AccueilPortail2FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mission à risque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Izanami-amaterasu Asahi
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 139
Age : 28
Age du perso : 28 ans (10 Janvier)
Langues parlées : Japonais, anglais (l'accent est étrange)
Pouvoir du perso : aucun, elle est humaine
Date d'inscription : 30/11/2007

MessageSujet: Mission à risque   Ven 11 Déc - 10:39

Une odeur inhabituelle réveilla la jeune femme ce matin là, une odeur d'antiseptique et de désinfectant, d'alcool et de propre. On aurait dit une odeur d'hôpital, mais pourquoi ? Elle aurait du être rentrée de mission à cette heure si, alors que fichait-elle ici ? Ils c'étaient si mal débrouillés que ça, avaient et fait prisonniers ? Après quelques secondes elle comprit que non ce n'était pas possible en se revoyant achever les derniers obstacles, alors où était-elle à la fin et que c'était-il passé ?
Iza essaya d'ouvrir les yeux mais sans succès, elle commençait à avoir un peu peur à vrai dire, et cela se traduisait par une respiration saccadée... Pourquoi cela lui faisait un mal de chien à la gorge de respirer ? On aurait dit qu'elle c'était à nouveau fait étrangler par Alex, enfin pas vraiment par lui, mais bon cela revenait au même au final. Elle avait la jambe droite bien engourdie aussi c'était quoi se bazar, que se passait-il ?
Aucun bruit sauf le bip d'un moniteur, lent et régulier indiquant que tout allait bien pour un médecin, stressant au possible pour la jeune femme que ne savait ce que c'était réellement. Une douleur commençait à apparaitre dans sa main gauche lente et insidieuse mais néanmoins là et impossible à ignorer. Elle ouvrit les yeux de stupeur, mais il restèrent encore une fois clos, les paupières la tirèrent juste comme si elles étaient collés en position fermés par du scotch ou autre rubans adhésifs. Qu'est ce qui pouvait justifier ce traitement au juste, elle réfléchit un long moment avant de trouver, une intervention médicale lourde. Alors c'était là qu'elle se trouvait, à l'infirmerie de la base, sur le sol et non dans les airs, se bruit n'était que celui du moniteur qui vérifiait ses pulsations cardiaques, tout s'expliquait. Sa main droite se serra en un poing lorsqu'elle butta à savoir comment elle était arrivée là.

Après cela, incapable de voir quoi que ce soit et incapable d'appeler à l'aide en criant comme elle s'en doutait vu son mal de gorge un son pathétique était sortit de sa gorge incapable de dire même si cela aurait alerté quelqu'un dans la pièce, elle se mit à réfléchir de ce qu'elle se souvenait d'avant ce matin. De leur mission, qu'avait-il pu se passer pour que cela finisse ainsi, elle ne vit rien qu'un brouillard noir... elle continua néanmoins revoyant les quelques personnes qu'ils avaient du liquider pour atteindre leur objectif, et puis après un moment elle revit quelques chose de nouveau, le visage de son coéquipier il avait changé là il n'était plus comme avant. Alors c'était ça, sans doute, cela la rassura après tout, elle était en sécurité. Des pas retentirent dans la pièce, peut être viendrait-on la libérer de ses entraves oculaires, espérons le parce qu'elle avait envie de poser des questions et de voir l'étendu des dégâts...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandrov Kalistarine
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 66
Age du perso : 28 ans
Langues parlées : Russe, anglais, Japonais, Français, Allemand.
Pouvoir du perso : Membre bioniques
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Mission à risque   Sam 12 Déc - 13:14

Le silence pesant n’était perturbé que par le bip régulier des moniteurs qui indiquaient les signes vitaux de la patiente allongée dans le lit aux draps blancs. A côté du lit, une chaise était occupée par un homme vêtu d’un costume lui donnant l’allure d’un élégant businessman, un chapeau assortit vissé sur la tête. Mais malgré son élégance, cet homme n’avait pas du tout l’air serein, il semblait tourmenté, presque aussi mal en point intérieurement que l’était physiquement la jeune femme dans le lit.

Et pour cause, il était responsable de son état. C’était pourtant une mission de routine, une simple collecte d’information dans un laboratoire dont la sécurité n’était pas des plus importantes. Il avait été décidé en haute instance qu’Alex et Iza iraient tous deux travailler sur cette mission, ce qui était inhabituel. D’ordinaire, on envoyait pas deux gradés de l’unité mobile sur une même mission d’espionnage de si faible importance. La cause en était que leurs compétences respectives à tous deux étaient nécessaires, l’agilité d’Iza et les connaissances d’Alex.

La mission s’était déroulée sans encombres et ils avaient put recueillir les renseignements qu’on leur avait demandé, mais au moment de quitter les lieux, un vigile de sécurité les avait repéré et leur avait tiré dessus au moment où ils sortaient par une fenêtre. Alex avait sentit une piqûre dans le dos mais n’en avait pas tenu compte et continué à courir. Le temps qu’ils soient hors de danger, il avait la tête qui tournait affreusement et tenait à peine debout. Il avait reçu dans le dos une fléchette tranquillisante.

Le danger de cette situation lui apparut immédiatement comme une alarme qui se déclenche soudain, et il avait tenté d’en avertir sa collègue, car ce n’était pas lui qui était en danger mais elle. Malheureusement, il s’était endormi avant d’avoir put lui dire de ne pas rester près de lui. Lorsqu’il s’était réveillé, il était attaché à un lit semblable à celui où était maintenant allongée sa collègue gravement blessée. Il avait trouvé quelqu’un un peu plus tôt pour lui raconter ce qu’il s’était passé, bien qu’il put aisément le deviner : Lorsque le somnifère avait cessé de faire effet, ils étaient de retour à la base volante, mais ce n’est pas Alex qui s’était réveillé, c’était l’autre. Les produits anesthésiants ou tranquillisants de toutes sortes on un très mauvais effet sur cet autre et au réveil, il est toujours dans une rage destructrice incontrôlable, une véritable folie profonde. Malheureusement, c’était Iza qui se trouvait près de lui lorsqu’il s’était réveillé. A peine eut-il sauté de son lit qu’il avait attrapé la jeune femme par le cou et l’avait jetée à travers la pièce contre le mur d’en face, puis il l’avait rouée de coup avant que d’autres personnes se décident à arriver. Il avait fallu pas moins de dix personnes pour le maîtriser, et cela avait entraîné un lourd bilant : trois blessé graves et quatre blessés légers.

Iza était inconsciente depuis plusieurs jours et Alex était terriblement tourmenté par la culpabilité. Il avait assuré au commandant de la base mobile qu’il avait trouvé une parade à ces crises, et après un argumentaire long et fastidieux, il avait finit par le convaincre de ne pas le renvoyer. Effectivement, il avait une parade, qu’il avait conçue de puis plus d’un an maintenant, mais qu’il n’avait jamais put se résoudre à mettre en application par crainte des conséquences si son jugement était faussé, par crainte pour sa propre vie.

Cet incident avait changé la donne. Il avait pris sa décision à présent et ne reculerait pas, même si sa confiance était mal placée, ce dont il doutait, et que sa vie devait devenir un enfer ou s’écourter.

L’attention d’Alex fut soudain attirée vers le lit par un bruit, un mouvement.

« Médecins ! Elle se réveille ! »

_________________




Dernière édition par Alexandrov Kalistarine le Lun 14 Déc - 2:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izanami-amaterasu Asahi
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 139
Age : 28
Age du perso : 28 ans (10 Janvier)
Langues parlées : Japonais, anglais (l'accent est étrange)
Pouvoir du perso : aucun, elle est humaine
Date d'inscription : 30/11/2007

MessageSujet: Re: Mission à risque   Sam 12 Déc - 13:57

Une voix avait retentit dans la pièce forte et presque soulagée, Iza mit un long moment à la reconnaitre tant ces intonations inquiètes lui étaient étrangères. Que faisait Alex ici, et pourquoi était-il si inquiet ? Ce n'était que quelques blessures non ? Son cœur se mit à battre légèrement plus vite sous l'effet de l'inquiétude, que lui était-il donc arrivé ? Elle ne tarda pas à entendre des pas qui se rapprochaient, puis une nouvelle voix totalement étrangère celle-ci, le son de leur voix mit un certain temps à lui être compréhensible comme si ces oreilles recommençaient seulement à fonctionner. C'était sans doute le cas d'ailleurs. Après quelques instants des mains vinrent se poser sur son visage, elle sursauta s'arrachant une grimace significative elle venait de se faire mal. Puis on lui retira délicatement les scotchs qui lui maintenaient les yeux fermés enfin c'était sans doute un bandage parce que rien ne la tira au niveau des yeux mais au niveau des joues. Elle mit un peu de temps avant d'avoir le courage de rouvrir les yeux et puis l'autre homme lui conseillait de prendre son temps d'une voix rassurante. Elle mit une bonne minute avant de ne plus être éblouie par la lumière et donc voir de ses yeux ce qu'elle avait deviné dans le noir.

La première chose qu'elle vit fut la tête du médecin, mais ça elle s'en fichait comme de l'an quatorze, elle balaya la pièce du regard et vit Alex de l'autre côté du lit une expression qui complétait parfaitement ce qu'elle avait cru entendre, une expression qu'elle ne lui connaissait pas à vrai dire. Elle le regarda essayant de comprendre ce qu'il s'était passé puis un éclair lui revint, elle revit Alex se réveiller en l'autre et la prendre par le cou avant de la jeter sur un mur sans doute, après cela plus rien elle avait été assommée sans doute. Il était à sa droite, et pour une fois la jeune femme bougea lentement la main pour lui prendre les siennes posées sur le lit. Il ne sentirait rien mais c'était la seule chose qu'elle pouvait atteindre dans son état.
L'acrobate grimaça de nouveau lorsque le médecin lui toucha les doigts de la main gauche cela avait ravivé la douleur, et ce dernier s'apprêtait à lui administrer une nouvelle dose de calmant, mais elle était déjà assez dans le brouillard comme ça à son goût, hors de question. Elle prononça quelques mots s'arrachant la gorge encore irritée.


"- Non s'il vous plaît pas de calmant. Cela ira bien comme ça."

Elle grimaça à nouveau, et répondit à ses questions en parlant le moins possible, visiblement elle en avait encore pour quelques temps allongé ici, pas de veine en somme... Bon et bien espérons qu'elle trouvera des livres intéressant à lire et qu'elle pourrait vite le faire parce que sinon es journées allaient paraitre très longues. Une fois le médecin partit elle reporta son attention sur Alex, tournant cette fois ci la tête vers lui, elle retrouvait peu à peu l'usage de son corps c'était bien, même si ses jambes c'était pas encore ça, cela allait revenir elle était confiante. Elle le railla même d'une voix un peu plus légère, et plus petite que précédemment, la discussion avec le médecin lui avait fait mal à la gorge. Si seulement elle pouvait voir ça irait mieux sans doute.

"- Alex, ta tête ! Je ne t'en veux pas tu sais. Il y a de l'eau ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandrov Kalistarine
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 66
Age du perso : 28 ans
Langues parlées : Russe, anglais, Japonais, Français, Allemand.
Pouvoir du perso : Membre bioniques
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Mission à risque   Lun 14 Déc - 2:17

Et que répondre à cela ? « Tant mieux et à la revoyure ? » Non, bien sûr. Alex garda le silence et les yeux rivés sur la main de sa collègue, posée sur la sienne.

« Vous êtes une bonne personne, Izanami, peut-être même trop. Votre indulgence me touche mais je ne la mérite pas. Ma faute est lourde cette fois-ci. J’ai fait preuve de négligence durant cette mission et à cause de cela, voyez dans quel état vous êtes. De plus, d’autres personnes que vous ont été blessées, bien que pas aussi gravement. Ce qui est arrivé n’aurait jamais dut se produire. Si j’avais agi plus tôt…»

Alex se tut un moment et pris dans ses mains celle que Iza avait posée sur la sienne. Il ne sentait rien, bien sûr. Il était frustrant de ne pas pouvoir sentir ce contact qui aurait dut être doux et rassurant, au lieu de vide et même inexistant. Cela devait aussi paraître étrange pour Iza car les mains d’Alex n’avaient ni la chaleur ni la souplesse de la chair. Un geste simple et qui aurait été naturel pour quiconque, mais qui devenait pour Alex quelque chose de mitigé. Il devait prendre garde à mesurer la force de ses articulations mécaniques pour serrer juste ce qu’il fallait sans lui faire mal.

« Gomen nasai. »

Alex lâcha la main de sa collègue et prit un verre sur la table de chevet qu’il remplit de l’eau d’une cruche. Vu l’état des bras de la jeune femme, elle ne pourrait pas tenir un verre plein et encore moins le porter à sa bouche. Alors il lui tint le verre près des lèvres pour qu’elle puisse boire.

« Tenez, buvez. »

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izanami-amaterasu Asahi
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 139
Age : 28
Age du perso : 28 ans (10 Janvier)
Langues parlées : Japonais, anglais (l'accent est étrange)
Pouvoir du perso : aucun, elle est humaine
Date d'inscription : 30/11/2007

MessageSujet: Re: Mission à risque   Mar 15 Déc - 11:57

Iza resta là, visiblement il était gêné ce qui n'arrangeait rien au problème, la jeune femme qui voulait le rassurer avait lamentablement échoué. Pour sa défense il fallait dire que les réactions de cet homme lui paraissaient assez souvent étrangères. Il s'en voulait, normal me direz-vous, mais à ce point c'était sans doute trop non ? Quelque chose dont il était l'esclave plus que personne c'était un fait et comment diable voulait-il prévenir cette transformation quand il ne la maitrisait pas ? Impossible selon elle ou du moins très compliqué pour arriver à un résultat impeccable comme il se l'exigeait. Néanmoins, elle écouta avec attention ses excuses et appris avec surprise les dommages collatéraux qu'elle n'avait pas envisagé, après tout elle était encore entière peu probable d'échapper à cette bête si on ne c'était pas interposé et vu sa force cela avait du demander des hommes et surtout des efforts. Pas étonnant que certains aient souffert pendant l'opération.
Elle apprécia une chose dans cet échange, le contact de leur main c'était rassurant pour elle même si au fond cela ne représentait rien de vraiment tactile pour lui elle espérait qu'il appréciait la volonté que le geste traduisait et que cela suffisait à compenser. Depuis le temps qu'elle le connaissait elle avait appris à garder certaines distances même si elle devait franchir bien des barrières, les gens de la base volantes se moquaient souvent d'eux en les comparant à un manche à balais et une sang-sue. C'était bien entendu exagéré mais l'image était assez juste. Alex de part son éducation avait tendance à rester à distance tandis qu'elle bien plus familière ne prenait cette peine qu'en mission d'infiltration ou alors le chef, rien de bien compliqué donc dans son attitude...
Sa main ne tarda pas pour autant à être abandonné, il lui apportait de l'eau et l'aida même à boire, ce qu'elle apprécia grandement, il était plutôt gentil et attentionné quand il s'en donnait la peine cela la fit sourire. Après avoir manqué de s'étrangler deux ou trois fois, elle vida la moitié du verre sans en verser une goutte à côté.


"- Merci beaucoup Alex."

Comme elle le voyait toujours aussi abattu par la situation elle décida d'agir, de lui raconter une petite histoire sur son passé qu'il ne connaissait pas du tout du fit qu'elle n'en ai jamais parlé plus que ça. Juste un mot lorsqu'ils c'étaient rencontrer pour le mettre en confiance, mais c'est tout. Elle ne savait même pas s'il s'en souvenait depuis le temps de cette discussion chez lui en Russie. Elle tapota le lit à côté d'elle, pour l'invité à s'asseoir là.

"- Prends place s'il te plaît, j'aimerai te raconter quelque chose."

Elle attendit qu'il soit installé et attentif pour continuer, enfin pour débuter son récit. Au début elle hésita sur quoi raconter et ne pas raconter non pas que cela ait une grande importance, mais elle tenait à le rassurer quand à son état et le meilleur moyen de le faire c'était comme cela.

"- Je ne sais pas si tu te souviens, mais à la base je suis une artiste de cirque, à dire vrai mes parents étaient propriétaire de ce cirque et ils faisaient partit pour ma mère de la troupe de voltigeurs, pour mon père c'était un lanceur de couteaux meilleur sans doute que je ne le serai jamais même si nos objectifs dans cette matière son très différents. La première fois que je suis montée tout en haut du chapiteau pour voltiger j'avais 6 ans crois moi à l'époque la montée avait été très laborieuse et fatigante, mais en haut c'est un tout autre monde, être perché de la sorte cela vaut toute la souffrance d'avant et d'après. Ce jour là donc je me suis entrainée pour la première fois et comme à chaque entrainement il y a eut quelques ratés, l'un d'eux j'en suis la cause sans doute mais cela n'est pas très important, le résultat a été que je suis tombée sans savoir comment me réceptionner dans le filet en bas. Le résultat était pire que aujourd'hui je pense les deux jambes, 5 côtés et mon avant bras étaient brisés, j'ai passé presque 1 mois et demi à l'hôpital à avoir si mal que je n'en dormais ps au début. Tout ça pour te montrer que malgré tout je me souviens avec plaisir de ce jour ainsi que du jour de chacune de mes chutes grave dans ma vie et ça fait plus de 20 ans que je fais ce genre de choses donc il y en a un certain nombre. Ne t'inquiète pas ça guérira vite, d'accord. Dis moi juste, tu n'as pas eu trop d'ennuis avec le chef, je ne sais même pas depuis combien de temps je suis ici et franchement j'ai déjà envie d'en partir, l'hôpital c'est trop l'horreur..."

Puis elle se mit à rire s'arrêtant bien vite dans une grimace douloureuse. Elle attendait avec impatience la réponse, sa main ayant retrouvé sa place sur celles d'Alex, un façon bien à elle de le rassurer en plus de son discours bien entendu. De toute façon il n'entendrait sans doute pas raison c'était une tête de mule quand il s'y mettait celui là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandrov Kalistarine
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 66
Age du perso : 28 ans
Langues parlées : Russe, anglais, Japonais, Français, Allemand.
Pouvoir du perso : Membre bioniques
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Mission à risque   Mar 15 Déc - 13:18

Iza but le verre d’eau comme si elle avait soif avant de remercier son collègue. Puis elle l’invita à prendre place sur le lit et il s’exécuta après un instant d’hésitation. Elle lui raconta alors une histoire de son enfance concernant sa première chute qui l’avait mise dans un état pire qu’elle n’était aujourd’hui. Elle cherchait probablement à alléger sa culpabilité, mais c’était peine perdue. En fait, cette histoire qu’elle lui racontait n’avait rien à voir avec la situation présente car cette fois, c’est Alex qui était responsable de l’état de la jeune femme. Cependant, il jugea inutile de le lui signaler et ne fit aucune remarque concernant cet épisode. La question qu’elle lui posa ensuite lui permit de changer de sujet.

« Vous avez dormi pendant quatre jours. Vous avez plusieurs côtes cassées, des fractures à chaque bras et le visage en mauvais état. »

Enoncer ce dont il était responsable ne fit que redoubler son sentiment, comme si le dire à voix haute le rendait encore plus réel.

« Si, j’ai eu quelques ennuis avec le capitaine. Bien que connaissant la cause de tout ceci, il m’a vertement sermonné et voulait me renvoyer à terre. Mais j’ai réussi à le convaincre que cela ne se reproduirait pas et que l’Autre pourrait désormais être maîtrisé sans difficulté. »

Alex marqua une pose. Il n’avait pas remarqué la main d’Iza revenue sur la sienne car il regardait son visage tuméfié et couvert de grosses marques rouges ou violettes.

« Bien que je n’ai aucun souvenir de ce qu’a fait l’Autre et que je n’ais aucune maîtrise sur lui, je suis responsable de ce qui s’est passé car j’avais le moyen de l’en empêcher, et ce depuis longtemps. En vérité, je l’ai depuis le jour où j’ai intégré les rangs de l’ATW, avant qu’elle ne fusionne. Mais j’ai toujours retardé le moment d’user de ce moyen, car j’avais peur. Malgré le danger que je faisais courir à mon entourage, je ne pouvais me résoudre à recourir à cette méthode car j’avais peur pour moi-même. C’est une lâcheté impardonnable, mais il est temps que cela cesse. »

Alex marqua une nouvelle pose et fixa son regard dans celui d’Iza, puis il plongea une main dans sa poche mais ne la ressortit pas tout de suite.

« Izanami, pour arrêter l’autre, je dois confier ma vie à quelqu’un, et s’il était présent, Mikhail serait la personne toute indiquée, mais ce n’est pas le cas. Je croyais ne pas avoir encore assez confiance en toi pour la remettre entre tes mains, et c’est une erreur de jugement qui a eu de graves conséquences et que je vais maintenant réparer. »

Alex sortit la main de sa poche et pris la main d’Iza pour y déposer ce qu’il venait d’en sortir. C’était un objet de métal gris brillant, dont la forme était celle d’un ovale aplatit. Une fine ligne sur sa surface indiquait que le centre était un bouton.

« Ce dispositif est un interrupteur à distance. Appuie sur le bouton ou détruise-le et mes membres bioniques seront complètement désactivés sans limite de temps. »

Sans perdre de temps, il sortir d’un autre poche un autre interrupteur semblable au premier, à seul différence qu’il était rond et non ovale, et le confia également à sa collègue.

« Celui-ci est son miroir. Si tu appuies sur le bouton ou s’il est détruit, mes membres se réactiveront. Je te confie ma vie, Izanami, pour ne plus mettre la tienne en danger. Quoi que tu décides d’en faire, je n’aurais plus de regrets. »

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izanami-amaterasu Asahi
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 139
Age : 28
Age du perso : 28 ans (10 Janvier)
Langues parlées : Japonais, anglais (l'accent est étrange)
Pouvoir du perso : aucun, elle est humaine
Date d'inscription : 30/11/2007

MessageSujet: Re: Mission à risque   Mar 15 Déc - 22:46

Comme elle s'en doutait, son histoire n'eut pas le moindre effet, il ne changea pas le moins du monde même pas un peu plus détendu, cela la déçu vraiment mais qu'y pouvait-elle ? Enfin il enchaina assez vite avec les réponses à ses questions donc elle ne pu rien faire de plus pour qu'il se sente un peu mieux. La vérité la surpris, quatre jours, tant que ça ? Comment étais-ce possible d'avoir dormi autant ? Le choc avait du être dure, ce qui ne rassura pas la jeune femme quand à sa capacité à le faire dédramatiser. Pour ce qui était de son apparence physique elle s'en fichait, de toute façon elle n'était pas défigurée juste la peau violacée et rouge sinon le médecin et même Alex ne la regarderaient pas comme ils l'avaient fait. Le résultat de se faire tabasser par des bras mécaniques...
Elle écouta la suite grimaçant en imaginant la scène, l avait du passer un sale quart d'heure, le capitaine n'était pas un tendre. Néanmoins elle écarquilla les yeux en entendant que l'Autre ne poserait plus de problèmes maintenant. Comment allait-il s'y prendre pour ça au juste ? Il la regardait fixement comme s'il s'apprêtait à lui dire quelque chose de très important alors elle redoubla d'attention bien que son bras la face souffrir. Il évoqua une solution au problème sans pour autant préciser ce qu'elle était ce qui maintenant son attention et surtout alimentait trop peu à son goût sa curiosité. Il agissait de plus en plus bizarrement repoussant le moment de la révélation, elle le sentait. Il plongea sa main dans sa poche elle le vit mais n'en ressortit pas, il hésitait toujours visiblement. Il finit par lui déposer une sorte de télécommande en métal très petite, elle le regarda interloquée en attendant des explications. Lorsqu'elles arrivèrent ses yeux s'agrandirent sous l'effet de la surprise. Comment pouvait-il avoir pensé à une solution aussi extrême en créant ses membres ? C'était comme s'il avait réfléchi à ce genre de possibilité dès le début, elle en était choquée presque. lorsqu'il lui confia un second bouton elle fut un peu rassurée, au moins cette désactivation ne rimait pas avec destruction, mais cela lui faisait en même temps peur d'avoir une si grande responsabilité sur le futur d'Alex. Elle déglutit observant encore quelques instants les objets avant de les remettre dans les mains de son coéquipier.


"- Merci beaucoup, tu veux bien les pauser sur la table de nuit ? "


Elle le regarda encore quelques instants essayant vainement de sourire à la situation, comment lui dire qu'elle était morte de peur ? Qu'elle appréciait énormément mais qu'en même temps elle était effrayée de faire une connerie avec ça. Elle baissa les yeux sur ses mains vides pas rassurée pour autant. Elle finit par dire sans pour autant le regarder tant elle était anxieuse. L'eau lui avait fait du bien elle arrivait à parler normalement maintenant, heureusement pour elle parce qu'i allait sans doute lui poser des questions après ça.

"- Maintenant que tu m'as bien fichu les jetons, j'espère que je n'aurai pas besoin de m'en servir. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandrov Kalistarine
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 66
Age du perso : 28 ans
Langues parlées : Russe, anglais, Japonais, Français, Allemand.
Pouvoir du perso : Membre bioniques
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Mission à risque   Mer 16 Déc - 0:00

Pas de regrets…

Cela semblait faire un choc à la collègue, mais c’était nécessaire, il n’y avait pas d’autre moyen, et de plus, cela avait un prix. Alex avait conscience que c’était une lourde responsabilité qu’il plaçait sur les épaules d’Iza. Et il se voyait en plus obligé de décevoir cet espoir qu’elle venait de formuler.

« Malheureusement, je crains que tu y sois un jour obligée. L’Autre est terriblement imprévisible, tant dans son comportement que dans la fréquence de ses apparitions. Mais heureusement, il ne devient pas fou de rage à chaque fois, c’était à cause des somnifères. C’est pour cette raison que je ne bois jamais d’alcool et que je dois toujours être soigné sans anesthésie, générale ou locale. Je crois savoir qu’il lui arrive même parfois de se comporter presque normalement, mis à part que c’est le pire des salaud. Quand je pense que c’est une partie de moi… »

L’attitude d’Alex avait bel et bien changé vis-à-vis de la jeune femme au moment même où il lui avait confié les deux interrupteurs, et sa vie. Il faut dire qu’un acte aussi important, d’elle dépendait maintenant le sort d’Alex sur bien des tableaux, était un pas colossal, comme s’il avait franchit une frontière invisible mais pourtant aussi nette que la limite entre l’air et un mur de pierre. En faisant ce pas décisif, il avait en même temps brisé une habitude forgée par trois décennies d’éducation stricte.

« Cependant, tu dois être consciente de ce que représentent ces deux objets pour moi et je te serait très reconnaissant de ne jamais t’en séparer. Gardes-les toujours sur toi si tu le peux, et sinon, cache-les du mieux possible. Ils n’ont pas quitté ma poche depuis le jour où l’on s’est rencontré pour la première fois, en Russie, et c’est grâce à cela que je ne me suis jamais inquiété plus que nécessaire de leur existence. »

Alex fit une nouvelle pause. Puis il but une ou deux gorgées au verre qu’Iza n’avait pas complètement vidé. Alors il reprit les deux objets qu’elle lui tendait et se pencha pour les placer sous son oreiller.

« Et surtout, gardez-les toujours à portée de main. »

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izanami-amaterasu Asahi
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 139
Age : 28
Age du perso : 28 ans (10 Janvier)
Langues parlées : Japonais, anglais (l'accent est étrange)
Pouvoir du perso : aucun, elle est humaine
Date d'inscription : 30/11/2007

MessageSujet: Re: Mission à risque   Mer 16 Déc - 14:16

Décidément il n'y allait pas de main morte dans l'inquiétude, il se sentait même obligé de démentir son souhait elle qui faisait de l'humour il ne s'en rendait même pas compte, c'était pour dire... Enfin au moins elle avait quelques précisions sur l'autre, elle l'avait peut être vu plus souvent qu'elle ne le pensait selon les dires d'Alex ou du moins maintenant peut être serait-elle en mesure de repérer la différence. Maintenant qu'elle était remise du choc ce qui lui avait prit quelques minutes quand même, elle se mit à sourire assez bêtement et sans raison apparente, avant de le regarder visiblement surprise. Que lui prenait-il à parler de façon aussi décontractée et familière ? Peu importait c'était si agréable de voir son attitude changer de la sorte c'était comme si enfin ils se connaissaient alors que c'était le cas depuis un moment, ils étaient plus proche des amis que des simples collègues de travail et passaient le plus clair de leur temps libre, en dehors du travail d'à côté, ensemble. Il la tutoyait comme s'il avait toujours agis de la sorte, cela semblait si naturelle à la jeune femme d'entendre cela de sa bouche qu'elle en fut surprise.
Incapable de parler tant elle appréciait cette nouvelle attitude elle le laissa continuer sur sa lancé. L'écoutant aussi attentivement qu'avant bien que les propos soient d'une importance bien moindre. C'était si bon d'enfin voir cette barrière si palpable qu'il m'était entre lui et les gens, de part son éducation, disparue qu'elle n'arrivait pas encore à bien le réaliser se contentant de savourer le plus qu'elle pouvait tout ceci. Néanmoins la suite du discours la fit revenir à la réalité, il ne fallait pas qu'elle se sépare de ses choses à aucun prix, mais comment faire alors ici ce n'était pas comme si elle pouvait les cacher sous son oreiller ou au bord de son matelas elle n'avait qu'un usage très limité de ses bras et c'était impossible pour elle de les sortir de leur cachette dans ce cas, la seule solution aurait été de les poser sur la table de nuit qu'elle pouvait atteindre avec difficulté mais c'était faisable. Pourtant il venait de dire de ne jamais se séparer d'eux et surtout hors de la vue des autres, et ça elle ne pouvait pas du tout le lui assurer pas dans les conditions actuelles. Lorsqu'il les glissa sous son oreiller, elle le regarda plus intensément réfléchissant à comment lui dire les choses sans le blesser et en lui montrant qu'elle acceptait avec une grande reconnaissance la confiance qu'il lui avait accordé.


"- Alex je veux bien te promettre de les avoirs toujours à portée de main, sans que personne ne sache leur présence, mais j'aimerai que tu m'accordes une condition. Le jour de ma sortie de l'hôpital, je t'invite au restaurant pour fêter ça et à ce moment là tu me les remettras, avant je ne peux pas les garder. C'est trop dangereux dans mon état on peut me les prendre pendant que je dors et où tu les as mis je ne peux pas les prendre. Dans tous les cas, merci beaucoup d'avoir pensé à moi, j'en suis très honorée. "

Elle lui fit un grand sourire gorgé de reconnaissance espérant qu'il accepterait. Seule la réponse qui allait arriver le lui apprendrait et elle n'était pas certaine de ce qu'elle allait être pour tout dire. Elle avait même un peu peur de sa réaction, même si l'intention était tout à fait louable en premier lieu, elle ne voulait que son bien en faisant cela après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandrov Kalistarine
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 66
Age du perso : 28 ans
Langues parlées : Russe, anglais, Japonais, Français, Allemand.
Pouvoir du perso : Membre bioniques
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Mission à risque   Lun 21 Déc - 1:20

Effectivement, Alex n’avait pas pensé au fait qu’Iza était presque immobilisée et qu’elle ne pourrait pas aller chercher le désactivateur sous son oreiller. C’était pourtant évident, d’autant plus que les bandages couvrant les bras de la jeune femme lui rappelaient constamment sa responsabilité dans cet incident. Son esprit occupé par sa culpabilité, les conséquences de ses actes passés et présents, l’exploration mentale de l’univers des possibles ouvert par ce qu’il venait de faire, tout cela le détournait de la pensée logique et pratique qui le caractérisait habituellement. Et effectivement, ce qu’Iza venait de lui faire remarquer était parfaitement logique. Vêtue seulement d’une chemise de patient et allongée dans un lit avec les bras presque inutilisables, elle ne pouvait pas faire grand-chose de ces petits objets. Ne les accepter qu’après sa sortie semblait la solution la plus raisonnable.

Alex vivait perpétuellement dans la crainte de faire d’innocentes victimes à chaque fois que l’Autre se manifestait. Une fois pris se décision de confier son sort à sa collègue, il avait vu naître l’espoir d’être libéré de cette crainte perpétuelle. Il semblerait pourtant qu’il doive encore la supporter quelques temps, et cette idée ne lui plaisait pas vraiment. Mais il n’avait pas le choix après tout, car il ne voyait rien d’autre à proposer. Et bien soit ! Puisqu’il n’avait pas le choix, il l’endurerait comme un châtiment pour avoir tant tardé et entraîné les blessures de la jeune femme.

Iza était une femme pleine de vie et d’énergie, très vive et agile. Il était atroce de la voir ainsi immobilisée alors qu’il avait presque pris l’habitude de la voir voltiger dès que l’occasion se présentait. Elle lui faisait penser à l’image d’un oiseau aux ailes brisées. Un oiseau à qui il avait brisé les ailes de ses propres mains… Et elle en avait pour plusieurs mois à ne pas pouvoir se servir pleinement de ses bras, condamnée à rester au sol. La voir ainsi était plus pénible encore que la culpabilité qui l’assaillait. Un oiseau de proie incapable de voler est comme mort.

C’est en se demandant comment il pourrait la soutenir dans ces pénibles moments qu’une idée se présenta à son esprit. Avec un soupir, il récupéra alors les deux objets qu’il venait bêtement de glisser sous l’oreiller de la patiente avant de répondre à sa proposition.

« Excuse-moi, tu as raison, bien sûr. Entendu, mais c’est moi qui t’invite. J’y tiens. »

Il replaça les deux interrupteurs dans sa poche et se rassit au bord du lit d’Iza, prenant bien grade se rester loin de ses bras. Les blessures qu’elle avait subit étaient terribles. Le jour de leur rencontre, ou plutôt le lendemain, il lui avait laissé une marque violette autour du cou en essayant de l’étrangler, et cette fois, elle avait d’autres marques, caractéristiques d’une pression de chaque côté du cou. S’il avait serré un peu plus fort, ce qu’il n’aurait eut aucun mal à faire, il lui écrasé la trachée et elle serait morte étouffée, inévitablement. Ses bras avaient de nombreuses fractures, car elle s’en était instinctivement protégée lorsqu’il l’avait coincée contre le mur au sol et la rouait de coups de pieds. Et lorsque les os brisés n’offrirent plus aucune résistance à son déchaînement de fureur, ce sont son visage et ses côtes qui prirent jusqu’à ce que d’autres habitants de la base volante arrivent pour l’arrêter. Dans un tel état, le moindre mouvement devait lui être une torture et même respirer devait lui faire mal.

Il devait se hâter de mettre son idée en application, et sans tarder mettre fin à cette souffrance qui devait être celle de sa collègue.

« Est-ce que je peux faire quelque chose pour rendre ton séjour ici un peu moins pénible ? Demande-moi, si c’est dans mes moyens je le ferais, et tu sais que j’ai le bras long et beaucoup de moyens. »

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izanami-amaterasu Asahi
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 139
Age : 28
Age du perso : 28 ans (10 Janvier)
Langues parlées : Japonais, anglais (l'accent est étrange)
Pouvoir du perso : aucun, elle est humaine
Date d'inscription : 30/11/2007

MessageSujet: Re: Mission à risque   Lun 21 Déc - 2:32

Il ne tarda pas à répondre, ou du moins à réagir, et pour commencer il glissa à nouveau sa main sous son oreiller pour en récupérer les deux boitier. Ensuite comme si elle lui avait laissé le choix, il tergiversa sur ce qu'elle avait proposé, lui demandant de l'inviter au restaurant et non l'inverse. Cela lui arracha une moue dubitative, signe qu'elle réfléchissait à la proposition. Puis après un moment, Iza se dit qu'elle ferait mieux d'accepter, il serait plus simple pour elle de faire ça qu'autre chose.

"- Si tu veux."

Répondit-elle alors qu'il glissait les deux objets dans sa poche. Elle sourit en le voyant faire ce geste anodin, personne ne se serait doutée, mais c'était si simple d'être pickpocket que mettre ce genre de choses dans ce genre de poche était inconscient. Elle attendit qu'il se reprenne place et qu'il digère un peu mieux. Mais lorsqu'il reprit la parole pour lui faire une proposition si alléchante qu'on ne pouvait la refuser, elle lui sourit, réfléchissant à ce qu'elle pouvait vraiment lui demander ou pas sans qu'il en face trop. Ce qu'elle voulait vraiment et qu'elle ne pensait pas pouvoir avoir c'était quelque chose de simple et assez idiot. Elle n'aimait pas les hôpitaux et elle y serait coincé encore un moment, alors pourquoi ne pas lui demander ceci, après tout il avait bien dis : "si c'est dans mes cordes je le ferais". Oui c'était une bonne idée, très bonne idée même.

"- Alors reviens me voir tous les jours jusqu'à ma sortie s'il te plaît. Et met ça ailleurs que dans ta poche sinon dès que possible je te montre combien il est facile de te les subtiliser... "

Elle sourit, laissant planer le doute quand à ses réelles capacités en la matière. Après tout il n'était pas au courant de ses talents de voleuse, il ne savait même pas qu'elle était plutôt douée lorsqu'elle s'adonnait à ce genre d'activité. S'il savait qu'elle avait mené sa petite enquête chez lui à l'époque, que dirait-il ? Il valait mieux qu'il l'ignore, elle n'avait pas envie de le lui avouer, c'était trop gênant maintenant qu'elle le connaissait plutôt bien il ne méritait pas de savoir qu'elle en connaissait plus sur lui que ce qu'il ne lui avait raconté de lui même. Même si ces informations elle aurait très bien pu les trouver sur le net, Iza n'avait pas la moindre envie de lui dire qu'elle savait cela parce qu'il ne lui resterait plus qu'à lui avouer qu'elle avait fait des recherches sur lui et donc qu'elle ne lui faisait pas confiance, hors ce n'était pas le cas, elle avait fait cela pour voir s'il était vraiment fait pour le boulot. Et ce qu'elle avait découvert l'avait mené là où il était aujourd'hui, plutôt bien donc... Il n'y avait que l'avenir qui lui dirait si elle avait bien fait de lui parler de ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandrov Kalistarine
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 66
Age du perso : 28 ans
Langues parlées : Russe, anglais, Japonais, Français, Allemand.
Pouvoir du perso : Membre bioniques
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Mission à risque   Lun 21 Déc - 20:01

C’était tout ? Rien de plus ? Elle pouvait demander à se faire livrer de fastes repas, des livres pour s’occuper, ou que savait-il encore, et tout ce qu’elle lui demandait, c’était qu’il vienne la voir. Il avait bien l’intention de le faire de toute façon, car passer toutes ses journées allongée dans un lit étant déjà très pénible, il n’aurait plus manqué qu’en plus elle les passe seule. Alex ne l’aurait pas permis. Il reprit donc les interrupteurs dans sa poche de pantalon et les plaça dans la poche intérieure de sa veste.

« Je n’ai rien d’autre que mes poches, il faudra s’en contenter. Je reviendrais donc te voir demain, une affaire assez importe requiers mon attention dans l’immédiat, je ne peux pas rester plus longtemps. »

Alex serra brièvement la main d’Iza puis quitta la chambre sur un dernier sourire. En réalité, il n’avait rien à faire avant plusieurs jours. Son affectation était la base volante et il avait obtenu de rester au sol quelques jours pour Iza, il n’avait donc aucune occupation qui l’obligeait à quitter sa collègue aussi vite. La vraie raison était qu’il désirait au plus vite mettre son idée en application, et que pour ce faire, il devait retourner à Alcatraz. Il quitta donc l’hôpital, administré par la SEAL, et enfourcha sa moto que lui avait prêté la société pour rejoindre l’embarcadère d’où partaient les navettes pour rallier l’île. L’hôpital investit par la société se situait à moins d’un kilomètre des bureaux de la SEAL et on pouvait accéder à l’embarcadère depuis le rez-de-chaussée du parking de ceux-ci. Les navettes n’avaient pas d’horaire fixe et partaient souvent en fonction des besoin des membres de la SEAL, aussi il n’eut pas à attendre plus de 5 min pour que celle-ci prenne le départ et l’emmène à l’île-prison qui était le HQ militaire de la SEAL. Arrivé sur place, il se dirigea sans hésiter vers le bâtiment logistique et après quelques virages à angle droit dans les couloirs finit par arriver là où il le voulait.

Cette « mission », il la jugeait de la plus haute importance et c’est pour cela qu’il avait quitté Iza si précipitamment. Il risquait gros en faisant cela, il risquait d’être jugé devant le Capitaine général lui-même et exécuté pour l’exemple, apparaissant comme un traitre à sa cause ayant succombé à la tentation du mal. Mais le risque en valait la chandelle.

Il posa la main sur la poignée et… rien. La porte devant laquelle il se trouvait était verrouillée, bien entendu. C’était une lourde porte blindée et il serait bien plus difficile pour l’ouvrir que de simple crocheter la serrure. D’autant plus que c’était une serrure magnétique, il fallait un passe pour l’ouvrir.

« Monsieur ! »

Un soldat qui passait venait d’interpeller Allex.

« Monsieur, l’accès à cette salle est restreint aux officiers des Martyrs de la Honte, vous ne pouvez pas y entrer. »


Alex se retourna et regarda l’homme qui venait de le réprimander poliment. A en juger par les barrettes uniques sur ses épaules, il s’agissait d’un sergent, et un sergent des Martyrs de le Honte car il arborait sur la poitrine le crâne ailé. Alex se dit qu’il pouvait peut-être y aller au culot. Après tout, il était adjudant.

« Ouvrez cette porte, sergent, je suis pressé. »
« Désolé monsieur mais… »
« Adjudant. »
« Désolé mon adjudant mais je ne suis pas autorisé à vous ouvrir cette porte. Le contenu de cette salle est très dangereux et seuls les officiers des… »
« Je suis au courant ! Il s’agit d’un cas de force majeur. Dépêchez-vous. »
« Encore désolé mon adjudant, mais je n’y peux rien. Il me faut une autorisation écrite d’un officier supérieur des Martyrs de la Honte ou d’un officier général pour vous ouvrir cette porte. »

Excédé, Alex renonça et s’éloigna en direction de la chambre qui lui avait été attribuée pour ses quelques jours au sol. Il devrait attendre que la nuit lui soit propice.

Quelques heures plus tard, Alex sortit de sa chambre bien après l’extinction des feux pour retourner dans le bâtiment du centre logistique. Arrivé devant la porte, il dégaina sa boîte à outils et entrepris de désassembler le boîtier pour court-circuiter le lecteur de cartes. Une opération somme toute pas si compliquée mais qui prenait du temps, et il devait constamment rester sur le qui vive pour ne pas se faire surprendre par un garde ou n’importe qui passant par là à une heure si tardive. Après ce qui avait semblé duré des heures, la porte se déverrouilla enfin dans un cliquetis qui sembla assourdissant dans le silence de la nuit.

La pièce était une sorte de petit entrepôt contenant des dizaines de caisses en plastique de différentes tailles renfermant chacune plusieurs flacons de verre. C’était la pièce où étaient stockés les pouvoirs en bouteille utilisés par les Martyrs de la Honte. Armé de sa lampe-troche, Alex examina les inscriptions sur les différentes caisses jusqu’à trouver celle qu’il cherchait. Cela devrait arranger beaucoup de choses, et tant pis pour les risques qu’il encourait.

Le lendemain, il revint à l’hôpital comme prévu, son précieux chargement bien à l’abri dans un étuis renforcé, dans sa poche intérieure. Avant d’aller voir la jeune femme, il passa par le bureau de l’administrateur de l’hôpital. Il expliqua qu’il désirait s’occuper lui-même de la convalescence d’Iza et qu’il appellerait les médecins en cas de problème mais que sans cela, il désirait ne pas être dérangé. Bien entendu, cela ne se passa pas aussi simplement, et la discussion aurait put durer des heures si Alex n’avait pas eut des arguments… lucratifs. Mais il avait ce qu’il voulait.

Un peu plus tard, il toqua à la porte de la chambre et entra.

« Bonjour Izanami. Tu as pu dormir ? »

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izanami-amaterasu Asahi
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 139
Age : 28
Age du perso : 28 ans (10 Janvier)
Langues parlées : Japonais, anglais (l'accent est étrange)
Pouvoir du perso : aucun, elle est humaine
Date d'inscription : 30/11/2007

MessageSujet: Re: Mission à risque   Lun 21 Déc - 23:58

Iza le vit placer le paquet dans la poche intérieur de sa veste, ce qui de son point de vue était déjà bien mieux. la fouille au corps c'était plus complexe que glisser ses mains dans les poches d'un pantalon, elle sourit en l'entendant s'excuser. Mais lorsqu'il annonça qu'il partait pour une affaire urgente, l'acrobate fut à la fois surprise et un peu déçue de ce départ précipité, il faut l'avouer, mais la promesse qu'il lui avait fait de revenir le lendemain lui fit du bien. Néanmoins, malgré l'empressement soudain qu'il affichait, elle réussit à lui lancer une dernière phrase en guide d'au revoir et le vit s'éloigner dans le couloir l'espace de quelques secondes.

"- C'est mieux dans la poche intérieur, bien plus complexe à dérober, crois moi. Enfin... à demain alors, si tu dois partir. "

Une bonne heure plus tard, le médecin revint la voir et lui administra une dose d'analgésique, la douleur commençait à être trop insupportable pour elle et la nuit approchant il fallait qu'elle dorme ce qui aurait été impossible dans l'état actuel des choses. Le sommeil lourd provoqué par les médicament ne fut pas long à se faire connaitre, et elle sombra tout aussi vite, en un quart d'heure à peine si on avait chronométré. C'est ainsi qu'elle dormi sautant même le diner jusqu'au lendemain matin à la visite de 7h30 comme elle l'appris de l'infirmière qui lui fit sa toilette. Bien ennuyée de ne pas pouvoir se débrouiller toute seule Iza se laissa faire, aidant du mieux qu'elle pouvait la jeune femme qui essayait tant bien que mal de la mettre à l'aise. Jamais agréable à la petite trentaine de se retrouver privé de la plus petite intimité possible et surtout privé de toute mobilité. Elle n'arrivait même pas à se lever un temps soit peu de son matelas, n'ayant que très peu de forces dans les membres, la seule chose qu'elle arrivait encore à faire, c'était de lever ses bras ce qu'elle fit lorsque ce fut le moment. Après cela, elle l'aida à manger avant de l'abandonner la télécommande de la télévision dans la mains, tandis qu'elle montrait le présentateur du journal du matin. Passionnant ! Elle avait envie de se rendormir pour faire passer le temps qu'il lui restait à croupir ici plus vite.
Après ce qui aurait pu être des heures mais qui n'était en fait qu'une toute petite, on toqua à sa porte. Là, elle répondit faisant signe d'entrer, puis elle reconnu immédiatement la voix qui s'adressait à elle avant même de voir son propriétaire. Il était revenu, et il arrivait plutôt tôt. Un sourire s'épanouit sur le visage de la jeune femme, heureuse d'échapper à cet ennui mortel qu'était la télévision. Elle appuya d'ailleurs sur le bouton pour l'éteindre avant de reporter son attention sur son ami qui entrait maintenant dans la pièce alors qu'elle répondait à sa question sur un ton enjoué et plutôt gaie. Elle n'avait même plus mal à la gorge aujourd'hui, c'était agréble et cela lui permettait de parler assez facilement.


"- Bonjour. Oui, très bien avec les médicaments c'est plutôt simple et très rapide."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandrov Kalistarine
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 66
Age du perso : 28 ans
Langues parlées : Russe, anglais, Japonais, Français, Allemand.
Pouvoir du perso : Membre bioniques
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Mission à risque   Mar 22 Déc - 19:07

Au moins elle avait put dormir malgré la douleur, c’était une bonne chose. Alex s’approcha du lit de la patiente, enleva sa veste qu’il posa sur le dossier d’une chaise et prit place sur celle-ci. Il avait quelque chose d’important à dire à Iza et plus vite elle aurait accepté, plus vite elle sortirait d’ici, il n’allait donc pas tourner autour du pot cent sept ans.

« Izanami, j’ai trouvé un moyen d’écourter sensiblement ton séjour ici. »

Il sortit de sa poche le petit flacon qu’il avait chapardé pendant la nuit, remplit d’un liquide clair comme de l’eau mais légèrement bleuté.

« C’est un pouvoir en bouteille qu’utilisent les Martyrs de la Honte. La régénération. Avec ça, tu seras complètement remise dans un peu plus de trois jours. Mais il y a des effets secondaires. Cela prend trente-six heures pour l’assimiler et qu’il commence à faire effet, et pendant ce temps, la douleur serait pire que celle de tes blessures, de même qu’au moment où le pouvoir te quittera. Je te propose donc de t’administrer ce pouvoir puis de te mettre sous sédatif pendant un certain temps, et lorsque tu te réveillera, tu sera complètement rétablie et de retour à la base. »

Alex examina un moment le flacon qu’il tenait dans sa main artificielle, le tournant entre ses doigts.

« C’est une solution extrême, je le sais bien, mais c’est toujours mieux que de passer les trois prochains mois immobilisée à te faire laver par quelqu’un d’autre. Qu’en dis-tu, nous faisons ainsi ? »

Il savait qu’il prenait certains risques mais il n’en avait cure. Comme il l’avait si bien dit, il avait le bras long et beaucoup de moyens et même si ses supérieurs apprenaient ce qui s’était passé, il trouverait un moyen de s’en sortir. Une bonne argumentation et un bon paquet d’argent ont toujours réglé beaucoup de choses et ont évité plusieurs conflits. Etrangement, c’est le capitaine de la base volante qui lui causait le moins de soucis à ce niveau. Cet homme-là n’était pas un tendre, loin de là, et Alex serait inévitablement sermonné, et même probablement rossé, pour avoir enfreint ainsi les règles de la SEAL. Mais le capitaine étant solidaire des hommes – et des femmes – sous ses ordre, il en resterait là et n’en réfèrerait pas à ses supérieurs. Et l’incident serait clos.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izanami-amaterasu Asahi
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 139
Age : 28
Age du perso : 28 ans (10 Janvier)
Langues parlées : Japonais, anglais (l'accent est étrange)
Pouvoir du perso : aucun, elle est humaine
Date d'inscription : 30/11/2007

MessageSujet: Re: Mission à risque   Mer 23 Déc - 0:08

Iza observait Alex, il semblait presque joyeux aujourd'hui, surprenant compte tenu de l'humeur qu'il avait la veille. La jeune femme allait lui demander ce qu'il avait lorsqu'il posa sa veste sur le dos de sa chaise et qu'il prit place juste à côté d'elle sur cette dernière. Cette action était suspecte, enfin c'est ce qu'elle présentait sans trop savoir comment l'expliquer. Il ne tarda pas à tout lui expliquer ce qui rassura l'acrobate, bien qu'elle avait un peu peur des implications de tout ceci...
Le début lui plaisait plutôt, la perspective de rester ici pendant 3 mois lui déplaisait beaucoup, mais c'était ainsi, le métabolisme avait besoin de temps pour se réparer. Elle attendit de voir la suite pour savoir ce qu'il sous entendait pas sensiblement. Pour quelques jours cela ne valait pas le coup sans doute parce que la solution risquait d'être piégée sinon on la lui aurait déjà proposée non ? Lorsqu'elle vit le flacon, ses yeux s'agrandirent, elle ne savait pas ce que c'était mais suspectait quelque chose qui ne lui plaisait pas vraiment. La réponse ne tarda pas et elle fit la grimace en entendant ce nom. Elle n'aimait pas vraiment voir cela ces hommes qui se transformaient en mutant c'était horrible... Comment pouvaient-ils le supporter ? Enfin le pouvoir que le liquide contenait, n'était que la régénération, pas trop de risque pour autrui donc, mais quand même cela signifiait avoir les même capacités qu'un mutant l'espace de quelques jours, c'était énorme ! La réponse fut assez lente à venir, elle réfléchissait, pesant le pour et le contre. Guérir en trois jours c'était plus que tentant, mais boire ça c'était aussi tout à fait contre ses croyances. Pourtant elle finit par prononcer son verdict, il serait sans doute sans appel, mais Alex risquait de le discuter c'était même certain. Ce qu'elle allait lui demander c'était assez atroce pour elle, enfin...


"- J'accepte à une seule condition, pas de sédatif même la nuit. Je veux pouvoir me rendre compte de tout ce qu'il se passe. Trois jours de souffrance c'est une faible punition pour avoir fait cela... "

Elle lui avait répondu en le regardant droit dans les yeux, le visage fermé et très sérieux. Désormais, Iza espérait qu'il accepterait sans discuter. Cela elle le serait bien assez vite, et pourtant elle était prête à l'affronter à lui faire accepter sa condition. L'argumentation serait difficile mais c'était soit ça soit elle dirait non. Si elle devait être un monstre elle voulait être consciente de ses actes et ne pas se laisser dominer par le reste. Et puis elle allait à l'encontre de ses valeurs, alors elle cherchait à se punir d'une certaine façon. C'était déjà mieux que rien après tout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandrov Kalistarine
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 66
Age du perso : 28 ans
Langues parlées : Russe, anglais, Japonais, Français, Allemand.
Pouvoir du perso : Membre bioniques
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Mission à risque   Sam 26 Déc - 1:32

Alex avait lâché sa proposition comme une bombe et il attendait maintenant le souffle de l’explosion, qui mit un certain temps à venir. Il était manifeste qu’elle était en train de réfléchir, d’évaluer les implications et les conséquences de ce choix. Puis, lorsqu’elle le regarda à nouveau dans les yeux, avec fixité et détermination, il savait qu’elle avait tranché et pris une décision et qu’elle s’y tiendrait. Restait à savoir laquelle c’était, et Alex lui rendait son regard grave et sérieux dans l’attente de sa réponse. Lorsqu’elle vint, il en aurait sourit si elle n’avait pas impliqué de longues et nombreuses heures de souffrance.

Après tout, il n’en était pas vraiment surpris, ce genre de réaction ressemblait bien à Iza. Elle avait donc choisi d’accélérer sa guérison, mais avait refusé de passer outre la souffrance qu’elle impliquait. Elle partagerait donc pour quelques heures le sort qui était celui d’Alex depuis son accident. Il savait parfaitement par quoi elle allait passer, car il y était lui-même passé plus souvent qu’à son tour. Les sédatifs et anesthésiants provoquaient immanquablement chez l’Autre une rage destructrice incontrôlée, une folie profonde et implacable, et c’était précisément à cause de cela qu’Iza était dans cet état en ce moment. C’est pourquoi depuis très longtemps il s’était lui-même privés de tous tranquillisants ou anti-douleurs, même alors que les chirurgiens travaillaient sur l’installation de ses bras ou lors de sa douloureuse convalescence. Oui il savait parfaitement ce qu’impliquait la décision de la jeune femme.

D’une certaine manière, il comprenait pourquoi elle faisait cela. Contrairement à Alex, elle avait une certaine idéologie concernant les mutants et après cette année à travailler et vivre avec elle, il avait fini par comprendre comment elle raisonnait, pour certaines choses. A n’en pas douter, elle considérait certainement que devenir ce contre quoi elle luttait pendant quelques jours, en dépit de son idéologie, méritait un châtiment en conséquence. La douleur du traitement serait ce châtiment. Alex ne pensais pas du tout ainsi, mais il ne ferait rien pour la dissuader. C’était une décision qu’elle n’avait pas prise à la légère, induite par le fondement même de son mode de pensée, il était impossible de la faire changer à moins de remodeler dans le fond sa personnalité. Une tâche à la fois impossible, stupide, hautement immorale et totalement irrespectueuse envers Iza.

« Ce ne sera pas une partie de plaisir. »

Il avait dit cela non pas pour la faire changer d’avis mais comme une simple constatation, un fait avéré, histoire de lui faire comprendre qu’il savait. Puis il se leva et quitta la chambre sans un mot de plus, mais il resta juste derrière la porte qu’il n’avait pas refermée, pour que la jeune femme puisse entendre ce qu’il allait dire. Il sortit son communicateur, petit appareil de conception SEAL si servait à la fois de téléphone et à plusieurs autres choses décrites dans ce manuel que personne ne prend jamais la peine de lire.

« Ici Kalistarine. Il nous faut un hélico à l’hôpital de la Baie, on rapatrie une camarade blessée. »

Elle ne pouvait par contre pas entendre ce que disait la personne à l’autre bout de la communication.

« Entendu Kalistarine, on le fait partir dans les 5 min. … Alex, j’espère que tu nous referas plus un coup comme ça, t’as vraiment pété les plombs et y a des gars à bord qui ne te font plus confiance. »
« Je comprends qu’on se méfie de moi. Je sais ce que c’est que d’avoir une épée de Damoclès au dessus de la tête, vous pouvez me croire. Mais je vous promet que ça ne se reproduira pas, j’ai pris des mesures… radicales.»
« Ouais. Enfin, bon retour à bord à vous deux. En s’en jettera un tous ensemble quand elle sera rétablie. »
« Avec plaisir, mais si le capitaine vous prend à parler torchons sur cette ligne, il va vous pendre par les pieds jusqu’à demain, et moi aussi. Terminé. »

Alex rangea son communicateur et revint dans la chambre.

« Il devrait être là d’ici une demi-heure. Je te donnerais le flacon une fois à bord, car si tu es blessée après l’avoir absorbé, ce sera pire qu’à l’ordinaire. C’est aussi pour cela qu’il te sera impératif de conserver les désactivateurs lors du processus de guérison. A bord de la base, tu pourras. Après tout, tu connais ta chambre mieux que personne. »

Alex sourit brièvement, autant pour se rassurer lui-même que pour la rassurer elle. Les prochaines trente-six heures allaient être tout sauf agréables pour la jeune femme.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izanami-amaterasu Asahi
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 139
Age : 28
Age du perso : 28 ans (10 Janvier)
Langues parlées : Japonais, anglais (l'accent est étrange)
Pouvoir du perso : aucun, elle est humaine
Date d'inscription : 30/11/2007

MessageSujet: Re: Mission à risque   Sam 26 Déc - 13:14

Contrairement à ce qu'elle pensait, il ne dit rien, ou presque. Il fit une simple constatation qu'elle même aurait sans doute tourner en tentative d'humour pour détendre l'atmosphère, lui n'était pas de ce genre sans doute. Il n'essaya pas pour autant de la dissuader, elle n'aurait pas vraiment pu dire ce qu'il pensait vraiment de tout ça, il était toujours si fermé, pas le moins du monde expansif. Elle fut presque soulagée qu'il ne discute pas son choix, mais d'un autre côté maintenant elle avait peur de ce que cela impliquait pour lui, parce qu'elle se doutait bien qu'il allait rester pour garder un œil sur elle tout du moins... La voir souffrir comme elle allait le faire, se tordre de douleur, pleurer sans aucun doute, délirer peut être, tout cela pour n'avoir aucune raison de ne pas être parfaitement consciente de ses gestes en cas de problèmes. Elle aurait aimé être dans sa tête pour savoir ce qu'il pensait à ce moment là, moment qu'il choisit pour sorti de la chambre. Il laissa la porte ouverte, visiblement il reviendrait. Alex demandait à ce qu'on vienne la chercher, qu'avait-il en tête à la fin ? Enfin, peu importe elle rentrait maintenant et c'était peut être mieux comme ça, le personnel hospitalier allait vraiment se demander ce qu'il se passait si elle restait ici... La discussion semblait être plutôt amicale elle en fut rassurée, après tout après l'éclat qu'avait fait Alex, les autres n'étant pas au courant de sa condition, il aurait été normal que certains s'inquiètent pour leur survie. Visiblement, si c'était le cas, de quelques uns, ce n'était pas le cas de celui avec qui il conversait. Après quelques minutes, il revint dans la chambre pour lui expliquer la suite des opérations.Il lui apprit ainsi qu'elle ne devait pas être blessée durant la phase de guérison sinon cela serait pire que d'habitude à guérir, donc il faudrait qu'elle s'occupe d'Alex si jamais elle avait besoin. Quel joie ! Le seul détail qui la perturbait c'était comment pouvait-elle alors qu'elle aurait si mal s'occuper des commandes qu'il allait lui confier... Il lui faudrait encore quelques minutes de réflexion pour cela.

"- Si tu le dis, laisse moi encore réfléchir un peu à ça. Mais promet moi d'essayer de ne pas te transformer en ton double en colère et extrêmement dangereux... "


Elle grimaça un mouvement venait de lui causer une douleur assez désagréable. D'autant plus l'idée de se voir de nouveau rouée de coups ne l'enchantait guère... La suite et notamment les prochains jours lui dirait si elle avait raison de s'inquiéter, pour l'heure elle réfléchissait à un moyen sur de neutraliser Alex en cas de besoin et qui ne dépendait pas d'elle, si elle délirait comment pouvait-elle accomplir cela ? Imaginez un instant qu'elle soit dans un état tel qu'elle ne se rende compte de rien autour d'elle, comment diable pouvait-elle mettre un terme à une crise d'Alex. Si elle s'évanouissait à cause de la douleur, ou tout simplement si elle arrivait à dormir juste quelques instants, elle n'en demandait pas plus, comment pourrait-elle réagir comme il venait de le lui demander ? Ce n'était tout simplement pas possible, ne croyez-vous pas ? Du moins elle en doutait beaucoup...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandrov Kalistarine
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 66
Age du perso : 28 ans
Langues parlées : Russe, anglais, Japonais, Français, Allemand.
Pouvoir du perso : Membre bioniques
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Mission à risque   Lun 28 Déc - 3:19

Voilà qu’elle lui demandait encore quelque chose d’impossible. C’était à croire d’Iza n’avait pas vraiment compris la nature du mal qui habitait Alex. Le visage du riche adjudant devient plus grave encore.

« Izanami, je ne me transforme pas, je suis lui et il est moi, il est toujours présent en moi et ses manifestations son complètements imprévisibles. Mais cette rage destructrice qui l’a poussé à s’acharner sur toi est l’effet sur moi des substances neuro-inhibitrices, autrement dit toutes les sortes de calmants, anesthésiants et antidouleurs. Je ne peux en aucun cas te promettre qu’il ne se manifestera pas, ni qu’il ne devient pas agressif. Mais tant que je n’absorbe aucune substance de ce genre, il n’y a pas de raison pour qu’une telle perte de contrôle se reproduise. »

Il se tut un moment, réfléchissant à tout ce qui pouvait arriver dans les prochaines heures et aux conséquences de chacun de ses actes possible. Puis son expression s’adoucis, comme s’il était fatigué sans l’être vraiment, et il lâcha un soupir.

« Le plus sage serait certainement que je me tienne loin de toi jusqu’à ce que tu ais récupéré. »

Il se leva de sa chaise et tourna le dos au lit pour regarder un moment par la fenêtre de la chambre. Il ne se passait rien dehors, tout était calme, comme d’habitude. Il lui tardait de quitter cet endroit aseptisé pour revenir à la base volante. Il avait toujours vécu, depuis sa plus tendre enfance, dans une demeure luxueuse, très grande, avec de la distance entre chaque pièce, et entre chaque habitant. Etrangement, cela ne lui manquait pas le moins du monde et la base volante était devenue pour lui un lieu de vie bien plus accueillant. A bord de l’immense appareil, il y avait beaucoup de monde qui y vivait et travaillait, et il y a avait toujours de l’activité. Les règles de vie n’y étaient pas aussi strictes qu’au sol et les gens y étaient devenus des camarades, des voisins, des compagnons.

Et Iza était devenue au cours de cette année à bord le plus important des compagnons d’armes avec qui il vivait et travaillait. Il s’était créé entre elle et lui quelque chose qui était au-delà de l’amitié et qui ne pouvait exister qu’entre des personnes vivant et luttant côte à côte dans le même combat, œuvrant pour la même cause et partageant le même idéal. Avec le temps, avait fini par considérer que sa place était là-haut, dans les cieux, pour observer le monde et fondre sur ses proies comme un oiseau de proie, et à ses yeux il en était de même pour Iza.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izanami-amaterasu Asahi
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 139
Age : 28
Age du perso : 28 ans (10 Janvier)
Langues parlées : Japonais, anglais (l'accent est étrange)
Pouvoir du perso : aucun, elle est humaine
Date d'inscription : 30/11/2007

MessageSujet: Re: Mission à risque   Mar 29 Déc - 12:33

Le visage d'Alex ne tarda pas à s'assombrir à cause de ce qu'elle venait de dire, du moins c'est ce qu'elle interpréta. Par contre lorsqu'il s'expliqua, Iza comprit qu'elle avait dit quelque chose qu'elle n'aurait pas du. Et surtout pas de la bonne façon, parce qu'il l'avait visiblement mal prit et cela n'était pas du tout son intention première. Comment rattraper les choses maintenant elle devait y réfléchir, sinon elle allait s'en vouloir jusqu'à ce qu'elle soit guérie. L'entendre lui donnait presque envie de lui couper la parole tant cela la rendait triste de le voir ainsi. Elle avait exactement la même réaction que si son fils lui racontait son cauchemar de la nuit, en pleure dan ses bras, à la différence prêt, qu'Alex n'était ni en pleur ni dans ses bras et que lui racontait un cauchemar autrement plus réel...
Lorsqu'il s'arrêta, elle ne sut profiter de ce moment trop bref pour intervenir, alors elle se contenta de prendre son soupir de plein fouet, même si son expression bien moins refermée l'avait légèrement rassurée. Ce qu'il finit par ajouter fut comme un coup qu'il lui aurait porté de toutes ses forces au moral, elle savait au fond d'elle même que c'était la solution la plus sage, mais elle n'avait pas envie de se retrouver seule pendant son agonie, pas du tout envie de se retrouver seule... C'est à ce moment qu'il se leva pour lui tourner le dos, ajoutant encore à la peine que l'acrobate ressentait.


"- Alex, s'il te plaît, retourne toi. "


Elle n'attendit même pas qu'il s'exécute, bien trop inquiète quand à l'aspect irrévocable de la décision qu'il venait de prendre. Iza continua donc dans sa lancé sans s'arrêter, tant pis si elle parlait à son dos.


"- Je sais bien tout ceci, ce que je voulais, c'était que tu évites tout ce qui pouvait te mettre en contact avec ces substances. Ta solution me fait peur, vraiment très peur, plus peur même que partir pour une mission suicide de chasse au mutant ou que sauter du haut d'un immeuble sans la moindre préparation. C'est comme affronter l'enfer et même s'il est sans doute préférable que tu ne m'approches pas je refuse de me retrouver toute seule pou l'affronter. S'il te plaît, dis moi que tu resteras. "

Ses yeux c'étaient amplis de larmes. Elle ne pleurait pas vraiment, aucun sanglots n'étaient venus troubler son discours, mais ils coulaient pourtant inévitablement le long de ses joues. Ils étaient la traduction ultime de la peur qu'éprouvait la jeune femme pour ce qu'elle s'apprêtait à entreprendre. Elle n'avait pas versé une larme depuis la mort de son mari, à cette époque elle était encore capable de pleurer, elle le faisait souvent d'ailleurs, de joie le plus souvent, mais depuis rien, pas une seule fois, aujourd'hui était la première et elle ne réalisait pas tout à fait. C'était si inhabituel pour elle de se montrer si faible, dans le milieu où elle évoluait, hors de question que les autres la voient ainsi sinon au revoir le respect qu'il lui montraient malgré sa taille et son statut de femme. Elle qui n'était pas un soldat et qui pourtant travaillait parmi eux, n'avait pas du tout envie de devoir se faire respecter par cette bande d'homme pas toujours très ouverts.
D'un geste tremblant et douloureux, elle essaya de venir essayer ses larmes, lentement mais surement comme on dit. Si les autres arrivaient, elle devait être présentable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandrov Kalistarine
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 66
Age du perso : 28 ans
Langues parlées : Russe, anglais, Japonais, Français, Allemand.
Pouvoir du perso : Membre bioniques
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Mission à risque   Jeu 31 Déc - 2:47

Le riche gentleman fut surpris par la réaction de la jeune femme. Il s’attendait à une réponse vague sur le même ton incertain qui n’engageait à rien, peut-être teintée d’un peu d’appréhension, mais certainement pas à ces paroles suppliantes qui lui étaient adressées. Sous la surprise, il se retourna vivement vers Iza pour constater que des larmes ruisselaient silencieusement sur ses joues. C’était un horrible malentendu ! Il n’avait jamais eu l’intention de la laisser affronter cela toute seule, il savait trop bien à quel point c’était terrible. La stupeur et le désarroi avaient dut apparaître sur son visage mais cette fois il ne tenta pas de les dissimuler. Il ne s’adressait pas à des hommes d’affaires plus voraces que des requins avec qui il était vital de savoir bluffer, là il parlait à sa collègue blessée et elle avait besoin de réconfort. Et d’Alex, ce n’est pas sa partie robotique qui le lui apporterait. Il s’approcha à nouveau du lit et s’assit près de sa collègue tout en lui parlant.

« Izanami, ce n’est pas du tout ce que j’ai voulu dire. Crois bien que cette option me déplait au plus haut point, je sais ce que tu va traverser et je n’ai pas l’intention de te laisser le faire seule. Je constatais simplement que c’était la précaution la plus sûre pour garantir ta sécurité. Je réfléchissais à voix haute, simplement. »

Il porta la main au visage de la jeune femme pour essuyer une larme qui s’attardait sur sa joue puis tourna à nouveau la tête en direction de la fenêtre. Il lui semblait entendre le bruit d’un hélicoptère.

« Et je te garantis que je fais en permanence attention à minimiser les risques concernant l’autre, je n’ai pas attendu que tu me le suggère pour éviter les neuro-inhibiteurs. »

Si elle savait par quoi il était passé, quelles souffrances il avait dut traverser, après l’explosion. Trente-six heures de douleurs due à un médicament n’était rien. Les Martyrs de la Honte utilisaient régulièrement ces pouvoirs en bouteille et ils parvenaient, avec le temps, à surmonter la douleur, elle en était donc à un stade encore supportable. Alex lui, avait affronté une épreuve autrement plus difficile, et longue. Lorsque son esprit obscurcis par les affres de la souffrance qui ne diminue jamais et que cela dure des jours et des jours, on apprend alors à apprécier les joies les plus simples de la vie, des plaisirs insoupçonnés du commun des mortels. L’épreuve qu’Iza allait traverser n’avait rien à voir, contrairement à ce qu’elle croyait, avec l’enfer. Mais en l’absence de références et de points de repère, il était normal qu’elle soit effrayée, et il serait tout aussi normal qu’elle croie vivre ce qui pouvait exister de pire. Alex ferait de son mieux pour la soutenir et priait pour que jamais elle n’ait l’occasion de repousser cette limite de l’inconnue aussi loin qu’il l’avait fait.

« Je resterais près de toi, je te le promet, et lorsque tu sera complètement guérie, ce ne sera plus qu’un très mauvais souvenir de plus. »

Tant que la douleur ne dépassait pas un certain seuil, on le subconscient l’oubliait. La mémoire gardait intacte le souvenir du calvaire, la pénibilité de la sensation, les sentiments ressentis au cours de la souffrance, mais la douleur en elle-même disparaissait dans le passé. Tant que la douleur ne dépassait pas un certain seuil. Lorsqu’Alex repensait parfois à ses longues heures d’agonie, il sentait la cicatrice à son visage le picoter désagréablement.

Lorsqu’il entendit des pas approcher dans le couloir, il se leva du lit et alla à la rencontre des arrivants. Il s’agissait de deux hommes de base volante, qui portaient une civière. Alex leur exprima sa satisfaction à les voir arriver si vite et leur indiqua la chambre d’Iza. Plus vite ils seraient revenus à bord de la base volante, plus vite il pourrait donner ce flacon à Iza et mettre fin à cette attente angoissante. Les deux hommes déplièrent les roues de la civière et la placèrent à côté du lit. Puis, avec l’aide d’Alex et de ses puissants bras mécaniques, il transférèrent la patiente du lit sur la civière.
Au moment où lui firent passer la porte de la chambre, le riche adjudant murmura quelque chose à Iza avec un sourire qu’on pourrait qualifier de pervers.

« Ne t’inquiète pas, je t’enlèverais tes vêtements avec le plus grand soin pour ne pas les abimer. »

Puis il resta un moment dans la chambre vide, laissant les deux hommes et la jeune femme prendre de l’avance. Il trouvait cette situation plutôt désopilante. La donzelle était blessée – par son fait – et incapable d’esquisser un simple geste défensif, totalement à sa merci. Il serat fort amusant de tenir sa promesse de lui ôter ses vêtements, un jeu d’adresse grandeur nature : un cri de douleur = un point en moins au score, ou le contraire, allez savoir. La violer alors qu’elle était presque immobilisée était aussi une possibilité, mais ce ne serait pas très amusant si elle n’était pas en mesure de se débattre un peu. L’humiliation de se voir devenir son jouet devrait suffire à le divertir quelques heures. Quoique en matière d’humiliation, se faire violer sans rien pouvoir faire ça devait être gratiné. A réfléchir pendant le trajet.

Finalement, il se décida à sortir de la chambre et à se rendre à son tour à l’hélico qui devait les ramener à la base. Il ne voulait pas perdre de temps et avait hâte de s’amuser avec son nouveau jouet. La vie était si bien faite, parfois.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izanami-amaterasu Asahi
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 139
Age : 28
Age du perso : 28 ans (10 Janvier)
Langues parlées : Japonais, anglais (l'accent est étrange)
Pouvoir du perso : aucun, elle est humaine
Date d'inscription : 30/11/2007

MessageSujet: Re: Mission à risque   Jeu 31 Déc - 17:54

Iza observait le dos d'Alex avec une certaine appréhension, se retrouver seule encore une fois lui faisait plus peur que tout. Avec son passé cela lui faisait plus mal que les autres. Sans doute n'était ce pas vraiment quelque chose de douloureux pour qui ne connaissait pas la douleur d'une perte, mais pour elle qui avait perdu les êtres qu'elle aimait le plus au monde la douleur était vive toujours maintenant après plusieurs années... L'attitude d'Alex lui remémorait tout ceci ce qui l'avait rendu si sensible sans doute. Lorsqu'il se retourna pour l'observer elle n'eut même pas l'occasion de voir son expression, celle-ci était noyée dans ses larmes, brouillant la vue de la jeune femme. Elle le vit s'asseoir à côté d'elle, ce qui la fit sourire, elle continua néanmoins le geste qu'elle avait amorcé toujours aussi lentement pour s'essuyer les larmes. Ses paroles la rassurèrent, Iza se mit à sourire rassurée plus qu'elle ne l'aurait du sans doute. Elle sursauta de stupeur lorsqu'il essaya les larmes qui avaient cessés. Sa vue peu à peu redevenait claire, elle souriait. Si l'acrobate était en état elle aurait même rit à sa remarque sur ses précautions, elle le savait c'était la peur qui lui avait fait dire tout ceci. Sa réflexion avait été stupide elle en était consciente maintenant. En quelques phrases il avait réussit à parfaitement la rassurée, elle lui aurait sauté au cou si elle n'était pas dans un si piteux état. Sa réction fut bien plus sage, mais elle traduisait néanmoins toute sa joie.

"- Merci beaucoup Alex. "

Assez soudainement, il se leva pour se diriger dans le couloir. Il ne tarda pas à revenir avec deux camarades de la base volante. L'un avait une expression assez claire, il avait simplement peur d'Alex et un rapide coup d'œil à Iza n'arrangea rien à cela. Elle sourit, sachant pertinemment pourquoi il réagissait ainsi, elle essayait de se souvenir de son nom sans pour autant y parvenir. Iza était assez satisfaite, mais lorsqu'ils passèrent tous la porte et qu'elle entendit à nouveau la voix de son amie, son expression changea. Ses yeux s'écarquillèrent, il avait changé, il c'était effacé au profit de l'autre. Une idée lui vint assez rapidement à l'esprit, même si elle avait un peu peur. Alors qu'elle s'éloignait, lui resta en arrière, elle ne le voyait pas, mais elle n'entendit pas ses pas lourd les suivre. Il ne lui restait donc qu'à en profiter.

"- Les gars, cela vous dérange de me rendre un service, assommez Alex lorsqu'il nous rejoindra, et surtout, surprenez le sinon vous risquez d'avoir mal. "


Elle leur sourit chaleureusement, consciente qu'il devait se poser des questions. Elle n'ajouta cependant rien de plus, car elle savait qu'au moins l'un allait le faire. Alex ne tarda d'ailleurs pas à les rejoindre et ils ne tarderaient donc pas à partir. Il ne restait plus qu'à voir si les deux autres réussiraient à assommer le misérable ou pas. Si ce n'était pas le cas elle risquait de moins apprécier la compagnie d'Alex, mais peu importe, elle ne lui en tiendrait pas rigueur ce n'était après tout pas vraiment lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandrov Kalistarine
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 66
Age du perso : 28 ans
Langues parlées : Russe, anglais, Japonais, Français, Allemand.
Pouvoir du perso : Membre bioniques
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Mission à risque   Sam 9 Jan - 22:03

Le riche adjudant de la SEAL ne tarda pas à rattraper les hommes qui escortaient Iza sur son brancard, qui était déjà à bord de l’appareil. Les deux hommes étaient debout et attendaient Alex avant de monter prendre leur place aux commandes de l’appareil. Ils avaient l’air mal à l’aise, l’un d’eux dansais presque d’un pied sur l’autre. Ce dernier, lorsqu’il s’en approcha, l’interpella pour lui parler des banalités du voyage. Mais alors qu’il écoutait d’une oreille distraite ces propos sans intérêt, et qu’il s’apprêtait à sentencier vertement ce jeune imbécile de remarques bien senties, il vit dans une vitre de l’hélico le reflet de l’autre homme qui s’apprêtait à frapper son supérieur par derrière. Très vif, il se retourna et intercepta le bras du malheureux avant qu’il ne l’abatte puis passa derrière lui pour tirer son bras dans son dos et l’immobiliser.

« Et alors ? On veut jouer avec les grands ? Tu sais que tu risques de te faire mal comme ça. Arrêtez vos conneries et en avant, on a pas que ça à faire ! » Dit-il avec un sourire condescendant.

Puis il repoussa le pilote sans douceur au moment de le lâcher pour ponctuer le sérieux de ses propos. Prenant place à bord de l’appareil, il regarda Iza, allongée sur la couchette prévue pour un éventuel blessé à rapatrier. Apparemment les deux pilotes avaient eut la présence d’esprit de ne pas choisir leur appareil au hasard. Notre homme s’adressa à la blessée sur un ton narquois.

« C’est pas beau de balancer un collègue, poulette. Je vais devoir ajouter ça à ton ardoise. »

Il se pencha vers elle et chuchota à son oreille.

« Patience, on aura tout le temps de s’expliquer plus tard. »

Alors il lui caressa la joue, mais avec sur le visage un air qui transformait ce geste habituellement tendre en quelque chose de presque menaçant.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izanami-amaterasu Asahi
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 139
Age : 28
Age du perso : 28 ans (10 Janvier)
Langues parlées : Japonais, anglais (l'accent est étrange)
Pouvoir du perso : aucun, elle est humaine
Date d'inscription : 30/11/2007

MessageSujet: Re: Mission à risque   Jeu 14 Jan - 17:15

Alex ou plutôt son double maléfique, faute de connaitre une meilleur appellation, revenait. Iza observait ses deux collègues, visiblement tendus. Rien qu'en observant l'attitude de celui qui venait de perdre à la courte paille et qui devait frapper, mission à risque, elle sut que cela ne fonctionnerait pas. C'était bien trop flagrant, qu'il se tramait quelque chose, si Alex s'y laissait prendre, même dans cet état elle serait déçue de lui. Enfin, cela l'aurait arrangé d'un autre côté, mais c'était un problème d'être aussi peu attentif aux attitude des autres dans leur boulot. Le plan se déroula comme ils l'avaient prévu pendant qu'ils l'installaient, l'un occupait Alex en discutant avec lui du voyage, discussion un peu trop banal à son goût, mais bon ils ne devaient pas être habitué à faire ce genre de choses, un jour il faudrait qu'elle leur montre juste pour rire. L'autre toujours aussi anxieux, fit semblant de s'affairer pendant quelques instants avant de bondir sans trop calculer son coup sur le russe. Elle se mit à sourire, il serait repéré si Alex était attentif, de cet angle il se reflétait dans l'hélico, et ce qui devait arriver arriva d'ailleurs, Alex l'attrapa en vol. Iza amusée se mit à rire, très bas mais elle riait tout de même, cette attaque avait été pathétique et cela lui avait rappelé sa rencontre avec cet homme qu'elle ne savait pas trop comment nommé, ce n'était en aucune façon son Alex, elle se refusait de parler de cette chose en ces termes d'ailleurs.
La suite vint assez vite et étonnement, il n'agit pas si méchamment que cela. Pour quelqu'un qui connaissait Alex l'attitude était un peu surprenante, la façon de parler surtout, mais pour une simple connaissance sans doute qu'elle ne voyait rien. Ce fut ensuite à son tour de se faire réprimander, chose qu'elle prit avec le sourire, après tout même si cela n'avait pas eu l'effet escompté cela l'avait pas mal divertit. Alors qu'elle allait répondre à ces propos, il s'approcha d'elle lui murmurant à l'oreille quelques mots qui l'effrayèrent un peu, mais ne l'empêchèrent pas de garder le sourire. D'ailleurs elle répondit assez rapidement à ce petit jeu, tandis qu'il lui caressait la joue. Elle c'était exprimée en japonnais, histoire que les deux pilotes ne comprennent pas, d'une voix assez douce, ce qui pouvait presque passer pour de la drague de bas étage avec le sourire qu'elle arborait et le geste "affectueux" de son collègue.


"- J'essayai avec ce que j'avais de me prémunir du mal que votre présence risque de m'infliger, c'est tout."

Elle élargit son sourire, peu avant le décollage, regrettant presque d'avoir supplié Alex de garder ces fichus interrupteurs. Elle aurait pu se défendre si les choses avaient mal tourné, maintenant cela allait être plus difficile... Enfin, elle n'aurait qu'à endurer la suite des opérations après tout elle n'avait pas trop le choix. L'hélico venait de décoller du sol, dans un bruit assourdissant, chacun ayant installé son casque sur ses oreilles, permettant de communiquer, elle en profita pour continuer sa conversation, en japonnais toujours, sur un ton totalement neutre afin de ne pas trahir la présence de cet homme qui devait sans doute être interdit de base désormais.

"- Je crois que nous avons mal commencé les choses la première fois. Permettez moi de me présenter, mademoiselle Asahi, enchantée de faire votre connaissance, navrée de pouvoir vous tendre la main dans les conditions actuels cela m'est impossible, j'espère que vous me pardonnerez. "

Surprenant n'est-ce pas ? Elle qui était toujours si familière se comportant ainsi ! Sans doute une des première fois qu'on pouvait l'entendre employer le vouvoiement avec quelqu'un de son grade, et surtout être aussi peu retissante face au danger pourtant parfaitement connu qu'il représentait. Comme quoi les nombreuses années d'entraînements avant de rejoindre l'ATW qui lui avait permis d'être aussi détaché dans des moments comme cela. Lorsqu'elle jouait pour les éventuels observateurs et oreilles indiscrètes. Et puis, peut être qu'il serait moins violent avec quelqu'un de plus docile, donc agir de la sorte pourrait avoir du bon dans la situation actuelle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandrov Kalistarine
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 66
Age du perso : 28 ans
Langues parlées : Russe, anglais, Japonais, Français, Allemand.
Pouvoir du perso : Membre bioniques
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Mission à risque   Lun 25 Jan - 3:42

La réponse d’Iza était plutôt flatteuse pour Xela et pour son orgueil. Ainsi elle estimait qu’il représentait pour elle un danger, c’était une bien belle chose et s’en voyait plutôt satisfait. A ces mots, prononcés en japonais mais il s’en fichait, son sourire condescendant s’élargit. Il se sentait clairement en position de force et c’était tellement bon. Dominer n’était pas seulement l’unique moyen de ne pas se faire dominer, c’était aussi terriblement amusant lorsque les conditions s’y prêtaient.

Mais la suite était loin de le ravir autant. Le discours que tint la jeune femme lui provoqua une monté de colère et de dégoût. Son expression se transforma instantanément, les yeux grand ouverts et la bouche tordue un instant en rictus de dégoût avant de se crisper de colère. Xela eut soudain une terrible envie de rouer de coups cette petite pu**, de la traîner par les cheveux jusqu’à la porte et de la balancer dans le vide, rien que pour qu’elle arrête cette comédie ridicule. Mais, aussi incroyable que cela puisse paraître, il résista à cette pulsion, serrant un poing tremblant de fureur. La promesse de nombreux jeux à venir dans les prochains jours était bien trop tentante pour tout gâcher sur un coup de tête. Cependant, il lui parla, assez bas pour que les pilotes ne l’entendent pas, mais toujours assez pour que sa voix charrie toute la colère que lui inspirait l’attitude de la jeune femme.

« Fais pas la pimbêche avec moi, petite con**, on s’est trop bien amusés ensembles pour ça ! Après tout ce qu’on a partagé, on se connait bien toi et moi, et tu devrais savoir que cette mascarade que tu essaie de me faire ne vas pas arranger ton cas. »

Et comme pour confirmer ce qu’il venait de dire, il lui flanqua une gifle du dos de la main. Pas trop fort, il ne s’agirait pas de la tuer trop tôt, mais assez pour qu’elle le sente passer. Puis il se plaça de façon à pouvoir lui attraper le menton pour lui immobiliser la tête l’obliger à le regarder tandis qu’il approchait son visage tout près du siens.

« Ne t’avises jamais plus de m’insulter de la sorte, je ne suis pas un de ces tocards qui applaudissent à tes acrobaties. »

Sans lâcher le menton de la femme, il dirigea son autre main vers la poitrine de la jeune femme et attrapa son sein droit.

« Tu ne peux pas m’échapper, pauvre idiote, alors ne me défie pas. »

Puis il serra, de plus en plus fort jusqu’à ce que la jeune femme crie de douleur avant de la lâcher et de s’adresser aux pilotes presque en criant.

« Doucement avec les turbulences, bande d’imbéciles ! »

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izanami-amaterasu Asahi
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 139
Age : 28
Age du perso : 28 ans (10 Janvier)
Langues parlées : Japonais, anglais (l'accent est étrange)
Pouvoir du perso : aucun, elle est humaine
Date d'inscription : 30/11/2007

MessageSujet: Re: Mission à risque   Sam 30 Jan - 14:52

Iza observait attentivement son collègue aussi mal en point soit-il. Elle voulait comprendre qui était cette seconde personnalité et bien qu'effrayée par les perspectives que son avenir immédiat lui offrait, l'acrobate trouvait tout de même une certaine satisfaction à découvrir des choses sur lui. Première chose, il aimait se sentir dominateur, être craint vu qu'il semblait plus fier une fois qu'elle lui eut révélé qu'elle le considérait comme une menace potentielle. Par contre, la suite fut un échec cuisant, cela l'énerva à un point qu'elle même n'aurait pas pu imaginer. Le visage d'Iza se décomposa un peu, face à la surprise, puis elle reprit un semblant de consistance après quelques secondes, trop longues à son goût. Néanmoins elle appris des choses, ils se seraient visiblement souvent côtoyés, première nouvelle, elle ne s'en était jamais rendu compte, la gifle qu'il lui infligea lui rappela leur première rencontre, mais aussi leur dernière, cet homme était si violent que le moindre contacte qu'il avait avec elle n'était rien de plus agréable qu'une douleur mordante, en l'occurrence sur la joue. Elle grimaça, se retenant de pousser un petit cris de douleur, toujours bien engourdie par les autres blessures qu'il lui avait infligé. Comment pouvait-il être aussi différent d'Alex, cela restait un mystère. Comme si cet homme n'était que haine et colère, un peu comme celle qu'elle était plusieurs années plus tôt avant de rencontrer l'homme avec qui elle avait partagé une partie trop peu importante de sa vie. La suite la fit sourire, même si la douleur rendait ce geste plutôt énigmatique, tant son expression en était peu explicite. Leurs visages était si proche qu'elle en fut incommodée, mais elle se contenta pour toute réponse de le regarder droit dans les yeux en essayant de cacher l'effroi que cet homme lui procurait.
Elle sentit alors le poids de son autre bras se balader sur son buste, et s'arrêter, s'emparant de l'un de ses seins avant de l'emprisonner dans son battoir et de l'y compresser, sans doute pas de toute ses forces, mais bien assez pour commencer par faire serrer les dents Iza. Elle ne tarda d'ailleurs pas à les serrer à s'en faire mal à la mâchoire, laissant des larmes de douleur apparaitre au coin de ses yeux, mais tout ceci ne suffisait pas à le satisfaire, et au final il n'arrêta qu'une fois qu'elle eut pousser un cri de douleur strident mais bref. C'était un monstre sans pitié, et elle allait devoir le supporter encore un moment. Lorsqu'elle fut calmée, et que le mal se fut un peu estompé, elle reprit la parole, sur un ton neutre, même si la douleur ajouté à celle déjà présente ne lui permit pas de rester aussi calme et neutre qu'elle l'aurait voulue, sa voix trahissait en effet ses inquiétude et montrait un certain manque d'assurance dans la situation présente. Très anormal chez elle pour qui la connaissait un minimum...


"- À vrai dire, j'ai tout fais durant cette année pour vous éviter et passer le moins de temps possible en votre compagnie. Vous êtes vraiment insupportable, grossier, mal élevé, j'en passe et des meilleurs. Alors croyez-vous vraiment que j'apprécie votre présence ici. Vous me faites peur et vous me dégoûtez. "

Elle marqua une petite pause dans son discours en japonnais, réfléchissant à toute vitesse pour savoir quoi dire histoire d'avoir ce moment de répit qu'elle désirait temps, elle ne devait pas craquer ici devant lui peu importe de toute façon il ferait en sorte que cela soit le cas, mais pas devant les autres. Il fallait qu'elle se calme et que les vagues toujours plus importantes de peur qui l'envahissait se taisent. Une idée lui vint alors à l'esprit, et elle mit son plan à exécution.

"- Les gars, j'essaye de dormir, donc merci de conduire sans trop de secousses, je suis encore crevée. À toute à l'heure Alex."

Elle grimaça en prononçant se prénom, répugnée à l'idée qu'il prenne cela pour lui. Elle espérait quelque part au fond d'elle qu'à son réveil il soit là à la place de cette chose qui relevait plus du monstre que de l'Homme... Enfin, pour compléter le tableau, elle ferma les yeux et essaya vraiment de dormir, même si elle n'était pas fatiguée, cela ferait passer les choses plus vites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mission à risque   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mission à risque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» En cas de démission d'un professeur contractuel
» TZR : puis ( dois ) je travailler sans ordre de mission ?
» Que penser de l'émission tv "Ufo hunters"?
» (2003) A tort ou à raison ovni l'émission de TF1 du lundi 13 janvier ( vers 22h30 )
» Connaître sa mission sur terre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Faculty :: Quartier General de la S.E.A.L. :: Département militaire :: Centre logistique :: Infirmerie-
Sauter vers: