu'un son ne sorte. Ces mots lui brûlaient la gorge et simplement l'idée de les prononcer lui était insupportable. C'était comme d'admettre son impuissance... chose qu'elle avait en horreur. Oui, cet établissement était sa part de faiblesse, donc cette part d'elle qu'elle détestait profondément. Mais il faudrait s'y résoudre, il n'était pas question d'elle-même ici. Vraiment... l'être installé face à elle ne pouvait s'imaginer à quel point il était difficile pour Kajitsu de ne serait-ce que d'entamer cette phrase qu'elle aurait préféré éviter...

"Je déteste profondément cet endroit... mais c'est l'endroit idéal pour ma sœur..."

Qu'il ne lui demande pas de dire précisément qu'elle acceptait, c'était déjà assez dur comme ça. Bien que ça serait un bon moyen de se venger tient, elle y reconnaitrait bien....

_________________
-¤Fight to live¤-


[In memoriam Victor... stay with us, always in our memories]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malia Ramires
Formateur
Formateur
avatar

Nombre de messages : 506
Age : 28
Age du perso : 24 ans (8 Septembre)
Langues parlées : Parfaitement : Chinois, Espagnol, Japonnais et Anglais. Notions : Italien, Français et Laotien.
Pouvoir du perso : Matériel : végétal
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   Mer 30 Déc - 2:09

Malia était un peu tendue, prête à intervenir, dans ce qu'il se passait à côté mais en entendant la première intervention du recteur à la suite de ce qu'elle aurait qualifié d'incident de parcours. Il ne tarda pas à parler d'elle, proposant à son interlocutrice qu'elle donne des cours particuliers à sa jeune sœur. Savait-il seulement combien il lui était difficile de dispenser des cours ? Qu'elle n'avait jamais été à l'école autrement que pour apprendre à piloter un hélicoptère et que c'était sa mère qui lui avait fait la classe ? Comment diable voulait-il qu'elle enseigne alors qu'elle ne savait pas du tout comment faire ! Enfin peut être qu'un cours particulier pouvait se résumer à ce qu'elle avait connu enfant, après tout son passé que le recteur ne connaissait pas et que presque personne en fait ne connaissait, n'avait pas été très agréable et elle n'avait pas du tout envie qu'un enfant vive quelque chose de semblable, maintenant que cet endroit existait. Même s'il n'était pas encore possible d'accueillir des enfants très jeunes, elle espérait vraiment que cela soit possible dans le futur. Enfin là n'était pas la question elle était contente qu'il pense à elle pour un tel travail il y avait ici des gens sans doute bien plus qualifié qu'elle pour ça dans l'établissement. Depuis son travail de l'an passé et le fait d'avoir vu des enfants quotidiennement ou presque, le fait qu'elle ne puisse pas en avoir lui avait fait comprendre à quel point c'était quelque chose qui lui manquerait. Être ici lui permettrait sans doute de combler un peu ce vide mais jamais complètement, ça elle le savait, sa mère adoptive même si elle l'avait eu elle ne serait jamais comblée de ce côté là.

La suite du discours elle l'écouta un peu moins attentivement, s'affairant à égailler d'avantage le bac fleurs, les mauvaises herbes avaient tué quelques spécimens colorés qu'elle remplaça comme si elle n'avait jamais arrêté d'utiliser son pouvoir. Enfin sans doute n'aurait-elle pas l'éclat qu'elle avait escompté mais elle serrait belle de ça elle était certaine et inoffensive. C'est à ce moment là que la jeune femme reprit la parole pour accepter de laisser sa sœur dans l'établissement, mettant ainsi plus ou moins fin à son entretient avec le recteur. Malia n'attendit pas plus longtemps pour rentrer à nouveau dans la pièce c'est qu'elle commençait aussi à avoir un peu froid à rester dehors toute trempée ainsi, sa peau c'était d'ailleurs couverte de chair de poule. Néanmoins, elle avança vers le bureau du recteur, un sourire ravis sur le visage. Elle s'arrêta juste à côté du bureau et pris la parole sur un ton guilleret même si sa voix elle trahissait qu'elle avait bien froid tout de même à être trempée jusqu'aux os.


"- Je crois qu'on est tous d'accord sur un point alors, elle reste. Mais si je dois m'occuper personnellement de votre sœur, j'aimerai que vous m'aidiez un peu à la connaitre, je pense que cela serait profitable. Enfin, si vous êtes d'accord. "


Elle lui fit un grand sourire, le regard à la fois enjoué et comblé mais paradoxalement un peu effrayé voir même suppliant quand à sa demande. Malia avait envie de faire les choses bien et elle ne pourrait y arriver qu'en connaissant un minimum la jeune fille pour réfléchir ce qu'elle pourrait lui faire faire. Elle se tourna ensuite vers le recteur, et poursuivit, sur le même ton comme si elle n'avait jamais interrompu son intervention.

"- Sinon, je m'excuse mais j'ai voyagé pendant deux jours et je gèle à cause de toute l'eau qu'il est tombé en chemin, donc si cela ne vous dérange pas, j'aimerai prendre une douche dans ma chambre. Je peux avoir les clés ? "

Elle s'excusa du regard, baissant légèrement la tête en signe de repentance. Elle se promit que s'il avait besoin d'aide pour tout préparer elle l'aiderait dans la mesure de ses moyens. Avec toutes les nouveautés qu'il avait annoncé il y avait eut des changements ici et non des moindre. Elle le lui proposerait dès qu'il aurait répondu à sa requête.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Kushter
Recteur de la Faculté
Recteur de la Faculté
avatar

Nombre de messages : 1942
Age du perso : 24 ans
Langues parlées : Anglais
Pouvoir du perso : Matériel (Electrique)
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   Dim 3 Jan - 3:22

Bien, vraisemblablement, l'affaire était 'entendue', et la demoiselle Kajitsu n'avait pas trouver d'objection à ce que sa jeune sœur reste à la Faculté. On pouvait donc dire que Fraust s'en sortait plutôt bien, par rapport à l'idée qu'il s'était fait de cette discussion. Sauf qu'il n'avait pas eu le temps de demander véritablement si c'était ok, Malia s'en chargea à sa place. Bon, et bien il ne reste plus grand chose à dire à présent...

Le recteur allait donc accéder à la requête de la prof et lui donner la clef de sa chambre habituelle, quand il se remémora de l'heure tardive... Et du fait que le vieux Max ne repartirait pas de l'île pour retourner vers Djakarta, pas à cette heure tardive en tout cas. Aussi il semblait bien que la Faculté devrait offrir l'hospitalité à miss Aoyagi, en dépit de son affiliation avec l'un des ennemis directs de l'école. Comme on dit, il faut parfois faire contre mauvaise fortune, bon cœur.

Le recteur lança donc une première clef numérotée à Malia, avant d'expliquer:

"C'est la même chambre qu'habituellement, Malia. Mademoiselle Aoyagi, je vais sortir aussi une clef pour vous... Car vu l'heure avancée, vous ne pourrez pas repartir à Djakarta ce soir. Notre passeur ne prend jamais le large, passé 20h. Aussi, je vous prie d'accepter notre hospitalité pour la nuit..."

Et il lui tendit une clef, prise au hasard dans le tiroir des clefs des chambres... On sait tous que le hasard fait bien les choses, n'est ce pas? Il s'avère qu'en effet, sans faire attention, il venait de lui refiler un double de clef de la chambre occupée par Ashen... Sacré hasard!

Du reste, Kajitsu verrait bien, en regardant la tête sérieuse du recteur, que ce dernier ne lui faisait pas là une mauvaise plaisanterie, mais bien qu'il n'y avait pas d'autre alternative possible. Pour ça, Max était une vraie bourrique, bien que d'un côté, ce refus de prendre la mer aux heures tardives était en réalité une décision très sage et respectable.

"Les chambres sont au second, vous n'avez juste qu'à chercher celle dont la clef porte le numéro. Je vous aurai bien guidée, mais il me reste quelques affaires à régler. Mais à toute chose, malheur est bon, vous pourrez ainsi visiter une partie des locaux où séjourne votre sœur."

Fraust acheva de ramasser quelques affaires, dont son téléphone portable, ses cigarettes, quelques papiers, puis prit à son tour la direction de la porte, qu'il fermerait à clef une fois que les deux jeunes femmes l'auraient précédé. Et une affaire qui roule, une...

_________________

] Fraust Theme [

[ Notre Amour t'Accompagne, Où Que Tu Sois ]
[ In The Memory Of Hitori And Victor ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com
X422-374F/Kajitsu Aoyagi
Membre de la Slayer's Division
Membre de la Slayer's Division
avatar

Nombre de messages : 645
Age du perso : 15 ans
Langues parlées : Anglais et japonais
Pouvoir du perso : organique végétal
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   Dim 3 Jan - 3:53

What!? Il fallait dire que l'intrusion surprise de Malia avait coupée court cette discussion plus ou moins déjà terminée et imposait, de ce fait même, une réponse claire sans que l'irréelle n'ait pu y ajouter quoique ce soit. En fait, c'était peut-être mieux comme ça d'une certaine part... sans doute n'aurait-elle pas été à même de prononcer clairement la "nouvelle" et elle avait eu assez d'émotions pour la soirée. Être confronté à la Faculté, puis à Fraust, puis à la vérité tout ça pour la vie de Yume, la laissant complètement impuissante et démunie... voilà qui était loin de la satisfaire et qui était particulièrement difficile pour son moral. Elle n'avait même pas réussi à se montrer droite et fière, sérieuse et de marbre, rien de tout ce qu'elle savait démontrer au Centre en somme. Après tout, bien qu'il fut répété maintes fois que cette jeune clone n'était pas présente entant que membre de la Slayer's Division, c'était tout de même le statu qui lui donnait le plus d'aisance et se présenter ici, en position de faiblesse afin de n'être rien de plus que... pas grand chose en fait... n'était rien pour la mettre à son aise.

L'air neutre, non loin d'être considéré comme étant froide mais sans l'être vraiment, ajoutons à cela dépassé et ayant véritablement besoin de faire une pose, Kajitsu ne prit même pas la peine de répondre à Malia, insinuant dans un signe de tête qu'elles verraient ça demain. Pour l'instant, tout ce que cette jeune clone désirait était de prendre l'air et de partir de cet endroit au plus vite. Courir le plus rapidement possible hors d'ici, son sabre avec elle et traversé cette foutue étendue d'eau qui l'empêchait de mettre pied loin du territoire de la Faculté qu'elle serait éventuellement amenée à voir bien trop souvent à son goût. C'est donc pourquoi, lorsque Fraust lui donna une clé, elle le regarda l'air incrédule, tâchant de cacher au mieux son air à mi-chemin entre l'être horrifié et complètement désespéré. Il voulait l'achever ou quoi? Si c'était le passeur le problème, pas de problème! Une petite menace et croyez-moi qu'il allait la faire traverser ce foutu passeur! Mais non... on ce calme... pas de violence ici... pas là où est Yume...


"Si c'est un moyen de vous venger pour notre dernière rencontre... il est bien choisi." glissa-t-elle alors qu'elle prenait la clé avec résignation, démontrant ne serait-ce que moindrement à quel point cet endroit lui faisait horreur.

Voilà donc qu'elle serait prise ici pour une nuit de plus que nécessaire... génial. Enfin, le pire serait encore à venir, il faudrait, le lendemain, qu'elle trouve Yume dans tout ce monde et surtout, qu'elle passe inaperçu et qu'elle fasse semblant d'être à l'aise avec eux. En espérant que personne ne la reconnaisse tient! Enfin, mieux valait se dépêcher de partir au plus vite, Kajitsu n'avait pas l'intention de rester dans ce bureau une minute de plus et encore moins de se mêler aux autres. Pour le moment, elle ne ferait que regagner sa chambre et tenter de se détendre ne serait-ce qu'un minimum pour dormir de son habituel sommeil des plus léger. Traduction... weekend pénible en perspective, parle d'un congé...


"Au fait," glissa-t-elle avant de sortir à l'adresse de Malia, "je vous serai reconnaissante de laisser mon sabre ici. Ainsi, tout le monde sera content, je n'y aurai pas accès et je saurai où il se trouve au moins."

Et c'était sans discussion possible, il était dans l'intérêt de toutes les deux de s'entendre, enfin, dans l'intérêt de Yume surtout, chose que, vous l'aurez deviné, Kajitsu avait à cœur. Enfin, elle faisait au moins preuve de bonne volonté malgré son présent état d'esprit. Toutefois, il ne fallait pas lui en demander plus et c'est pourquoi, suite à ses quelques mots, elle ne fit que quitter la place, sans se retourner, ne laissant échapper qu'un "Sur ce..." sans même songer à ajouter le "bonsoir" ou "bonne nuit" ou quoique ce soit d'autre. Il ne fallait pas exagérer non plus...

Dois-je précisé qu'elle était loin d'apprécier la tournure de la situation... et la Faculté?

_________________
-¤Fight to live¤-


[In memoriam Victor... stay with us, always in our memories]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malia Ramires
Formateur
Formateur
avatar

Nombre de messages : 506
Age : 28
Age du perso : 24 ans (8 Septembre)
Langues parlées : Parfaitement : Chinois, Espagnol, Japonnais et Anglais. Notions : Italien, Français et Laotien.
Pouvoir du perso : Matériel : végétal
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   Mar 5 Jan - 13:46

Malia s'empara de la clé qu'on lui tendait un sourire reconnaissant sur le visage. Elle avait froid et ne demandait qu'une chose se glisser sous le doux filet d'eau d'une douche bien chaude. S'il était resté ici sans doute aurait-elle passé une bonne nuit en compagnie d'Albaran, mais cela n'était pas possible alors comme elle l'avait fait tout au long de l'année elle subirait une nuit seule, encore. Pourquoi fallait-il que cette école se trouve sur une île loin de toute ville civilisée, elle ne pouvait pas occuper ces nuits et c'était une chose qui lui déplaisait. La seule ici à vrai dire. Les élèves même s'il y en avait quelques uns dont l'âge et le physique lui convenait elle s'y refusait catégoriquement, imaginez-vous après en cours cela aurait été bien trop gênant, surtout qu'elle ne recherchait rien du tout de sérieux... Et puis du côté du personnel, soit ils était franchement déplaisant, insupportable, féminin oui le seul candidat potable de ce côté là c'était Fraust et lui était non disponible, pas pour elle en tout cas ! Elle n'avait pas vu sa copine soit dit en passant, étrange elle ne trainait jamais bien loin à la fin des journées. Où était-elle passée mystère, enfin peut être qu'elle était occupée, ce n'était pas comme si elle était là depuis longtemps et pouvait juger de façon convenable.
Après cela, elle retourna auprès de son sac, pour s'en emparer, et retira l'arme de la jeune fille de celui-ci. Peut être voudrait-elle la reprendre pour la laisser dans sa chambre après tout. Fraust lui proposait bien une clé en cherchant sans faire attention dans son tiroir, étrange attitude que c'était. Bref, la jeune femme ne s'attendait en aucun cas à la requête qu'on allait lui faire seulement une ou deux secondes après ce second échange de clés. Mademoiselle Aoyagi, tel était son nom, désirait qu'elle laisse son sabre dans la pièce. Bon très bien après tout c'était une solution bien plus sûre que celle qu'elle avait elle même envisagée.


"- Pas de problèmes jeune fille. "

L'enseignante déposa l'arme bien en vue sur la table de réunion avant de prendre la porte d'un pas léger mais traduisant néanmoins la fatigue du voyage qui commençait à se faire rudement sentir. Elle avait froid et cela n'arrangeait rien, si bien qu'elle n'attendit pas la suite et qu'elle se contenta d'un bref regard sur le recteur et la membre de la GC avant de prononcer ses dernier mots et de quitter la première la cantonade en direction de sa chambre. Trouver des affaires sèches dans son sac allait être complexe, mais elle espérait qu'il y en ai encore parce que sinon elle allait devoir manger trempée...


"- Bonne soirée à vous deux. Mademoiselle, si vous avez des questions, je suis à votre disposition bien entendu. "

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mouille la pluie mouille...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mouille la pluie mouille...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» il pleut il mouille c'est ;;;;;
» Il pleut, il mouille, c'est la fête à la grenouille!
» Comptine sur l'Automne
» Quand le SIA (syndicat des IA-IPR) se mouille...
» Aisne: Nouvelle pluie d'ovnis sur la région

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Faculty :: Archives :: Nouvelles archives :: Archives Faculté :: Archives 2050/2051-
Sauter vers: