AccueilPortail2FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Miami] À la recherche d'Arthur Flint

Aller en bas 
AuteurMessage
Flagos Thibodeau
Mutant de classe 1
Mutant de classe 1
avatar

Nombre de messages : 18
Age : 26
Age du perso : 67 ans
Langues parlées : Français, Anglais, Russe
Pouvoir du perso : Télépathie/Télé-empathie
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: [Miami] À la recherche d'Arthur Flint   Mar 30 Juin - 5:11

«Ding! Dong!»

-(Anglais) Bonjour ici votre commandant de bord. Nous vous signalons l'approche de l'aéroport international de Miami. L'heure locale est de 14h22. American Airlines et ses partenaires vous souhaitent un bon séjour à Miami.

Flagos n'avait jamais vraiment aimé les voyages en avion. Il n'y avait jamais assez de place pour ses jambes et depuis qu'il avait passé le seuil des soixante ans, les courbatures causés par le manque s’espace étaient d'autant plus douloureuses.

Après avoir descendu de l'avion et saisi son grand sac à dos sur un tapis roulant vieux de plusieurs décennies, Flagos partit se soulager aux toilettes et sorti un micro-ordinateur de la pochette avant de son sac. Sur l'écran était indiqué une adresse : 324 avenue Parkview. Flagos poursuivit son chemin, un oeil devant lui et l'autre sur sa carte virtuelle.

L'adresse était celle d'un dénommé Arthur Flint, ex-commando américain et bon ami de Flagos et de sa défunte femme. Ils n'avaient participé qu'à une mission ensemble, celle en Corée, puisque Flagos avait été retiré des forces par la suite à cause de son état de santé précaire. Malgré cela, ils étaient restés en contact.

Arthur Flint avait fait parti des marines américains pendant plusieurs avant d'être sélectionné pour les commandos. Il avait rencontré Flagos lors de sa troisième opération, celle de Corée, et avait poursuivit celles-ci durant plusieurs des années suivantes. Durant ses dernières années d'opérations, le gouvernement américain s'était particulièrement intéressé au phénomène mutant et Flagos pensait que peut-être Flint serait prêt à lui révéler le nom de quelques contacts en souvenir du bon vieux temps. Par contre, Flagos avait peur de le contacter par e-mail puisqu'il savait que les informations auraient pu être interceptés, réduisant leur valeur à néant. Il avait donc décidé d'aller le visiter chez lui, dans son chalet en Floride.

Flagos pénétra dans les postes biométriques, puis dans les postes de douanes et se dirigea vers la sortie de l'aéroport où attendaient une armada de taxis jaunes à l'affût de touristes.


*Hum... Devrais-je... Ou peut-être... Une marche me ferait du bien je crois. Mes jambes sont plutôt engourdies.*

Il jeta un coup d’œil à l'écran de son ordinateur de poche. Il indiquait une estimation du temps total de 27 minutes et 32 secondes en automobile.

*Si je marche rapidement, j'arriverai chez Flint pour le souper. Dans le pire des cas de trouverai bien un p'tit resto pas trop cher.*

Le vieux Thibodeau se mit en marche à travers la ville. Le coin de l'aéroport était plutôt riche, contrairement à plusieurs quartiers de Miami, et ainsi il ne craignait pas de se faire attaquer par des gang de rues et autres ordures du genre. Les grandes routes était bordées de gratte-ciel aux grandeurs démesurés et contenaient en leur centre un terre plein parsemé de palmiers génétiquement modifiés pour résister à la chaleur torride de la métropole.

Après une heure et demie de marche, Flagos s'arrêta dans un café pour se rafraîchir d'une boisson gazeuse. Il y passa quelques minutes à regarder courir des passants accablés par le stress et la chaleur suffocante. Cela lui procurait un certain plaisir pervers, d'autant plus que lui était bien au frais dans un établissement à l’air conditionné. Les minutes passèrent rapidement et avant même qu'il puisse ne s'en rende compte, il était déjà 17h00. Il se releva paresseusement de son siège et se remit en marche vers le 324 Parkview.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Dilfert
Membre de la Shatter Division
Membre de la Shatter Division
avatar

Nombre de messages : 261
Age : 31
Age du perso : 22
Langues parlées : Américain, français
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: [Miami] À la recherche d'Arthur Flint   Mar 30 Juin - 18:08

Rien ne ressemblait plus un jour ensoleillé qu’un autre jour ensoleillé, tout particulièrement lorsqu’il s’agissait du chaud soleil de la Floride. Etat au climat subtropical, et même tropical pour la partie méridionale contenant Miami, la Floride était l’état du soleil 240 jours par ans, des plages paradisiaques et des filles en bikini. Et aussi des cyclones tropicaux, mais ça on le disait moins, ça nuit au tourisme. Et Miami était le centre de ce paradis des vacanciers, point de rassemblement des fêtards et des gros bonnets en quête d’amusement estival. Après tout, quoi de mieux qu’une ville où l’été dure toute l’année ?

Mais pour l’ancien mercenaire connu autre-fois sous le nom de Douze-Morts, c’était aussi la ville où il travaillait, l’endroit où résidaient ceux qui l’avaient poussé à agir contre ses convictions contre un peu d’argent. Cela étant, il était aussi fautif pour cela, mais il se rachèterait un jour, dès qu’il aurait trouvé comment faire, et en attendant, il devait continuer à gagner sa vie bon gré mal gré. Et c’était pour cela qu’il arpentait actuellement les rues de Miami sous la chaleur humide de Miami. Depuis qu’il avait été engagé par l’entreprise pharmaceutique, il avait dut presque toujours laisser au placard son long manteau de cuir noir, qui lui donnait une classe folle mais qui ne convenait pas du tout au climat de la Floride. Dommage pour la classe, mais cela soulevait pour lui un problème autrement plus pragmatique : ce manteau servait aussi à cacher ses deux revolvers et ses ceintures portes-cartouches. Faire en sorte qu’on ne les voie pas était beaucoup plus difficile avec une chemise à fleurs. C’est pourquoi il était encore habillé un peu trop chaudement pour la saison : une veste légère et ample, de couleur claire car il avait put constater que le noir ne faisait qu’empirer l’effet réchauffant des vêtements. Son pantalon en jean léger était là dans le but de s’accorder la veste, car avec cette température il aurait volontiers passé un short à la place.

Mais le travail est le travail, et David ne sortait jamais tout nu pour aller travailler. Par « tout nu » traduisez « sans ses armes ». Ce armes qui lui avaient valu sa réputation dons le monde obscur et qu’il s’efforçait aujourd’hui de cacher pour pouvoir marcher en plein lumière afin de faire un travail pour des patrons plus obscurs encore que tout ce qu’il avait connu. Il fallait juste espérer que ce travail se passe mieux que la dernière fois, mais au moins cette fois, il n’avait aucun ordre allant à l’encontre de ses principes moraux et pouvait accomplir sa mission sans se torturer à cause de sa notion du bien et du mal.

Remontant une rue légèrement en pente, il tourna à droite lorsqu’il vit le panneau qu’il cherchait. Il marchait tranquillement, il n’avait après tout aucune raison de se presser, mais il n’avait aucune raison de traîner non plus. L’avantage de son travail était qu’il n’avait jamais de contraintes d’horaires comme pouvaient en avoir des fonctionnaires bien rangés, et c’était un mode de vie qui lui plaisait. Bien sûr, la mission devait être accomplie dans les plus brefs délais possibles, mais du moment que le travail était fait et bien fait, on ne l’engueulerait pas pour avoir pris son temps sur le chemin, sauf si cela entraînait de fâcheuses conséquences. Ce qui n’était pas le cas ici.

David s’arrêta devant une des maisons, qui ressemblait à toutes les autres et vérifia l’adresse sur la boîte aux lettres. C’était bien la même que celle inscrite sur le morceau de papier qu’il avait dans sa poche : 324 Parkview. Le mercenaire monta les marches du perron et frappa deux coup sur la structure en bois de la moustiquaire qui protégeait toutes les portes de cet état. Paradoxal puisque les moustiques avaient presque tous disparu à cause des retombées nucléaires de la troisième guerre mondiale, brisant une partie des écosystèmes du monde entier.

Tandis qu’il attendait qu’on lui ouvre la porte – il espérait qu’on le ferait car il était déjà venu une fois et il n’y avait personne – David jeta un coup d’œil à sa montre : 17 h 34. La discussion risquait de durer un moment, il ne serait pas rentré à l’heure pour manger. Il était en train de penser à quel petit resto il pourrait visiter ce soir lorsque la porte s’ouvrit.

« Arthur Flint ? David Dilfert, je travaille pour le gouvernement américain. J’aimerais vous poser plusieurs questions. »

_________________
David Dilfert's Theme



[GC] C'est la vie qui continue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flagos Thibodeau
Mutant de classe 1
Mutant de classe 1
avatar

Nombre de messages : 18
Age : 26
Age du perso : 67 ans
Langues parlées : Français, Anglais, Russe
Pouvoir du perso : Télépathie/Télé-empathie
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: [Miami] À la recherche d'Arthur Flint   Jeu 9 Juil - 5:30

HJ : Je me permet de jouer les PNJ de Flint et de sa femme si tu n’y voies pas d’inconvénients. Je vais tenter de les laisser en retrait de l’action le plus possible.

---

Une dame agée ouvrit la porte.

-(Anglais) Vous êtes du gouvernement et vous voulez voir Arthur? Ah c’est pour la pension c’est bien cela? Je crois qu’Arthur m’en a parlé mais je suis de plus en plus distraite. Vous savez ce que ça fait avec l’âge. De plus, ma mémoire n’est plus ce qu’elle était. J’ai lu dans le journal des trucs pour aider à garder une meilleure mémoire… mais je ne m’en rappelle plus! Je crois que ça commence à devenir un sérieux problème… Arthur aussi devient un peu comme ça, mais c’est plutôt les rhumatismes et l’arthrite qui sont problématique dans son cas. Je ne sais pas ce que vous lui avez fait faire, mais son corps a été plutôt amoché par toutes ses missions secrètes. Je n’arrêtais pas de lui dire de bien s’habiller la nuit et de mettre un pull lorsque c’était humide, mais il répétait toujours que ça briserait son camouflage. Vous croyez qu’il serait possible de faire des pulls avec camouflage? Ça aiderait vos marines à profiter d’une meilleure santé. Mais bon, c’est pas tout ce que j’avais à dire… Je suis convaincue que je voulais vous dire quelque chose d’autre, mais j’ai oublié. Vous voyez ce que je voulais vous dire à propos de la mémoire qui commence à dérailler quand on est vieux! Vous, vous êtes encore un jeune homme, mais ce n’est pas une raison pour faire des folies! Les jeunes ne pensent jamais au futur et ils prennent toutes ces substances illicites et font des tas de trucs dangereux… Il ne songent pas au futur et à la vie qu’ils auront à soixante, soixante-dix ans eux! Il y a des moyens de profiter du présent sans nuire à son futur vous savez? Je n’arrête pas de répéter ça à mon petit fils mais il ne m’écoute jamais… D’ailleurs, parlant de mon petit fils, il vient de s’engager dans l’armée, comme Arthur…

La vieille dame avait dit tout cela d’une traite. Elle ne s’arrêtait que durant quelques fractions de seconde pour prendre une grande respiration, à la manière du type qui lit la circulation à la radio. Après plusieurs minutes de baratin menant nulle part, un sifflement jaillit à l’intérieur de la maison.

-(Anglais) Ah! C’est mon thé! Entrez monsieur…euh… monsieur! Mettez-vous à l’aise, faites comme chez vous. Voulez vous que je vous apporte quelque chose à boire?

---

Flagos poursuivit son chemin sur le bord de la 8ème avenue. Il était repartit depuis environ une demi-heure en commençait à trouver le temps long.

*C’est bien beau Miami, mais je commence à en avoir marre des palmiers… Moi et mes idées stupides…*

Il consulta de nouveau sa montre. 17h27. À ce rythme là, il allait arriver en retard pour le souper. Il farfouilla prestement dans son porte-feuille. Il avait une dizaines de dollars ainsi qu’une autre centaine… en devises canadiennes. Il avait inspecté les prix des restaurants en chemin, et ils étaient tous relativement élevés. Avec ses dix dollars, il n’avait même pas de quoi s’acheter un sandwich.

*Et puis après tout, je crois que je préfère encore manger chez Flint. Suffit juste que j’arrive pas trop tard; faudrait qu’il sache que je soupe chez lui.*

Flagos accosta le premier taxi arrêté qu’il vu. Ce ne fut pas particulièrement difficile. Bien que moins nombreux qu’à l’aéroport, les taxis pullulaient dans la métropole. Il était pratiquement impossible de regarder la masse de véhicules et de ne pas voir un de ses véhicules au jaune caractéristique.

-(Anglais) Quelle est la destination? demanda le chauffeur de taxi.

-(Anglais) 324 Parkview, répondit le vieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Dilfert
Membre de la Shatter Division
Membre de la Shatter Division
avatar

Nombre de messages : 261
Age : 31
Age du perso : 22
Langues parlées : Américain, français
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: [Miami] À la recherche d'Arthur Flint   Ven 17 Juil - 18:24

[HRP] Je t’en prie, ce sont tes figurants, je ne voudrais pas te priver du plaisir de les jouer à ta guise. [HRP]

« Dilfert, madame. David Dilfert. » Précisa le mercenaire à la vieille femme qui semblait avoir oublié son nom pourtant mentionné quelques secondes plus tôt. « Je prendrais volontiers une tasse de thé, merci. »

Sur ces mots accompagnés d’un sourire courtois, il entra comme la vieille femme l’y invitait et se dirigea vers le salon où il s’assit dans un vieux canapé qui semblait en avoir vu des vertes et des pas mûres. L’endroit était une vieille bicoque américaine typique, avec dedans de vieux américains typiques. La femme était manifestement une véritable pipelette et semblait présenter les premiers symptômes de sénilité. Une charmante mamy gâteau en somme.

Lorsqu’elle revient avec une théière et trois tasses en porcelaine, probablement d’imitation, elle remplit les trois récipients du liquide fumant légèrement ambré que contenait la théière ventrue au blanc passé par les années. Puis elle éleva la voix, dans la mesure de ce qu’elle pouvait faire, pour appeler son mari et lui annoncer que quelqu’un voulait le voir.

Alors qu’il sirotait son thé, parfumé à la menthe, ce qu’il trouvait plutôt saugrenu mais pas désagréable, il aperçu quelque chose d’inconnu qui attira son attention. Il déposa sa tasse sur la table basse et se leva pour s’approcher du meuble dans le coin du salon et se pencher pour examiner de plus près l’objet de sa curiosité.

« Quel est cet appareil ? » Se demanda-t-il à voix haute. Il sursauta lorsqu’une voix masculine un brin rocailleuse lui répondit depuis la porte du salon donnant sur un couloir.

« Ceci, jeune homme, ça s’appelle un lecteur de DVD. Une vrai antiquité, en voit plus aujourd’hui, d’ailleurs il ne fonctionne plus depuis longtemps, je ne le garde que par nostalgie. Crois-le ou non, c’était à la pointe de la technologie quand j’étais jeune. »

Lorsqu’il se retourna, il aperçu un homme qui devait sans aucun doute être Arthur Flint (et dont je laisse à Flagos le soin de le décrire). Le mercenaire de la GC revint s’assoir sur le canapé et Arthur pris place dans un fauteuil en face de lui.

« Alors ? Qu’est-ce que vous voulez au vieil Arthur ? »


« Bonjour monsieur Flint, je m’appelle David Dilfert et je travaille pour le gouvernement américain. (Il sortit de l’intérieur de sa veste un dossier remplit d’un certain nombre de feuilles de papier qu’il ouvrit à une certaine page pour en vérifier le contenu) D’après les registres, vous avez participé à une mission d’espionnage pour le gouvernement en Corée du Nord en 2007, c’est bien ça ? Mes supérieurs m’ont chargé de retrouver certains de vos compagnons d’armes ayant participé à cette mission afin de leur verser les parts manquantes de leur prime, qu’ils n’ont pas reçu en intégralité. Le problème est que la plupart ont déménagé plusieurs fois, sans toujours le signaler comme ils l’auraient dut et j’ai un peu de mal à les retrouver, c’est pourquoi je viens vous demander si vous avez des nouvelles de certains d’entre eux. Il y a par exemple ce… Flagos Thibodeau. Sa dernière adresse connue, une petite maison au canada, a été reprise par un jeune couple il y a quelques temps, et nous ne savons pas où est allé Flagos après cela. C’est un peu honteux pour le gouvernement d’en arriver car cela révèle de grande failles dans notre gestion des registres civiles, mais je suis précisément ici pour contribuer à les réparer. »

Bien entendu, il s’agissait d’un mensonge, même sa manière de parler était de la comédie, et David ne travaillait pas du tout pour le gouvernement américain, mais seuls lui et la GC le savaient, et ce mensonge-là, au moins, ne pèserait pas sur sa conscience car sa mission était d’une nature qui n’allait pas à l’encontre de se principes. Retrouver Flagos n’était que la première étape, mais la suite ne serait pas aussi déplaisante que sa dernière mission en Uruguay.

_________________
David Dilfert's Theme



[GC] C'est la vie qui continue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flagos Thibodeau
Mutant de classe 1
Mutant de classe 1
avatar

Nombre de messages : 18
Age : 26
Age du perso : 67 ans
Langues parlées : Français, Anglais, Russe
Pouvoir du perso : Télépathie/Télé-empathie
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: [Miami] À la recherche d'Arthur Flint   Mar 21 Juil - 0:34

-(Anglais) Good ol’ Flagos… Yeah, j’me rappelle de lui. Mais je pourrais pas vous dire où il est rendu. Vous dites qu’il a vendu sa maison? C’est étrange… J’ai très peu de contacts avec les anciens. Je sais que Anderson a déménagé en Angleterre et Phils est parti pour l’Asie, mais c’est tout ce que je sais. Flagos, ça fait pas loin de dix ans qu’il a déménagé dans l’ancienne maison de ses parents. Ça me surprend que…

La sonnette retentit dans le petit salon du bungalow. Flint et sa femme se levèrent au même moment.

-(Anglais) Ne te dérange pas Arthur, je vais aller répondre.

La petite bonne femme se leva de son siège et continua de marmonner en se dirigeant vers la porte.

-(Anglais) C’est étrange qu’on ait autant de visite aujourd’hui. Je crois qu’on en a pas eu autant depuis…

La voix s’éloigna puis s’estompa peu à peu

-(Anglais) Vous excuserez Anita monsieur Dilfert. C’est une femme charmante, mais sa conduite manque cruellement de retenue devant les invités, ajouta t-il avec un sourire amusé.

---

Après quelques minutes de querelle effrénée, Flagos réussit à s’échapper de l’emprise du chauffeur de taxi. La course coûtait quatorze dollars US mais Flagos n’en avait que dix. Il avait tenté de compenser les quatre dollars manquants avec de l’argent canadien, ce à quoi le conducteur avait refusé catégoriquement. Ce dernier avait fini par accepter, voyant qu’il n’avait pas d’autre moyen de le payer.

*Non mais il est pas vite chri**! C’est pas dur à comprendre que j’ai juste dix piastres!*

Flagos se tourna vers le lieu où son idiot de chauffeur l’avait laissé, le 324 Parkview. C’était un bungalow comme tous les autres du quartier. Un étage, avec sous-sol débouchant dans un garage puis patio à l’arrière avec piscine. Faits de briques roses terne et beiges, couleurs bien déprimantes selon le vieux.

Flagos n’avait jamais vraiment aimé ces quartiers résidentiel. Il avait l’impression que s’il avait vécu dans une de ses maisons, il ne se serait pas senti vraiment unique. Il se serait senti «comme les autres», sentiment qu’il évitait comme le diable. Non pas qu’il était un marginal, mais il cherchait à garder son petit côté «unique» dans toutes situations. Il était un individu à la physionomie assez hors de l’ordinaire et il avait fini par s’y accoutumer, et même par l’apprécier avec le temps.

Un jeune cycliste passa à quelques centimètres de sa figure, brisant aussitôt le cours de ses pensés.


-(Anglais) Fait attention où tu vas espèce de chauffard à deux roues!

Il se permit d’ajouter un «écraseur ambulant!» et un «danger public en cyclomoteur!» ainsi que quelques autres invectives à l’adolescent qui ne l’écoutait manifestement pas, puis il monta l’escalier menant à la porte principale de la demeure des Flint. Il appuya sur la sonnette puis une femme âgée lui ouvrit la porte.

-(Anglais) Bonjour madame je voudrais parler à Arthur. Est-ce qu’il est là?

-(Anglais) Oui il est là. Il discute avec un jeune homme de… de quelque chose. Il sont dans le salon.

-(Anglais) Je reviendrai plus tard alors, je ne voudrais pas le déranger dans une conversation impor…

-(Anglais) Non, non! Entrez faites comme chez vous. Ça ne dérangera personne j’en suis sûr. Installez-vous dans le salon, je vais vous chercher une tasse de thé.

Flagos allait protester, mais il se résigna. Cette femme lui rappelait sa grand-mère, une femme que rien ne dérange, toujours prête à rendre service à tout le monde. Ce genre de personne si entêtée à se montrer d’un accueil exemplaire qu’ils pouvaient en devenir insultés, voir dangereux, si on refusait leur hospitalité…

Il ôta ses chaussure, s’avança dans le salon où il y vit Arthur ainsi qu’un autre homme plus jeune affublé d’une chemise de couleur claire et d’une paire de jeans. Flagos constata que le vieux Flint n’avait guère changé en vingt ans. Il avait toujours ses yeux verts pétillants, ses cheveux bruns clairs sans trace de cheveux gris (il les faisait teindre, Flagos en était persuadé) ainsi que son visage long et mince. Le Québécois se remémora sa première impression sur cette homme qu’il avait eu quarante ans plus tôt, c’est-à-dire: «Il a l’air de tout sauf d’un guerrier.» La seule chose qui avait changé chez lui, c’était une prothèse a sa jambe gauche.

Arthur le dévisagea quelques secondes, visiblement perplexe, puis il se mit à rire.


-(Anglais) Ah ah ah! Flagos old boy! Ça fait tellement longtemps! On parlait justement de toi! Ce jeune homme est un envoyé du gouvernement. Il cherchait à t’envoyer le restant de ton dû pour notre miss… notre voyage d’affaires en Corée, mais apparemment t’as déménagé! Monsieur Dilfert, voici Flagos Thibodeau, l’homme que vous cherchiez. C’est toute une coïncidence n’est-ce pas? Et Flagos, voici David Dilfert, agent du gouvernement américain.

Flagos sourit. Arthur n’avait décidément pas changé d’une miette. Il était encore aussi jovial et n’avait pas abandonné son accent du mid-west.

-(Anglais) T’es toujours le même, Arthur! Aucune différence entre toi y’a quarante ans et toi aujourd’hui! Mis à part cette jambe bien sûr…

Le sourire de Arthur disparu en un soupir. Il était maintenant très sérieux. Flagos se demanda si cela avait été une bonne décision de sa part de mentionner la blessure de Flint.

-(Anglais) C’est pas si mal tu sais. Avec la médecine moderne et tout, on peut réparer bien des choses. Bien des choses, mais pas les vies perdues… J’ai entendu pour Carla et…

Le cœur de Flagos se serra dans sa poitrine. C’était donc pour ça que Flint avait perdu son ton si chaleureux. Mais le vieux Québécois n’avait décidément PAS envie de parler de ça maintenant, en encore moins devant un étranger.

-(Anglais) N’oublions pas ton invité Arthur! déclara Flagos, coupant net la phrase de son vieil ami. Que me voulez vous exactement monsieur Dilfert? demanda t-il en s’écrasant dans le fauteuil encore libre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Dilfert
Membre de la Shatter Division
Membre de la Shatter Division
avatar

Nombre de messages : 261
Age : 31
Age du perso : 22
Langues parlées : Américain, français
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: [Miami] À la recherche d'Arthur Flint   Dim 26 Juil - 2:58

Il y avait de quoi être surpris en voyant soudain débarquer dans ce salon la personne qu’il recherchait, précisément au moment où il y était lui-même pour poser des questions sur cette même personne. Alors quand David se vit présenter Flagos, il resta figé un instant, ayant du mal à croire en l’incroyable chance qui le soutenait dans son action. Que ce soit pour de bonnes ou de mauvaises choses, David semblait être quelqu’un de chanceux dans ce qu’il entreprenait. Alors il salua le dernier arrivé d’un signe te tête alors que celui-ci prenait place face au mercenaire. Là commençait la partie difficile : trouver un moyen de déterminer si Flagos était bel et bien un mutant. Il y avait plusieurs façons de procéder, mais la plus simple restait de passer son ADN au vérificateur, mais cela restait peu évident de prélever du matériel génétique à l’ancien militaire à son insu.

Cependant, il venait aussi d’apprendre une chose intéressante, mais une mauvaise nouvelle : visiblement, la femme de Flagos était morte. David avait été envoyé à la recherche de Falgos pour la GC pour examiner son cas sur la base des quelques informations dont la firme disposait : à savoir qu’il était un ancien militaire d’abord canadien puis américain et qu’il avait subit lors de sa mission en Corée l’attaque d’une arme expérimental, mais qui aurait eu pour seul effet de lui faire perdre connaissance. De plus, il semblerait qu’il se soit marié avec une femme appartenant à une certaine unité médicale de l’armée qui avait déjà attiré l’attention de la GC pour ses trois cas de mutation. La personne étant tombée par hasard sur ce dossier avait trouvé cela suspect, suffisamment pour enquêter sur ce cas, seulement il n’avait pas réussit à en extraire beaucoup plus que cela. Pirater les serveurs du service des anciens combattants était très possible, mais à son niveau, il ne pouvait pas aller trop pour ne pas se faire avoir. David devait donc faire avec les informations dont il disposait et combler les vides par ses propres moyens. Si la femme de Flagos était morte, David perdait le tiers de ses objectifs de mission.

« Votre femme est décédée ? Je l’ignorait. Pour vous dire la vérité, le service des anciens combattants, qui a pour rôle de suivre la vie civile des militaires démobilisés, a subit une attaque dévastatrice d’un hacker et nous avons perdu beaucoup d’informations sur plusieurs de nos dossiers, dont le vôtre. C’est la seconde raison qui explique que j’ai du partir à votre recherche. »

David sirota une gorgée de son thé et se renfonça contre le dossier du canapé. En espérant que Flagos gobe ce mensonge, David avait passé une grande partie de sa journée pour trouver une histoire cohérente à lui raconter.

« Cependant, je pense qu’il est préférable que nous soyons en privé pour parler de tout ceci. Je vous propose donc d’attendre ce pourquoi vous êtes venus voir monsieur Flint, après quoi nous irons prendre un café pour traiter l’affaire qui nous occupe. C’est moi qui invite, naturellement. »

David ne pourrait rien dire ou faire avec des témoins concernés à portée d’oreille, il avait donc proposé ce compromis pour pouvoir ensuite faire tranquillement ce qu’il avait à faire.

_________________
David Dilfert's Theme



[GC] C'est la vie qui continue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flagos Thibodeau
Mutant de classe 1
Mutant de classe 1
avatar

Nombre de messages : 18
Age : 26
Age du perso : 67 ans
Langues parlées : Français, Anglais, Russe
Pouvoir du perso : Télépathie/Télé-empathie
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: [Miami] À la recherche d'Arthur Flint   Lun 27 Juil - 22:12

L’attaque d’un hacker? Voilà qui était intéressant… Flagos avait cependant de la difficulté à voir en quoi quelqu’un aurait pu s’intéresser au dossier des anciens combattants. Après tout, un hacker qui réussit à percer la sécurité du gouvernement américain avait sûrement de dizaines d’autres information intéressantes à aller chercher sur le serveur, des informations beaucoup plus précieuses que des dossiers de vieux séniles retraités…

*Bah! J’deviens sénile et méfiant avec le temps… Pauvre type, il fait que son travail après tout… C’est pas de sa faute si les incompétents qui servent d’informaticiens au gouvernement sont aussi inaptes…*

-(Anglais) Je serais ravi d’aller prendre un café avec vous. J’en profiterais pour manger aussi car je n’ai pas encore souper. Je venais en vacances à Miami et je croyais que je pourrais rendre visite à Arthur. Honnêtement, je comptais sur lui pour qu’il m’indique un bon endroit où changer de l’argent, bien que ce ne soit pas la seule raison qui m’ait poussé à venir le voir bien entendu!


Il se retourna vers Arthur avant de poursuivre :

-(Anglais) D’ailleurs Arthur est-ce que tu pourrais me passer vingt dollars en attendant? Ça me dépannerais vraiment.

Il n’avait même pas commencé sa phrase qu’il était sûr que Flint allait lui dire oui. Il avait toujours été serviable, et vingt dollars ce n’était pas une grosse somme.

-(Anglais) Sure! Vas-y sers toi!

-(Anglais) Merci Arthur. Je passerais te revoir après avoir discuté avec monsieur Dilfert pour te rembourser. Promis.

Flint saisi son portefeuille près du porte manteau, et lui lança un billet de vingt dollars. Les deux hommes échangèrent la poignée de main secrète des commandos américains, puis Flagos se dirigea vers la sortie. Il commença à délacer ses bottes et lança à Dilfert :

-(Anglais) Connaissez-vous un bon café pas trop cher qui servent de la nourriture monsieur Dilfert?

Flagos aurait préféré de loin discuter avec Flint plutôt que d’aller échanger des banalités et des information d’une platitude sans nom avec un agent du gouvernement, mais si il pouvait recevoir un chèque de pension supplémentaire, c’est pas lui qui allait se plaindre.

*On m’avait pourtant dit qu’ils avaient fini de payer ma prime de dommages pour la mission en Corée du Nord… Bah! Plus d’argent, ça peut jamais faire de mal!*


Dernière édition par Flagos Thibodeau le Jeu 30 Juil - 22:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Dilfert
Membre de la Shatter Division
Membre de la Shatter Division
avatar

Nombre de messages : 261
Age : 31
Age du perso : 22
Langues parlées : Américain, français
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: [Miami] À la recherche d'Arthur Flint   Mer 29 Juil - 18:14

David fut ravi de voir le vieux militaire retraité accepter son offre, voilà au moins une mission qui ne se compliquait pas sans arrêt, c’était bien agréable. Il répondit à la question.

« J’en connais même un bon, pas très loin d’ici, et vous n’aurez pas à cous soucier du prix, puisque je vous ai dit que la note était pour moi. Je m’excuse pour perturber vos vacance et votre visite à votre vieil ami, mais je dois dire que je m’attendais pas du tout à vous trouver à Miami, et encore moins chez M. Flint. Mais je dois avouer que cela me fait plaisir de ne pas avoir à prendre un avion pour vous courir après. »

Sur ces mots, il sortit de la maison et commença à remonter la rue, accompagné du vieil homme. Malgré le soir approchant, le soleil se faisait encore bien sentir et il faisait toujours chaud sur Miami. Curieux que personne ne lui ait fait de remarque sur sa façon de s’habiller qui ne convenait pas au climat de la Floride. On était certes loin du long manteau de cuir noir, mais une simple veste, même légère et ample, et fermée de surcroit, tenait toujours trop chaud pour qu’il soit à son aise. Il n’avait qu’une hâte, c’était de terminer cette mission au plus vite pour se débarrasser de cet accoutrement, et pourquoi pas aller prendre une cure de fraîcheur avec une tour dans la salle de simulation, dans la catégorie « opérations en haute montagne ». Oui, c’était une bonne idée ça.

Préférant réserver les conversations au moment où ils seraient tous deux assis avec un bon repas et une boisson bien fraiche, David ne dit pas grand-chose pendant le trajet, mais il ne dura pas de toute manière car le café où il emmenait Flagos se situait dans le quartier d’à côté et ils y arrivèrent en quelques minutes. C’était un établissement propret et sans grande prétention, mais bien situé, et un peu cher car dans un coin à touristes. Mais c’était un détail pour David. Lorsqu’ils furent installés à une table en terrasse, sous ombre agréablement rafraichissante, le mercenaire essaya de détendre l’atmosphère en disant à Flagos sur le ton de la confidence :

« Vous pouvez vous servir à votre, guise, n’hésitez pas, je ferais passer cela en note de frais. »

Pour sa part, il commanda pour lui-même un menu du jour accompagné de « ce que vous avez de plus frais » en guise de boisson. Ne restait plus qu’à trouver un moyen discret d’accomplir la première partie de sa mission. Il allait maintenant se jouer un ballet de ruses pour atteindre un objectif bien précis, qui mènerait éventuellement à d'autres.

_________________
David Dilfert's Theme



[GC] C'est la vie qui continue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flagos Thibodeau
Mutant de classe 1
Mutant de classe 1
avatar

Nombre de messages : 18
Age : 26
Age du perso : 67 ans
Langues parlées : Français, Anglais, Russe
Pouvoir du perso : Télépathie/Télé-empathie
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: [Miami] À la recherche d'Arthur Flint   Jeu 30 Juil - 22:34

-(Anglais) Je comptais au moins payer mon repas, mais si c’est vous qui l’offrez, je suis bien prêt à accepter votre générosité.

Flagos avait suivi Dilfert jusqu’à un petit café relativement prêt de la plage, un coin à touristes visiblement. Les prix semblaient plutôt élevés, mais tant que c’était ce Dilfert qui payait, Flagos n’avait aucun problème avec ça. Il décida tout de même de rester raisonnable et ne commanda qu’un club-sandwich avec un verre d’eau glacé. Sentant que le service ne serait pas très rapide, Flagos décida d’entamer la conversation avec l’agent du gouvernement.

-(Anglais) Je vais être franc avec vous monsieur Dilfert, j’aimerais que vous me posiez vos questions le plus vite possible. Non pas que vous ne semblez pas d’être d’agréable compagnie, mais j’ai d’autres choses sur mon agenda. Je suppose que c’est votre cas à vous aussi, vous ne voudriez pas vous éternisez en plaisanteries avec un vieil homme tel que moi. Alors s’il vous plaît, demandez moi tout ce que le gouvernement à besoin de savoir.

Flagos n’avait pas l’intention de perdre son temps en mesures administratives. Il était venu ici pour avoir de l’informations sur les mutants de la part de Flint, pas pour réparer les erreurs des informaticiens du gouvernement. Le plus tôt qu’il pourrait sortir de ce café, le mieux ce serait.

*T’en fais pas Kyle… On va trouver ce qui t’es arrivé. Papa le promet…*

Les pensés du vieil homme continuèrent à dériver vers son fils. Kyle… Il devait être si vieux maintenant… À peu près de l’âge de l’homme assis devant lui. Même s’il arrivait à le retrouver, comment saurait-il qu’il s’agisse vraiment de lui? Il faudrait se lancer en long et ennuyeux tests d’ADN…

Le regard du vieil homme était figé dans les nervures d’une feuille de palmier. Il semblait soudain si détaché de la situation qu’un observateur externe se serait sûrement demandé ce que faisait l’homme à la chemise claire devant lui. Le vieux semblait l’ignorer, il semblait presque avoir oublié son existence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Dilfert
Membre de la Shatter Division
Membre de la Shatter Division
avatar

Nombre de messages : 261
Age : 31
Age du perso : 22
Langues parlées : Américain, français
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: [Miami] À la recherche d'Arthur Flint   Sam 1 Aoû - 17:49

Davis avait commandé son repas et Flagos semblait vouloir en terminer au plus vite avec toutes ces ennuyeuses formalités, peut-être pour profiter tranquillement de son club sandwich ou bien le dévorer en vitesse et vite retourner chez Flint. D’une manière ou d’une autre, cela n’arrangeait pas vraiment David qui n’avait pas encore trouvé comment vérifier discrètement que Flagos était bien un mutant. Tout en réfléchissant, il répondit au vieil homme.

« Bien sûr, je ne suis pas ici pour flâner pendant des heures sous le soleil, et plus vite j’en aurais terminé avec ça, plus vite je pourrais passer à la suite. Je vais donc vous demander de me fournir des informations qui ont été effacées de votre dossier, comme par exemple votre adresse de résidence actuelle et autres banalités… »

Le mercenaire s’interrompit car il remarqua que le vieil homme ne l’écoutait plus, il semblait plutôt perdu sans ces pensée, le regard perdu quelque part à l’extérieur. Alors une idée lui vint et il se leva.

« Excusez-moi, je dois d’abord aller aux toilettes. »

En passant près du vieil homme, David lui arrache quelques cheveux. Il s’excusa platement, prétendant que le bouton de sa veste les avait accrochés et se dirigea vers les toilettes. Une fois isolé, il sortit de sa poche un petit appareil en forme de tube lequel il glissa les cheveux de Flagos avant de le refermer. Il attendit quelques secondes et une petit lumière verte s’alluma sur le dessus, indiquant que l’ADN de Flagos portait un allèle l’identifiant comme un mutant. C’était ce qu’on avait expliqué à David lorsqu’on lui avait remit ce petit appareil au début de la mission, mais il n’y comprenait strictement rien en génétique, tout ce qu’il savait, c’est que si cela s’allumait vert, c’était un mutant, et c’était suffisant pour lui.

Lorsqu’il revint à table, son repas était arrivé et il commença à manger tranquillement. Il préférait manger au moins la moitié de ce qu’il avait commandé avant d’entrer dans le vif du sujet, des fois que son, interlocuteur se montre récalcitrant et que les évènements se bousculent, et les bousculent eux hors du café. Puis il ouvrit sa veste légère, heureux de laisser un peu de fraicheur s’approcher de son corps. Sur son torse entre les deux pans de sa veste, on pouvait voir se croiser les deux ceintures porte-cartouches qui le caractérisaient.

« Cette comédie a assez duré, Flagos, maintenant bas les masques. »

Oui, la comédie était terminée, et David pouvait laisser tomber son déguisement et reprendre sa façon de parler habituelle, il en avait plus qu’assez de ces ronds de jambes. Ce qu’il venait de dire pouvait porter à confusion, car cela aurait du vouloir dire que Flagos devait tomber le masque, mais en fait il parlait pour lui-même. Il poursuivit donc d’un ton calme, comme s’il parlait du beau temps, mais n’avait plus besoin de toutes ces manières de fonctionnaire coincé.

« En réalité, je ne travaille pas du tout pour le gouvernant, mais pour quelqu’un de bien plus puissant, quelqu’un qui s’intéresse à toi, mon vieux. Ah et au passage, je te conseille de ne pas faire de scandale, mon arme est pointée sur toi et je ne voudrais pas gâcher le repas de ces braves gens autour de nous. »

Il sourit de son trait d’esprit tout en tirant sur le percuteur de son revolver sous la table, pour que Flagos entende qu’il ne mentait pas.

« Mon employeur, la Genetic Corporation, basée ici à Miami, a eut récemment accès à quelques document confidentiels du gouvernement, parmi lesquels des rapports de combat mis au secret loin des archives officielles, dont celui d’une certaine opération secrète en Corée en 2007 à laquelle tu as participé. Ce document les a amené à te soupçonner d’être un mutant, en raison de l’étrangeté de l’arme décrite par le chef de l’unité dans son rapport. Ils m’ont donc envoyé pour te retrouver et vérifier si c’était bien le cas ou non. Et j’ai eu confirmation, tu es un mutant, un vrai de vrai, bienvenue au club. La GC a une politique assez particulière : elle cherche toujours à renforcer son armée privée – dont je fais partie – et s’intéresse grandement aux mutants qui ont des capacités militaires tels que toi. Il ne fait aucun doute qu’avec ta grande expérience, une carrière aussi brillante que la tienne, tu serait un atout pour la Red Division. Tu seras payé, nourri, logé, blanchi, pour faire un travail utile, diversifiant et dépaysant. C’était le discours qu’on m’a fait apprendre par cœur pour t’appâter, maintenant passons à la réalité. On est une armée privée, on fait donc un travail qui n’est pas toujours très reluisant, mais c’est pareil pour tous les corps armés, tu es mieux placé que moi pour le savoir puisque tu a servit dans l’armée à peu près dix fois plus longtemps que moi, si ce n’est plus. Mais c’est un travail, moins chiant que de vendre des disques nazes à des péquenots qui ne connaissent rien à la musique. Ensuite, on a quand même des avantages, on est nourris, mieux qu’à l’armée, et les chambres de la Red ne sont pas aussi luxueuses que celles de la Black, mais elle ont leur petit confort. Tu pourras venir habiter au siège de Miami avec ton fils, pour le protéger d’éventuels groupuscules anti-mutants, en contrepartie, la société souhaite lui prélever un peu de matériel génétique de temps en temps pour l’étudier, rien de bien méchant en somme. Je te laisse jusqu’à la fin du repas pour y réfléchir, mais je te conseille vivement d’accepter, l’autre serait très désagréable pour toi comme pour moi. »

L’autre option, c’était que si Flagos ne venait pas à la GC de son plein gré en tant que noveau membre de division, il y viendrait contraint et forcer pour servir de cobaye, et David n’avait aucune envie d’en arriver là. Il détestait l’idée de devoir à nouveau capturer quelqu’un pour le priver de sa liberté et livrer aux scientifiques de la GC. Diana avait été la première, et il espérait de tout cœur qu’elle serait la dernière.

_________________
David Dilfert's Theme



[GC] C'est la vie qui continue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flagos Thibodeau
Mutant de classe 1
Mutant de classe 1
avatar

Nombre de messages : 18
Age : 26
Age du perso : 67 ans
Langues parlées : Français, Anglais, Russe
Pouvoir du perso : Télépathie/Télé-empathie
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: [Miami] À la recherche d'Arthur Flint   Mar 4 Aoû - 2:37

Flagos fut tirée de sa rêverie par une douleur à l’arrière de la tête. Son interlocuteur l’avait «accroché» et lui avait arraché quelques cheveux au passage.

À ce moment précis, le déclic de fit dans la tête de Flagos et il comprit à quel point il avait été crédule dans cette histoire. Dilfert ne lui avait pas montré ses papiers attestant son affiliation au gouvernement américain, et Flagos n’avait pas pensé à lui demander. Le même Dilfert se trouvait dans la maison d’Arthut Flint, ex-commando connu pour son implication dans les affaires concernant les mutants. Maintenant, l’homme lui avait «involontairement» subtilisé une touffe de ce qui restait de ses cheveux, soit un échantillon d’ADN. Tout était clair. L’homme disant s’appeler Dilfert était un chasseur de mutants qui était venu tout spécialement pour lui. Le allait bientôt revenir des toilettes, puis tenterait de le capturer ou de le tuer dès qu’il aurait le dos tourné.

Flagos aurait pu tenter de fuir, mais il sut que ce serait probablement inutile. Dilfert (si c’était véritablement son nom) était plus jeune et plus bâti que lui, et l’aurait rattrapé dans une poursuite. Il décida donc de rester et d’espérer. Peut-être qu’avec un peu de chance, Dilfert était relié aux gens qui avait capturé son fils et tué sa femme plusieurs années auparavant. Il aurait été bête de s’enfuir alors que son but était possiblement à quelques mètres de lui.


*Je vais extirper les infos que je veux de son esprit, après ça on verra*

Dès que le chasseur revint des toilettes, Flagos ferma les yeux et se concentra profondément. Afin de s’assurer que Dilfert ne voie pas qu’il était en transe, il tourna sa tête vers la rue, dans la même position qu’il était avant qu’il interrompe le cours de ses pensés.

Flagos n’avait pas utilisé ses pouvoirs depuis plusieurs mois et il eût de la difficulté à concentrer son esprit sur celui de Dilfert. Mais ce ne fut pas trop difficile à se réhabituer. Lire dans les pensés des gens, c’est comme faire du vélo, ça ne s’oublie pas. Cependant, l’agitation ambiante et le grand nombre de gens rendaient le travail plus difficile.


…Il s’appelait réellement David Dilfert. Il était un mercenaire mutant travaillant pour une certaine Genetic Corporation. La partie la plus intéressante était le fait qu’il était là pour lui faire une proposition, donc pas pour l’enlever ou le tuer…

Flagos commençait à douter sérieusement que la Genetic Corporation était l’organisation anti-mutant qu’il cherchait. N’importe quel autre groupement de fanatiques contre la menace mutante se serait contenté d’envoyer un escouade armée jusqu’au dents à son domicile pour le descendre. Mais cette association s’était contenté d’envoyer un unique mutant à la rencontre d’un mutant, une manœuvre plutôt audacieuse.

*Intéressant… Cette Genetic Corporation semble être doté d’une certaine subtilité… ou d’une certaine stupidité. Mais bon, Dilfert est peut-être plus dangereux qu’il n’y paraît, je dois rester sur mes gardes*

-Cette comédie a assez duré, Flagos, maintenant bas les masques.

Flagos n’essaya même pas de paraître surpris lorsque Dilfert annonça la fin de sa supercherie, quoiqu’il aurait peut-être dû. Il se contenta d’écouter l’offre de Dilfert, même s’il connaissait pratiquement tous les détails du discours du mercenaire. Celui-ci devint rapidement ennuyeux et Flagos feignit un désintéressement profond en retournant à son club-sandwich. Après tout, s’il devait quitter le resto précipitamment, aussi bien que son plat ne soit pas gaspillé…

Flagos était en train d’happer une autre morceau de sandwich lorsque Dilfert mentionna Kyle. Il lui fallut toute sa force mentale pour garder son air décontracté (et surtout pour ne pas s’étouffer avec sa bouchée).


*Qu’est-ce qu’ils savent sur mon fils? Qu’est-ce qu’ils savent sur moi?*

La situation devenait de plus en plus périlleuse. La Genetic Corporation en savait beaucoup trop sur lui. Cette organisation était peut-être bien aussi puissante que Dilfert l’affirmait. Flagos n’avait pas pris cette affirmation au sérieux, mais maintenant il se demandait si ça avait été une erreur. Le point important à retenir était que la GenCorp n’étaient pas ceux qui avaient capturé Kyle. Si ça avait été le cas, Dilfert aurait seulement utilisé son fils comme monnaie d’échange et la discussion aurait été beaucoup moins longue.

Flagos attendit quelques dizaines de seconde après la fin du discours de Dilfert avant de poursuivre la conversation. Il continua de garder son air désintéressé afin de garder la discussion un minimum en son contrôle.


-T’as été honnête avec moi le jeune alors je le serai aussi avec toi : à part le flingue pointé sur moi, j’ai absolument aucune raison de rejoindre ton association de petits soldats. Primo, j’ai déjà trop d’argent, j’ai rien à faire blanchir et j’ai plus vraiment envie d’aller tuer des gens. Ah oui, et pour ce qui est de mon fils, je t’annonce en primeur qu’il s’est déjà fait capturer par un quelconque groupe anti-mutants, alors ton offre généreuse ne tient pas. Secundo, je dois t’avouer que si votre technique de recrutement est un Colt pointé vers la tête de la recrue, j’ai pas trop envie de voir ce qu’il vous font faire là-bas.

Il lança un clin d’œil à son interlocuteur avant de poursuivre :

-Alors convainc-moi gamin, je suis sûr que tu peux faire mieux que ça. Dit-moi qui est à la tête de ta Genetic Corporation, dit-moi quels sont leur buts et leur idéaux et dit-moi ce qu’ils attendent de moi. Ça a intérêt à me faire plaisir. Après tout, t’as devant toi un mutant qui à plus de quarante ans d’expérience avec ses pouvoirs, alors c’est peut-être pas à ton avantage de me faire fâcher. Qui sait, je pourrais être capable de me téléporter dans ton dos et te planter un couteau dans la gorge, ou encore te geler la tronche en clignant des yeux. Alors réfléchit bien à ce que tu vas dire, ça pourrait bien être tes dernières paroles si tu fait pas attention.

Le bluff restait le meilleur atout de Flagos. Avec un peu de chance, Dilfert ignorait la véritable étendue de ses pouvoirs, et ainsi il hésiterait peut-être à se montrer trop agressif envers lui, lui donnant une chance de s’enfuir.

Mais Flagos n’avait pas l’intention de s’enfuir, du moins pas encore. Il voulait que Dilfert réponde à ses questions avant afin qu’il puisse faire un choix éclairé. Il aurait sûrement pu le lire dans sa tête, mais ce n’aurait pas été aussi amusant. Et surtout, il ne voulait pas que Dilfert puisse se douter de ses réels pouvoirs, sinon il perdrait son effet de surprise, le seul élément qui pourrait peut-être lui permettre de s’échapper s’il devait s’en remettre à cette option peu encourageante…


Dernière édition par Flagos Thibodeau le Mar 4 Aoû - 22:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Dilfert
Membre de la Shatter Division
Membre de la Shatter Division
avatar

Nombre de messages : 261
Age : 31
Age du perso : 22
Langues parlées : Américain, français
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: [Miami] À la recherche d'Arthur Flint   Mar 4 Aoû - 20:44

David fut presque rassuré de voir que Flagos, plutôt que d’essayer de lui renverser la table à la tête pour s’enfuir, se contenta de lui répondre tout simplement. Toutefois, l’offre de la Genetic Corp n’avait pas suffit à le convaincre et David devrait faire des efforts pour amener à la raison cette vieille tête de pioche. David ne savait pas très bien que faire, mais il n’avait jamais été un très bon menteur, il se dit donc qu’il serait plus avantageux pour lui de dire la vérité, pas toute entière bien sûr, mais au moins éviter de mentir. S’il n’arrivait pas à le convaincre, il devrait essayer de le persuader.

« Je suis désolé pour ton fils, je ne savais pas. Et je suis désolé aussi de te dire que je n’ai jamais vu Fishburn, l’homme qui dirige la Genetic Corporation, mais celui qui dirige maintenant ses corps armés, la Red Division et la Black Division, se nomme David Thomson, un mutant très ambitieux qui ne recule devant rien pour accomplir ses objectifs, et vous pouvez me croire, la Red et plus encore la Black n’ont rien à voir avec une « association de petits soldats ». Nous sommes beaucoup plus libres de nos actions que dans n’importe quel corps d’armée officiel, nous ne rendons compte qu’à Thomson, la seule chose qui importe c’est que la mission soit remplie, peu importe la manière. Tous les membres de division sont des mutants, et certains sont en effets très cruels, mais il y en a aussi qui ont l’air d’humains. La première personne que j’ai rencontrée à la GC est une fillette de 14 ou 15 ans pas plus, et qui peut se transformer en cerisier. Elle fait partie de la Red elle aussi, et elle répugne à tuer plus que moi, tandis que Valentin qui maîtrise l’air s’en fait un plaisir, mais lui est dans la Black, l’élite de l’élite, et moins je le vois, mieux je me porte. »

Voyant que Flagos l’écoutait et n’avait manifestement pas l’intention de fuir, David rangea son arme dans son étui.

« Je ne crois pas que tu sois si riche que ça, sinon tu ne m’aurais pas suivit pour la simple excuse de la prime. Et mon revolver n’était pas là pour te forcer à accepter cette offre mais à t’empêcher de faire quelque chose de stupide en apprenant que je sais que tu es un mutant. Comme je viens de le dire, j’ai pas envie de perturber le repas de tous ces gens de créer une cohue monstre en tirant un coup de feu ici. Seulement moi aussi je sais ce que ça fait d’être traqué et de vivre dans un monde qui nous rejette. La GC fait des choses horribles, je ne peux pas le nier, mais elle est un mal nécessaire pour assurer un avenir acceptable aux mutants comme vous et moi. Et en plus, ils préfèrent qu’on évite de tuer, ça ne leur rapporterait rien sinon des ennuis. »

Il marqua une pause le temps de boire un coup et repris son discours.

« La GC ne cherche qu’à ramasser du pognon, c’est le cas de toutes les grandes entreprises, mais Thomson a un objectif bien plus amitieux, et ses projets contribueront à mon propre idéal. La suprématie des mutants que désire Thomson est un concept exagéré je trouve, mais au moins, il mène dans la bonne direction pour un avenir meilleur, et c’est ça mon objectif. Mais je suppose que vu ton âge, l’avenir ne doit pas te concerner beaucoup. »

Cette dernière phrase n’était qu’une plaisanterie, de mauvais goût, certes, mais une plaisanterie tout de même, prononcée avec un sourire ironique.

« Quand à tes pouvoir, c’est vrai que je ne sais rien à ce sujet, mais je suppose qu’eux doivent le savoir car s’ils m’ont envoyé moi, un membre de la Red relativement nouveau, c’est donc que tu ne dois pas être si dangereux que ça. Et de nous deux, c’est moi le spécialiste de la téléportation alors oublie ça. Ce qui intéresse Thomson, c’est ton expérience militaire. Moi aussi je suis un ancien militaire, mais j’ai fait moins de trois ans avant de me faire tuer, alors toi, c’est sûr que t’es plus tout jeune et moins fringant qu’il y a trente ans, mais tu as une grande expérience du terrain, sans compter ton pouvoir qui doit certainement avoir une quelconque utilité sinon j’aurais eu pour consigne de ramener par la force pour te mettre dans une cage au lieu de d’essayer de te convaincre de venir de ton plein gré, en étant payé en plus. »

_________________
David Dilfert's Theme



[GC] C'est la vie qui continue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flagos Thibodeau
Mutant de classe 1
Mutant de classe 1
avatar

Nombre de messages : 18
Age : 26
Age du perso : 67 ans
Langues parlées : Français, Anglais, Russe
Pouvoir du perso : Télépathie/Télé-empathie
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: [Miami] À la recherche d'Arthur Flint   Mer 5 Aoû - 20:12

Flagos tenta de contenir un rire, mais il ne put s’empêcher de pouffer.

-«Pouvoir qui doit certainement avoir une quelconque utilité sinon je t’aurais ramené par la force et t’aurais mis dans une cage et gna gna gna.», dit-il en imitant Dilfert. Évidemment que mes pouvoirs ont une quelconque utilité, gamin! C’est simplement étrange de t’entendre dire ça quand t’as mentionné une fillette qui se transformait en arbre quelque secondes plus tôt. Je suppose que elle il ne l’ont pas ramené par la force tellement son pouvoir est titanesque! J’imagine bien vos ennemis: «Attention, c’est la femme-arbre! Tous à couvert, elle va nous faire bobo avec ses méchantes épines!». Ou peut-être qu’elle travaille en cuisine quand c’est la saison des petits fruits?

Flagos continua à rire comme le vieux cinglé qu’il était. Il avait maintenant la certitude que Dilfert disait la vérité, et ce sans même avoir besoin de lire dans ses pensés. Si il lui avait menti, il aurait sorti quelque chose avec des mutants qui peuvent faire des explosions nucléaires ou arrêter le temps. Bref, n’importe quoi sauf une adolescente qui se transforme en cerisier.

*Bon, on retourne au sérieux Flagos. Y a devant toi un type qui te pointait un Colt dans le ventre y a deux secondes, c’est pas le temps de rire.*

Reprenant son calme et son sérieux habituel, Flagos commença à faire un tri mental des informations qu’il détenait. Le chef de la Genetic Corporation se nommait Fishburn et le chef de son groupe de tueurs à gages était un mutant cherchant la suprématie de sa race du nom de Thompson… Thompson… Comme Carla…

*Allez ressaisis-toi nom de Dieu! Pas le temps de jouer les sentimentaux, on a un cas urgent à régler.*

Thompson recherchait en lui un homme qui avait de l’expérience militaire. Selon les techniques employés par Dilfert, telle la vérification de son gène mutant faite seulement quelques minutes auparavant, Flagos avait la certitude que la Genetic Corporation ne le voulait pas pour ses pouvoirs. En fait, ils voulaient seulement un vieux de la vieille, et les pouvoirs n’étaient là que pour satisfaire l’idéologie «mutant-power» de Thompson. Flagos aurait été prêt à parier que mêmes les employés de la cafétéria étaient des mutants, et ce même si leurs pouvoirs étaient totalement inutiles ou inappropriés à leur tâche.

Soudainement, Flagos s’aperçut de quelque chose qu’il aurait du voir plusieurs minutes plus tôt. Il l’avait enfin trouvé son organisation qui capturait des mutants vivants! Dilfert l’avait dit lui-même, les mutants qui n’avaient pas des pouvoirs suffisamment utiles se faisaient mettre en cage. Avec un peu de chance, la Genetic Corporation était ceux qui avait capturé son fils et même si ce n’était pas le cas, ils étaient sûrement plus au courant que lui des différentes organisation de mutants à travers le monde. Bref, il n’avait pas grand chose à perdre en entamant ses investigations à la Genetic Corporation.


*C’est décidé, j’accepterai son offre. Maintenant, suffit juste que je reste naturel et que j’accepte pas trop vite, sinon il va se douter de quelque chose. Faut pas que je rende son boulot trop facile, ce serait pas aussi drôle.*

-Trêve de plaisanteries, je peux savoir ce qui m’arrive si je refuse, ou si je n’avais pas suffisamment élevé dans les critères de la Genetic Corporation? Tu m’aurais capturé, mais pour faire quoi de moi ensuite? Mais bon, je te demande ça par simple curiosité, parce que j’ai décidé d’accepter l’offre de toi et tes p’tits copains. Cependant, j’exige certaines conditions de travail. Premièrement, je veux une couverture médicale et dentaire complète car tu sais, rendu à mon âge, on sait jamais ce qui peut arriver dans ce genre de métier. Deuxièmement, je veux être payé un minimum de vingt dollars de l’heure, avec les primes de danger appropriées s’appliquant en mission. Troisièmement, je veux avoir une prime d’éloignement. Après tout, les États-Unis c’est plutôt dépaysant pour un pauvre Canadien comme moi. Je vais m’ennuyer de mes amis les castors et les caribous à Miami! Finalement, je veux avoir quatre semaines de vacances payés par année, en plus des jours fériés et du temps des fêtes. En temps normal, j’aurais aussi demandé d’être syndiqué, mais mon petit doigt me dit que ça passerait pas au bureau du patron alors je vais être raisonnable et m’abstiendrai.


Dernière édition par Flagos Thibodeau le Ven 28 Aoû - 3:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Dilfert
Membre de la Shatter Division
Membre de la Shatter Division
avatar

Nombre de messages : 261
Age : 31
Age du perso : 22
Langues parlées : Américain, français
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: [Miami] À la recherche d'Arthur Flint   Jeu 27 Aoû - 1:54

David n'aima pas, mais alors pas du tout, les paroles de Flagos, et il se dit que ça risquait de mal finir si ce vieux débris continuait dans cette voie. Kajitsu avait été sa première collègue de la Red Division, et même de la GC, qu'il avait rencontré après son arrivée dans le pôle de Miami, et c'était avec elle qu'il avait le plus plaisir à passer du temps, aussi pour le travail que pour la détente. Il faut dire qu'avec des phénomènes comme Valentin Kya, Kaji était une souffle de fraicheur et une touche de douceur entre ces murs froids. David éprouvait à son égard un sentiment bienveillant, semblable à celui d'un grand frère veillant sur sa soeur cadette, et cela incluait de la protéger, physiquement aussi bien que moralement. C'est pourquoi la réplique de Flagos l'avait piqué au vif et lui restait en travers de la gorge, et il y répondit d'un ton acerbe.

" Pour ta gouverne, vieille baderne, j'ai affronté cette fille-cerisier dans la Cage, armé d'un couteau et avec l'avantage du terrain alors qu'elle n'avait que ses seules facultés, et tu sais quoi ? Elle m'a étalé et envoyé à l'infirmerie à quelques gouttes de la mort, quelques gouttes de sang j'entends, pour un simple entraînement, un combat amical entre collègues. Et je ne doute pas une seule seconde qu'elle soit capable de t'infliger le même sort sans plus d'efforts. Je ne sais pas comment elle est arrivée dans la Red, et ce ne sont pas mes affaires, mais elle y a sa place, probablement plus que toi, parce qu'elle est plus déterminée que toi et moi réunis. Si tu ne me crois pas, descend dans la Cage et affronte-la, mais si tu n'a que de la gueule alors tu ferais mieux de la fermer parce que mes colts me démangent. "

Un long silence s'installa entre les deux hommes pendant lequel David fusilla son vis-à-vis du regard, à défaut de le faire avec les colts sus-mentionnés. Il ne s'expliquait pas vraiment la raison de sa réaction quelque peu excessive, mais entendre ce vieil imbécile tranquillement assis sur sa banquette médire de Kaji alors qu'elle avait fait preuve de tant de détermination, d'opiniâtreté et de courage, alors qu'elle avait plus que probablement traversé des épreuves qu'il ne pouvait même pas imaginer, cela lui avait chauffé le sang plus qu'il ne s'y attendait.

Le silence se prolongea, brisé par le bruit que faisaient les autres clients du bar, puis Flagos repris la parole, énonçant une liste d'exigences plus farfelues les unes que les autres. David le regarda avec un air de surprise, comme s'il avait du mal à croire ce qu'il entendait, puis son expression changea pour devenir quelque chose proche de la consternation.

* Punaise ! Mais sur quel numéro je suis encore tombé moi ?! *

Lorsque le vieil homme se tut enfin (c'est pas trop tôt !), David lui répondit avec un air incrédule.

" Ohlala, mais ça va pas non ?! Pour qui tu te prends ? T'es pas un ministre. D'abord, j'ai pas le pouvoir de d'accorder tout ça, il faudra réclamer auprès de général Thomson, et puis c'est pas mon boulot. Mon job à moi, c'est de te ramener à la GC de gré ou de force, mais je te préviens que si je dois t'y traîner par la peau des fesses, ton rôle là-bas, de même que tes conditions de vie, seront beaucoup plus désagréables que si tu viens volontairement. Et toute manière, je ne sais ce qu'ils leurs font aux mutants qu'ils capturent, mais ils les appellent les "cobayes", c'est assez clair non ? Et je peux te garantir pour avoir papoté avec l'un d'eux que ce qu'on leur fait n'a vraiment rien d'une sinécure. On te propose gentiment un boulot payé avec le gîte et le couvert, alors qu'on aurait pur te mettre la tête dans un sac pour te coller au fond d'une cellule et te faire je ne sais quoi de pas bien marrant, et ça c'est uniquement à cause de ton expérience militaire, alors arrête un peu de faire des histoires et allons-y, parce que moi je commence à crever de chaud avec cette foutue veste sur le dos ! "

D'accord, on aurait put trouver plus diplomatique comme manière de présenter les choses, mais au moins, ça c'était fait, on pouvait plier et passer à la suite.

_________________
David Dilfert's Theme



[GC] C'est la vie qui continue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flagos Thibodeau
Mutant de classe 1
Mutant de classe 1
avatar

Nombre de messages : 18
Age : 26
Age du perso : 67 ans
Langues parlées : Français, Anglais, Russe
Pouvoir du perso : Télépathie/Télé-empathie
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: [Miami] À la recherche d'Arthur Flint   Ven 28 Aoû - 4:37

-C’est bon, j’ai compris le message. On touche pas à la redoutable fillette et on reste humble face à nos nouveaux patrons… Non mais sans blague, j’aime bien votre méthode d’approche à la GC. C’est clair, net et précis. Dernière petite question, vous les payez combien les flics de Miami pour qu’ils vous laissent faire votre loi ici?

Flagos fut plutôt déçu de s’apercevoir que Dilfert n’appréciais pas l’humour sarcastique de son personnage. Après tout, tant qu’à «travailler» à la GC, aussi bien s’y faire des contacts. Malheureusement, Dilfert ne semblait pas beaucoup l’apprécier, et selon ses dires, il était un des moins violents du groupe.

*Bah! C’est pas comme si je voulais être la coqueluche du club social… Le but c’est de voir ce que je peux retirer de la GC, puis de foutre le camp au plus vite si ça fait pas mon affaire…*

Foutre le camp… C’était sans doute la partie la plus difficile de son plan. Comment allait-il s’enfuir de la GC après avoir fouillé leurs archives et observé leurs activités de fond en comble? La réponse allait, espérait-il, venir d’elle-même. De toute façon, Flagos n’avait pas vraiment le choix. Il devait entrer à la GC, ou devenir un de leur cobaye, option fort peu rassurante.

-Bon c’est d’accord, je vais aller vous payer une petite visite si ça peut faire plaisir à ton Thompson. D’ailleurs j’aimerais bien le rencontrer, particulièrement si c’est à lui que vont les requêtes sur les conditions de travail.

Flagos engouffra le restant de son sandwich dans sa bouche, le mastiquant lentement avant de l’avaler. Il vida ensuite le contenu de son verre et ajouta :

-Je commence à en avoir marre de parler, je veux de l’action. Je te suivrai où tu iras comme un bon otage; ça te vas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Dilfert
Membre de la Shatter Division
Membre de la Shatter Division
avatar

Nombre de messages : 261
Age : 31
Age du perso : 22
Langues parlées : Américain, français
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: [Miami] À la recherche d'Arthur Flint   Dim 30 Aoû - 2:43

Enfin ! Enfin ce vieux machin devenait coopérant ! Il était temps, David commençait à craindre de devoir le ramener de force et pire encore, de devoir l’envoyer dans une cellule de cobaye. Heureusement, Flagos se montrait enfin raisonnable, autant que pouvait l’être une vieux dans son genre. Malgré sa position, David comprenait parfaitement que le vieil homme se montre réticent. Lui-même n’aurait pas apprécié qu’on lui force la main comme il venait de forcer Flagos, mais il n’avait pas le choix, c’était ses instructions. Et avec le recul, l’homme qui avait recruté David l’avait approché amicalement sans montrer aucune intention de le forcer ou de l’attaquer en cas de refus. Mais ne pas les montrer ne signifiait pas qu’il ne les avait pas eues. David s’était montré franc pour que Flagos puisse peser avec justesse les conséquences d’un refus, et cela apaisait sa conscience.

Comme le vieil homme finissait son repas en quatrième vitesse, manifestant l’envie de vider les lieux pour passer à autre chose, David fit de même avec joie, car il éprouvait la même chose et n’avait plus qu’une envie : retourner à la GC enlever cette fichue veste. Cependant, les derniers mots de Flagos le laissèrent perplexes, et David répondit comme s’il venait d’entendre une bonne blague.

« T’as accepté le poste non ? Donc t’es ni mon otage ni mon prisonnier, t’es mon nouveau collègue, bienvenu dans la bande. »

Et lui tendit la main, comme l’homme civilisé qu’il était. Le mercenaire de la GC laissa une billet sur la table et sortit du petit établissement pour retourner sous la chaud soleil de Floride qui cuisait les passant sur la l’asphalte comme des œufs dans une poêle. Mais quelque chose attira son regard et il entraîna Flagos dans une ruelle déserte et abritée des regards, avant de lui expliquer ce qu’il faisait.

« Tu vois le mec et la bombe sexuelle qui sont en train de se peloter là-bas ? Je vais te montrer un truc à se rouler par terre. Tiens, choppe mes mains dans mon dos et tiens-les biens pour m’immobiliser complètement, et mets une main sur ma bouche pour m’empêcher de crier. Et tiens bien surtout, tu dois pas lâcher même si je me débat. Tu pourras me lâcher quand je reviendrais. »

Le vieil homme devait bien être perplexe, car David n’avait pas expliqué le pourquoi du comment afin de conserver la surprise, et d’attiser la curiosité du vieil homme pour l’inciter à agir. Il attendit que Flagos s’exécute, et lorsqu’il fut complètement immobilisé, il se concentra pour mobiliser son pouvoir, se focalisant sur l’homme qu’il avait désigné en train de peloter sa nana. Trois secondes plus tard, un claquement se fit entendre dans l’air, plutôt modéré car l’homme avait la même corpulence que David, et presque couvert par le bruit de la rue. L’homme devait maintenant de débattre dans l’étreinte de Flagos car David avait changé de place avec lui. Il était dans les vêtements de l’homme en train de peloter cette super bombe à sa place. Tout en préparant son pouvoir pour revenir, il attrapa à pleines mains les fesses de la fille. Tant qu’à faire une connerie, autant la faire à fond.

_________________
David Dilfert's Theme



[GC] C'est la vie qui continue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flagos Thibodeau
Mutant de classe 1
Mutant de classe 1
avatar

Nombre de messages : 18
Age : 26
Age du perso : 67 ans
Langues parlées : Français, Anglais, Russe
Pouvoir du perso : Télépathie/Télé-empathie
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: [Miami] À la recherche d'Arthur Flint   Jeu 3 Sep - 5:13

L’addition payé, Flagos suivit Dilfert à l’extérieur. Il fut surpris de voir son nouveau collègue de travail l’attirer dans une ruelle sombre. Que manigançait t-il encore…

Malheureusement pour eux, la ruelle était déjà occupé. Un couple était en train de se caresser dans un coin sombre. Flagos s’apprêtait à faire demi-tour quand Dilfert lui demanda de lui faire une clé de bras. Le vieux ne voyait pas vraiment où il voulait en venir mais s’executa malgré tout.

Quelques secondes plus tard, un claquement sonore se fit entendre dans l’allée. Flagos perdit l’équilibre vers l’avant. Dilert se débattait furieusement entre ses bras.


*Hey! Ce salopard essaie de me mordre les doigts!*

Il asséna un solide coup de genou derrière le tibia de son prisonnier, puis poursuivit avec un coup de coude en pleine figure. Dilfert s’écrasa par terre, assomé et la figure pleine de sang. Mais en regardant de plus près, Flagos s’apperçut qu’il ne s’agissait pas de Dilfert, mais bien de l’homme indiqué quelques minutes plus tôt par le mercenaire! Jetant un coup d’œil au couple en train de se bécoter, il s’apperçut que Dilfert avait pris la place de l’homme!

Prenant enfin conscience de la situation, Flagos ne sut pas s’il devait sourire ou démontrer une certaine exaspération. Il avait lui-même utilisé ses pouvoirs de manière peu honnête par le passé. Un exemple parmi tant d’autres : il avait déjà extorqué de l’argent à des personnes qu’il n’aimait pas en utilisant des informations issues de leurs cerveaux pour faire du chantage. Mais ça, ça dépassait de loin toutes les actions stupides qu’il avait fait à l’aide de ses pouvoirs.


-C’est ça que la GC entend par un travail «utile et diversifiant»? lança Flagos en ne pouvant retenir un sourire amusé. Je suppose que je pourrais m’y habituer sans trop de problème…

Se rappelant soudain l’ordre de Dilfert, Flagos se saisit du corps qui traînait au sol et l’immobilisa (bien inutilement d’ailleurs) entre ses bras, de la même manière qu’il avait retenu le mercenaire quelques secondes plus tôt…

Le vieux restait cependant perplexe face à cette soudaine initiative. Dilfert tentait-il de détendre l'athmosphère, ou était-il une sorte d'individu pervers ne voulant pas s'affirmer? Flagos ne put s'empêcher de se demander si tous les membres de la GC étaient aussi étranges que celui-ci…


*Être jeune et stupide… Ça me manque parfois…*

-Prends-bien ton temps vieux! J’peux aussi tenir ton manteau s’il te dérange… Après tout, je te dois une servitude absolue en tant qu’otage!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Dilfert
Membre de la Shatter Division
Membre de la Shatter Division
avatar

Nombre de messages : 261
Age : 31
Age du perso : 22
Langues parlées : Américain, français
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: [Miami] À la recherche d'Arthur Flint   Ven 18 Sep - 22:11

Dès qu'il sentit cet espèce de frisson qui n'en
était pas un, David utilisa à nouveau sa faculté particulière pour
revenir à sa place et dans ses vêtements. Puis lorsque Flagos le
relâcha, il se relava et partit en courant à moitié pour s'éloigner du
lieu du crime.

« On se tire avant qu'ils se rendent compte de ce qui s'est passé, sinon ça va chauffer. »

Malgré
le relatif danger qu'il avait attiré sur eux, David n'agissait pas du
tout comme quelqu'un de menacé mais plutôt comme un ado qui vient de
faire une bonne blague, et c'est d'ailleurs l'état d'esprit dans le
quel il se trouvait, car alors qu'il progressait très vite, il avait du
mal à contenir son hilarité. Trois pâtés de maisons plus loin, il
s'arrêta enfin et regarda si Flagos avait suivit, puis il éclata de
rire, pas la petite hilarité passagère mais un rire de gorge franc et
jovial de celui qui se marre tout ce qu'il peut, attirant l'attention
passagère de quelques passants.

« Des lustres que je rêvait d'essayer ce coup-là ! » Dit-il en deux éclats de rire, essuyant les larmes qui perlaient à ses yeux.

Puis
il reprit une marche tranquille le long des rues comme un simple
touriste, continuant à se bidonner un bon moment. Lorsqu'il retrouva le
contrôle de sa mâchoire, il s'adressa à Flagos avec le ton et la gaieté
de deux amis riant ensembles. Ce n'est pas ce qu'ils étaient mais son
forfait l'avait mis de bonne humeur et il se fichait bien de ce que
quiconque penserait, Flagos compris, de sa façon de s'adresser à untel
ou untel.

« Aller viens le vieux, on va
aller voir le chef qu'il te trouve une chambre, tu lui exposeras toutes
les revendications que tu veux, si tu y arrives. »


Essuyant
une dernière larme d'hilarité, il repris sa marche d'un pas de
promenade, slalomant entre les touristes pour mener Flagos vers le QG
de la GC.

_________________
David Dilfert's Theme



[GC] C'est la vie qui continue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Dilfert
Membre de la Shatter Division
Membre de la Shatter Division
avatar

Nombre de messages : 261
Age : 31
Age du perso : 22
Langues parlées : Américain, français
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: [Miami] À la recherche d'Arthur Flint   Ven 18 Sep - 22:12

Dès qu'il sentit cet espèce de frisson qui n'en était pas un, David utilisa à nouveau sa faculté particulière pour revenir à sa place et dans ses vêtements. Puis lorsque Flagos le relâcha, il se relava et partit en courant à moitié pour s'éloigner du lieu du crime.

« On se tire avant qu'ils se rendent compte de ce qui s'est passé, sinon ça va chauffer. »


Malgré le relatif danger qu'il avait attiré sur eux, David n'agissait pas du tout comme quelqu'un de menacé mais plutôt comme un ado qui vient de faire une bonne blague, et c'est d'ailleurs l'état d'esprit dans le quel il se trouvait, car alors qu'il progressait très vite, il avait du mal à contenir son hilarité. Trois pâtés de maisons plus loin, il s'arrêta enfin et regarda si Flagos avait suivit, puis il éclata de rire, pas la petite hilarité passagère mais un rire de gorge franc et jovial de celui qui se marre tout ce qu'il peut, attirant l'attention passagère de quelques passants.

« Des lustres que je rêvait d'essayer ce coup-là ! » Dit-il en deux éclats de rire, essuyant les larmes qui perlaient à ses yeux.

Puis il reprit une marche tranquille le long des rues comme un simple touriste, continuant à se bidonner un bon moment. Lorsqu'il retrouva le contrôle de sa mâchoire, il s'adressa à Flagos avec le ton et la gaieté de deux amis riant ensembles. Ce n'est pas ce qu'ils étaient mais son forfait l'avait mis de bonne humeur et il se fichait bien de ce que quiconque penserait, Flagos compris, de sa façon de s'adresser à untel ou untel.

« Aller viens le vieux, on va aller voir le chef qu'il te trouve une chambre, tu lui exposeras toutes les revendications que tu veux, si tu y arrives. »


Essuyant une dernière larme d'hilarité, il repris sa marche d'un pas de promenade, slalomant entre les touristes pour mener Flagos vers le QG de la GC.

_________________
David Dilfert's Theme



[GC] C'est la vie qui continue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flagos Thibodeau
Mutant de classe 1
Mutant de classe 1
avatar

Nombre de messages : 18
Age : 26
Age du perso : 67 ans
Langues parlées : Français, Anglais, Russe
Pouvoir du perso : Télépathie/Télé-empathie
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: [Miami] À la recherche d'Arthur Flint   Lun 21 Sep - 4:14

Dès que Dilfert réapparut entre ses bras, Flagos lâcha ce dernier puis il le suivit alors que le mercenaire prenait la fuite tout en riant. Le vieux commençait à ce demander qui était le plus fou entre lui et son nouveau compagnon de travail…

*Parfois, c’est mieux de pas poser de questions et de rester heureux… pensa t-il*

Flagos se demandait si cette frivolité était propre à Dilfert où si elle était due à un rigoureux entraînement à la GC. C’était bien connu, si les entraînements militaires étaient durs et éprouvant physiquement, ce n’était pas uniquement pour renforcir les muscles des recrues. C’était surtout pour briser leur moral et de faire d’eux des gens disciplinés. Il n’était pas rare que l’entraînement de base soit trop difficile pour certains débutants, ces derniers perdant peu à peu la raison. Flagos n’ayant pas subi ce genre d’exercice depuis une cinquantaine d’années, il ignorait à quel point celui-ci avait changé depuis le temps; et surtout : de quoi aurait l’air celui de la GC. Il commençait à craindre pour le peu de santé mentale qui lui restait…

*Bah… On est sénile où on l’est pas! Je suppose qu’une petite remise en forme pourra pas me faire trop de mal.*

Décidément, cette Genetics Corporation commençait à piquer sa curiosité. Il se demandait de quoi auraient l’air ses nouveaux employeurs. Avec un peu de chance, ils ressemblerait à ce Dilfert, mais il en doutait fortement. Les PDG de multinationales sont rarement le genre de personnes qui aiment faire des blague du type «sonne-décrisse» que son collègue venait d’accomplir le sourire aux lèvres.

-Bon on y va maintenant? Pas que ton truc soit pas marrant gamin, mais j’ai hâte de voir de quoi aura l’air ma chambre! Et surtout tes autres copains, question de savoir si vous partagez tous ce sens de l’humour douteux! ajouta t-il avec un sourire en coin.

Voyant que Dilfert semblait le mener à pied à travers tout Miami, il crut bon d’ajouter :


-Euh… gamin? Dit, c’est loin votre quartier général secret? Pas que mes vieilles jambes sont pas capables de tenir le coup, mais si on a à faire vingt kilomètres, je préférerais le faire à l’air climatisé d’un cab de taxi si tu vois ce que je veux dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Miami] À la recherche d'Arthur Flint   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Miami] À la recherche d'Arthur Flint
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A la recherche du roi arthur
» Recherche des chevaliers arthuriens
» Associations privées de recherche ovni: APRO, CUFOS, NICAP, MUFON
» CODE-ANIMAL.COM recherche le cirque Luigi Zavatta.
» (3e) Recherche nouvelles du XXe siècle "liées" à l'histoire...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Faculty :: Archives :: Nouvelles archives :: Archives Reste du Monde :: Archives 2050/2051-
Sauter vers: