AccueilPortail2FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [New-York]Laisser le passé pour un nouvel avenir [PV]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Icanthyx Aizawa
2ème année - Elève
2ème année - Elève
avatar

Nombre de messages : 26
Age du perso : 18 ans
Langues parlées : Français, anglais, espagnol, hindi (pour les détails, voir fiche)
Pouvoir du perso : effacer ce que vous voyez
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Re: [New-York]Laisser le passé pour un nouvel avenir [PV]   Sam 22 Aoû - 20:12

Le sommeil ne venait pas, c'était un peu comme si tout son être refusait de céder à ce doux réconfort. Il y avait un moment que la faim ne se faisait plus sentir, bien qu'elle n'avait toujours rien avalée. Cette sensation, elle la connaissait bien pour l'avoir déjà vécu assez souvent pour dire qu'elle commençait à y être accoutumé, bien que ce soit toujours aussi désagréable. C'était le moment où le manque d'énergie la gagnerait, venant ajouté à la fatigue une sorte de faiblesse faisant en sorte que son corps lui semble lourd et qu'elle commence lentement à être déconnecté de la réalité. En effet, les yeux mi-clos, celle qui avait à l'habitude une vision plus que parfaite ne distinguait que de vagues formes aux couleurs sombres sous la lumière du Central Park, alors que les seuls sons parvenant encore jusqu'à elle étaient ceux de son propre corps. Ceci n'était qu'un effet du manque d'énergie, rien de bien grave à son avis, mais c'était tout de même des plus désagréable. Son esprit se vidait doucement de tout ce qui était inutile, ne gardant que quelques ébauches de souvenir, jusqu'à ce que son esprit finisse par trouver l'image à laquelle cette jeune Icanthyx se raccrocherait pendant encore quelques temps, cherchant ainsi un peu de chaleur:
Elle souvenait encore si bien... il y avait quelques années... - enfin, elle n'était plus sûr du nombre en ce moment - où son frère aîné aurait été là, à côté d'elle à lui parler afin de faire passer le temps avant qu'il ne se glisse dans la cuisine en douce pour lui chiper un petit quelque chose, lui répétant une énième fois combien il fallait être prudent avec les Tinkler. Il semblait à cette jeune mutante perdue dans ses souvenirs que le visage de ce jeune était encore chaleureux et qu'elle pouvait sentir ses mains chaudes la réchauffé dans la fraicheur de la nuit.

Dans le vide du parc, les yeux mis-clos, elle cherchait à entrevoir cette image, celle qui s'était dessinée à son esprit commandé par le manque d'énergie. Toutefois, ce n'est pas une illusion qu'elle aperçue, mais bien quelque chose être déposé sur elle qu'elle pu sentir, à son grand étonnement. Bien qu'aucune réaction ne pu se faire voir sur son visage fort peu expressif, elle ne pouvait s'empêcher de chercher qui pourrait possiblement faire quelque chose du genre. Après tout, la seule personne qu'elle savait capable de prendre soin d'elle était cette illusion à laquelle elle cherchait à se raccrocher sur le moment, Angelos - même si on considérait que la soirée précédente n'était jamais arrivée - n'aurait pas fait quelque chose du genre et encore moins un étranger dans la rue. Ainsi donc, il devait s'agir de quelqu'un qu'elle connaissait... cela ne faisait pas de doute... mais qui connaissait-elle à New-York? Considérant qu'il était beaucoup trop tôt pour que le jeune Lelfic soit à l'extérieur, surtout lorsqu'il était sensé avoir un endroit où dormir, il ne restait qu'une personne possible... ce qui était tout de même difficile à croire. Alors, serait-il possible qu'après avoir cherché tout les soirs depuis son arrivée à New-York, qu'Icanthyx ait finalement été retrouvé par ceux qu'elle avait si désespérément cherché?

En tournant légèrement la tête, l'esprit embrumé et plein d'illusion de la jeune artiste de rue cru entrevoir une silhouette non loin d'elle. Elle devait savoir s'il s'agissait bien 'd'eux'... prendre une chance, la fatigue saurait lui faire pardonner son erreur dans le cas contraire. Ainsi donc, Icanthyx traina sa main autrefois déposé sur son ventre sur l'herbe fraiche du parc, jusqu'à trouver celle de celui s'étant approché d'elle. Elle ne la prit pas, elle ne fit que déposer ses doigts gelés (parce qu'on avait volé ses gants également) contre la main non loin de la sienne. Ce n'était pas quelque chose qu'elle avait l'habitude de faire, mais la fatigue lui embrumait toujours l'esprit sur le moment à vrai dire.


"Sairoh... Zerrat...?" demanda-t-elle en se retournant un peu plus, tirant son sac sur elle, jusqu'à apercevoir l'être présent à ses côtés.

...!?

Reconnaissant son erreur, Icanthyx recula avec sursaut, retirant sa main, visiblement très gênée puisque ses joues prenaient une couleur légèrement rosée. Comment aurait-elle pu savoir que cet élève de la Faculté qu'elle ne pensait jamais revoir un jour serait présentement à côté d'elle, contre le tronc de cet arbre!? Et surtout, comment aurait-elle pu savoir qu'il poserait un tel geste? Aussi, c'est visiblement très mal à l'aise que la jeune mutante lui rendit sa veste, murmurant un simple merci sans vraiment oser le regarder en face. La situation présente était trop gênante pour ça. Aussi, cherchant à expliquer entre les lignes qu'elle ne s'était pas attendu à le voir, elle ne fit que poser la question suivante:


"What are you doing here... Euh... qu'est-ce que... euh... toi fais ici...?" baragouina-t-elle dans un franglais du à sa fatigue. "Tu as un... place to st... pour dormir... no?"

En même temps, elle s'en faisait un peu pour ce jeune homme... dormir dans les rues n'était pas spécialement sûr et encore moins pour des gens de leur âge. Elle s'y était habitué, mais ce n'était peut-être pas spécialement le cas pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelfic
3ème année - Elève sérieux
3ème année - Elève sérieux
avatar

Nombre de messages : 141
Age : 31
Age du perso : 18
Langues parlées : Français
Pouvoir du perso : Focus sur les flèches
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: [New-York]Laisser le passé pour un nouvel avenir [PV]   Dim 23 Aoû - 1:57

Lelfic sentit soudain quelque chose de glacé lui toucher la main, et lorsqu’il baissa les yeux pour voir de quoi il s’agissait, il constata avec surprise que c’était la main de la jeune fille. Icanthyx prononça deux mots que le jeune homme ne comprit pas, peut-être une langue étrangère apprise pendant son voyage ?

Mais lorsque la jeune fille le regarda, elle eut un sursaut. Manifestement, elle ne s’attendait pas à le voir, ce qui était compréhensible, mais cela ne l’empêcha pas de sentir une petite pointe de déception. Quelqu’un qui sursaute lorsqu’il vous voit, ce n’est jamais très amusant à encaisser. Mais après tout, cela n’avait aucune importance, plus rien n’avait d’importance en cet instant. La jeune fille voulu lui rendre sa veste, elle avait l’air gêné et il ne comprenait pas pourquoi, il n’y avait aucune raison. Et elle lui demanda ce qu’il faisait là. Le simple fait de s’entendre poser cette question ravivait la conversation qu’il avait eut avec Laure quelques heures plus tôt, comme une blessure dont la douleur commençait à s’estomper qui se réveillait soudain.

« Je voulais parler avec Laure de quelque chose d’important. » Dit-il tristement après un moment d'hésitation. « Mais ça ne s’est pas très bien passé. Ou plutôt, cela n’a pas eut la conclusion que j’espérais. »

Il sentit ses yeux lui piquer légèrement, et il cligna des paupières.

« J’avais besoin de prendre un peu l’air, et de m’éloigner un moment, et ce parc est le seul endroit de la ville que je connaisse. »

Il lui fit un petit sourire sans joie, comme pour s’excuser de croiser à nouveau son chemin, ou d’être content de l’avoir trouvée là. Content, façon de parler. Puis il reprit sa veste et la replaça sur Icanthyx, refusant de la reprendre.

« Garde-la, tu en as plus besoin que moi. Je suis habitué à vivre à la dure et la fraicheur qui règne ici cette nuit n’est pas grand-chose pour moi. »

Ce n’était là qu’une partie de la vérité. Il se faisait sincèrement du souci pour Icanthyx, bien sûr, et après avoir sentit la froideur de la main de la jeune fille, il ne pouvait pas douter d’avoir raison, mais cela lui fournissait également un prétexte pour rester près d’elle un peu plus longtemps. Et il ne savait pas vraiment pourquoi, mais à ce moment il ne voulait surtout pas être seul. Cette nuit-là, la simple présence de cette jeune fille qui appartenait au même monde que lui le réchauffait plus efficacement que n’importe quelle veste. Pas beaucoup, c’était vraiment infime, mais c’était la petite étincelle qui faisait la différence entre une très mauvaise passe et un complet désespoir.

Cette réaction était inattendue de la part d’une personne qui avait vécu le tiers de sa vie en fugitif solitaire, et c’était d’autant plus inexplicable. Il pouvait espérer que tout ceci ne s’était pas réellement produit, que lorsque le soleil se lèverait, il se rendrait compte que ce n’était qu’un mauvais rêve de plus, mais il savait que rien n’était plus réel. Alors sa seule consolation, cela pourrait être qu’au lever du soleil, au moins il ne serait pas complètement seul. Il l’espérait, et espérait pour cela qu’Icanthyx tolère sa présence un petit moment.

Il ne savait pas quoi dire et un silence s’installa entre eux. Mais ce n’était pas un silence gêné, c’était un calme agréable. Il appréciait simplement la douce présence de la jeune fille et les mots semblaient soudain superficiels. Et il faut dire aussi qu’il avait peur que sa voix se mette à trembler s’il parlait encore, et trahisse l’état de désespoir dans lequel il se trouvait. Avec un soupir qui n’avait rien d’un soupir de bien-être, il s’adossa au tronc et leva les yeux vers le ciel. Avec les lumières de la ville, on ne voyait pas la moindre étoile entre les branches feuillues des arbres du parc. Le visage toujours levé, il ferma les yeux et écouta. Au loin, des bruits de moteurs, et un ou deux klaxons, mais rien de comparable avec le boucan d’enfer que produisait la ville en pleine journée, et juste à côté de lui, la respiration discrète d’Icanthyx, presque imperceptible, et le léger froissement des vêtements à chaque fois qu’elle bougeait si peu que ce soit.

« C’est la vie. » Murmura-t-il pour lui-même comme s’il essayait de se convaincre tout seul que ce n’était pas si terrible, mais sans y croire.

Il ne se sentait pas vraiment mieux, mais au moins il ne se sentait pas plus mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icanthyx Aizawa
2ème année - Elève
2ème année - Elève
avatar

Nombre de messages : 26
Age du perso : 18 ans
Langues parlées : Français, anglais, espagnol, hindi (pour les détails, voir fiche)
Pouvoir du perso : effacer ce que vous voyez
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Re: [New-York]Laisser le passé pour un nouvel avenir [PV]   Lun 24 Aoû - 3:13

Elle se demandait quelle genre de discussion pouvait bien avoir un dénouement l'obligeant à dormir dans les rues... les seules images lui venant en tête étaient assez violente et elle espérait sincèrement qu'il n'ait pas eu à subir le même chose qu'elle. Bien qu'en même temps... de ce qu'elle avait vue de Laure, cette jeune mutante n'était pas vraiment porté à croire que la violence fasse part de leur relation. Enfin, préférant ne pas jouer d'indiscrétion et surtout parce qu'il ne semblait pas vouloir en dire d'avantage, Icanthyx s'installa de nouveau contre l'arbre, tournant toutefois la tête de manière à porter son attention sur cet élève de la Faculté qui l'empêcherait de passer sa nuit seule et à faire en sorte que son esprit dérive ailleurs que sur les plaintes pratiquement inaudibles de son corps. Son expression perplexe indiquait clairement qu'elle s'en faisait un peu pour lui, sans toutefois se faire trop insistante; autant parce que son visage n'exprimait jamais complètement aussi clairement ce qu'elle pensait (son œil vert, affectueusement appelé son œil vivant, s'en chargeait), mais aussi parce qu'elle ne voulait en aucun cas le forcer à dire quelque chose qu'il ne voulait pas dire. Après tout, il en allait de même pour elle-même: elle n'aimerait pas être forcé à dire quelque chose, même si cette jeune mutante au regard dépareillé répondrait quand même, se sentant obligée de le faire par les marques du passé gravés ici et là sur sa peau quasi-cadavérique.

Aussi, lorsqu'il lui sourie, Icanthyx eu du mal à interpréter ce qu'il voulait y dire, malgré son habitude de communiquer sans laisser échapper le moindre son. Ce sourire ne portait pas la moindre trace de joie, mais ce n'était en rien un de ces faux sourires lancés afin de convaincre les autres (ou soi-même) que tout allait bien... Pas vraiment mal à l'aise non plus, bien que peut-être légèrement... un peu comme lorsqu'on a quelque chose à se faire pardonner sans trop savoir le formuler. Bien qu'encore, si c'était le cas, cette jeune artiste de rue et sans abri n'avait aucune idée de ce que Lelfic pourrait bien avoir à ce faire pardonner. Enfin, elle n'eut le temps que de laisser échapper un léger haussement d'épaule comme réponse, signifiant à la fois: ce n'est rien, et je ne peux rien ajouter, désolé. D'une certaine manière, communiquer de la sorte et d'avoir une présence à ses côtés la réconforta quelque peu, expliquant pourquoi son œil vert brillait un peu plus depuis quelques instants et qu'un léger sourire avait pris place sur le visage fatigué d'Icanthyx.

Toutefois, ce sourire devint rapidement une expression perplexe, alors que dans son œil vivant on pouvait voir la plus grande interrogation. Il lui rendait de nouveau sa veste? Pourtant... elle venait seulement de le rencontrer... c'était étrange... non?


« Garde-la, tu en as plus besoin que moi. Je suis habitué à vivre à la dure et la fraicheur qui règne ici cette nuit n’est pas grand-chose pour moi. »

"But you... mais la forest est... euh... not the same... pas comme la ville... et... enfin..." tenta-t-elle de protester sans vraiment trouver de raison valable à ses protestations alors qu'elle rougissait de nouveau, visiblement mal à l'aise.

Icanthyx finit par se taire, détournant le regard du jeune mutant pour observer devant elle, observant un moment la veste posée sur elle comme une couverture. Son visage démontrait une expression complètement absente alors qu'un voile semblait posé devant ses yeux, la déconnectant complètement du monde pendant un moment. Ce comportement... étrange? Peut-être pas... après tout, elle avait bien partagé le peu de pain qu'elle avait avec Sairoh et Zerrat à leur première rencontre, ce n'était peut-être pas si étrange. En fait, elle aurait peut-être du s'y attendre un peu, après tout, Lelfic n'était visiblement pas comme tout ces gens vivant dans ce monde dit développé et il l'avait même expliqué. Donc il était plus logique d'appliquer à ce jeune homme la même notion de solidarité qu'à ceux qu'elle avait croisé lors de son voyage. Aussi... en même temps, une autre idée lui venait en tête, bien qu'elle n'était trop sûr de devoir y croire ou non: peut-être son frère lui avait-il envoyé ce jeune mutant pour lui apporter le peu de chaleur qu'il ne pouvait lui apporter sur le moment. C'était un raisonnement sans aucune trace de fondement, venant sans doute d'une jeune fille ayant plus de mal à se défaire du passer qu'elle ne l'aurait espéré, mais ce raisonnement la faisait sourire et fit en sorte qu'une expression des plus paisibles prenne place sur son visage alors qu'elle fermait les yeux, reconnaissante... mais sans trop savoir envers qui elle devait l'être.

La fatigue faisait en sorte que ses paupières soient lourdes contre ses yeux... si lourdes... Mais elle ne pouvait pas s'endormir, malgré les douces images rassurantes qui venait à son esprit et la solitude rompue. D'une certaine manière, cette fois, c'était elle qui ne voulait pas s'endormir... elle voulait profiter encore un peu de ce bien être, de ce moment où elle était faible sans être dégoûté par elle-même et où elle acceptait de faire confiance à cet être à ses côtés. Et en cet instant, cette jeune être au regard dépareillé espérait de tout cœur que le Destin ne fasse pas avec Lelfic ce qu'il avait fait Holmes... le séparer d'elle alors qu'elle s'y était attaché beaucoup trop tôt.


« C’est la vie. »

La jeune fille entrouvrit les yeux, arrivant tout juste à voir le Français (ça se reconnait à l'accent) du coin de l'œil, ne sachant pas vraiment quoi ajouter. Bien que peut-être... devrait-elle s'excuser de sa réaction précédente. En temps normal, elle se serait déjà excusé au moins une dizaine de fois, mais en ce moment, la fatigue devait lui avoir embrouillé l'esprit tout autant que le bien-être. Toutefois, au lieu de parler tout de suite, Icanthyx prit un moment pour traduire de l'anglais la phrase qu'elle souhaitait dire, la fatigue l'empêchant de lui laisser la possibilité de le faire aussi instantanément qu'elle le voudrait. C'était tout de même incroyable de voir à quel point elle avait perdu l'usage de sa langue maternel et ce, aussi rapidement.

"Je suis désolé pour ma reaction de tout à l'heure..." commença-t-elle d'une voix beaucoup moins forte (bien qu'on ne puisse pas dire qu'Icanthyx ait jamais eu une voix forte) que normal. "Je suis venue à New-York pour trouver quelqu'un et... et comme il s'agit de la seule personne que je connais ici... enfin excepte you now... maintenant... j'ai cru que était lui. ...désolé."

En parlant, elle n'avait pas vraiment bougé la tête, il fallait seulement espérer qu'il ne croit pas qu'elle était désintéressé ou qu'elle ne voulait pas le voir ici, bien au contraire. Sans doute devrait-elle le mentionner... juste au cas où.

"But hum... Mais ça ne veut pas dire que je veux pas te voir, au contraire... enfin... pas que... mais... euh... ah well..."

Finit-elle par soupirer, encore plus mal à l'aise qu'elle ne l'était déjà. Elle ne voulait pas lui avouer qu'elle souhaitait le revoir, elle ne voulait pas l'empêcher de suivre la route qu'il désirait. Mais elle ne voulait pas non plus le vexer et elle ne savait pas du tout comment s'y prendre pour le moment. Quoi dire... quoi ne pas dire... ne pas parler la même langue était plus simple en fait. Les mots sont souvent traitre et ne disent jamais ce qu'on veut vraiment, seule l'expression et le ton de voix peuvent l'indiquer. Bien sûr, le fait qu'Icanthyx soit légèrement plus neutre au naturel que les autres n'aide pas vraiment à identifier clairement ce qu'elle souhaite faire comprendre, c'était déjà mieux que rien. Il fallait espérer que ça fasse l'affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelfic
3ème année - Elève sérieux
3ème année - Elève sérieux
avatar

Nombre de messages : 141
Age : 31
Age du perso : 18
Langues parlées : Français
Pouvoir du perso : Focus sur les flèches
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: [New-York]Laisser le passé pour un nouvel avenir [PV]   Lun 24 Aoû - 16:02

Lelfic se sentit plutôt gêné lorsqu’Icanthyx s’excusa de sa réaction, expliquant qu’elle l’avait pris pour quelqu’un d’autre. Il ne voyait pas de raison de s’excuser car il n’y avait rien à excuser, et il trouvait sa réaction quelque peu incongrue. C’était le genre de détails auxquels il ne prêtait pas vraiment d’importance et qu’il balayait d’une simple pensée.

« Ce n’est rien. » Affirma-t-il dans un murmure aussi faible que l’était la voix de la jeune fille.

Elle apporta alors une précision supplémentaire et elle n’était manifestement pas à l’aise du tout en disant qu’il ne la dérangeait pas. Mais cette déclaration lui fit chaud au cœur et c’était vraiment quelque chose d’agréable dans une situation comme celle-ci où il s’était vu rejeté par son amie. Cependant, comment devait-il réagir en la circonstance ? Il n’en avait pas la moindre idée. Devait-il manifester la gratitude que cela lui inspirait ? Lui dire merci ? Incapable de trouver quelque chose d’adéquat, les secondes s’écoulèrent et il resta muet.

Le silence dura un moment puis…

« Je n’ai plus qu’à retourner à la Faculté. Je n’ai que ça. Il n’y a que là-bas que je suis accepté. »

Il se tut un moment. L’endroit était calme à présent. La Ville qui ne Dort Jamais semblait somnoler quelque peu à cette heure matinale. Le sort était bien cruel et vie bien rude, mais à la Faculté, il pouvait se sentir chez lui, et personne ne le rejetait parce qu’il était un mutant. Pas comme dans le reste du monde où l’aversion est si forte qu’elle peut déchirer en un battement de cœur des liens solides qu’on croyait éternels. Lorsqu’il parla, il regardait la boîte de son arc posée à côté de lui, et sa voix tremblait, altérée par tout ce qu’il avait encaissé dans la soirée.

« Comment ai-je pu croire qu’elle m’accepterait, un mutant ? Comment ai-je pu penser qu’elle regretterait sa mort ? »

Ces questions n’attendaient bien sûr aucune réponse, c’était juste l’expression de ce qu’il ressentait. Aussitôt qu’il eut prononcé ces mots, il reçu un choc, comme si prononcer les faits de façon audible les avait rendu plus réels. Le jeune homme posa son menton sur ses genoux ramenés contre sa poitrine et son regard se perdit dans le vague.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icanthyx Aizawa
2ème année - Elève
2ème année - Elève
avatar

Nombre de messages : 26
Age du perso : 18 ans
Langues parlées : Français, anglais, espagnol, hindi (pour les détails, voir fiche)
Pouvoir du perso : effacer ce que vous voyez
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Re: [New-York]Laisser le passé pour un nouvel avenir [PV]   Sam 29 Aoû - 4:17

Rentrer à la Faculté... Bien qu'Icanthyx n'avait pas la prétention de dire qu'elle connaissait assez le jeune mutant installé à ses côtés pour pouvoir le dire, elle trouvait tout de même que c'était ce qu'il y avait de mieux pour lui. En effet, si cette endroit avait su lui apporter ce qu'il cherchait et cette sensation de bien être qu'elle avait trouvé en voyageant, c'était ce qui était de mieux. Mais en se disant cela, la jeune fille ne pouvait s'empêcher de se demander ce qui serait vraiment bon pour elle-même en fait. Elle avait beau se dire que de trouver un foyer et de ne pas vivre dans les rues étaient le mieux pour cette nouvelle rencontre... mais n'en était-il pas de même pour elle qui avait le même âge? Après tout, cela avait l'air un peu idiot de penser à cela maintenant... mais Angelos n'avait pas une fois cessé d'insinué qu'il serait mieux pour elle de chercher à s'établir une fois qu'ils seraient à New-York. Sans doute était-ce seulement parce qu'il cherchait quelqu'un pour faire le voyage jusque là et s'établir lui-même ou bien pour d'autres dessins encore plus douteux... mais qu'importe ce qu'il avait tenté de faire ou sa réaction, rien ne venait vraiment effacer le reste du voyage et les souvenirs gravés par le plomb et le fusain sur papier. En fait, il fallait avouer que cette artiste de rue n'avait en vérité aucune idée de ce qui était bon pour elle où non, malgré la tentation de continuer ça route... mais sans destination.

« Comment ai-je pu croire qu’elle m’accepterait, un mutant ? Comment ai-je pu penser qu’elle regretterait sa mort ? »

Elle...? Sa mort...?
Non, bien sûr que ses mots n'étaient pas adressé à elle. Elle ne connaissait pas l'identité des gens y étant mentionné, bien que se doutant un peu que 'elle' soit Laure, considérant qu'il était venu la retrouver à New-York et qu'il ne semblait pas particulièrement connaître d'autres New-yorkais. Toutefois il ne suffi à Icanthyx que de tourner la tête pour voir l'impacte de ses mots sur Lelfic et le poids de ce qu'il ressentait. Ce n'était pas bien compliquer à comprendre et bien qu'elle ne puisse vraiment savoir exactement à quoi était du cette situation, l'artiste de rue préféra apporté un peu de soutient à ce jeune homme qui semblait tant en avoir besoin, sans doute bien plus qu'elle sur le moment. Elle ne lui demanderait rien, jugeant qu'elle pouvait agir sans en savoir plus et qu'il était préférable qu'il parle si et seulement si il en avait envie. De toute façon, pour apporter du soutient, aucun mot n'est nécessaire... comme pour bien des choses en fait.

Souriant doucement, chaleureusement et laissant briller son œil vivant, la jeune mutante au physique à l'image de son pouvoir posa simplement sa main petite main sur l'épaule de Lelfic. Non, il ne s'agissait pas d'une large étreinte et encore moins des mains chaudes et réconfortante d'un être cher: il s'agissait de la main froide d'une itinérante et voyageuse clandestine rencontré en cours de route. Mais au moins, ça avait le mérite d'avoir la même intention que n'importe quel acte de soutient rempli de chaleur humaine cherchant à apporter ne serait-ce qu'un peu de réconfort; et dans une nuit fraiche comme celle-ci, un peu de chaleur n'était pas de trop. Bien sûr, Icanthyx ne serait pas celle qui utiliserait ses bras pour ce genre de message, mais ça... c'était déjà beaucoup de sa part; surtout quand on sait qu'encore seulement quelques mois plus tôt, elle évitait tout contacte physique.

Et elle ne dirait rien. C'était complètement inutile, surtout en considérant que cet acte parlait de lui-même. Et puis... que pourrait-elle dire? Icanthyx n'avait aucune idée de la situation dans laquelle était pris ce jeune mutant et elle ne pouvait pas mentir en disant cette fameuse phrase toute faite disant: "je sais ce que tu ressens", puisqu'elle n'en avait aucune idée. Personne ne l'avait rejeté parce qu'elle était une mutante: son frère était mort avant que sa mutation ne s'éveille et elle n'avait été proche de personne d'autre avant le début de son voyage. S'enfuir de chez-elle n'avait rien à voir avec sa mutation... en fait, elle lui avait été utile donc quant à savoir ce que pouvait ressentir Lelfic qui avait visiblement été rejeté pour ce qu'il était par une personne cher... elle n'en avait aucune idée. Si non... elle ignorait qui était mort, donc même si elle connaissait ce sentiment de perte déchirante... elle ne pouvait encore pas vraiment rien en dire. C'est donc pourquoi pour le moment, et aussi longtemps qu'il en aurait besoin, Icanthyx resterait simplement... là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelfic
3ème année - Elève sérieux
3ème année - Elève sérieux
avatar

Nombre de messages : 141
Age : 31
Age du perso : 18
Langues parlées : Français
Pouvoir du perso : Focus sur les flèches
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: [New-York]Laisser le passé pour un nouvel avenir [PV]   Dim 30 Aoû - 1:49

Le flux des pensées du jeune homme ne le menait nulle part et le laissait tourner en rond dans une obscurité qui n’avait rien de confortable, et cela n’avait absolument rien à voir avec le fait qu’il fasse encore nuit. Il ne parvenait pas à chasser de devant ses yeux l’image de Laure regardant Sylvain se faire tuer sans réagir, ni à fermer ses oreilles à sa voix disant tranquillement que les mutants méritaient de mourir. Le silence dans le parc était lourd, angoissé et il semblait étouffer ce qui l’habitait. Lelfic sentit une main légère se poser sur son épaule, mais il ne dit rien, il n’y avait rien à dire, ni ne fit rien. Rien d’autre que rester là, assis, le front sur ses genoux.

Il s’était tellement attendu à ce que Laure demeure celle qui avait partagé son enfance, il avait cru avec un tel optimisme que c’en était presque stupide. Bien sûr, il savait que cela pouvait arriver, mais c’était comme s’il le savait sans y croire. Ces mots qu’il avait prononcés avait donné une certaine réalité aux évènements, et Lelfic ployait sous le poids de cette réalité, écrasé par la tangibilité de ce qui s’était passé. Laure n’avait pas dit explicitement qu’elle reniait Lelfic, mais elle avait été assez claire : elle considérait les mutants comme une source de mal et pensait que leur mort était une bonne chose. La pire crainte de Lelfic s’était révélée fondée : il n’avait pas imaginé ou mal interprété ce regard avec lequel elle avait regardé le lynchage de son meilleur ami, elle avait véritablement rayé Sylvain de sa vie, tranché en un clin d’œil tous les liens qui l’unissait à un mutant avec qui elle avait partagé ses joies et ses secrets.

Lelfic ne fit aucun mouvement pour faire savoir qu’il appréciait l’attention de la jeune fille, ce contact ténu semblait irréel, presque plus faible que la caresse d’une brise fatiguée. Le front sur ses genoux, il regardait à l’opposé d’Icanthyx, et ses épaules étaient secouées de sanglots silencieux. Il ressentait une douleur presque physique en voyant s’effondrer le seul espoir de réconfort après qui il avait courut depuis l’autre côté du monde. Tout ce qu’il renfermait de mauvais lui revenait en même temps, comme un terrifiant raz-de-marée cherchant à le submerger au moment où il était le plus vulnérable. Sa culpabilité pour la mort de Sylvain qu’il n’avait pas pu empêché, resté figé sur place par le choc, l’incrédulité en voyant que la vie à l’orphelinat avait très vite repris son cours et que tout le monde agissait comme si le joyeux drille de l’établissement n’avait jamais évité, le souvenir de la cruelle indifférence de Laure devant l’agonie de son meilleur ami, cette pénible impression d’être le seul à conserver vivante la mémoire d’un garçon formidable qui avait rempli leur vie de rires et que tout le monde semblait déterminé à oublier au plus vite, la douleur de la déchirure le jour où il abandonna son foyer au milieu de la nuit de peur qu’on découvre qu’il était aussi un mutant, ces longues années de vie sauvage dans le froid et la rudesse, accompagnée de la famine et de la fatigue, persuadé qu’il était traqué par le monde entier en permanence, ces accès de pure et simple terreur chaque fois qu’il avait cru être découvert. Tout ce qu’il s’efforçait de garder enfoui remonta à la surface et l’assaillit comme une armée chargeant un homme seul et sans arme. Des larmes brûlantes comme un feu liquide coulaient sur ses joues et ses pleurs n’avaient plus rien de silencieux à présent. Oppressé, écrasé, il sentit comme après la mort de Sylvain toutes ces afflictions déferler sur lui comme si une digue avait cédé, le broyant dans la puissance de leur flot.

Les larmes lui brûlaient les yeux et donnaient l’impression de creuser de cuisants sillons sur ses joues, et il était incapable de les arrêter, incapable de retenir ses sanglots, et il pleura comme jamais il ne l’avait fait depuis ce jour cent fois maudit où Sylvain était mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icanthyx Aizawa
2ème année - Elève
2ème année - Elève
avatar

Nombre de messages : 26
Age du perso : 18 ans
Langues parlées : Français, anglais, espagnol, hindi (pour les détails, voir fiche)
Pouvoir du perso : effacer ce que vous voyez
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Re: [New-York]Laisser le passé pour un nouvel avenir [PV]   Mer 2 Sep - 5:16

Icanthyx ne savait pas quoi faire sur le moment. Son esprit fatigué lui apportait sans cesse des images du passé, faisant une transition entre le moment présent et ce qu'elle avait un jour vécu, mais en inversant les rôles. Que dire, que faire... où était la barrière entre l'acceptable et inacceptable? Avant, lorsqu'elle était plus jeune et dans les débuts de sa vie telle qu'elle s'en souvenait, dans ses moments de vulnérabilité, son frère l'aurait simplement pris dans ses bras sans rien dire jusqu'à ce que tout soit passé et vice versa; c'était leur solidarité. Toutefois, c'était assez différent dans le cas présent: Lelfic n'avait rien de son frère et le Central Park n'avait rien de la petite chambre au planché de bois secrètement annexé à celle du défunt. Autre chose aussi, cette orpheline se souvenait fort bien de tout ce vide qu'elle avait ressenti à la mort de Kai et elle se souvenait d'au combien elle aurait eu besoin de quelqu'un pour la soutenir dans cette misère. À l'époque, elle était devenue la plus vieille de la "famille" Tinkler et elle avait du prendre le rôle de son frère pour les trois autres plus jeune et se montrer forte. Sans compter que sa nature endoctrinée était des plus fermée et à l'exception de la nuit, rien ne venait lui tenir compagnie lors de ses nombreuses nuits d'insomnie. Ainsi donc, cette jeune fille plutôt chanceuse d'avoir développé une mutation plutôt qu'un trouble de la personnalité savait à quel point il était nécessaire de se faire épauler lorsqu'il était question de la mort d'un être cher. Toutefois... encore une fois, elle n'était rien de plus pour Lelfic qu'une itinérante rencontré sur le chemin ayant déjà été à l"école" qu'il fréquentait sur le moment.

"Ça va aller..." murmura-t-elle en resserrant un peu sa main sur son épaule, "tu ne me crois peut-être pas maintenant... mais ça va aller..."

Sa voix était beaucoup plus douce que ce que le nouvel élève de la Faculté avait pu entendre jusqu'à présent. Elle cherchait à démontrer une certaine forme de réconfort de par sa simple voix, sans y mêler les gestes par respect et pour la simple et bonne raison que ce n'était pas très approprié, même si la solidarité était dans la nature humaine. Car au fond, elle le savait très bien, cette artiste de rue ne pouvait rien faire pour Lelfic, tout comme il ne pouvait rien faire pour elle; ils n'étaient que deux étrangers à partager une fraction de leur vie, faisant en sorte que cette étrange rencontre ne reste pas anonyme et prenne un certain temps avant de s'effacer de leur mémoire. Mais ils restaient tout de même des inconnus et des visages, seulement, Icanthyx était présente au moment où ce jeune homme du même âge environ en avait besoin et où l'esprit de cette jeune mutante était assez embrumé pour qu'elle puisse oublier de faire preuve de retenu. C'était le hasard qui avait voulu cette situation et toute les autres; donc, même si Icanthyx se préoccupait vraiment de Lelfic en ce moment... il n'en restait pas moins que cette notion devait être prise en compte.

La vie avait été étrange, était étrange et resterait à jamais étrange; c'était ainsi et personne ne pourrait jamais en changer. Pour preuve, elle avait poussé une intellectuelle à s'enfuir et à faire de sa vie un voyage infinie sans but précis qui ne pourrait jamais vraiment lui apporter ce qui lui manquait. Elle avait également poussé cette même itinérante à croiser un jeune homme avec qui la vie s'était tout autant amusé et qui avait trouver le même havre de paix qu'elle avait croisé pendant un court temps. C'était les joies d'un Destin flou et loin d'être fixe qui suivait cette jeune mutante tout aussi flou et tout aussi instable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelfic
3ème année - Elève sérieux
3ème année - Elève sérieux
avatar

Nombre de messages : 141
Age : 31
Age du perso : 18
Langues parlées : Français
Pouvoir du perso : Focus sur les flèches
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: [New-York]Laisser le passé pour un nouvel avenir [PV]   Ven 11 Sep - 23:05

Après un temps qui avait du paraître infiniment long à Icanthyx, les sanglots du jeune homme perdirent en intensité pour redevenir silencieux et finir par s'estomper complètement. Une telle démonstration devant témoins n'était pas chose courante de la part du jeune archer, mais il faut dire qu'à l'époque où d'autres auraient pu le voir, il n'avait aucune raison de se trouver dans cet état. Ses larmes se tarirent et il se mura dans un long silence où tournaient des ombres qui s'approchaient à la lisière de son champ de conscience, mais un vide salvateur s'était maintenant emparé de lui, laissant son esprit flotter dans un néant où plus rien n'existait d'autre qu'un noir profond et complet. Ses yeux envoyaient toujours des informations à son cerveau mais celui-ci ne semblait pas transmettre le message jusqu'à la conscience de Lelfic qui avait l'air absent, le regard dans le vague, les joues encore humides et les yeux rougis.

Puis au bout d'un temps qu'il était impossible d'évaluer, il revint à la surface, et la peine l'entoura à nouveau comme si elle l'avait attendu en embuscade à la sortie de son refuge. Mais elle n'était plus aussi vive, comme étouffée, légèrement distante. C'était une étrange sensation qui la tenait en sourdine , comme une chaleur lui indiquant que les ténèbres n'étaient pas impénétrables et qu'il y avait quelque chose au-delà. Il regarda autour de lui et se souvint qu'Icanthyx était toujours là. Cette étrange sensation, c'était la main de la jeune fille serrée sur son épaule. Il regarda un moment les yeux dépareillés de la jeune artiste puis leva à nouveau les yeux vers le ciel qui s'était beaucoup éclaircit. Lorsqu'elle retira sa main, il se leva et dit :

« Je suis désolé... pour ça. »

Il marcha quelque pas d'une allure tranquille, puis se retourna vers Icanthyx avant de revenir s'appuyer contre le tronc d'arbre tout en restant debout. Puis un long silence passa, encore. Mais une fois encore, il n'avait rien d'un de ces silences gênés que les gens éprouvent le besoin de combler, le plus souvent par une bêtise encore plus gênante. Non c'était un silence simple, un instant de calme où les mots étaient superflus. Ce moment passé, le jeune homme repris la parole.

« Je n'ai plus qu'à retourner à la Faculté maintenant. Mais je dois d'abord dire adieu à Laure, je le lui ai promis. »

Il se demanda vaguement ce qu'Icanthyx ferait de sa journée, et dans un avenir plus lointain. Elle avait été à la Faculté, et en comparaison avec le reste du monde, c'était un vrai paradis, alors pourquoi n'y retournerait-elle pas, elle aussi. Aussitôt que cette pensée se fut formée dans son esprit, Lelfic la trouva incongrue. Si Icanthyx voyageait loin de ce sanctuaire pour les mutants, elle devait certainement avoir ses raisons et elle y retournerait lorsqu'elle en aurait envie. Cependant, il se surpris à imaginer la jeune fille dormant dans un lit confortable dans une des chambres du deuxième étage, ou à se promener dans le parc en dessinant ce qu'elle voyait, et il trouva que ce genre de situation semblait beaucoup plus normale, ou tout du moins appropriée, que de la voir arpenter les rues bondées de cette immense cité polluée et surpeuplée où jamais le calme ne trouvait sa place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icanthyx Aizawa
2ème année - Elève
2ème année - Elève
avatar

Nombre de messages : 26
Age du perso : 18 ans
Langues parlées : Français, anglais, espagnol, hindi (pour les détails, voir fiche)
Pouvoir du perso : effacer ce que vous voyez
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Re: [New-York]Laisser le passé pour un nouvel avenir [PV]   Sam 26 Sep - 4:32

Il n'avait pas à s'excuser. Après tout, ce n'était qu'une réaction normal face à un évènement insupportable ou bien à un trop plein de situations incontrôlables. À vrai dire, Icanthyx était plutôt soulagé que cet élève se sente "mieux" si on pouvait le dire ainsi. Enfin, à défaut de pouvoir dire mieux, elle pouvait au moins dire que ce n'était plus aussi intense qu'au départ et qu'il était capable de reprendre le fil du temps et de la réalité. Qu'importe le temps qu'il fallu, ce n'était pas le temps qui manquait et, après tout, cette jeune artiste de rue n'avait pas l'énergie de faire autre chose à ce moment de la nuit. Ce mélange de fatigue, de faim et de découragement flottait toujours en elle, bien qu'elle était présentement à un stade où elle ne sentait plus la faim, mais bien seulement le manque d'énergie flagrant créé par celle-ci. Enfin, au moins Lelfic semblait se reprendre alors qu'il se dégourdissait les jambes, s'il allait bien (façon de parler), c'était déjà ça de gagné et la nuit n'était pas complètement noire.

« Je n'ai plus qu'à retourner à la Faculté maintenant. Mais je dois d'abord dire adieu à Laure, je le lui ai promis. »

La jeune mutante haussa les épaules et observa le vide un moment, agissant comme si ce moment n'était jamais arrivé. La raison de cet acte était assez facile à comprendre: s'être laissé aller à pleurer devant quelqu'un qu'il connaissait à peine devait être assez gênant pour Lelfic et Icanthyx ne comptait pas rendre le moment plus gênant pour lui qu'il ne l'avait été. Néanmoins, malgré son état d'esprit assez vaporeux sur le moment, l'artiste de rue au regard si étrange à chercher à suivre l'idée de son avenir. Flâner encore dans les rues à chercher à vivre, ne pas savoir ce que lui attendait le lendemain et sentir encore le froid contre sa peau. Pour le moment, la perspective de passer les prochaines nuits au cœur de New-York avec pratiquement rien était la seule chose qu'elle pouvait concevoir, considérant qu'elle refusait de se diriger vers l'Afrique sans avoir retrouvé Sairoh et Zerrat. Toutefois... passer encore une nuit comme ça... puis une autre... et encore une autre... elle n'était pas trop sûr de l'apprécier. Sans compter que l'image d'un foyer bien chaud et d'un lit normal se dessinait à son esprit. C'était vrai... depuis son départ, elle n'avait plus dormis dans un lit confortable; rien de plus qu'une couchette dure qui se révélait un luxe à ses yeux. Vivre dans le luxe d'avoir un toit, à savoir si elle le méritait ou si elle serait à l'aise d'y retourner également. Ou alors peut-être était-ce la perspective de devoir de nouveau entreprendre un voyage sur un bateau cargo qui l'empêchait de prendre la route vers le premier endroit l'ayant accueillit depuis son "éveil".

Que faire alors...? Elle ne voulait pas partir sans retrouver Holmes, c'était une évidence, mais continuer à vivre au cœur de New-York était loin de l'enchanter. Elle s'était déjà promis de ne pas retourner dans un pays civilisé à l'exception de cette ville pour un temps limité, mais maintenant le temps limité commençait à s'allonger drôlement. Et puis, si ça se trouvait... "ils" n'étaient peut-être plus à New-York, mais bien ailleurs au pays ou alors quelque chose était arrivé et, puisqu'ils passaient pour "des" itinérants, personne n'en avait parlé, laissant Icanthyx chercher en vain. La jeune mutante finit par fermer les yeux un instant alors qu'elle se frottait le front comme pour s'aider à se remettre les idées en place. Décidément... son esprit était beaucoup trop vaporeux pour qu'elle puisse évaluer clairement ce qu'elle voulait et ce qui était le mieux pour elle.

Car ça aussi, c'était un problème! Après tout, continuer à vivre de liberté et apporter son aide en Afrique était tout à fait louable et n'était pas bien plus dangereux que le reste de son voyage. Elle ne ferait que vivre au rythme et aux conditions des gens du pays où elle arriverait, rien de mal. Si non, elle pouvait rester à New-York, ce qui pouvait facilement devenir plus dangereux si elle restait dans les rues... donc il faudrait sans doute trouver une solution à ce problème. Ou alors, elle pouvait retrouver le confort... mais c'était si injuste en comparaison aux gens qu'elle avait croisé sur son chemin, pourquoi elle et pas eux? La jeune mutante se frotta de nouveau le front... mauvaise idée de tenter de penser ce soir.


"You're lucky to... Tu es chanceux d'avoir les idées claires." fit-elle en décrochant ce qui semblait être un sourire.

Aussi, pendant cette courte pause, elle lui tendit sa veste, se disant que s'il voulait aller faire ses adieux avant de repartir, qu'il en aurait besoin. Elle s'arrangerait, comme toujours, et ferait avec la situation jusqu'à ce qu'elle trouve une solution qui soit moindrement hygiénique.


"Merci... mais tu vas en avoir besoin."

Et elle? Boaf... elle trouverait bien avant qu'il ne soit trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelfic
3ème année - Elève sérieux
3ème année - Elève sérieux
avatar

Nombre de messages : 141
Age : 31
Age du perso : 18
Langues parlées : Français
Pouvoir du perso : Focus sur les flèches
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: [New-York]Laisser le passé pour un nouvel avenir [PV]   Mar 27 Oct - 17:08

Les idées claires ?! C’était bien ce qu’elle avait dit ? A ce instant, il n’avait pas du tout l’impression d’avoir les idées claires, bien au contraire. Car il n’était pas aussi résolu que ses mots le laissaient entendre, il hésitait toujours. Sa décision était-elle la bonnes ? Ne choisissait-il pas le mauvais chemin ? N’agissait-il pas de façon trop précipitée ? En vivant dans la nature, contraint de chasser pour se nourrir, il avait appris souvent à ses dépends, que d’agir trop précipitamment pouvait faire la différence entre vivre avec la fin au ventre ou mourir de faim, au sens propre. Partir si vite alors qu’il venait d’arriver était peut-être une erreur…

Non, Laure avait été on ne plus claire : elle ne pouvait pardonner aux mutant le pécher qu’ils commettaient en vivant, même si ces mutants étaient autrefois leurs amis. Elle lui avait très clairement fait comprendre qu’elle estimait le sort de Sylvain justifié. Et si c’était le cas alors… elle estimerait probablement que Lelfic méritait le même destin si elle apprenait qu’il était un mutant. Le jeune homme avait perdu son amie, mais il valait mieux pour tout le monde qu’il parte avant que Laure perde aussi le sien. Elle croirait qu’il menait sa vie de son côté comme un humain normal, qu’il n’était pas, et la vie continuerait.

C’est ce que la raison lui dictait, mais pourtant, il avait du mal à prendre une telle décision, à partir en abandonnant derrière lui le dernier pan de son passé nouvellement retrouvé. Et à retourner vivre sans s’être le moins du monde débarrassé des angoisses qui le tourmentaient. D’une certaine façon, cela l’avait apaisé, car le doute et la crainte avaient laissé place à la certitude. Mais c’était une terrible certitude, terrible et douloureuse, qui arrachait au jeune homme les dernières racines restées dans le sol de son ancienne vie.

Non, il n’avait pas les idées claires, mais il ne voyait rien d’autre à faire, alors il allait le faire. Lelfic récupéra sa veste que lui tendit Icanthyx. Contrairement à ce qu’elle disait, il doutait d’avoir plus besoin qu’elle de ce vêtement mais il ne voyait pas trop comment refuser de récupérer ce qui, à la base, lui appartenait. Il ramassa la boîte contenant son arc, il était prêt. Il fit quelques pas puis se retourna pour parler à la jeune artiste.

« Au revoir Icanthyx. J’ignore pourquoi tu voyages alors que la Faculté nous offre un foyer agréable et sécuritaire, mais j’espère que tu y reviendras un jour et que nous pourrons nous revoir. »

Puis il tourna les talons en vue quitter Central Park et de retourner à l’appartement de Laure avant qu’elle ne parte travailler. Si elle le voyait partit en ayant emporté ses affaires, il penserait logiquement qu’il avait rompu sa promesse et ne comprendrait pas pourquoi. Dans ce voyage, il n’avait pas trouvé la sérénité qu’il espérait, mais au moins ferait-il son possible pour sauvegarder celle de son amie d’autrefois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icanthyx Aizawa
2ème année - Elève
2ème année - Elève
avatar

Nombre de messages : 26
Age du perso : 18 ans
Langues parlées : Français, anglais, espagnol, hindi (pour les détails, voir fiche)
Pouvoir du perso : effacer ce que vous voyez
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Re: [New-York]Laisser le passé pour un nouvel avenir [PV]   Sam 31 Oct - 5:21

Icanthyx observa le jeune homme reprendre sa veste, réalisant tout juste qu'il devait bien s'agir de la dernière fois qu'elle verra cet être un jour. Bien sûr, elle pourrait le revoir en le suivant jusqu'à la Faculté, faire comme le lui avait indirectement semé Angelos pendant tout son voyage et peut-être enfin vivre un semblant de vie normale. Toutefois... elle avait le sentiment que ce n'était pas juste, qu'elle n'avait pas droit à une telle vie alors que les gens qu'elle avait rencontrés vivaient de peu ou bien simplement, alors que ceux qu'elle avait rencontrés devaient travailler sans relâche pour survivre, alors que ceux qu'elle avait rencontrés n'avaient rien... Comment considérer qu'elle avait droit à une vie tranquille et saine offerte sur une plateau? Pouvait-elle considéré avoir seulement travaillé pour l'obtenir? Ou alors l'endurance serait-elle devenue une sorte de travail indirect et égoïste? Non... elle en doutait fort bien. Car si jamais cela aurait été vrai, son frère serait toujours vivant et les trois autres enfants avec qui elle avait vécus n'auraient pas eux à subir (elle le supposait) les conséquences de sa fuite. Elle ne pouvait tout de même pas la seule à avoir le droit de se libérer! Non... c'était impossible, elle ne pouvait pas... par respect pour eux.

« Au revoir Icanthyx. J’ignore pourquoi tu voyages alors que la Faculté nous offre un foyer agréable et sécuritaire, mais j’espère que tu y reviendras un jour et que nous pourrons nous revoir. »

Décider avant qu'il ne soit trop tard... avant qu'il ne s'efface et que sa seule chance de retour ne disparaisse. Mais elle n'avait pas le temps de décider en un si court laps de temps! Elle était déchirée par son corps et son esprit qui lui criaient tous deux des indications opposées! Son corps lui hurlait de l'accompagner et de cesser enfin sa fuite, de prendre du repos et d'enfin prendre soin d'elle et de son âme déchirée. Son esprit, en revanche, lui rappelait son voyage et les gens avec qui elle avait grandis, lui témoignant toute l'injustice de l'offre de Lelfic comme une masse accablante de vérité. Que faire... elle ne pouvait pas choisir en une fraction de seconde, pas alors que cet élève qui commençait à partir lentement... mais trop rapidement pour elle.

Non... il ne pouvait pas...! Il ne pouvait pas partir tant qu'elle n'avait pas encore prise ça décision. Mais elle ne pouvait tout de même pas l'empêcher de vivre et de suivre sa route, c'était bien ce qu'elle avait fait depuis son départ de Montréal. Il ne lui restait donc qu'une chose à faire... mais cela allait lui en demander beaucoup. Néanmoins, elle n'avait plus le choix... elle était consciente qu'il n'y avait pas d'autres alternatives si elle voulait s'assurer de marcher sur la bonne voie.


"Est-ce que..." fit-elle en se relevant dans la lenteur témoignant de la faiblesse de son corps, "...est-ce qu'on a droit d'accepter une vie aisée alors que les êtres qui nous sont chers n'y ont pas droit?"

Demander de l'aide... voilà bien tout ce qu'il lui restait à faire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelfic
3ème année - Elève sérieux
3ème année - Elève sérieux
avatar

Nombre de messages : 141
Age : 31
Age du perso : 18
Langues parlées : Français
Pouvoir du perso : Focus sur les flèches
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: [New-York]Laisser le passé pour un nouvel avenir [PV]   Dim 1 Nov - 3:57

Le jeune homme avait déjà tourné les talons et marché quelques pas, il était déjà presque hors de portée de la voix peu assurée d’Icanthyx lorsque celle-ci lui fit stopper sa marche et se retourner. Elle venait de lui poser une question qui le prit au dépourvu et à laquelle il se voyait bien incapable de répondre. Sous quelles conditions pouvait-on accepter de mener une vie aisée ? Lelfic n’avait même pas songé qu’il puisse y avoir des conditions pour ça, il n’avait même pas imaginé qu’on puisse ne pas avoir le droit. Pourquoi devrait-on refuser. Des êtres chers… En dehors de Laure qu’il devait laisser dans les débris de son passé, il n’avait plus d’êtres chers avec qui comparer sa vie, sauf peut-être à la Faculté. Serais-ce à cela que pensait la jeune fille en parlant de vie aisée ? Pensait-elle vraiment qu’elle n’avait pas le droit d’avoir un foyer où être heureux et en sécurité parce que des personnes qu’elle connaissait n’avaient pas cette chance ?

Pour Lelfic, cela semblait une considération saugrenue, c’était comme… comme tuer son gibier et refuser de le manger sous prétexte que le loup solitaire à l’autre bout de la forêt n’avait pas attrapé sa proie. C’était du gâchis. Le jeune homme chercha ses mots un moment avant de finalement formuler une réponse.

« Je pense que… si on devait chacun attendre que les autres soient heureux pour l’être à son tour, alors le monde entier serait un océan de malheur, tu ne crois pas ? Pour avancer dans la vie, on doit faire nos propres choix, construire notre propre bonheur et saisir les chances qui peuvent se présenter à nous, sans se faire l’esclave des besoins des autres, sans s’infliger un malheur qui ne changerait rien à ce que vivent les autres. »

Il n’était pas certain d’avoir réussi à exprimer correctement le fond de sa pensée, ses propos lui semblant un peu confus même à ses propres oreilles. Un nouveau moment de silence s’installa entre eux dans le calme relatif de l’aube naissante, comme si le cours de l’histoire s’était figé un instant dans l’attente de ce que chacun ferait. Lelfic devait vraiment partir, il devait revenir à l’appartement de Laure avant qu’elle parte travailler et s’il trainait trop, il finirait par arriver trop tard. Mais d’un autre côté, il rechignait à devoir laisser Icanthyx derrière lui. Elle était apparemment un peu déboussolée par il ne savait quoi, et il aurait voulu pouvoir la soutenir, sans avoir la moindre idée de comment faire. Il avait conscience que s’il partait maintenant, il ne la reverrait probablement plus, et cette idée ne l’enchantait pas vraiment, loin de là. Il ne la connaissait que depuis très peu de temps, n’ayant passé avec elle que quelques courtes heures, pourtant il avait l’impression de quitter une amie. Mais…

« Je dois vraiment y aller ou je vais finir par arriver trop tard. »

Le temps de quelques secondes d’hésitation et il prit sa décision. Il revint près d’Icanthyx, ouvrit la boîte contenant son arc et y plongea la main pour en sortir une flèche à l’empennage coloré de bleu et de vert un peu ternis par les années. Alors il prit une main de la jeune fille, y déposa le projectile et referma dessus les doigts de cette dernière.

« Garde-la avec toi. Elle me permettra de te retrouver où que tu ailles, même à l’autre bout du monde. »

Etait-il en train de rêver ? Non, il était bien en train de donner à la jeune fille une de ses précieuses flèches qui l’avaient accompagné depuis sa plus tendre enfance. Une de ces douze flèches imprégnée d’une petite partie de lui et qu’il pouvait sentir et retrouver où qu’elles soient, les seules vraiment réceptives à son pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icanthyx Aizawa
2ème année - Elève
2ème année - Elève
avatar

Nombre de messages : 26
Age du perso : 18 ans
Langues parlées : Français, anglais, espagnol, hindi (pour les détails, voir fiche)
Pouvoir du perso : effacer ce que vous voyez
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Re: [New-York]Laisser le passé pour un nouvel avenir [PV]   Mer 4 Nov - 4:35

Être heureux... être heureux...

* * *
Des éclats de rires d'enfants dans les rues, de la peinture faite à base de plante et un petit village dans les montagnes. Assis sur une caisse de bois ayant déjà contenue des fruits, du foin, du tissu et bien d'autres choses encore, une jeune être souriait alors que quelques enfants s'attroupaient autour d'elle. Avec la couleur des plantes, l'être au teint claire faisait apparaître des images pour les enfants émerveillés, sous le regard bien veillant des parents qui finissaient leurs affaires au marché. Ils lui faisaient confiance maintenant, cette jeune être avait la bénédiction de l'une des mères de ces enfants jouant maintenant à se dessiner des fleurs sur le visage grâce à ces mêmes plantes. Rien n'étaient gaspillés, ces plantes avaient été cultivées par la nature elle-même afin d'apporter plaisir et bonheur à ses enfants qui retourneraient bientôt aider leur mère aux tâches ménagères. Il en serait de même pour cette dessinatrice lorsqu'elle rentrerait chez celle qui avait la bonté de l'héberger, offrant de son temps en échange de quelques rayons de soleil.
* * *


Avancer... saisir sa chance...

* * *
Marcher ensemble sur la Place des arts, dans le parc entourant l'École Nationale du Cirque, sur le quais et les rues pavés de briques beiges du Vieux Port de Montréal... voilà ce qu'elle aimait faire après les cours, alors que son frère avait réussi à leur inventer une excuse pour ne pas rentrer directement à la maison. Elle avait toujours admiré cette manière qu'il avait de toujours chercher à faire à sa tête malgré tout ce qui leur arrivait, stipulant qu'il était et resterait le seul à décider de sa vie. Et il lui racontait des histoires grandioses, des légendes, des anecdotes, des mythes anciens, des pièces de théâtre... tout ce qu'il savait et qu'elle ne pourrait apprendre nul part ailleurs! Elle n'était peut-être pas prête à s'envoler maintenant, mais pour le moment, tout ce qui lui plaisait c'était d'apprendre à le faire tout en touchant le ciel.
* * *


Construire notre propre bonheur...

* * *
Si au moment où elle posa les pieds dans le train de banlieue pour s'évader direction Boucherville elle avait été anxieuse, au moment de partir vers les États-Unis, elle n'était que nerveuse. Au moment où elle avait passé la frontière en disant qu'elle comptait rendre visite à une de ses tantes, elle s'était sentie légère, mais remonter dans l'autobus conduisant jusqu'à New-York lui avait tiraillé l'estomac et la peur de l'échec la suivait. Toutefois... débarquer dans un New-York gris sous la pluie l'avait quelque peu rassuré, allégé... jusqu'à là laisser complètement changée au moment où le soleil montrait le bout de son nez. Un dessin plus tard, elle était dans le prochain autobus, déterminée à avancer à rejoindre le port pour passer clandestinement les frontières jusqu'à sa destination.
* * *


Les images courraient dans la tête d'Icanthyx qui observait le jeune homme face à elle, sans vraiment le voir. C'était quelque chose à quoi elle n'avait jamais pensé, bien qu'elle ait déjà réussi à accomplir beaucoup pour la petite être sans défense et sans avenir qu'elle avait un jour été. Vivre, voyager encore et encore un peu plus jusqu'à trouver un endroit qu'elle pourrait qualifier de "chez-elle". Faire le tour du monde, était-ce assez pour le découvrir? Était-ce vraiment le monde qui avait fait en sorte qu'elle se sente aussi bien? N'était-ce pas simplement ce sentiment qu'elle avait tant cherché depuis la mort de son frère? L'impression d'être accepté... de se sentir appréciée et utile...? Peut-être bien... sans doute même. Sa tête bourdonnait de souvenir et de moments heureux, pouvait-elle croire qu'elle pouvait les retrouver dans la simplicité et l'immobilité? Sans doute... sans doute oui... mais comment l'admettre? Le pouvait-elle vraiment?

Les rayons du soleil... pas encore sa chaleur, mais simplement sa lumière qui venait faire varier la perception du monde et du paysage New-yorkais.


« Je dois vraiment y aller ou je vais finir par arriver trop tard. »

"Hum...?" laissa échapper Icanthyx, distraite par l'apparition du soleil.

Décider... elle devait décider maintenant... elle n'avait pas le temps... plus le temps de penser...
Encore une fois, c'était maintenant où jamais, une occasion à prendre entre deux changements de couleur.
Non... encore une seconde d'hésitation... plus jamais... pas une autre.
Du temps, donnez-lui du temps.
Non... un signe... Elle ne voulait pas croire que ce soleil en soit un, elle n'était pas prête à bouger maintenant.


« Garde-la avec toi. Elle me permettra de te retrouver où que tu ailles, même à l’autre bout du monde. »

C'est avec surprise que la dessinatrice réalisa ce qu'elle tenait entre les mains: une flèche... Cela pouvait sembler ridicule, mais il s'agissait tout de même d'une flèche venant de la boîte que Lelfic avait toujours eu avec lui chaque fois qu'elle l'avait vue; son contenu devait être aussi important que celui de son sac. Aussi, elle se souvenait encore qu'il lui avait confié avoir vécu en forêt pendant un long moment, la couleur âgé de l'objet concordait assez bien avec la description de ce souvenir. Il venait donc de... Mais pourtant, ils ne se connaissaient que depuis si peu de temps, pourquoi maintenant? Parce que c'était la fin? NON!

N...non...?

La main d'Icanthyx se resserra un peu sur la flèche alors qu'elle se mordait la lèvre inférieur, posant le regard vers le sol. 5... 4... 3... 2... 1... Attendre quoi, elle ne le savait pas, mais elle cherchait, quelque chose, une réponse, sans trop penser. Pourtant, elle le savait déjà, sa réponse, elle la savait depuis que le soleil avait pointé son nez, lui donnant un dernier coup de pousse. Aussi, soudainement, la jeune mutant releva la tête, observant le ciel qui commençait à prendre une couleur oscillant entre le blanc, le rose, le mauve, le bleu et le jaune derrière son épaule. Il n'y avait rien derrière elle, ce n'était qu'un geste symbolique, un peu comme celui qui regarde une dernière fois son foyer avant de le quitter.
Oui, elle avait fait son choix: Icanthyx partait vers une nouvelle destination.


"Tu veux bien m'attendre à la gare d'autobus principale?" demanda-t-elle en retournant enfin la tête vers Lelfic. "J'aimerais laisser un message à quelqu'un avant de partir..."

Et sa destination... c'était chez-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelfic
3ème année - Elève sérieux
3ème année - Elève sérieux
avatar

Nombre de messages : 141
Age : 31
Age du perso : 18
Langues parlées : Français
Pouvoir du perso : Focus sur les flèches
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: [New-York]Laisser le passé pour un nouvel avenir [PV]   Ven 6 Nov - 17:32

La gare d’autobus ? Partir ? Qu’est-ce que cela signifiait ? Il en étaient aux adieux, ils allaient se séparer, aussi désagréable que ce soit, et soudain, la jeune artiste lui demandait de l’attendre, parce que qu’elle aurait quelque chose à faire avant de partir ? Partir où ? Elle allait quitter la ville elle aussi ? Probablement reprendre son voyage autour du monde. Mais pourquoi devrait-il l’attendre dans ce cas ? Se dire au revoir, ils étaient en train de le faire, alors si elle voulait qu’il l’attendre, était-ce parce qu’elle avait l’intention de voyager avec lui. Mais alors dans ce cas… elle aurait décidé de retourner à la Faculté ?! Si c’était le cas, alors pourquoi ce soudain revirement ? Et sinon, quelle autre raison pouvait impliquer une telle demande ?

Le jeune homme se sentait un peu confus, il n’osait pas tirer de conclusion qui pourrait être trop hâtive et il craignait de se méprendre sur les intentions de la jeune fille.

« Tu vas partir aussi alors ? Mais moi je ne prend pas le bus, je prend l’avion, je ne sais même pas où est la gare d’autobus. Je ne sais pas où tu veux aller mais si tu quittes la ville en bus, on doit probablement se séparer ici. Tant que tu gardes ma flèche, on aura la possibilité de se revoir, parce que je ne peux pas perdre mes flèches. »

Le jeune homme agrémenta son propos d’un léger sourire, plutôt pâle, mais c’était déjà beaucoup compte tenu de ce qu’il venait de vivre et de ce qu’il s’apprêtait à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [New-York]Laisser le passé pour un nouvel avenir [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[New-York]Laisser le passé pour un nouvel avenir [PV]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Pour le nouvel ordre mondial, la disparition de l'Eglise catholique est un impératif
» merci de prier pour un site cotnre le Nouvel Age
» [Info] Pour connaître un nouvel amour
» Accepter le passé pour vivre le présent
» CULTES RELIGIEUX - et contrôle de l'esprit - pour un Nouvel Ordre Mondial

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Faculty :: Archives :: Nouvelles archives :: Archives Reste du Monde :: Archives 2050/2051-
Sauter vers: