AccueilPortail2FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La grande histoire de The Faculty

Aller en bas 
AuteurMessage
Aaron Kushter
Recteur de la Faculté
Recteur de la Faculté
avatar

Nombre de messages : 1942
Age du perso : 24 ans
Langues parlées : Anglais
Pouvoir du perso : Matériel (Electrique)
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: La grande histoire de The Faculty   Ven 27 Nov - 1:48

Avant la lecture, quelques explications...


Ceci est le résumé complet de la grande histoire du monde The Faculty.
En lisant ce qui va suivre, vous comprendrez comment notre monde a évolué, de 2009 aux années 2050, comment les mutants ont vu le jour... Jusqu'aux tous derniers évènements en date dans ce monde.


Afin de simplifier la lecture, l'histoire du forum est divisée en 4 grandes parties, chacune englobant une période précise de l'histoire:


Like a Star @ heaven La Genèse : Il s'agit des fondements du monde The Faculty, tout ce qui s'est passé à travers le monde, depuis les années 2000, bien avant que naissent les actuels héros de ce monde.

Like a Star @ heaven Nos souvenirs : Cette partie fait la part belle aux joueurs qui ont su faire avancer ce monde, et y laisser une empreinte indélébile, depuis la création du forum. Les évènements relatés dans cette partie de l'histoire ont été écrits à partir des RP produits par nos joueurs, depuis plus de 3 ans maintenant.

Like a Star @ heaven Hier : Un an et demi s'est écoulé depuis la fin de la première version du forum. Que c'est-il passé pendant ce temps, dans le monde The Faculty? C'est ici que vous le saurez.

Like a Star @ heaven Aujourd'hui : Cette partie, actualisée régulièrement, retrace les tous derniers évènements survenus dans l'histoire, en RP. Peut-être que vous aussi, vous trouverez un jour votre nom dans cette partie du récit, si vous accomplissez des prouesses... Wink


La lecture de l'histoire complète de The Faculty est assez difficile, car il y avait beaucoup de choses qui méritaient d'être racontées. Cependant, pour alléger la lecture, les différentes parties ont été divisées en petits chapitres.
Nous espérons en tout cas que ce long récit vous permettra d'apprécier encore davantage l'univers The Faculty, et ceux qui l'ont fait vivre, et le font encore vivre aujourd'hui.

Bonne lecture!

_________________

] Fraust Theme [

[ Notre Amour t'Accompagne, Où Que Tu Sois ]
[ In The Memory Of Hitori And Victor ]


Dernière édition par Fraust le Jeu 10 Déc - 0:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com
Aaron Kushter
Recteur de la Faculté
Recteur de la Faculté
avatar

Nombre de messages : 1942
Age du perso : 24 ans
Langues parlées : Anglais
Pouvoir du perso : Matériel (Electrique)
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: La grande histoire de The Faculty   Ven 27 Nov - 1:55

La Genèse :



I – Les années 2020

Au début des années 2020, le monde était encore semblable à celui dans lequel nous vivons aujourd'hui. A ceci près que l'expansion mondiale a entraîné le début de la grande pénurie du pétrole. L'or noir devenait de plus en plus rare et difficile à trouver, et devint donc une ressource stratégique majeure à travers le monde.
Les pays du Moyen-Orient, principaux producteurs et exportateurs de pétrole, se liguèrent et décidèrent de stopper leurs exportations en direction des pays « riches ». Les États-Unis, offensés par cet acte, revendiquèrent la propriété de certains gisements, tout comme le bloc Européen, mais les pays du Moyen-Orient refusèrent de relancer leurs exportations de pétrole.

La tension est montée, jusqu’à un attentat contre le siège de l’ONU (13 septembre 2021), qui ne fut pas revendiqué, mais dont tous les médias attribuèrent la responsabilité aux états du Moyen-Orient. C’est comme ça que la 3ème Guerre Mondiale commença.

II – La 3ème Guerre Mondiale

Les États-Unis déclarèrent d’abord la guerre à l’Arabie Saoudite, principal instigateur de l’affaire du pétrole non livré. Puis, par une réaction en chaîne, l’Iran, l’Irak et le Yémen entrèrent en guerre pour soutenir l’Arabie Saoudite. Au final, deux camps se formèrent :

-Les USA et leurs précieux alliés de l’OTAN d’un côté
-La Coalition du Moyen-Orient (Iran, Irak, Yémen, Arabie Saoudite, Syrie, Égypte) de l’autre

Dès le début de la guerre, les USA et leurs alliés durent subir de violentes représailles : En effet, si les combats se déroulèrent principalement dans le golfe arabo-persique, plusieurs bombardements secouèrent les pays de l’OTAN :
5 Novembre 2021 : Bombardement de Washington
24 Novembre : Bombardements simultanés de Berlin, Paris et Bruxelles
1er Décembre : Bombardement de New-York
Les actions de la Coalition du Moyen-Orient devenant très violentes, l’OTAN décida d’avoir recours à l’arme atomique pour précipiter la fin des conflits. La première frappe nucléaire de la 3ème G.M. toucha Bagdad le 18 Décembre 2021.

C’est le moment que choisit la Corée du Nord pour entrer en guerre, aux côtés de la Coalition. A son tour, elle envoya un missile nucléaire sur Houston, au Texas, le 27 Décembre 2021. Cette attaque déclencha l’entrée en guerre de la Corée du Sud et du Japon, qui attaquèrent à leur tour la Corée du Nord, en représailles.
La Corée du Nord dévoila alors toute sa puissance militaire, en bombardant Osaka en Janvier 2022 puis en prenant le contrôle de la capitale de la Corée du Sud, Séoul, seulement cinq mois plus tard.

III – La fin de la guerre

Voyant que la situation ne s’améliorait pas et que la guerre ne pouvait plus être gagnée aussi facilement, l’OTAN proposa un traité de paix à la Coalition du Moyen-Orient, qui fut ratifié le 28 Mai 2022. La guerre avait fait énormément de dégâts dans le camp de l’OTAN, mais également dans les pays de la Coalition.
Toutefois, la guerre dura un peu plus longtemps en Corée. Le Japon finit par arrêter de soutenir la Corée du Sud, donnant alors une victoire facile aux Coréens du Nord. La Corée du Sud fut pratiquement avalée par les forces militaires du Nord, et la guerre cessa avec la capitulation de la Corée du Sud, le 10 Juillet 2022.

IV – L’après guerre

La période de l’après-guerre fut extrêmement difficile pour tous.
Le Moyen-Orient, en partie dévasté par le tir atomique et de nombreux bombardements, entra dans une guerre intérieure. Plus aucun pays extérieur à leur conflit ne s’en mêla. Les populations civiles connurent une vie très difficile, faite de famine, d’attentats et d’exactions violentes.
La Corée se réunifia, mais au profit du gouvernement de la Corée du Nord. De nombreux coréens du sud s’exilèrent pour fuir le régime totalitaire qui s’installa rapidement sur le pays. La Corée commença à devenir la seconde plus terrible dictature que le monde ait connu, après le régime hitlérien.

Pour tous les pays de l’OTAN ainsi que le Japon, le temps fut à la reconstruction. En effet, les bombardements sur les grandes villes avaient causé énormément de dégâts matériels. C’est précisément à ce moment là que les Trusts sortirent leurs meilleures cartes, et commencèrent à gagner leur mainmise future sur le monde.

V – Les trusts sortirent de l’ombre

Les Trusts, ces entreprises multinationales, emblème de l’ultralibéralisme de l’avant guerre, disposaient en effet d’importants moyens financiers qui leur permirent de prendre une participation active dans la reconstruction. En effet, les gouvernements étaient plus ou moins ruinés après la guerre et ne pouvait financer toute la reconstruction à eux tous seuls. Les multinationales apportèrent alors l’argent sur la table des négociations… Et usèrent de cet argent comme moyen de corruption à des fins de conquête.
Au Japon, c’est le conglomérat Toyota qui lança le mouvement, en profitant de donations pour la reconstruction du pays pour éliminer ses concurrents Mitsubishi et Daihatsu. La conquête de Toyota ne s’arrêta pas là, puisque son président obtint, par une sombre manœuvre, à obtenir un droit de candidature pour occuper la position de maire de Tokyo… Et bien entendu, il remporta avec une majorité écrasante l’élection en question, et devint le maire de la capitale japonaise.
A l’instar de Toyota, d’autres grandes entreprises procédèrent à des manigances similaires et obtinrent des résultats semblables. Un début de dictature libérale commença alors, à échelle planétaire.
De plus, sous la pression de certains lobbys commerciaux, certains grands états se morcelèrent et se divisèrent en fédérations autonomes et indépendantes. Le cas le plus connu et emblématique de tous est celui des États-Unis, désormais appelés Ex-États-Unis. En effet, l’ancienne « première puissance » ne pu résister aux assauts répétés de ses propres puissances commerciales intérieures, et il ne fallut que quelques années pour que le pays se divise, chaque multinationale récupérant sa part du gâteau, autrement dit un ou plusieurs des 50 états des U.S.A.. Par exemple, les 2 états de Caroline s’unifièrent sous l’influence de l’EastonCorp et de son charismatique président John Easton, devenant l’état libre de Caroline.

Cependant, certains pays ont été épargnés par ce phénomène de parasitage des gouvernements, surtout les pays très communistes ou totalitaires (Russie, Argentine, Corée du Nord…).Enfin, dans certains pays peu développés et notamment en Afrique noire, ce sont des groupes religieux fanatiques qui ont pris le pouvoir, en utilisant le malheur des peuples comme argument de rébellion contre les gouvernements, mais également par de sombres affaires de complots.

Cette vague de privatisation des états se prolongea jusqu’en 2025, où les choses se calmèrent plus ou moins, chaque trust ayant au final récupéré bien du pouvoir au sein des pays. Mais ce n’était là qu’un début pour ces nombreuses multinationales, qui jouaient elles aussi un jeu de guerre, bien plus pervers que les guerres militaires habituelles.

VI – La course à l’armement des trusts

Effectivement, les trusts ne comptaient pas s’arrêter en si bon chemin. Leur soif de pouvoir était encore loin d’être satisfaite, et certaines entreprises visaient déjà une hégémonie à bien plus grande échelle… A échelle mondiale, pour parler clairement.
Dès lors, une sorte de course à l’armement commença, dans le plus grand secret. Chaque entreprise détourna ses spécialités les plus classiques, pour développer des innovations bien plus orientées vers l’usage militaire, guerrier. Certaines se tournèrent vers les sciences de la robotique (Russian Mechanics, ou encore Shogen Industries au Japon, filiale du groupe Toyota). D’autres misèrent leurs efforts de recherche vers les nouvelles technologies militaires (Armtech Inc aux Ex-U.S.A.). Et d’autres encore commirent l’impensable, en entamant des recherches poussées en génétiques, visant la création des super-soldats de demain.

VII – De l’OGM à l’être humain génétiquement modifié

En 2020, les OGM étaient monnaie courante dans les assiettes, la nécessité de nourrir une population mondiale grandissante ayant supplanté les préoccupations écologiques du début du siècle.
Pourtant, personne ne s’attendait à ce que les modifications génétiques finissent par atteindre directement l’être humain. C’est pourtant ce qui se passa, dès les années 2025.
Ce fut tout d’abord des phénomènes très isolés, qui trouvèrent peu d’échos dans la communauté scientifique et dans les médias. On parla alors de quelques rares cas de personnes ayant présenté des signes de mutations anormales, leur ayant conféré des aptitudes surhumaines. Des hypothèses furent émises, concernant l’origine de ces quelques cas de mutation, et l’on attribua très vite la faute aux récents dérèglements climatiques, à la pollution ou encore à l’usage de l’arme nucléaire dans la récente guerre mondiale.

VIII – Les débuts de la Genetics Corporation

Mais ce phénomène des « hommes – mutants » ne s’étouffa pas, bien au contraire. Les années passant, de plus en plus de cas du même genre étaient découverts… Ce qui poussa la communauté scientifique à s’interroger, et surtout à entamer des recherches scientifiques sur ces cas de mutations anormales et d’un genre tout à fait nouveau, pour l’époque.
C’est en 2027 qu’une entreprise pharmaceutique mondialement réputée, la Genetics Corporation, commença officiellement ce qui devait être les travaux de recherche les plus approfondis concernant les phénomènes de mutations humaines.
2 années plus tard, et alors même qu’elle n’avait pas su percer à jour le mystère des mutations surhumaines, la G.C. fit les 2 choix qui allait mettre à mal tous les humains mutés du monde pour les 20 prochaines années.
La première chose fut qu’elle décida de développer « in vitro » de nouvelles sortes de mutations sur des cobayes humains, à l’insu de l’opinion publique. Le choix de la firme pharmaceutique était très clair : elle aussi voulait avoir son rôle dans la future guerre des multinationales, et pour cela, elle mit l’éthique et la morale scientifique de côté pour commencer à développer ses propres surhommes.
La seconde chose, tout aussi dramatique pour les humains mutants, est qu’elle annonça publiquement avoir fait assez d’avancées dans ce domaine pour accueillir des mutants comme « patients » afin de les « soigner ». Évidemment, elle n’en avait pas du tout les moyens, et c’était là un bon prétexte pour recevoir de nombreux humains mutés dans ses laboratoires, et les y étudier, de façon pas très conforme aux lois de l’éthique médicale et scientifique.

Dès lors, tous les adultes ayant mutés se retrouvèrent poussés par leur entourage, à aller consulter les médecins de la Genetics Corporation. Les jeunes enfants et adolescents ayant mutés furent emmenés dans les centres de la G.C. par leurs propres parents, qui ignoraient parfaitement qu’ils envoyaient leurs enfants dans l’enfer même.

IX – Les mutants et les humains : les débuts de la haine

Car dans les années 2030, le phénomène des ces personnes, que l’on appela les « Mutants », commença à faire couler de l’encre dans les médias. A cause de certains mutants n’ayant aucun contrôle sur leurs aptitudes extraordinaires. Les mutants devinrent très vite des sujets communs de faits divers. « Un mutant impliqué dans l’incendie d’un immeuble, 12 morts et 49 blessés », « Tempête de l’automne 2030 en Floride, un mutant serait le responsable », tels étaient les gros titres que l’on pouvait lire sur les journaux.
Le temps passant, les médias devinrent de moins en moins neutres dans leurs analyses et leurs récits, et avec le temps, les mutants devinrent des sortes de monstres incontrôlables aux yeux des populations humaines. Ce qui commença à nourrir le début d’une grande haine envers ces personnes aux pouvoirs surnaturels, qui effrayaient autant qu’elles fascinaient le grand public.

Toutefois, dans certains pays, les surhommes furent encore moins bien traités. Dans les pays de l’Europe de l’est, par exemple, les mutants firent l’objet d’exactions horribles, comme les lapidations ou la crémation en place publique. Les mutants devinrent de véritables martyrs modernes, condamnés à mort pour être différents des humains, dans ces pays.
Les pays dits civilisés n’allèrent pas aussi loin, mais les populations y rejetèrent pourtant les mutants. Ce fut la naissance d’un phénomène appelé la « mutaphobie », un racisme qui trouve sa source dans la psychose malheureusement engendrée par les surhommes.

X – Les mutants, ennemis à abattre

Dans les années 2040, la mutaphobie connu un énorme essor, obligeant les mutants du monde entier ou presque, à vivre dans la clandestinité. Être mutant était devenu pire qu’une honte, presque un crime aux yeux de tous, et les mutants souffrirent beaucoup de ce phénomène. Dans les familles, avoir un enfant mutant était la pire honte qui soit. Aussi, les enfants mutants étaient souvent maltraités par leurs parents, avant de finir dans l’un des laboratoires de la Genetics Corporation. Certains pays édictèrent même des lois anti-mutants afin de « protéger » leur population humaine de ces dangers ambulants.
Tout ceci contribua à rendre l’existence des mutants extrêmement compliquée, car ils devaient souvent cacher leur vraie nature pour garder une vie « normale », sous peine d’être envoyés en prison, en asile psychiatrique ou dans un laboratoire pour le restant de leurs jours si leurs aptitudes étaient découvertes.
De plus, la mutaphobie engendra le phénomène contraire, chez les mutants. A force d’être maltraités et dénigrés de jour en jour, certains mutants devinrent en effet « anti-humains », et commencèrent à nourrir de la rancune pour leurs semblables non mutés. C’est ainsi que des mutants commirent des actes de violence envers la population, ce qui n’arrangea pas le regard des gens à leur égard. Pire, ces quelques actes de rébellion contribuèrent à diaboliser encore un peu plus les mutants, faisant d’eux les hommes à abattre dans de nombreux pays.
Rien ne semblait pouvoir arrêter cette escalade de violence entre humains et mutants…

XI – Le sort qui attendait les mutants

Ce qui donnait de bonnes raisons à la G.C. pour continuer ses travaux sur les mutants, car la population semblait la soutenir. La G.C. accueillit en quelques années un important nombre d’humains mutés dans ses différents laboratoires, mutants qui connurent des sorts bien malheureux.
Les plus chanceux d’entre eux mourraient peu de temps après leur arrivée dans les laboratoires, sous le coup d’un traitement violent. Mais pour la plupart, la vie à la G.C. se résumait à la détention en cellules insalubres et dépourvues de confort, à la privation, à l’humiliation quotidienne et surtout, à la torture morale et physique.
Au nom de la science, les scientifiques de la firme pharmaceutique n’hésitèrent pas à infliger les pires sévices à leurs cobayes mutants, par toutes les voies imaginables, et celles que la raison interdisait tout simplement d’imaginer. Injections de narcotiques et de produits toxiques, mutilations, acide chlorhydrique, électrocutions, tel est un éventail de ce que vivait les mutants chaque jour entre les murs de la G.C.
Avec le temps et avec l’usage répété de ce processus de violence, les mutants cobayes finirent, pour la plupart, à se résigner à leur sort, à perdre littéralement leur flamme de vie, tels des bêtes en cage n’ayant plus assez d’espoir en la vie pour se rebeller de leur sort.
Pourtant, un jour, un jeune homme se dressa pour s’opposer à cette tyrannie. Ce garçon s’appelait Fraust.

XII – Un mutant qui défia l’ordre établi

Fraust avait été diagnostiqué mutant peu après sa naissance. Comme la plupart des parents humains devant ce sinistre constant, les parents du bébé décidèrent de le confier à la Genetics Corporation, contre une rétribution financière plutôt importante. De sa tendre enfance jusqu’à son adolescence, Fraust ne connut que l’enfermement et l’isolement, dans l’une des tours du pôle londonien de la firme. Avec les mauvais traitements qui allaient de pair avec son état de cobaye.
Malgré son jeune âge, il fut très vite soumis aux sordides expérimentations scientifiques, ce que les cobayes appelaient entre eux les « séances ». Fraust fut placé dans un nouveau programme prometteur, nommé « le programme Pioneer », une série d’expérimentations visant à doter des êtres humains d’un contrôle sur les énergies et les matières. C’est de cette manière que le jeune homme acquit, au moment de sa période pubère, une aptitude à manipuler l’électricité.
Pourtant, malgré le fait d’avoir passé sa vie entière entre les murs de la G.C., Fraust nourrissait une profonde amertume et beaucoup de rancœur envers le monde humain, ce monde qui l’avait abandonné dès sa naissance pour la placer en condition de cobaye. Son prénom Fraust, qu’il s’était donné à lui-même, était le signe manifeste de sa rancœur pour sa famille. Sans jamais avoir connu la liberté, le jeune homme savait d’instinct que les choses ne se passaient pas comme elles auraient du, que le sort que lui et les autres cobayes vivaient n’était pas normal. Après avoir passé l’étape de la puberté, Fraust devint sans même s’en rendre compte, un rebelle du système, l’un de ces rares cobayes à ne pas accepter ce sort injuste. Il multiplia les petits actes de rébellion, devenant l’une des fortes têtes des cobayes… Ce qui lui valut de nombreuses corrections physiques, privations, et autres punitions. Pourtant, il ne se résigna pas, et continua de lutter contre le destin qu’on lui avait écrit d’avance.

XIII – Le jour où tout a basculé

C’est alors qu’un jour de l’été 2044, le jeune Fraust, alors âgé de 16 ans, accomplit l’acte qui allait donner un nouveau tournant à son destin, et à celui de nombreux autres mutants, destin jusque là rempli de cruauté subie.
Ce soir-là, à la suite d’une énième altercation avec l’un de ses geôliers humains, Fraust sortit littéralement de ses gonds, faisant jaillir hors de lui toute sa colère envers le genre humain. Une déferlante électrique secoua une partie des bâtiments de la G.C., permettant alors à environ une trentaine de cobayes de s’échapper de leurs cellules. Un véritable vent de panique se créa alors, et les surveillants humains ne purent contenir l’évasion de tous ces mutants, gagnés par une énergie incroyable, celle de l’espoir sans doute.
Ainsi, Fraust et les autres cobayes prirent la fuite en pleine nuit, découvrant ou redécouvrant le monde humain après une longue période de captivité. Et tous se dispersèrent dans la nuit, chacun prenant un chemin bien à lui dans l’espoir de tourner définitivement le dos à la Genetics Corporation.
Mais retrouver la liberté après avoir subi autant de cruauté, cela revenait à se retrouver comme une bête sauvage dans une ville habitée. Fraust ne tarda pas à le découvrir, à peine eut-il mit les pieds dans ce monde dont il ignorait presque tout.

XIV – Un autre monde

En 2044, le monde avait bien changé. Nous étions rentré dans l’ère de l’hyper-développement technologique, avec son Internet omniprésent, sa débauche de gadgets derniers cris… Et il était bien difficile, pour Fraust et les autres évadés, d’arriver à s’intégrer dans ce monde presque nouveau.
D’autant plus que la mutaphobie en était arrivée à son heure de gloire, et être mutant était toujours passible d’emprisonnement ou de la peine de mort, dans certains états. Aussi, pour les ex-cobayes, la priorité fut de se cacher, et ensuite d’apprendre à connaître ce monde non-familier.
Pour ce qui était de se cacher, ce fut difficile. En effet, l’affaire de l’explosion des bâtiments de la G.C. fit couler de l’encre, et la présence policière à Londres fut renforcée. Une véritable traque des évadés commença, rendant difficile de quitter le pays. Malheureusement, certains mutants anciennement captifs ne purent contenir leur haine envers le genre humain, et perpétrèrent quelques crimes, par vengeance ; ceux là furent les premiers à être « récupérés » par la G.C., et sans doute furent-ils tués peu après leur retour dans les laboratoires. Même Fraust succomba à la tentation de la vengeance, allant jusqu’à traquer quelques uns de ses tortionnaires et les assassiner de la plus horrible des manières. Ainsi les cobayes mutants avaient-ils sans doute laissé une partie de leur humanité dans les murs de leurs cellules, et étaient devenus ce que la population disait à leur sujet : des bêtes incontrôlables pouvant détruire l’humanité.

Fraust eut toutefois de la chance. Il fut pris sous l’aile d’une co-détenue de la G.C. qui n’avait été que peu enfermée, et qui connaissait donc bien le monde humain. Elle l’aida à retrouver cette part d’humanité perdue, à le réinsérer socialement dans la société. Cela prit malgré tout 3 ans, avant que le jeune Fraust ne soit plus un danger public incontrôlable, et soit aussi instruit qu’un jeune homme de 19 ans pouvait l’être. C’est à peu près à cette époque que commença à germer en lui l’idée d’un endroit pour mettre ses semblables en sécurité… Le début d’un rêve qui se nommerait bientôt la Faculté.

XV – Surhommes contre surhommes

Parallèlement, la Genetics Corporation se remit du désastre engendré par Fraust. Bien sûr, il y eu les réparation du pôle de Londres, mais surtout, le conseil d’administration fut bien décidé à ce que ce genre d’évènement ne se reproduise plus.
C’est de cette manière que fut créé une section de mutants spécialisés dans la traque d’autres mutants. Après tout, certains des cobayes de la G.C. montraient des signes de docilité, et disposaient de pouvoirs puissants… Ainsi les mutants fidèles et loyaux envers la firme pharmaceutique continuèrent l’œuvre des humains : chasser leurs semblables pour les traîner de gré ou de force dans les cellules de la Genetics Corporation.

XVI – Les camps se forment

Après un affairement qui dura plus de 3 ans, Fraust parvint à créer la Faculté, un lieu de paix pour les mutants, à mi-chemin entre un refuge et une école. Cet endroit était la matérialisation de son rêve, celui d’un lieu de quiétude pour tous les mutants qui, comme lui, avaient connu le mépris des humains. La faculté ouvrit ses portes au début du mois de Septembre 2050, et commença aussitôt à accueillir ses premiers pensionnaires.
Dans le même temps, la Genetics Corporation, fraîchement investie d’un nouveau directoire, décida de rapidement remettre la main sur Fraust et les autres mutants évadés, afin de pouvoir laver leur honneur sali dans l’évasion de 2044. Les soldats mutants de la firme étaient fins prêts, et plus motivés que jamais à ramener la tête du leader de la rébellion sur un plateau à leurs dirigeants.
Enfin, il faut souligner l’émergence, à ce moment là, de plusieurs groupes qui allait faire parler d’eux dans les temps à venir. Du côté des trusts, le leader mondial du clonage, une société nommée Arobase, se fit connaître en clonant les soldats de plusieurs armées nationales. Cette entreprise ne tarda pas à se lancer dans le clonage des mutants, dont le marché semblait prometteur, à l’époque. Il y eut aussi l’entreprise américaine A.T.W. (pour Advanced Technologies and Weapons, autrefois connue sous le nom d’Armtech.Inc) qui fit parler d’elle, en parlant de commercialiser les premières armes anti-mutants.
Enfin, du côté de la mutanité, un petit groupuscule commença à former ses rangs dans le plus grand secret. Il s’agissait du M.I.L. (pour "Mutants Indépendants et Libres", fondé par un français surnommé le Colonel Arok), une sorte de groupe de mutants rebelles à la discipline et au comportement militaire, visant les coups d’éclats en faveur de la liberté des mutants. Ces extrémistes habitués aux techniques d’assaut militaires, allaient jouer un rôle décisif dans les prochaines pages de l’histoire, qui allaient opposer les mutants au reste de l’humanité…


Epilogue


C’est à ce moment précis de l’histoire, où les « camps » se formèrent distinctement, qu’ont commencé à émerger les futurs héros de ce monde, d’une faction ou d’une autre. Ces personnes que le destin a choisi pour défendre l’idéal d’un peuple, et qui durent s’acquitter de cette tâche bien complexe, parfois en luttant contre leurs propres démons, parfois en devant commettre les pires actes de leur existence, mais toujours en se dépassant eux-mêmes, et en faisant tout leur possible pour se défaire des chaînes du destin…

_________________

] Fraust Theme [

[ Notre Amour t'Accompagne, Où Que Tu Sois ]
[ In The Memory Of Hitori And Victor ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com
Aaron Kushter
Recteur de la Faculté
Recteur de la Faculté
avatar

Nombre de messages : 1942
Age du perso : 24 ans
Langues parlées : Anglais
Pouvoir du perso : Matériel (Electrique)
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: La grande histoire de The Faculty   Dim 29 Nov - 23:59

Nos souvenirs :



I – Les débuts de la Faculté

Nous nous rappelons, avant tout, des débuts de la Faculté.
Cet endroit mi-école mi-refuge ouvrit ses portes dans un climat propice. L’isolement volontaire de la Faculté, perdue dans les îles d’Indonésie, ajoutait un sentiment de sécurité à Fraust. Les premiers élèves arrivèrent au mois de Septembre 2050, par petits arrivages timides. Toutefois, l’école adopta très vite son rythme de croisière, dès lors que ses premiers professeurs furent arrivés. Les cours de contrôle des pouvoirs commencèrent alors, menant progressivement les premiers élèves vers un peu plus de maîtrise et de connaissance de soi.

II – Le messager

Cela aurait pu continuer ainsi, mais dès la fin du mois, un visiteur inattendu fit parler de lui sur la petite île facultyenne. Ce visiteur dénommé Hawk, n’était autre que l’un des soldats-mutants de la Genetics Corporation. Ce Hawk donc, s’en prit à des élèves avec la plus grande violence. Il était également porteur d’un message à l’attention du recteur Fraust, un message plutôt menaçant qui annonçait que cette visite était la première d’une longue série. Après la bataille que les 3 élèves (Borg, Katla et Gabriel) remportèrent, un supérieur du soldat ennemi, dénommé Ômen, mit fin au combat, et emporta son sous-fifre blessé ; laissant les pensionnaires de la Faculté dans la plus grande incompréhension…
De toute évidence, la G.C. n’avait pas oublié Fraust, et comptait profiter de la création de la Faculté pour remplir ses cellules de chair fraîche. Le recteur de la Faculté, alarmé, ordonna alors aux professeurs de renforcer le rythme des cours, pour être prêt à un assaut plus organisé.

III – La Genetics Corporation entre en scène

Ce second assaut ne tarda pas. Dès le mois d’octobre, Ômen revint sur l’île avec plusieurs autres soldats-mutants, dans l’idée de faire bien plus de grabuge que lors de sa première visite. Plusieurs combats s’engagèrent alors dans l’enceinte de l’école pour jeunes mutants.

Le professeur des mutants psioniques, Leina Darnalisa, ainsi que ses élèves, furent interrompu en plein cours par l’arrivée de 4 de ces soldats sous la coupe de la G.C. Ces soldats, au nom de Natsu, Lithuss Fareith, Satyr et Ridley, blessèrent grièvement l’un des élèves, Hans, avant d’engager le combat. Malgré plusieurs blessés, leur attaque fut toutefois repoussée avec force. Les élèves Mido, Angèle et Corail réussirent à soutenir le professeur Darnalisa, faisant preuve d’un grand courage et d’une réelle solidarité face à cette adversité.

Dans l’une des salles de cours, les professeurs Jessie Lockhart et Zanguief Kriskoff furent eux aussi la cible d’un des mutants malfaisants. Mais pas n’importe lequel : il s’agissait d’Ashen, un guerrier-mutant très réputé et craint de la G.C. Ashen engagea un combat qui tourna très rapidement en sa faveur, grâce à ses pouvoirs de super-vitesse et de contrôle de sa densité moléculaire.

Dans le même temps, Ômen, le chef d’équipe des membres de la G.C., rencontra Fraust pour une petite discussion plutôt houleuse. Au cours de cette discussion, Ômen révéla à Fraust que son frère biologique était de leur côté ; ce n’était autre qu’Ashen. Fraust n’accepta pas cette nouvelle, et ne tarda pas à engager un combat sanglant contre Ômen.

Bien à l’écart des bâtiments, Hawk trouva 2 cibles qu’il jugea à sa hauteur, en les personnes de Gabriel (qu’il avait déjà affronté précédemment) et Jack Johnson. Jack n’était pas un élève comme les autres, il était adulte et agissait comme un électron libre au sein de la Faculté. Peut-être est-ce grâce à son expérience plus grande dans les combats ; en tout cas, Gabriel et lui n’eurent aucun mal à se défaire de Hawk, que Jack acheva d’une balle bien placée.

Pendant ce temps, le combat opposant Ômen à Fraust tourna en la faveur du recteur. Ce dernier parvint à mettre à mal son adversaire, mais au dernier moment, Fraust tomba dans une sorte de coma, ce qui permit à Ômen de garder la vie sauve. Ce dernier ordonna alors le repli de ses troupes.

Et ce repli sauva la vie aux professeurs Lockhart et Kriskoff. En effet, Ashen aurait pu les tuer grâce à l’avantage qu’il avait pris, mais il écourta le combat pour obéir à l’ordre de repli.

Les ennemis s’en allèrent. Cette fois-ci, leur raid avait été autrement plus dévastateur que le premier…

IV – Un moment de doute

Après la seconde attaque des mutants de la G.C., la Faculté connut des heures sombres. Fraust était dans un coma profond depuis son combat, et rien ne semblait pouvoir le réveiller. Angèle, qui n’était autre que l’une des mutantes évadées de 2044, veilla sur son ami, priant le ciel que celui-ci se réveille. Pour les professeurs, le temps fut aux soins, puis à la préparation des élèves en vue d’autres possibles assauts. En effet, la G.C. venait de démontrer son opiniâtreté et il était plus que probable qu’ils remettent ça à tout moment.

V – Derrière les murs de la G.C.

Pour les membres de la G.C. de retour à leur base, le pôle G.C. de Londres, le temps fut aussi au soin des blessés. Particulièrement pour Fareith et Ômen, qui avaient énormément enduré lors de l’attaque.
Mais comme le présageait les professeurs de la Faculté, cette attaque n’était qu’un test. En effet, le directeur Josh D. prévoyait déjà un nouvel assaut, une fois que les blessés seraient remis.

Ce fût l’occasion pour certains nouveaux soldats, de faire leurs preuves à ceux qui avaient déjà participé aux exactions à la Faculté. C’est de cette manière qu’Ashen rencontra celle que l’on surnommait Hitori Maboroshi (ce qui signifie « l’illusion solitaire »). Hitori était l’une des récentes recrues de la Black Division (la caste des mutants d’élite de la G.C. de Londres), et à ce titre, elle montra le désir de se frotter aux autres membres de cet escadron. A la suite d’un bref combat d’entraînement, tous deux surent qu’ils avaient rencontré là un puissant allié.



VI – Un moment de répit

Après plus de 2 semaines d’un profond coma, Fraust se réveilla enfin, au grand soulagement de son amie Angèle, et de sa petite amie Corail. Toutefois, les nouvelles ne furent pas très bonnes d’un point de vue médical. Le médecin scolaire de l’époque annonça en effet au recteur que ses jours étaient peut-être encore en danger. En effet, une maladie cardiaque semblait être la cause de ce coma, et de peut-être d’autres à venir. Fraust décida d’ignorer les recommandations de repos du médecin, jugeant que la Faculté avait besoin de lui.
La Faculté qui d’ailleurs, avait profité de ce répit de 2 semaines pour accueillir de nouveaux professeurs et élèves, ce qui insuffla une nouvelle vie dans l’établissement. C’est ainsi qu’arrivèrent Roland Vibatas (professeur Matériel), Azel Ishtar (professeur Organique), et de nombreux élèves : Jeff Hartigan, Maël Joy, Naflin Aeri, Sidney Lohan…

VII – Future offensive

A la Genetics Corporation de Londres, Josh D. décida qu’il était temps de lancer une nouvelle offensive sur la Faculté. A ce titre, le directeur réunit ses meilleurs éléments pour préparer ce futur assaut, qui s’annonçait comme encore plus violent que le précédent.

VIII – La naissance d’un contre-ordre

Pendant ce temps, dans une petite presqu’île du sud de l’Inde, un petit groupe de mutants était en train de prendre forme. Des mutants qui avaient choisi la voie des armes pour faire entendre leur désir de liberté et d’égalité. Le M.I.L., régiment des forces mutantes libres, terminait de recruter ses membres, ignorant encore que sa première mission se déroulerait à la Faculté.

IX – Un raid réussi

Vint alors le moment du 3ème assaut sur la Faculté, qui resterait comme l’un des plus dévastateurs. En quelques instants, les membres de la G.C. trouvèrent leurs cibles et fondirent dessus, tels des oiseaux de proie ayant repéré un animal à dévorer.

Ômen, encore éprouvé par ses blessures du combat contre Fraust, fut cantonné à un rôle sans risques, celui de dénicher les dossiers d’inscription des élèves dans le bureau de Fraust. Il y eu toutefois comme un imprévu… Les hommes du M.I.L., commandés par le colonel Arok, étaient présents dans la Faculté au moment de l’attaque. Ce qui était une visite de courtoisie pour le groupe de rebelles mutants, finit par devenir une mission de défense à part entière. Aussi, Ômen tomba sur le colonel Arok qui, avec le renfort de son lieutenant, Kelian, abattit l’ennemi. Les hommes du M.I.L. étaient désormais au courant qu’une attaque était en cours.

Ashen, le jeune frère de Fraust, s’illustra encore une fois en allant tenir tête à 2 professeurs (Azel, et Jessie qu’il avait déjà affronté) à lui tout seul. Natsu, qui avait la tête d’une équipe de renfort, le rejoint après avoir appris par télépathie la mort d’Ômen. Le combat d’Ashen contre les profs se solda par son empoisonnement par Azel, mais également par la capture d’une élève, Aurélie. Les membres de la G.C. ne s’éternisèrent pas et partirent rapidement, une fois l’élève capturée.

Ce fut aussi le temps de faire ses preuves pour Hitori, la dernière recrue de la Black Division de la G.C. Celle-ci voulu tenter l’impossible et se mesurer à Fraust, dans l’optique de le capturer pour mettre fin aux problèmes qu’il créait à la G.C. Le combat contre le recteur fut intense, et il coûta cher à la valeureuse guerrière : suite à une attaque électrique de Fraust, elle perdit la vue, et fut alors obligée d’abandonner le combat.

Un autre groupe de mutants de la G.C., composé de Fareith, Ridley et d’un dénommé Raziel, s’occupa de la partie « kidnapping ». Pour eux, la mission fut bien plus simple, et pour cause : leurs cibles furent deux élèves à peine sorties de l’adolescence, deux jeunes filles nommées Fallon et Dana. Les maîtriser et les capturer ne fut pas difficile… Toutefois, les hommes du M.I.L. ne tardèrent pas à s’en mêler. Le colonel Arok et le lieutenant Kelian tentèrent le tout pour le tout, pour empêcher les trois membres de la G.C. d’emporter les élèves. Hélas, leur tentative fut manquée… Mais pas totalement : en effet, Kelian, dont le pouvoir était de se fondre dans les matières, embarqua discrètement dans l’hélicoptère de la G.C. à l’insu de ses passagers.

Finalement, les troupes de la G.C. se replièrent, avec au total, trois élèves kidnappés. C’était un coup dur pour la Faculté.

X – La Faculté contre-attaque

Mais à peine les assaillants furent-ils partis, que Fraust ordonna la formation d’une équipe de secours, qui irait à la rescousse des trois kidnappées. Aux côtés des soldats du M.I.L., qui prendraient part à cette contre-attaque, quelques professeurs et élèves furent sélectionnés. Parmi eux, Iwëne, la nouvelle professeur des mutants moléculaires et ex-amante de Fraust, Paul, Fiharaan, Jeff, Sae, Naflin, Alexandre et Zira se joindraient à la mission de secours.
Tous décollèrent à peine quelques heures après le repli de la G.C. à bord de l’hélicoptère du M.I.L., pour un voyage dont l’un d’entre eux ne reviendrait pas…

XI – La nouvelle vague

A peine les membres de la G.C. furent-ils arrivés sur l’héliport de la firme à Londres, que les élèves kidnappées furent aussitôt conduites dans des cellules… Très vite, les blessés s’occupèrent d’aller panser leurs plaies, fussent-elles physiques ou mentales. D’une façon générale, on peut dire que malgré le succès de la mission, les mutants-soldats étaient tous très éprouvés après cette journée.

Toutefois, après une nuit agitée pour certains, le lendemain fut synonyme de récupération, et aussi de rencontres. En effet, Hitori et Ashen firent la connaissance de deux nouveaux cobayes de la firme pharmaceutique, des cobayes qui allaient eux aussi marquer l’histoire.

La première, ce fût une jeune fille nommée Kajitsu. Ou plutôt se surnommait-elle ainsi, préférant utiliser son numéro de matricule comme identité. Pourtant, après avoir rencontré Hitori puis Ashen, son regard sur elle-même changea du tout au tout, et cette jeune fille passa de la résignation à un début d’audace et de fierté. C’était sûr, cette petite mutante était encore en train de se chercher, à l’époque.

Et puis, Hitori fut chargée de s’occuper du dressage d’un nouveau cobaye, en provenance du pôle G.C. de Seattle. Ce jeune homme, un certain Brian, ne tarderait pas lui-non plus, à s’illustrer aux côtés de la G.C.

XII – Attaque de la G.C. de Londres

Pendant ce temps, l’hélicoptère du M.I.L. approchait de Londres. Les membres de la mission de sauvetage ainsi que les rebelles, avaient décidé de la façon dont ils interviendraient le soir même, pour libérer les kidnappées. Il fut en effet convenu que les hommes du M.I.L. feraient diversion à l’arrière des bâtiments de la Genetics Corporation, pendant que les membres de la Faculté attaqueraient par l’avant et iraient directement porter secours aux kidnappés.

Le soir même, soit environ 30h après le moment des kidnappings à la Faculté, Michael Logan, le pilote chevronné du M.I.L., fit atterrir l’hélicoptère non loin des bâtiments de la G.C. Les M.I.L., qui furent rejoint par un vague allié de Fraust, un extrémiste nommé Matthew Doherty, lancèrent alors l’assaut par l’arrière, comme prévu dans le plan. Toutefois, ils rencontrèrent très rapidement une grosse résistance, composée d’humains et de mutants-soldats. L’alerte fut donc donnée, et la plupart des troupes de la G.C. convergèrent vers l’arrière pour aller contrer les membres du M.I.L.

Quelques instants plus tard, le groupe d’élève emmené par Fraust et Iwëne pénétra le bâtiment par l’avant. Comme prévu, ils ne rencontrèrent pas de résistance… Du moins jusqu’à ce qu’Ashen se présente à eux pour les ralentir. Ce fut la première rencontre entre le recteur de la faculté et son jeune frère, et ce qui aurait pu tourner en fratricide se tourna en la faveur de la Faculté. En effet, Ashen décida d’aider son frère, trahissant alors du même coup la G.C. L’équipe de sauvetage pu donc avancer sans plus d’encombre jusqu’au sas ironiquement surnommé « l’antichambre des enfers » par les mutants de la firme pharmaceutique. Ils ne le savaient pas encore, mais ils allaient trouver là la vraie résistance.

Pendant ce temps, Doherty ainsi que Aube, l’une des membres du M.I.L., parvinrent à accéder aux étages supérieurs. Matt Doherty profita de cette occasion pour exécuter un acte purement terroriste destiné à nourrir ses ambitions : il posa une bombe de grande puissance, comptant faire sauter cet endroit une fois la mission terminée.

Du côté de la G.C., c’était la débandade : le directeur Josh D. ainsi que quelques uns de ses soldats mutants, dont Natsu, se ne firent pas prier pour décamper. Ils grimpèrent à bord de l’un des hélicoptères de la firme, et disparurent dans le ciel londonien. Les personnels soignants et scientifiques de la firme ne tardèrent pas à les imiter et à fuir les bâtiments, siège des combats. Ne restaient plus que les soldats-mutants, laissés sur place pour assurer les arrières des humains. De la chair à canon, en somme.
Une poignée d’entre eux fut chargé de stopper la percée du M.I.L. à l’arrière ; mais la plus grande partie des mutants disponibles fut placée dans l’antichambre des enfers, pour empêcher que les cobayes soient libérés. Parmi ces mutants là, il y avait Hitori, Kajitsu et Brian, ainsi que deux jeunes mutants encore inconnus, Earthquake et Aquys. C’est sur ces cinq personnes que tombèrent Fraust et ses alliés.

XIII – Le MIL mis à mal

Du côté du M.I.L., tout alla de mal en pis avec l’arrivée de deux adversaires mutants, Ray et Lionel. Toutefois, un soutien inespéré arriva, en la personne de Vitalie Darshaw, une alliée de Doherty. Si Ray fut rapidement éliminé par Logan, Lionel se montra plus coriace. Transformé en lion féroce, il mit sérieusement à mal l’équipe des rebelles. Deux d’entre eux trouvèrent la mort, Ayden et Vassili. Lionel ne tarda pas à s’en prendre à Jeff, le jeune élève de la Faculté qui accompagnait les M.I.L.. Jeff mourut sous les coups meurtriers de l’organique lion de la G.C. Rien ne semblait pouvoir arrêter le fauve, jusqu’à ce que le lieutenant Kelian, qui s’était infiltré à la G.C. 30h plus tôt, surgisse et élimine Lionel. La résistance avait été entièrement éliminée par le M.I.L., mais à quel prix… Les pertes furent lourdes pour les rebelles.

XIV – L’antichambre des enfers

Dans le même temps, plusieurs combats s’engagèrent dans l’antichambre des enfers, opposant les dernières lignes de défense de la G.C. aux membres de la Faculté.

Hitori affronta Fraust, comme pour prendre sa revanche. Toutefois, ce combat tourna court : Hitori fut frappée d’un mal invisible et tomba dans un coma profond, à peine le combat engagé. Fraust décida de ne pas profiter de cette occasion pour l’achever, il lui laissa la vie sauve et partit aider les siens.

Alexandre et Iwëne s’opposèrent à Brian, le cobaye fraîchement arrivé à Londres. Ce dernier manifesta alors toute sa férocité au combat en corps à corps. Cet homme, digne d’une bête sauvage enragée, mit à mal le duo, mais avec l’aide de Fraust, Brian fut mis hors-combat.

Dana, l’une des élèves kidnappées qui était parvenue à quitter sa cellule, se mesura à Aquys, qui n’était autre que l’un de ses connaissances. Le combat tourna en la faveur de la jeune fille, et Aquys finit par être gravement blessé.

Le jeune fiharaan fut confronté à Earthquake, élu plus grand imbécile dela G.C. par ses pairs. Earthquake aurait pu gagner ce combat et achever Fiharaan, mais c’était sans compter sur l’arrivée d’Ashen qui prêta main-forte au jeune élève. Il réduisit littéralement Earthquake en bouillie et lui arracha le cœur.

Enfin, Zira se mesura à Kajitsu, la nouvelle cobaye que Hitori et Ashen avait inconsciemment aidée. Les deux jeunes filles restèrent sur une sorte de match nul, toutefois Kajitsu ne pu empêcher l’impossible, et certains élèves parvinrent à atteindre l’aire de détention des cobayes.

XV – Fin de soirée mouvementée…

En effet, la fin de la mission s’annonçait. Ashen et Fiharaan filèrent vers les cellules pour libérer Aurélie et Fallon, les deux autres kidnappées, pendant que Fraust créa, avec un effort surhumain, une brèche dans l’un des murs pour faciliter la fuite. Et celle-ci eu lieu, marquant la fin d’une longue nuit éprouvante.

Cependant, quelques instants avant l’explosion qui secoua les bâtiments de la G.C., un hélicoptère aux couleurs de la firme se posa près du site. Les derniers blessés de la corporation pharmaceutique (Kajitsu, Hitori, Brian) furent ainsi évacués, et emmenés vers une destination encore inconnue. Et puis il y eu l’explosion, une énorme déflagration qui emporta tout sur presque 1 kilomètre à la ronde.

La mission de sauvetage fut un succès… Mais au prix fort de plusieurs victimes, dont un élève de la Faculté, Jeff, et plusieurs membres du M.I.L.. Et cette explosion allait entacher un peu plus les mutants au yeux du monde.


XVI – Ce n’est pas encore fini…

Les survivants de la G.C. furent conduits vers l’un des autres centres de la société, précisément celui de Miami. Tandis qu’Hitori fut placée en soins intensifs, Kajitsu et Brian rencontrèrent quelques mutants locaux, ainsi que l’impitoyable directeur du pôle floridien de la firme, John Fishburn. Cet homme, connu pour son extrême irascibilité, indiqua aux rescapés que Josh D. et son équipe avait trahi la G.C., et qu’à ce titre, ils seraient recherchés et éliminés. Mais pour l’heure, ce fut le temps d’un repos bienfaiteur, avant les premières missions sous les couleurs de la G.C. de Miami.

XVII – La promesse d’un lendemain meilleur

Après un long voyage à bord de l’hélicoptère du M.I.L., professeurs et élèves de la Faculté rentrèrent enfin. Exténués tant physiquement que moralement, pour eux aussi c’était le repos qui occuperait les prochains jours. Toutefois, les membres de la Faculté avaient ramené Ashen avec eux ; l’ex-membre de la Black Division de la G.C. comptait profiter de cette seconde chance pour se racheter, et essayer de mettre ses compétences au profit de la Faculté. Son arrivée fut mal perçue par certains membres du corps enseignant, et le jeune cadet du recteur n’était pas au bout de ses surprises.

Au lendemain du retour victorieux, une réunion du corps professoral accompagné des élèves délégués eut lieu, dans le bureau de Fraust. Le but de la réunion fut explicite, il s’agissait de mettre en place une solution de défense, au cas où surviendrait une nouvelle attaque. En effet, la G.C. venait de mener 3 assauts coup sur coup, et il était plus que temps de trouver le moyen de les empêcher de toucher aux élèves.

Au cours de la discussion, plusieurs idées furent proposées. Ashen suggéra l’utilisation des souterrains de la Faculté, encore inexplorés, pour mettre les élèves à l’abri en cas d’attaque. C’est la solution qui prima. L’après-midi même, les souterrains furent explorés et sécurisés, afin de servir de voie d’évacuation aux élèves.

Puis les cours reprirent, chacun reprenant son train-train d’avant l’attaque. Mais une chose avait changée : ces nombreux assauts avaient créé la lassitude, et surtout un sentiment grandissant d’insécurité à la Faculté.

XVIII – En Floride…

A la G.C. de Miami, les anciens cobayes londoniens furent vite mis au travail. Dans un premier temps, Kajitsu parti en mission en Israël aux côtés de Maxwell, général de la Red Division floridienne, et de Valentin, l’un des membres de la même division. Leur objectif fut de retrouver le groupe de traîtres de la G.C., mission qui fut un échec.
De son côté, Brian accompagné de Félix (un ancien élève de la Faculté, reconverti en activiste de la G.C.), fut chargé de la récupération d’un cobaye mutant. Une mission dont le duo s’acquitta avec une facilité certaine.

C’est vers cette époque que Hitori, la valeureuse guerrière de la G.C. de Londres, disparut, emportée par le mal qui l’avait pris lors du combat contre Fraust. Afin de lui rendre un hommage à sa hauteur, Kajitsu et Ashen décidèrent d’oublier leur nouvelle rivalité pour un temps. Kajitsu réussit à dérober les cendres d’Hitori, et avec l’aide d’Ashen, elle les dispersa au vent, sur une falaise des Everglades. En tous les cas, une chose était certaine : cette grande guerrière ne serait pas oubliée, ni par ses alliés ni par ses ennemis.

Les missions s’enchaînèrent à la G.C., jusqu’au moment où David Thomson, chef de la Black Division de Miami, commence à rentrer en négociation avec Fishburn, le directeur. Thomson voulait acquérir plus de pouvoir au sein de l’entreprise pharmaceutique, et c’est pourquoi il rendit visite au directeur… Qui lui rétorqua que la condition d’un accord serait la capture de Fraust. Chose qui ne tomba pas dans l’oreille d’un sourd…

XIX – L’Arobase et ses débuts

Pendant ce temps, sur une petite île située non loin du Japon, une entreprise encore silencieuse commença à faire parler d’elle. Il s’agissait de l’Arobase, l’entreprise leader dans le domaine du clonage. Depuis peu de temps, l’Arobase développait certains clones de mutants, dont elle comptait se servir pour former une petite armée personnelle. Inutile de dire que si elle arrivait à ses fins, elle serait rapidement la gagnante de la course à l’armement, car il était possible à l’Arobase, de créer des milliers de clones mutants en un rien de temps… La menace représentée par cette entreprise était donc bien réelle.

Mais l’Arobase avait des rivaux, et pas n’importe lesquels : les firmes de robotique. En effet, leurs « produits » rentraient en concurrence directe. C’est pourquoi le directeur de l’entreprise, Scott Lorrington, ordonna une mission d’espionnage industriel à certains des scientifiques (notamment Light Weddmore et Nyd Drakan) accompagnés de certains clones au fort potentiel (Blue, Rena et Seï, entre autres.). Mais la mission fut un échec complet.

En parallèle, l’Arobase (tout comme la G.C.), était en quête d’ADN de mutants, pour continuer à créer des clones de mutants. Nous nous souvenons d’une mission particulièrement palpitante, qui avait mobilisé toute l’équipe de Lorrington. La chasse d’un mutant en plein centre-ville de Tokyo, chasse qui s’était révélée ardue mais qui fut menée à bien.

XX – Un nouveau leader pour les rebelles

Au même moment, dans le sud de L’inde, le M.I.L. pansait ses plaies. En plus des lourdes pertes survenues durant l’assaut de la G.C., le colonel Arok, fondateur du groupe de rebelles mutants, se suicida dans d’obscures circonstances. La jeune Vitalie fut désignée comme nouveau leader du groupe, un groupe affaibli par les nombreuses pertes.
C’est pourquoi la première préoccupation fut le recrutement de nouveaux membres. Après plusieurs essais infructueux, le M.I.L. finit par trouver sa nouvelle composition. En plus de Vitalie, Aube et Logan, Jack Clay et Abigail Armstrong vinrent grossir les rangs du groupe.
Après une courte mission de sauvetage au Népal, 2 nouveaux membres s’ajoutèrent à la fine équipe : Wilson Kaine et Danni Madden.
C’était donc un groupe totalement remodelé qui constituait désormais le fleuron de la lutte pour la liberté des mutants.

XXI – Le colloque mondial sur la mutanité

Le début du mois de mars arriva, et avec lui, un évènement qui allait être important pour les mutants comme pour les humains ainsi que les trusts. Il s’agissait d’un colloque mondial exceptionnel, organisé par le secrétaire général des Nations-Unies de l’époque, un certain Conrad Van Oranje-Nassau. Ce sommet mondial allait traiter de la question mutante, c’est pourquoi de nombreux spécialistes, chefs d’entreprises et diplomates furent invités ; ainsi qu’une délégation de mutants, composée de Fraust et d’Angèle.

Le sommet eu donc lieu, et tout de go, le secrétaire général de l’ONU se montra assez opposé à la mutanité. Des débats eurent lieu, qui mirent l’accent sur la dangerosité des mutants. Fraust et ses alliés pro-mutants durent lutter vaillamment pour que certaines idées ne soient même pas envisagées. En effet, certains des protagonistes du débat proposèrent le pire. Parmi les plus grosses absurdités proposées, un second holocauste, proposé par le gouverneur extrémiste de Californie: "Il faut les enfermer dans des camps!". Ou encore "Les ficher, les forcer à porter une puce émettrice", dixit Seymour Duncan, l’un des actionnaires majoritaires de la firme A.T.W.

La G.C. fut la grande perdante de ce colloque, car le doigt avait été mis sur ses travaux illégaux et son rôle dans la création de nouveaux mutants. Elle du alors s’engager à faire le nécessaire pour que ses « travaux » ne quittent plus les laboratoires de la firme.

L’Arobase ainsi que la société d’armement A.T.W. sortirent de ce colloque avec des contrats signés ; la première pour une petite armée de clones qu’elle fournirait aux Nations-Unies ; la seconde, pour les armes anti-mutantes qu’elle fournirait à ces mêmes soldats, contre la modique somme de 25 millions de dollars.

Mais la grande surprise à l’issue de ce sommet mondial sur la mutanité, fut que l’ONU décida de créer une charte des droits des mutants, et de faire signer cette charte à tous les états encore membres de l’organisation. L’ONU annonça également la création d’une cellule des affaires mutantes, destinée à contrer la menace de certains groupes de mutants terroristes. Enfin, la prison fédérale de Guantanamo serait réaménagée et réouverte pour y accueillir les criminels mutants.

En clair, les mutants ne s’en sortaient pas si mal que ça, par rapport aux idées très dangereuses qui avaient surgi des débats…

Pourtant, malgré le climat de paix que tendait à créer ce colloque, cela n’empêcha pas à la G.C. de Miami de préparer une nouvelle offensive contre la Faculté.

XXII – L’union fait la force

Dans un premier temps, David Thomson conclut un accord de coopération et de soutien avec l’Arobase, la firme spécialisée en clonage. Il fut donc convenu que certains clones participeraient à la prochaine mission contre la G.C. dans le but de travailler en synergie.

Les préparatifs furent relativement courts, et à la fin-mars, les troupes de la G.C. posèrent une nouvelle fois le pied sur l’île de la Faculté.

Cette attaque se passa presque trop bien pour les membres de la firme pharmaceutique. En effet, ils rencontrèrent une résistance très relative, par rapport aux précédents assauts. Il faut dire que, grâce au plan d’évacuation des élèves, il ne leur restait plus grand monde à combattre ou à kidnapper. Pourtant, les combats qui s’engagèrent donnèrent tous l’avantage à la G.C.

Kajitsu, la petite protégée d’Ashen, se mesura à Twilight, l’un des délégués des élèves. Le combat fut des plus âpres, mais le jeune élève ne pu tenir la comparaison face à la jeune membre, maintenant rôdée, de la Red Division.

Ashen, parlons-en… Il prit place aux côtés de Silenna, professeur des mutants organiques fraîchement arrivée à la Faculté. Tous deux se retrouvèrent contre deux membres de la G.C.de Miami, David Dilfert et Jérôme Duncan. Ce dernier, grâce à son contrôle temporel, parvint à mettre à mal Ashen ; il devint alors le premier à parvenir à vaincre le jeune frère de Fraust. Ashen sortit du combat dans un état très proche de la mort. Quant à Silenna, bientôt aidée par Spike Baret, l’un des élèves, elle fut obligée de se soumettre face aux deux intrus. Encore une victoire pour la firme pharmaceutique, et ce n’était pas fini…

Dans les étages, Brian ainsi que Tonga, l’un des cobayes récemment arrivé à Miami, se mirent en tête de débusquer quelques élèves à kidnapper. Ils tombèrent sur Aura, et Brian se chargea de l’emporter. Il laissa Tonga, bientôt rejoint par Maxwell et Nathan, se débrouiller contre l’un des professeurs, Albaran.

Enfin, Kathleen MacAllen, l’une des membres de la Black Division de Miami, se mesura à Fraust lui-même. Si cette joute rappela au recteur son premier combat avec Hitori, l’issue en fut toutefois bien différente. En effet, Fraust fut mis très à mal par son adversaire, qui maniait des poudres acides avec dextérité. Se sentant aculé et dépassé, Fraust finit par se rendre, avec l’espoir naïf qu’avec ce geste, les membres de la G.C. ne kidnapperaient pas d’autres élèves. Un espoir qui se révèlerait plus être une utopie.

Tout ceci pour dire que la G.C. remporta haut la main cette énième rafle, avec des prises de choix (Twilight, Silenna, Aura, Ashen et Fraust furent enlevés). De plus, le soutien tactique de l’Arobase, en les personnes de Blue, Rena et leur coordinatrice Helen, permit aux membres de la firme d’obtenir des plans actualisés des locaux… Les membres de l’Arobase quant à elles, rentrèrent chez elles avec plusieurs échantillons d’ADN qui seraient fort utiles pour créer de nouveaux clones de mutants.

Les troupes de la G.C. se retirèrent donc rapidement, retournant vers le pôle de Miami où déjà, la nouvelle de la victoire s’était répandue comme une traînée de poudre…

XXIII – Un vent de panique

Non-loin de là, à l’aéroport international de Djakarta, capitale indonésienne, Iwëne et Aube se retrouvèrent, ayant reçu plusieurs messages de Twilight. La nouvelle de l’assaut leur était donc parvenue à elles aussi, et elles se mirent en tête de contacter une nouvelle fois le M.I.L. pour porter secours aux kidnappés.

Toutefois, il leur fallait d’abord retourner à la Faculté où de nombreux élèves, qui avaient pu s’échapper à travers les souterrains, attendaient désormais seuls avec l’intendant, qu’Iwëne leur dicte la suite des opérations.

Le M.I.L. fut rapidement mis en état d’alerte. Vitalie rassembla ses hommes et prépara l’excursion de sauvetage. Il leur faudrait d’abord passer à la Faculté pour récupérer Aube, mais le nouvel hélicoptère des rebelles était rapide, et il ne leur faudrait qu’une poignée d’heures pour rallier l’île indonésienne.

Dès lors que le M.I.L. arriva sur place, Iwëne et les professeurs rescapés convinrent qu’ils n’accompagneraient pas le M.I.L., la mission de secours se révélant trop périlleuse pour eux qui étaient peu coutumiers de ce genre d’intervention. Aussi, après avoir récupéré Aube, les rebelles redécollèrent, cette fois en direction de leur objectif principal : la G.C. de Miami.

XXIV – Une victoire à savourer… rapidement

A miami où, au même moment, arrivèrent les combattants triomphants et leurs prises. Tout ce petit monde fut mis en cellule, où, tout de suite, chacun sentit la mesure de l’échec. Tandis que certains se recroquevillèrent sur eux-mêmes, de peur, d’autres choisirent de commencer à agir pour le lendemain. Fraust s’arracha l’œil brûlé à l’acide, l’œil qui l’avait aveuglé et rendu naïf… Ashen à peine remis de ses blessures, entra dans une spirale de folie et ruminant son désir de vengeance.

Plus tard, Thomson, le leader de la Black Division locale, rendit visite au recteur aculé. Ce dernier comptait lui proposer une alliance stratégique contre l’humanité. Pour une raison n’appartenant qu’à lui, Fraust refusa, et envoya fermement promener Thomson. Les plans de ce dernier se réaliseraient donc, quels qu’ils soient, sans l’appui et le soutien de la Faculté.

XXV – L’origine du « Mal »

Nous nous souvenons également qu’à ce moment là, un être des plus étrange avait fait son arrivée à la G.C. Il s’agissait d’un organisme retrouvé en Alaska, organisme qui avit des chances d’être extraterrestre. Le professeur Jordan Creist ainsi que Jérôme Duncan, commencèrent à analyser ce géant des neiges, et très vite, il apparut que cet être n’avait rien d’humain ni de terrestre, et qu’il pouvait avoir influencé la mutation du genre humain… Les recherches à son sujet furent cependant remises à un peu plus tard.

XXVI – Evasion éclair

A peine un jour passa depuis l’arrivée de Fraust et des siens dans les cellules, que le retour à la liberté démangea certains.

Ashen fut le premier à tenter une évasion. Une évasion qu’il réussit en y sacrifiant une main, mais qui le mena à libérer son grand frère, lequel libéra d’autres cobayes et ainsi de suite… Jusqu’à ce que tous les cobayes de la G.C. de Miami soient libérés. Une forme de soulèvement commença alors, sous la houlette de Fraust lui-même. Ashen, après avoir massacré Maxwell, décida d’aller semer la zizanie dans les bureaux administratifs, faisant jeu à part pour pouvoir accomplir sa vengeance.

Au même moment, les membres du M.I.L. étaient arrivés sur place, et commençaient à cerner les bâtiments. Tandis que Vitalie, Logan, Danni et Wilson s’occupèrent de faire diversion à l’arrière, Aube, Jack et Abigail pénétrèrent dans les bâtiments pour porter secours aux cobayes ; ignorant qu’une fuite était déjà en cours.

Au prix d’un certain nombre de pertes, Fraust parvint à guider les cobayes jusqu’au rée de chaussée. Mais alors qu’il avait laissé passer tous les fugitifs devant lui, il fut stoppé par Kajitsu. Celle-ci le tenait pour responsable de la mort d’Hitori, et comptait profiter de cette occasion pour, elle aussi, se venger de la mort de son mentor. Toutefois, Ashen survint à point nommé et remplaça son frère dans ce combat…

Un combat qui n’en fut pas vraiment un. En effet, Ashen démontra de sa grande force, humiliant la jeune Kajitsu de tout son poids. Il annonça le « game over » de la jeune fille, lui faisant sentir combien elle était encore loin de son but.

A l’extérieur, les membres du M.I.L. chargés de la diversion menèrent à bien leur mission. Toutefois, ils durent battre en retraite devant l’arrivée de mitrailleuses lourdes et d’un Brian en pleine forme. Dans le même temps, Logan conseilla à l’autre équipe de rebelles de commencer à se replier aussi, la fuite des cobayes déjà bien avancée. Sauf que cette autre équipe était tombée sur un os…

En effet, Jack et Abigail avançèrent dans les couloirs, laissant Aube assurer leurs arrières… Quand ils tombèrent sur un mutant des plus déchaînés. Ce dernier se métamorphosa en loup et décida de prendre à parti Abigail, organique renard de son état. Par chance, les deux rebelles parvinrent à éliminer cet adversaire avant qu’il n’ait pu faire trop de dégâts.

Tous deux furent rejoint par Ashen et l’un des cobayes fraîchement évadé. Ce dernier guida les mercenaires vers les autres cobayes tandis que le frère du recteur alla terminer le travail commencé par l’autre groupe de rebelles à l’arrière du bâtiment.

Finalement, tous les cobayes survivants purent être secourus par le M.I.L., la G.C. n’ayant pas su contenir la révolte intérieure et l’assaut extérieur dans le même temps.



Epilogue


Après ce dernier affrontement, chacun rentra chez soi et, comme toujours après une bataille, tira les enseignements des derniers évènements.

A la Faculté, il fallait envisager les travaux de réparation des dégâts causés par la dernière attaque de la G.C., mais surtout, songer à enfin se doter d’une contre-mesure efficace pour mettre fin aux assauts ennemis sur l’école. Il était grand temps d’agir pour mettre enfin les élèves dans une situation de sécurité que rien ne pourrait troubler.
A La G.C. de Miami, la question fut une idée naissante de rébellion des mutants, cobayes et membres des divisions. En effet, Thomson commençait déjà à envisager un futur sans humains depuis un certain temps, et l’avenir serait sans doute à la mise en place de ce futur.
Pour les M.I.L., l’avenir demeurait trouble. Avec la défection de Vitalie, le groupe se retrouva subitement sans leader. De plus, un imprévu sous forme de tornade, balaya une partie de la planque indienne des mercenaires, qui se virent contraints de déménager.
Pour l’Arobase, l’avenir s’annonçait plutôt mauvais. En effet, bien qu’elle l’ignorait encore à ce moment là, la SEAL, nouvelle puissance mondiale en faveur d’un monde sans mutants, envisageait de lancer une offensive d’envergure sur l’entreprise de clonage ; en raison de son rôle manifeste dans la création de nouveaux mutants par clonage.

Autant dire que l’avenir demeurait incertain, et qu’il serait sans doute rempli de surprises, bonnes ou mauvaises…

_________________

] Fraust Theme [

[ Notre Amour t'Accompagne, Où Que Tu Sois ]
[ In The Memory Of Hitori And Victor ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com
Aaron Kushter
Recteur de la Faculté
Recteur de la Faculté
avatar

Nombre de messages : 1942
Age du perso : 24 ans
Langues parlées : Anglais
Pouvoir du perso : Matériel (Electrique)
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: La grande histoire de The Faculty   Jeu 10 Déc - 0:52

Hier :



I - La Faculté acheva sa première année scolaire

Nous avions laissée la Faculté à peine remise de l’attaque de la G.C. de Miami. Après le succès de la mission de sauvetage des kidnappés, Fraust et les siens ont pu regagner l’école, qui avait été le siège d’un assaut des plus violents.

La première préoccupation fut la réparation des dégâts causés par l’attaque de la G.C. Je veux bien sûr parler des dégâts matériels, mais aussi des dégâts qu’avait fait l’impitoyable firme pharmaceutique chez tous les mutants réfugiés à la Faculté.

Aussi, l’année scolaire en cours se termina sur un rythme plus calme et relâché ; en effet, l’absentéisme fut plus élevé à cette période, tant du côté des élèves que de celui des professeurs. Autant dire que la nouvelle infirmière, Rhim, eut fort à faire avec l’incessant défilé de blessés qui réclamaient des soins journaliers ! En bref, la Faculté fut en vacances avant l’heure.

En effet, arriva le mois de Juin et l’arrivée des vraies vacances scolaires de l’établissement. Chaque élève pu retourner auprès de sa famille, ou rester à la Faculté pour ceux qui n’avaient plus de toît à l’extérieur de celle-ci. Du coup, pour tous ceux qui restèrent bord du navire, ce fut l’occasion d’achever les travaux de réparation, et de faire plus ample connaissance avec les autres élèves et personnels restés à la Faculté pour l’été. L’ambiance fut autrement plus détendue, semblable à celle d’une colonie de vacances.

II - Le renouveau de la Genetics Corporation

Après la fuite des membres de la Faculté, et contre toute attente, la G.C. ne s'occupa pas de reprendre la chasse aux mutants tout de suite. David Thomson, le leader de la Black Division de Miami, avait d'autres plan à mettre en œuvre en priorité. Son ambition était la suivante: prendre les commandes de l'entreprise, et s'en servir pour remettre les mutants à la place qui leur revenait de droit: le sommet. Pour Thomson, il était grand temps de se venger de l'humanité et de lui faire payer le prix de toutes ces années de soumission et de servilité.

Aussi, Thomson convoqua en séance extraordinaire les 5 autres leaders mutants des Black Divisions des autres pôles. Avec lui-même, ces 6 mutants étaient les plus puissants de la G.C., et ils avaient tous atteint le sommet de la hiérarchie des mutants. Thomson comptait leur présenter ses projets et les inviter à rejoindre son plan. Il parvint finalement à les convaincre, et dès lors, la prise de pouvoir de Thomson commença réellement, avec l'éviction d'un important membre humain du directoire, auquel se substitua l'un de ses 5 alliés. Dès lors, David ordonna, pour commencer, la construction d'une nouvelle place forte pour la nouvelle G.C., ce qui allait bientôt se nommer le "Centre" et rassembler tous les mutants de la G.C. sous une même bannière...

III - La SEAL entre en scène

Fraîchement créée sur la plan économique et structurel, la SEAL, super-trust en grande ascension, fit connaître ses desseins. En effet, l'entreprise lança, pendant l'été 2051, une offensive militaire de très grande envergure, aux allures de démonstration de force. Sa victime ne fut autre que l'Arobase, la société de clonage humain et mutant qui avait déjà fait parler d'elle par le passé.

Avec cette attaque, la SEAL voulait faire un exemple pour le monde entier, et prévenir tout le monde: Nous écraserons les mutants, et toutes les entreprises qui en fabriquent! Tel était le message qui fut passé par cette action, très relayée médiatiquement.

L'Arobase n'était pas préparée à cette offensive; elle tomba sans mal sous les assauts des soldats de la SEAL. Toutefois... Quelques clones et membres du personnel parvinrent à s'échapper in-extrémis; pour eux, la vie continuerait, ailleurs, et sans nul doute sous d'autres bannières...

Autant dire que cette attaque rondement menée fut un succès, grâce à l'excellent commandement du capitaine Dolovan et du sous-lieutenant Shefield. La portée médiatique de l'évènement dépassa également les espérances de la SEAL, faisant trembler de peur les mutants du monde entier. Et dire que l'on croyait connaître l'ennemi le plus menaçant...

IV - MIL et SEAL, première confrontation

Le MIL n'avait eu que peu de temps pour se remettre de sa mission de soutien, lors de l'évasion des membres de la Faculté du pôle floridien de la G.C.. Très vite, une nouvelle mission mobilisa les rebelles mutants, qui durent quitter leur planque indienne pendant plusieurs jours...

Ce fut le moment que choisi la SEAL pour attaquer le groupuscules de mercenaires mutants; fort du succès de sa première action, les hommes du capitaine Dolovan investirent rapidement la planque du MIL... Mais ne trouvèrent pas ses occupants. Toutefois, la SEAL prit patience, et l'équipe de soldats resta mobilisée sur place, dans le cas où le MIL reviendrait.

C'est précisément ce qui se passa: le MIL avait terminé sa mission et fut de retour à sa base stratégique. Mais, voyant la planque cernée par ce grand nombre de soldats, la fuite fut décidée d'office, les rebelles craignant de ne pouvoir faire face à cette menace. De plus, il était désormais certain que la cachette n'était plus très sûre, puisque ces soldats l'avaient localisée.

C'est de cette manière que le MIL décida de "déménager". A la suite d'un vote à main levée, ils se dirigèrent vers le Japon...
Quant à la SEAL, elle essuya là son premiers revers, qui n'eut cependant que peu de portée au niveau médiatique: le succès de l'opération contre l'Arobase encore très présent dans les mémoires. Mais tôt ou tard, la SEAL remettrait la main sur ce groupe de rebelles, c'était certain.

V - Deuxième rentrée scolaire...

Les vacances eurent comme toujours une fin, et la rentrée des classes à la Faculté ne tarda pas à pointer le bout de son nez, dès la fin août 2051.

La rentrée fut synonyme de retrouvailles pour certains, et également de l’arrivée de nouveaux élèves. Parmi ceux-là, nous pouvons citer Noé, Oswald, Soren, ou encore Megan, petite sœur de Fraust et Ashen. Pour eux, ce fut la découverte du système scolaire hors norme de la Faculté, avec ses aspects les moins conventionnels. Cependant, pour cette rentrée, de nombreuses nouveautés furent mises à l’honneur. Par exemple, l’apparition dans l’école de professeurs en matières plus scolaires et conventionnelles, apportant des cours de français, maths, etc.
On remarqua aussi l’émergence de plusieurs groupes, qui donnèrent naissance à des clubs. Certains élèves trouvèrent en effet opportun de partager leur passion avec d’autres ; ainsi se monta un club de musique, qui donna d’ailleurs plusieurs petits concerts au cours de l’année.

Enfin, une nouveauté de taille apparut également à la Faculté.
Cette nouveauté, déjà amorcée par Ashen un peu plus tôt, fut la création d’une sorte de groupe d’élèves de haut niveau, qui serait chargé de protéger la Faculté en cas de nouvelle attaque. Ashen sélectionna les élèves au plus grand potentiel, et se chargea de les former à la défense des lieux et des élèves. Plusieurs exercices furent mis en place dans la salle de simulation de la Faculté, et ces exercices donnèrent d’assez bons résultats.

Ainsi, l'accent était mis sur la sécurité, pour cette seconde année scolaire. Pourtant, aucune attaque ne fut à déplorer pour le premier trimestre... Et Fraust lui-même ne se doutait pas qu'il allait en être ainsi pendant toute cette année...

VI - Début de la construction du "Centre" de la G.C.

Le projet de Thomson avançait bien, et les premiers travaux du nouveau bâtiment, le futur centre semi-militaire, avaient bien avancé. Thomson profita de l'avancement pour faire naître de nouveaux projets scientifiques, parmi lesquels un projet de pouvoirs non-permanents, et un autre de développement des mutations; deux projets qui allaient lui permettre d'assurer un avenir prospère à ses alliés mutants, et donc à ses ambitions personnelles.

D'autre part, une réflexion s'engagea, avec les 5 autres leaders mutants: la réorganisation de la hiérarchie, au sein du futur "Centre". Il fut décidé que Joanna Fury dirigerait la Slayer's Division, une version encore plus dévastatrice que l'ancienne Black Division; Zalàn Balázs Holmes dirigerait la Shatter Division, équivalent de la Red Division. Sylvia King, alter-ego féminin de Fraust, s'occuperait d'une division dédiée aux nouvelles recrues. Kazu Shinoda, mutant métamorphe, jouerait le rôle d'imposteur en prenant l'apparence des dirigeants humains pour aider Thomson. Quant à Era, le rôle qui lui fut assigné est demeuré un mystère, tout autant qu'elle...

Autant dire que les choses commençaient enfin à prendre concrètement forme.

VII - Le MIL investi ses nouveaux locaux

C'est en Novembre 2051 que le MIL fut enfin installé dans sa nouvelle planque. Le moins que l'on puisse dire est qu'il leur avait fallu du temps pour concrétiser le déménagement.

En effet, trouver le lieu avait été plutôt facile. L'équipe avait jeté son dévolu sur une usine désaffectée et laissée à l'abandon, dans la périphérie de Tokyo, au Japon. Toutefois, l'ancienne usine textile était sur le territoire d'un gang de la mafia locale, les Yakuzas. Aussi, négocier le droit de propriété de l'entrepôt fut peu aisé. Toutefois, après avoir conclu quelques arrangements, sous forme de dessous de table, l'entrepôt fut enfin "acheté". Tout comme les services du gang, qui assurerait un semblant de protection et de surveillance de la nouvelle base du MIL, moyennant rétribution financière et autres menus services.

Après, il fallut aussi compter sur quelques policiers "ripoux" qui s'engagèrent à ne pas venir perturber les rebelles mutants. Là encore, il fallut jouer des pots-de-vin pour assurer la pérennité de la planque.

Enfin, le déménagement commença, et les membres du MIL purent commencer à réaménager l'usine. Les entrepôts de stockage furent transformés en héliport et garage, les salles des machines en stands de tir et terrains d'entraînement... La partie administrative devint le pc tactique avec sa salle de réunion, et les quelques étages accueillirent les chambres, sanitaires et pièces à vivre.

Aussi, ce ne fut bien qu'en novembre que le MIL se considéra comme définitivement installé. Ils pouvait enfin prendre leurs marques dans ce nouveau QG, reprendre leurs entraînements quotidiens, la routine de leur vie d'activistes...

VIII - Une trêve involontaire mais salutaire

Du mois de septembre 2051 jusqu'à celui de juin 2052, pas un seul des acteurs de ce monde ne "bougea": la Faculté était bien occupée à instruire ses nouveaux élèves, la G.C. avait du pain sur la planche avec le projet du Centre, quant au MIL et à la SEAL, elles devaient se préparer dans l'optique d'actions futures.

Aussi, ce fut le calme plat, entre chacun de ces camps, pendant tout ce temps. Et ce calme fut bien utile à chacun, pour préparer un futur qui s'annonçait peut-être, déjà, encore plus violent que le proche passé.

IX - L'alliance commerciale de la SEAL et de la GC

C'est au printemps 2052 que ce partenariat commercial vit le jour. Le développement des pouvoirs non-permanents fut terminé, et ces derniers mis sur le marché. La SEAL se montra fortement intéressée par ces pouvoirs non-permanents, et voulut nouer un accord commercial avec la Genetics Corporation.
Cette dernière n'eut d'autre choix que d'accepter, au grand dam de Thomson: ce dernier ne voyait d'un très bon œil une alliance avec la SEAL, qui allait forcément devenir son ennemi à court terme. Pourtant, il fut contraint d'accepter l'accord car un refus aurait entraîné des soupçons sur la G.C. et ce n'était pas la meilleure chose à faire.

De son coté, la SEAL venait de lancer une émission télévisée aux allures de reality-show: le "Ring of Epuration" (une sorte de jeu de massacre de mutants en direct), qui était un véritable argument de vente pour la firme. Mais cette émission de télévision fut perçue comme une provocation par les mutants, et Thomson n'échappait pas à la règle. Pourtant, il devait se résoudre à la patience. Heureusement, le "Centre" était sur le point d'être terminé et investi...

X - Le "Centre" enfin sur pieds

La nouvelle-place forte de la G.C. commandée par Thomson, le "Centre", ouvrit enfin ses portes à son personnel plutôt spécial: en effet, la quasi-totalités des mutants (membres des nouvelles divisions mais aussi cobayes), ainsi que les meilleurs scientifiques investirent le Centre, perdu dans les Rocky Moutains des Ex-USA. L'avenir allait commencer à se construire ici, pour Thomson et ses fidèles...

XI - Les vacances arrivèrent...

L’année scolaire passa à une vitesse fulgurante. En effet, La Faculté ne fut pas attaquée une seule fois durant l’année 2051/52, aussi les cours s’enchaînèrent, et un climat de confiance et de sécurité régna à nouveau sur les lieux.

Les grandes vacances arrivèrent donc bien vite, et comme l’année précédente, certains élèves choisirent de rester sur place. Soren en profita pour échafauder, avec l’aide de Logan du MIL, un système de défense électronique, pour achever de rendre la Faculté impénétrable aux intrus.

Dans le même temps, il fut décidé par Fraust l'émergence d'un nouveau groupe, à l'instar de l'équipe de défense de la Faculté: un groupe d’élèves, là encore d’assez bon niveau, qui seraient chargés de jouer les émissaires de la Faculté à travers le monde. En effet, il convient de préciser que la Faculté était maintenant connue du grand public, grâce à une vidéo envoyée à plusieurs grandes chaînes de télé internationales. Bien que ne précisant pas l’emplacement de la Faculté, cette vidéo eut le mérite de montrer que certains mutants faisaient de leur mieux pour ne pas nuire aux populations humaines.
Bref, afin de répandre la bonne image que voulait désormais véhiculer la Faculté, ce groupe d’élève serait chargé d’effectuer plusieurs voyages à travers le monde, pour promouvoir la Faculté, et parfois inscrire de nouveaux élèves.

Cependant, il faudrait attendre la prochaine rentrée scolaire pour que ce groupe soit officialisé.



Épilogue : La fin de l'été 2052


L'été passa, là encore très vite, sur tous les acteurs de ce monde en pleine transition.
Tandis que la Faculté préparait sa semaine de pré-rentrée, la Genetics Corporation selon Thomson semblait prête à reprendre le chemin de la lutte. Nous pouvions en dire autant au sujet de la SEAL et de l'équipe du MIL, dont les soldats étaient maintenant galvaudés, entraînés, et fin prêts à reprendre la lutte pour la défense de leurs idéaux.

Il ne manquait plus qu'une allumette pour que la situation s'embrasse comme une traînée de poudre. Encore une fois...

Nous sommes le 23 Août 2052. Date de la reprise des hostilités?...

_________________

] Fraust Theme [

[ Notre Amour t'Accompagne, Où Que Tu Sois ]
[ In The Memory Of Hitori And Victor ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La grande histoire de The Faculty   

Revenir en haut Aller en bas
 
La grande histoire de The Faculty
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» question sur échantillon en histoire
» L’Aventure humaine, La Grande Histoire des océans sur Arte
» LA GRANDE HISTOIRE DE LA CONQUÊTE SPATIALE
» Secrets d’histoire à Eu. La Grande Mademoiselle (Fr.2 19/07)
» Les Métiers et leur Histoire. Les Boulangers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Faculty :: Avant de jouer... :: Déroulement et règles du jeu :: Background :: Versions longues-
Sauter vers: