AccueilPortail2FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [PV] Labo n°5 : Naissance d'un nouveau Dieu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [PV] Labo n°5 : Naissance d'un nouveau Dieu   Ven 3 Avr - 11:28

Memento s'éveilla ce jour-là comme tous les autres jours, dans sa petite chambre sans fenêtre au sous-sol du complexe de l'Arobase. Lavé et habillé de frais, il sortit mais pour une fois, il n'alla pas vers le réfectoire, il ne prendrait pas de petit-déjeuner. Il avait reçu la veille une convocation pour passer une batterie de tests tout au long de journée, qui s'annonçait déjà ennuyeuse. Pas que les tests soient très contraignants ou désagréables en règle générale, mais il étaient souvent d'un ennuis mortel, alors s'il devait y passer la journée, cela allait être long. Quoi qu'il en soit, on lui avait recommandé de venir à jeun pour ne pas perturber les résultats. Pas très enthousiasmé, il se plia tout de même à la recommandation, pour ne pas risquer de devoir tout recommencer le lendemain pour un petit-déjeuner. Il se dirigea dont directement vers les laboratoires expérimentaux où devaient avoir lieu les tests.

Le papier qu'il avait reçu, lui disant qu'il était convoqué pour passer ces tests sans donner plus d'explications, était signé de la main d'un nouveau directeur de l'@, un certain Jordan Stee'leyn. Memento n'avait pas vécu assez longtemps pour connaître l'ancien directeur, car il passait la majeur partie de son temps à l'école militaire, mais maintenant que sa formation était terminée, c'était ce nouveau directeur qui allait décider de son sort. En farfouillant dans quelques dossiers qu'il n'aurait pas du voir, je jeune clone avait découvert qu'il avait été commandé par un client fortuné de Caroline, dans le but de servir à la fois de garde du corps et d'encyclopédie et d'agenda. Il aurait dut être livre au client à la mi-avril, mais celui-ci ayant perdu sa fortune et se retrouvant dans l'incapacité de payer sa commande, Memento resterait à l'@ jusqu'à ce que le nouveau directeur décide quoi faire de lui.

Memento devrait veiller à se mettre ce nouveau directeur dans la poche s'il ne voulait pas être tout simplement détruit comme une liasse de papier devenue inutile. Tout à ses réflexions, il finit par arriver à l'étage des laboratoires expérimentaux et se présenta au Labo n°5.

" Ah ! Y713-560D ! " S'exclama un des scientifiques présents. " On attendait plus que toi. "

Memento referma la porte derrière lui et entra. Cela faisait un effet étrange de se livrer aux mains de ces scientifiques qui allaient le manipuler à leur guise et lui faire tout ce qu'ils voulaient. Ce n'était pas sa première séance de tests, loin de là, mais il n'y était toujours pas habitué. Jamais il ne s'habituerait à cet insupportable sentiment d'impuissance lorsqu'il n'était plus qu'un cobaye docile. Mais il n'avait pas le choix. Sitôt arrivé, ils le firent se dévêtir pour passer une simple chemise de cobaye, puis il le firent s'allonger sur une table en acier, gelée comme de la glace contre sa peau, même à travers le léger vêtement. Des sangles lui fixèrent les chevilles et les poignets, et, ce qui le surpris, le front et les épaules également. La table se releva presque à la verticale et Memento étudia la configuration des lieux pour ne pas penser à ce qui allait suivre. Le labo était remplit de nombreux instruments, de toutes formes et de toutes tailles. L'un des deux scientifiques qui s'y trouvaient encore approcha de lui un chariot sur lequel étaient posée plusieurs seringues, elles-mêmes de différentes tailles, tandis que l'autre collait plusieurs sondes sur son corps. Le scientifique regarda un de ses collègues dans la salle de contrôle, séparée du labo par une vitre épaisse, où les résultats étaient retranscrits sur des ordinateurs.

Le chef de l'équipe hochât la tête et celui qui se trouvait près du jeune clone prit une seringue sur le plateau pour en injecter le contenu dans l'organisme du cobaye. Il y eut quelques secondes de flottement, silence et immobilité, durant lesquelles Memento se demandait ce qui allait se passer. Puis soudain, une douleur sourde lui envahit le crâne, un battement lancinant qui n'avait rien d'agréable et semblait se propager dans son cerveau tout entier. Puis la douleur devint de plus en plus forte, de sourde, elle devint vive, comme un feu brûlant l'intérieur de son crâne. Memento écarquilla les yeux de surprise, et une plainte de douleur s'échappa entre ses dents serrées tandis que son champs de vision était envahit de centaines de points brillants qui lui cachaient tout le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [PV] Labo n°5 : Naissance d'un nouveau Dieu   Mer 6 Mai - 0:52

Le regard d’acier de Jordan n’avait absolument aucun effet sur la cible qu’il examinait avec attention et sans ciller. Cela n’avait rien d’étonnant car la cible en question était une feuille de papier, normal qu’elle reste de marbre. Pour être plus précis, il ne regardait la feuille elle-même mais les informations qui étaient inscrite dessus. Il s’agissait de la fiche signalétique d’un clone mutant créé un an auparavant.

Modèle ADN original : Albert Camomille
Matricule : Y713-560D
Faculté connue : Mémorisation parfaite impliquant une perspicacité hors du commun.
Faculté latentes : Inconnues, mais classables dans la catégorie des facultés psychiques.

Le dossier complet qui accompagnait la fiche, parmi ses nombreux détails, précisait que le client ne pouvait plus payer ce clone qu’il avait commandé, et que le produit devrait donc être détruit à moins de lui trouver une utilité pour la société. Et pour évaluer correctement son utilité, il fallait d’abord éveiller ses capacité latentes. C’était le but des expérimentations du jour.

Jordan avait décidé de profiter de cette occasion pour remplir un autre objectif. Il était presque l’heure. L’équipe de Dreyphon était déjà revenue au laboratoire numéro 5 et Jordan s’était posté dans la salle de contrôle informatique en compagnie de Dreyphon lui-même. Ce dernier n’en menait pas large en la présence de son nouveau directeur. Il faut dire que Jordan lui avait jeté en arrivant un de ces regard qui le plaçait sur des charbons ardents. Le cobaye était attaché sur la table au centre du labo, de l’autre côté de la vitre, et sortait de sa somnolence artificielle, l’équipe était en place, Jordan était présent également. On attendait plus que l’arrivée de l’actrice principale pour commencer : Amelia Jensen.
Revenir en haut Aller en bas
Amelia Jensen
Neuropsychologue
Neuropsychologue
avatar

Nombre de messages : 24
Age du perso : 34 ans
Langues parlées : français, anglais, grecque, japonais (quelque peu allemand)
Date d'inscription : 03/04/2009

MessageSujet: Re: [PV] Labo n°5 : Naissance d'un nouveau Dieu   Mer 6 Mai - 5:31

À la suite de son entretient, Amelia s'était dirigée vers le refectoire histoire de se relaxer un peu... et surtout de prendre le temps de manger bien sûr. Après tout, un simple soupire de soulagement poussé une fois hors du bureau de monsieur Stee'leyn n'était pas assez pour faire descendre la pression soudainement. Ce n'était pas peu dire, son malaise avait été si encré en elle qu'il lui avait fallu un moment avant de se convaincre que si elle avait été convoqué pour le début de l'après-midi, c'était parce que justement, elle s'en était bien sortie! Enfin, ce n'est qu'une fois arrivée à destination qu'elle pu finalement se détendre, souriant mi-joyeusement, mi-paisiblement face à ce défi réussi. En fait, ce n'était pas seulement cela qui la rendait heureuse sur le moment, mais bien la perspective de pouvoir continuer ses recherches sans la moindre restriction, autre que sa propre moral. Ainsi donc, les résultats de ses tests ne regarderaient à présent qu'elle... et les membres de sa prochaine équipe bien entendu! Elle avait si hâte de commencer, la journée s'annonçait mémorable. Tient... il faudrait qu'elle pense à ne pas s'exprimer en grec.

Le réfectoire grouillait de monde à l'heure actuelle, d'un endroit du monde ou un autre, c'était du pareil au même; seule l'heure changeait en fait. Elle aurait souhaiter prendre le temps de déjeuner sur l'île et ainsi prendre le temps de savourer le climat des environs et les saveurs locales. Ça serait sans doute fort différent de la Grèce, mais l'ambiance maritime ne l'en éloignerait pas trop. Elle n'aimait pas l'avouer, puisqu'elle détestait s'enraciner quelque part, mais l'étudiante avait eu un faible pour cette ambiance. Néanmoins, la présence d'une culture étrangère était des plus intéressante et cette simple idée était suffisante pour lui faire trouver dommage de ne pas avoir plus de temps pour manger avant de recommencer à travailler, même si c'était là sa passion! Parlant de passion, Amelia était attendu à 13h30 précisément pour commencer enfin à travailler sérieusement. Enfin, c'était plutôt un test, mais pour cette jeune femme, il s'agissait simplement d'une première affectation et d'une journée de laboratoire. Ce n'était, après tout, pas moindrement la première fois qu'elle se retrouvait en laboratoire, c'était là son domaine et son métier. Et le jour où elle cesserait de ressentir cette passion et ce sentiment de bien être lors de l'exécution de ses tâches, seulement à ce moment, elle songerait à changer de métier.

13h15, environ l'heure à laquelle Amelia pénétra dans le laboratoire numéro cinq. Depuis longtemps maintenant, elle avait pris l'habitude d'arriver d'avance histoire préparer la pièce ou bien de prendre le temps de lire ou de relire certaines informations sur le sujet d'expérience avant de commencer. Dans le cas présent, il s'agissait surtout de prendre de l'information sur le cas présent avant de commencer, histoire de savoir exactement ce de quoi il en retournait. Toutefois, contrairement à ce que l'étudiante à triple nationalité croyait retrouver en laboratoire, elle se retrouva nez à nez sur l'équipe de laboratoire déjà présente. Elle cru d'abord s'être trompé d'endroit, mais puisque Stee'leyn était présent... alors était-elle en retard? Non, l'horloge de la pièce donnait également quinze minutes de moins que le rendez-vous fixé. Un sourire se forma alors sur les lèvres, amusé mais calme à la fois.


"Et bien, il faut croire que je ne suis pas la seule qui apprécie d'arriver en avance. Mais si vous voulez bien m'excuser, j'aimerais prendre connaissance du dossier du sujet avant de commencer."


Aussi, après avoir salué poliment les autres membres de l'équipe et le directeur, la petite nouvelle se dirigea vers le dossier posé sur l'un des petits bureaux de la pièce et commença sa lecture, prenant également connaissance de la situation. Une batterie de tests avait déjà été entamé en matinée et on lui avait injecté une solution capable de suivre la progression de certains neurotransmetteurs du point de départ jusqu'à réception. Ce n'est qu'à ce moment, intriguée, qu'Amelia leva les yeux du dossier pour trouver le cobaye en question... encore éveillé...!? Étonnant, c'était justement le genre de chose qu'elle aurait injecté sous anesthésie seulement, pour des raisons plus qu'évidentes pour le cobaye présentement installé sur la table d'examen. Un cours malaise se laissa entrevoir dans son regard avant qu'elle ne se remettre à suivre les explications de l'expérience en cours, histoire de pouvoir s'y adapter et ainsi commencer le tout.

Néanmoins, une chose était sûr... dès la fin de la journée, elle trouverait un temps pour discuter avec ce cobaye. Après tout, elle avait toujours pris le temps de le faire avec les autres, alors pourquoi pas avec lui aussi? Parce que c'était un clone? Mauvaise excuse, c'était un être vivant comme un autre, alors pourquoi agir différemment? Et puis, quelque chose l'intriguait... comment devait-elle l'appeler au juste? Albert Camomille n'était pas son nom, c'était celui de son "modèle original", et un matricule ne faisait pas un nom. Pour l'instant, il faudrait s'en tenir au classique et ne pas le nommer directement en s'adressant à lui, mais elle se reprendrait à la fin. Si non, pour le moment, l'étudiante au doctorat vint prendre place avec le reste de l'équipe, il était grand temps de se mettre de la partie elle aussi.


[J'ai pris quelques libertés, mais si cela ne convient pas, MP moi et j'ajusterais en conséquence.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [PV] Labo n°5 : Naissance d'un nouveau Dieu   Jeu 7 Mai - 11:12

Lorsque la jeune femme arriva au laboratoire n°5, elle émit une remarque amusée sur le fait d’être en avance. Ce qui ne fit à Jordan ni chaud ni froid. En revanche, il appréciait qu’elle désire s’informer sur son sujet avant le début fixé de l’expérience, cela dénotait d’un certain professionnalisme fort appréciable.
Bref, Jordan l’accueilli d’un léger hochement de tête lorsqu’elle le rejoignit dans la salle des résultats, séparée du labo par une vitre renforcée et où se trouvaient plusieurs ordinateurs. Le cobaye sur la table du labo avait déjà plusieurs électrodes collées sur son torse et son crâne, pour mesurer ses activités cardiaques et cérébrales. Lorsqu’un autre scientifique les rejoignit à son tour, Jordan les présenta.

« Melle Jensen, voici le docteur Dreyphon, responsable de cette équipe. Dreyphon, Melle Jensen. Elle prendra la direction de votre équipe jusqu’à la fin de cette expérience. Je vous déconseille de protester, vous avez déjà perdu votre place de responsable d’équipe en agissant à l’encontre de mes directives sans raison valable, n’allez pas en plus saboter ce qu’il reste de votre carrière. »

Le directeur de l’Arobase renvoya le scientifique dans l’autre partie du labo et tendit à Jensen le dossier du clone qu’il avait en main. Il contenait toutes les informations possibles concernant le clone, une masse de donnée dont Jordan ne comprenait pas la moitié, mais Jensen saurait certainement les décrypter, puisqu’il s’agissait là de son métier.

« Ce clone a été crée à partir d’un certain Albert Camomille, un européen dévoré par le démon du jeu qui terminé sa vie dans une ruelle sombre pour avoir trop gagné. Cet Albert était ce qu’on appelle un compteur. Capable de retenir quelles cartes étaient déjà sortie et ainsi de prévoir lesquelles avaient le plus de chances de sortir, gagnant sans même tricher par ses seules facultés. Nous avons récupéré son matériel génétique et en avons obtenu, par différents procédés, ce Y713-560D doté de la mémorisation parfaite, ou mémoire photographique. Les modifications apportées aux gènes d’origines sont étendues et il a été estimé qu’elle auraient dut avoir d’avantage d’effet, c’est pourquoi nous pensons qu’il disposes de capacités latentes, que nous cherchons aujourd’hui à éveiller. Nous allons donc tenter de forcer le cerveau à réagir et à activer une partie généralement inutilisée, partie en lien avec l'innervation superflue de son organisme, que nous pensons liée à ces capacités. »

Jordan regarda Jensen un moment, mais pas pour lui mettre la pression cette fois. Son but n’était plus de voir comment elle réagirait à ses attaque mais d’étudier son comportement et ses compétences dans un labo, et ainsi de juger si elle avait le profil pour prendre la tête d’une équipe dès à présent.

« Avant d’entamer les procédures, examinez les données, tout est dans ce dossier, et dites-moi si cette hypothèse est réaliste. Ensuite, vous examinerez les protocoles de l’expérience et y apporterez les modifications que vous jugerez nécessaires. En somme, vous allez revoir tout le travail de Dreyphon sur ce clone et le corriger si besoin est. Ici et aujourd’hui, vous avez carte blanche. »

Sur ces mots, Jordan recula d’un pas et pris place contre le mur. Il ne doutait des capacités scientifiques et du savoir de la jeune femme, ce qu’il voulait évaluer, c’était ses capacités de meneuse, voir si elle était capable de diriger une équipe et d’en prendre les responsabilités.

[HRP] C’est à toi. Je te laisse mener les travaux comme tu l’entend. Entre quelqu’un qui s’y connaît un peu et quelqu’un qui fait semblant, autant que ce soit le premier qui balance plein de trucs compliqués. [HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Amelia Jensen
Neuropsychologue
Neuropsychologue
avatar

Nombre de messages : 24
Age du perso : 34 ans
Langues parlées : français, anglais, grecque, japonais (quelque peu allemand)
Date d'inscription : 03/04/2009

MessageSujet: Re: [PV] Labo n°5 : Naissance d'un nouveau Dieu   Ven 8 Mai - 3:12

[Avant de commencer, j'aimerais seulement noter que la nature de la solution injecté est basée sur quelque chose d'existant, mais celle-ci, à ma connaissance, n'existe pas. Je me suis seulement dit qu'avec le rythme de l'avancement scientifique, 2051 ce serait chose possible.]

Alors que l'universitaire allait saluer poliment le docteur Dreyphon, son employeur enchaîna sur un détail fort surprenant: elle allait prendre la direction de son équipe pour cette expérience. C'était là quelque chose de très étonnant, surtout sachant qu'Amelia n'avait pas encore son doctorat, mais bien qu'elle était en voie de l'obtenir. Bien que ce soit une chance incroyable point de vue pour elle, elle ne pouvait s'empêcher de penser à ce que devait croire celui qui était appeler à devenir son collègue de travail. Ce faire ainsi remplacer par une étudiante d'un degré plus bas que le sien était une véritable insulte et cela commençait bien mal au niveau de ses relations professionnelles. Ainsi donc, alors que Stee'leyn continuait d'enfoncer le clou pour ce pauvre docteur risquant d'éventuellement perdre son travail, Amelia lui accorda un regard sincèrement désolé avant que celui-ci ne quitte la pièce, la laissant seule avec le directeur de l'entreprise de clonage.

En parcourant déjà d'un premier coup d'œil les informations présentés dans le dossiers que lui tendait Stee'leyn, la chercheuse écouta avec attention les informations donnés, trouvant ainsi la direction de l'expérience en cours. Toutefois, il lui manquait encore pas mal d'information quant à savoir avec précision quel serait son but aujourd'hui. Il y avait du travail à faire avant de commencer... un peu de recherche s'imposait. Ainsi donc, elle ne fit qu'affirmer d'un signe de tête avant de commencer à lire. Fait cocasse, enfin, elle considérait ce fait comme cocasse, on venait de lui demander de revoir ce travail... le travail de quelqu'un ayant logiquement un plus haut niveau de scolarité qu'elle! Toutefois, elle le ferait quand même. Non pas par prétention, mais bien parce qu'elle croyait que chaque membre d'une équipe pouvait aisément apporter quelque chose de très important de par ses connaissances et ainsi compléter l'information de l'un ou d'un autre. C'était donc dans cette optique qu'Amelia ajusterait, au besoin seulement, les données si-dessous. Et puis, ce genre d'étude était fortement en lien avec ses propres connaissances et avait un lien assez important avec son sujet de thèse, si on savait interpréter les résultats présent en conséquence. Ceci imposait donc qu'elle compile les résultats de l'expérience de la journée de deux manières différentes, mais c'était parfait pour elle.


Très bien.


Sur ce, elle s'installa sur le bureau, parcourant le dossier à une bonne vitesse, sans toutefois en perdre une seule ligne. Aussi, au bout d'un moment, sans même avoir terminé sa lecture, elle ouvrit son fameux ancêtre de mallette afin d'y sortir un ordinateur portable - parce que malgré les ordinateurs environnant, elle est toujours plus à l'aise avec ses choses - et une petite boîte qu'elle ouvrit à l'aide d'un clé. Cette boîte, soit dit en passant, n'avait rien d'une pièce d'antiquité et était des plus sûr. À l'intérieur de celle-ci, on pouvait découvrir plusieurs clés USB, tous classés et nommés en fonction de tel ou tel dossier, ou parfois du sujet ça peut arriver aussi. Et ainsi commença l'étrange spectacle de la quête d'informations d'Amelia. Branchant l'une après l'autre diverses clés, ajoutant divers textes sur le bureau complètement vierge de son ordinateur portable, puis lisant à la fois le document contenant les information au sujet du clone, puis certaines notes qu'elle ouvrait sur le bureau... jusqu'à se retrouver à lire parfois trois textes ou plus en même temps. C'était assez étrange, mais dans son cas, c'était le genre de chose qui marchait à merveille.

Au bout de moins d'une heure de lecture, Amelia savait déjà ce qu'elle voulait faire et avait plusieurs pistes concernant comment elle voulait le faire. Le plus intéressant dans tout cela était ces neurones "bonus" présente chez le cobaye: elles ne recevaient pas d'influx nerveux.(1) Ces neurones étaient faites pour recevoir l'acétylcholine et traiter ce neurotransmetteur de la même manière qu'à l'intérieur du système nerveux, ce qui était en soit extraordinaire. Pourtant, quelque chose empêchait l'acétylcholine de passer, l'hypothèse présente au sujet du problème rencontré était au sujet d'une problématique au niveau des canaux ioniques des neurones ou bien une trop faible présence en sodium sous forme ionique. Pourtant, les résultats des précédentes expériences n'apportaient rien de vraiment concluant à ce sujet. Il valait donc la peine de passer à une seconde hypothèse made in Amelia Jensen.

Et parlant d'hypothèse, elle en avait justement une... assez particulière. Elle allait se baser sur l'hypothèse de base, mais en jouant avec ses propres recherches et sa propre thèse. C'était le moment idéal de faire un essai. Ainsi donc, elle ouvrit un nouveau document et commença à y inscrire quelques données, avant de se faire un tableau à la main. Son idée était simple, elle comptait augmenter la concentration de l'acétylcholine présente dans l'organisme de son cobaye. Pour l'instant, ce n'était qu'un teste, mais ça pouvait s'avérer concluant si on se fiait à sa thèse; bien qu'elle restait encore à prouver. Mais n'était-ce justement pas là la beauté du monde expérimental?

Ainsi donc, après avoir sauvegardé et ranger son matériel information, Amelia se leva et s'étira rapidement avant de se retourner vers le directeur. Malgré la froideur de ce dernier et qu'elle sache très bien que ces prochains termes seraient sans doute inutiles, elle ne pu quand même s'empêcher de se retourner vers lui en lui souriant poliment.


Je crois avoir une idée permettant de créer l'activité neurologique recherché. Je ne compte pas l'expliquer plusieurs fois donc si vous le voulez bien, nous pouvons passer dans l'autre pièce et rejoindre le reste de l'équipe.


Ainsi donc, la chercheuse traversa la pièce, gardant avec elle le document concernant le cobaye ainsi que quelques notes prises au sujet de son idée. Une fois de l'autre côté, elle s'excusa du temps qu'elle avait mise à explorer le présent dossier, se justifiant par le fait qu'il s'agissait de la première fois qu'elle y avait accès; ce qui était un très bon motif en soit. Enfin, elle fini par expliquer clairement son idée et le procédé qu'elle comptait utiliser au cours de l'expérience. Elle gratifia donc un premier technicien de laboratoire de s'occuper d'aller se procurer de l'acétylcholine en une quantité plus ou moins importante, alors que le second (se trouvant à être un étudiant dont le bac était en cours) restait ici en attendant la suite des opérations. Ce choix avait été fait de manière intentionnel, il serait toujours plus intéressant pour un étudiant de voir l'action et d'y participer plus concrètement. Si non, en attendant la réception de sa demande, Amelia pris le temps de ce présenter un peu plus convenablement aux trois autres membres présents dans la pièce, avant d'aborder le docteur Dreyphon et une autre scientifique détenant une maîtrise en neurologie. Elle voulait discuter avec eux afin d'établir convenablement le dosage à tester en premier. Le but d'une équipe de laboratoire était, après tout, d'unir les connaissances de chacun histoire de bien mener une expérience à terme.

______________________
(1)Il est important de noter que pour le moment, je ne fais que poser quelque chose que j'ai déduit possible (entre ça et une autre possibilité) au moment de ma propre recherche rapide sur le sujet. En temps normal, j'aurais fait un procédé expérimental pour y arriver, mais comme le dossier est sensé déjà comporter plusieurs informations, il s'agit du genre chose étant déjà sensé s'y trouver. Il en va de même pour l'information du reste du paragraphe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [PV] Labo n°5 : Naissance d'un nouveau Dieu   Mar 12 Mai - 11:12

La jeune scientifique passa un moment à étudier le dossier en long en large et en travers, de ce que pouvait en juger Jordan, mais sans y perdre plus de temps que nécessaire. C'était une bonne chose d'être tombé par hasard sur son dossier de candidature alors qu'il devait partir à la poubelle.

Le directeur de l'Arobase avait l'intention de modifier dans le fond la gestion du personnel de sorte à s'assurer que chacun fasse son travail et s'assure de le faire bien, dans le but d'éliminer de ses effectifs les tire-au-flanc et les incompétents. Et cela impliquait bien sûr de changer également la méthode de recrutement. Cette expérience sur le clone Y713-560D était aussi une expérience pour tester une autre façon de choisir le nouveaux employés de l'Arobase. En somme, cette seule expérience allait apporter trois ensembles de résultats, dont deux qui concernaient Jordan.

L'expérience en elle-même était somme toute assez secondaire. Ce clone était un produit que le client ne pouvait plus payer, il avait donc coûté son prix à fabriquer, mais ne servait plus à rien, ce qui représentait un manque à gagner pour la société. L'expérimentation sur son cerveau visant à éveiller ses capacités latentes, s'il en avait vraiment, pour lui trouver une autre utilité au sein même de l'Arobase, n'était qu'un moyen de réduire la perte pratique du clone, une manière de sauver les meubles en quelques sortes.

Bref, lorsque la jeune femme eut terminé d'examiner les données rassemblées dans le dossier par l'équipe en charge de ce sujet, et alla se présenter au reste de l'équipe et commença à donner ses directives pour débuter l'expérience. Contrairement, à ce qu'elle avait proposé, Jordan ne la suivit pas dans le laboratoire et demeura dans la salle des ordinateurs. Il ne participait pas à l'expérience, il n'avait donc rien à faire dans l'espace de travail des scientifiques. Évaluer Jensen ne justifiait pas de gêner tout le monde, l'efficacité primait sur tout le reste. il assiterait donc à l'ensemble de l'expérience depuis l'autre côté de la vitre.

*--*--*


Attaché à la table d'expérimentation, Memento revenait doucement à lui. Il avait été sédaté dans la matinée mais l'effet du produit s'estompait et la conscience revenait, et les sensations avec elle. La lumière lui blessait les yeux derrière lesquels battait faiblement une douleur sourde. Restes de la dernière migraine ou prémices de la prochaine ? Il ne savait pas vraiment ce qu'on lui avait injecté avant de l'endormir mais cela avait eut des effets qu'il n'appréciait pas du tout. Comme ses yeux s'habituaient peu à peu à la lumière, il put voir qu'il y avait une personne de plus dans le laboratoire, une personne qu'il ne connaissait pas et qui ne faisait pas partie de l'équipe qui s'occupait habituellement de son cas. Cela devait être important. Une nouvelle personne pour s'occuper de lui et des expérimentations plus pénibles et douloureuses qu'elles ne l'avaient jamais été. Il devait se passer quelque chose dans les hautes sphères, probablement à cause de ce nouveau directeur. Mais pour Memento, cela n'avait pas vraiment d'importance sur le moment car l'expérience allait vraiment commencer, et pour la première fois de sa courte vie, il redoutait ce qui allait arriver ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
Amelia Jensen
Neuropsychologue
Neuropsychologue
avatar

Nombre de messages : 24
Age du perso : 34 ans
Langues parlées : français, anglais, grecque, japonais (quelque peu allemand)
Date d'inscription : 03/04/2009

MessageSujet: Re: [PV] Labo n°5 : Naissance d'un nouveau Dieu   Sam 23 Mai - 21:33

Il fallu un petit moment avant que les trois chercheurs ne finissent par identifier le bon dosage pour le premier test. Il ne fallait pas commencer par une trop forte dose, la viabilité du cobaye restait tout de même prioritaire; après tout, le but de l'expérience était tout de même d'enclencher l'effet de sa mutation, ce serait inutile chez un mort. D'un autre côté, une dose trop faible ne ferait aucun effet et il serait impossible de dire si l'absence de résultat viendrait du dosage ou bien de l'hypothèse énoncée. Au côté des chercheurs, l'étudiant présent dans la pièce suivait la conversation avec intérêt et fut même invité à plusieurs reprise à s'y joindre et a donner son point de vue entre quelques questions. Pour avoir été dans cette même position il y a quelques années de cela, Amelia savait parfaitement ce que devait ressentir le jeune homme. Un poste de laboratoire était toujours plus intéressant qu'un cours, pour la simple et bonne raison qu'il pouvait participer. Et cette sensation de réussite lorsqu'on réussi à poser quelque chose de logique pouvant être pris en considération, ou bien seulement donner un coup de main. Ah... les débuts et cette passion toujours au rendez-vous, c'est un véritable bijoux et l'indicateur par excellence de l'endroit où l'on finira sa vie.

La porte du laboratoire s'ouvrit finalement sur le technicien de laboratoire, revenant avec l'acétylcholine, tel que demandé. Cela signifiait qu'il était maintenant temps de voir si l'hypothèse émise par la future détentrice d'un doctorat était la bonne. Si elle s'avérait bonne, il resterait maintenant à faire en sorte que le clone soit en mesure d'en produire la bonne quantité naturellement. Aussi, il faudrait évaluer les effets secondaires divers de la production d'acétylcholine en quantité plus importante que la normale, en fonction des facultés neurologiques du cobaye. Ce n'était pour le moment qu'un test et une hypothèse risquant de venir confirmer la thèse de cette scientifique. Décidément, si le projet fonctionnait, elle devrait demandé à travailler sur le dossier de ce clone; ce serait une véritable mine d'or pour son essai! Sur le moment, elle ne pouvait s'empêcher de se dire qu'elle avait bien fait de venir à l'Arobase; il ne restait qu'à s'assurer une place.

Alors que l'étudiant commençait déjà à préparer la dose d'acétylcholine à injecter à ce cobaye présentement anonyme aux yeux d'Amelia, elle s'approcha de celui-ci. Il s'était finalement éveillé, et suivant son code d'éthique, la jeune femme comptait bien lui adresser quelques mots maintenant, à défaut d'avoir pu le faire dès le départ. C'était tout de même incroyable de voir que dès que l'utilisation de l'humain était faite en dehors des règles, plus aucune once d'éthique n'était présente! C'était là quelque chose d'inacceptable aux yeux de cette chercheuse. D'accord, elle même s'apprêtait à ne plus respecter le code d'honneur qu'elle avait jurée de respecter, mais ça ne voulait pas dire qu'il fallait tout renier! Au contraire, cela voulait dire de respecter le cobaye entant qu'humain bien plus qu'à l'habitude, en compensation pour ces droits brimés. Mais là encore, ce n'était l'avis que d'une seule personne et cette vision des choses ne serait certainement pas adoptée par bien des gens.


Très bien, j'ignore si on t'a déjà expliquer ce que nous tenterons de faire, mais je vais quand même prendre le temps de t'expliquer un peu. Pour faire simple, nous allons tenter "d'éveiller" ta mutation. Nous allons t'injecter de l'acétylcholine, un neurotransmetteur, en quantité plus importante que ce que tu produis normalement. Si ça marche, on tentera de faire en sorte que tu puisses en produire la bonne quantité de toi-même et on fera en sorte que tu n'es pas trop d'effet secondaire relié à ça.


Une fois cette précision donnée, Amelia retourna vers les autres, là où les deux techniciens préparait déjà l'appareil à IMR (imagerie par résonance magnétique). Grâce à la précédente injection qu'avait subit le cobaye, l'équipe serait en mesure de suivre bien plus aisément le parcourt du neurotransmetteur injecté. Toutefois, ils attendraient que le cobaye soit à l'intérieur du "scanner" pour lui injecter l'acétylcholine juste derrière l'oreille, passant ainsi directement dans le cerveau sans être encombré par la boîte crânienne. La seconde détentrice d'une maîtrise de la pièce s'occuperait de l'injection, pendant qu'Amelia et le docteur Dreyphon observerait la progression de leur injection.

Un vent de nervosité et de fébrilité parcourait cette tornade humaine en blouse blanche; elle avait l'impression d'être une petite fille qui découvre ses cadeaux au matin de Noël - ou bien une adolescente qui s'apprête à donner son premier baiser, c'est au choix. Il s'agissait tout de même de vérifier si sa thèse tenait la route! Oh bien sûr, une seule réussite ne signifiait pas la victoire; comme on dit, ce n'est pas avec une bataille qu'on gagne la guerre. Toutefois, une réussite lui indiquerait qu'elle a justement des chances de la gagner cette guerre! Allez, que l'expérience commence!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [PV] Labo n°5 : Naissance d'un nouveau Dieu   Mar 2 Juin - 0:21

Lorsqu’il se réveilla, Memento était toujours dans le labo, toujours solidement attaché à la table d’expérimentations relevée en position debout. Cela ne le surpris pas vraiment, mais ce qui éveilla sa curiosité en revanche, c’étaient les deux nouvelles têtes qui étaient présentes. La plus remarquable était celle d’une nouvelle scientifique qui avait manifestement pris la tête de l’équipe à voir sa façon d’agir. On pouvait deviner sous sa blouse blanche des vêtements peu communs à cette époque, complétant une chevelure tout aussi extraordinaire. Le second visage inconnu était celui d’un homme qui se tenait immobile dans la pièce attenante au laboratoire, de l’autre côté de la vitre. Celui-ci observait l’ensemble de la scène avec une attention troublante de fixité, le seul qui n’était pas en blouse, il ne semblait pas participer aux travaux en cours. Le jeune clone se demanda qui était cet énergumène toléré dans un labo pendant une expérience, le tourisme n’étant pas parmi les services de la société de clonage, mais il n’aurait probablement pas la réponse de sitôt.

Ceci dit, côté surprises, il avait encore de quoi être servit, car avant de débuter l’expérience proprement dite, la nouvelle scientifique vint adresser la parole à Memento pour lui expliquer ce qu’elle allait faire. Passé un instant de pur étonnement, car il s’attendait à tout sauf à cela, il lui réplica avec un sourire ironique reflétant son amusement désabusé devant cette situation.

« Je vous remercie de cette charmante attention, mais il est inutile d’expliquer tout cela à un animal de laboratoire qui n'est bon qu'à tourner en rond dans sa cage. Et puis les effets secondaires de ma mutation d’origine sont déjà bien pénibles, il serait donc inutile de m'éviter les petits désagréments de ces expériences, pas vrai ? Surtout que vous auriez un peu de mal de toute façon (je fais de l’ironie là). En plus, utiliser de l’acétylcholine, c’est un procédé barbare, son effet est beaucoup trop généralisé dans tout le corps, vous ne réussirez qu’à me faire convulser et risquer une bradycardie sans rien en tirer d'utile. Vu ma capacité de mémorisation proprement impressionnante et sans égale, sans me vanter, vous devriez chercher plutôt du côté des récepteurs nicotiniques de type M1. Enfin moi je dit ça, je ne suis qu’une encyclopédie vivante, pas un savant. »

Et voilà, ce jeune homme si brillant dans tous les domaines n’avait put s’empêcher de fanfaronner un peu, se comportant comme un imbécile. Il avait pourtant toujours eu l’habitude de contrôler sa langue et son comportement, car c’était pour lui une question de survie. Il devrait redoubler de vigilance à l’avenir pour éviter qu’un incident de ce genre ne se reproduise. En admettant qu’il survive à cette expérience.

Et cela devait commencer sans plus tarder, aussi décida-t-il de garder le silence pour le reste de la journée, quoi que puisse lui faire la scientifique.
Revenir en haut Aller en bas
Amelia Jensen
Neuropsychologue
Neuropsychologue
avatar

Nombre de messages : 24
Age du perso : 34 ans
Langues parlées : français, anglais, grecque, japonais (quelque peu allemand)
Date d'inscription : 03/04/2009

MessageSujet: Re: [PV] Labo n°5 : Naissance d'un nouveau Dieu   Sam 18 Juil - 23:55

[Vraiment désolé! Je viens de me rendre compte que je n'avais pas signalé mes vacances =S]

La réponse que lui donna son cobaye la déconcerta un peu. Pour cette jeune femme qui avait l'habitude de travailler avec des cobayes volontaires ou bien avec de simple tableau et simulateur, entendre quelqu'un volontairement se qualifier de "rat de laboratoire" - pour reprendre ses mots - était assez troublant. Comment traitons les clones en ses lieux au juste? C'était un point auquel Amelia n'avait tout simplement pas pensé et elle ne désirait pas spécialement le faire le maintenant. Après tout, elle venait de trouver le lieux apparemment idéal pour ses recherches avec un poste déjà possiblement déjà assez bien placé et où elle avait accès à une variété de cobayes intéressants. Qui voudrait chercher à tout gâcher en se posant des questions? Surtout qu'elle était venue à l'Arobase justement pour éviter de s'en poser! Et puis, elle pourrait toujours veiller à ce que les cobayes de ses ou son dossier aient droit à un traitement de faveur afin que rien ne vienne modifier les résultats de l'expérience. Enfin, il faudrait voir une fois l'entretient terminé et une fois s'être assuré de savoir clairement ce que serait son poste et si elle était prise.

Si non, le clone développa sur un sujet assez intéressant, bien qu'il ne soit visiblement pas douer pour s'exprimer de manière respectueuse. D'où ce jeune homme sans doute encore plus jeune que ce que son apparence en disait tenait ses informations, Amelia n'en avait pas la moindre idée, mais soulevait certaines idées intéressantes. Non pas au sujet de la bradycardie, la quantité de ce neurotransmetteur injecté n'était qu'assez forte pour voir apparaître des changements mineurs, pas assez pour ralentir le rythme cardiaque de ce clone au point de déclarer cliniquement ce genre de trouble cardiaque. Pour ce qui était des récepteurs nicotiniques, il se trouvait que le neurotransmetteur auquel ils étaient les plus sensibles était justement l'acétylcholine, donc sur ce côté là, il n'y avait pas grand chose à en redire. Simplement, si son idée de base était la bonne, il faudrait simplement s'assurer que les récepteurs cholinergiques nicotiniques puissent en produire naturellement plus, mais seulement dirigé à un endroit en particulier. Ceci demanderait une intervention chirurgicale assez complexe, mais étant devenue beaucoup plus sécuritaire depuis la mise en lumière de la neuropsychologie. Si maintenant l'acétylcholine ne révélait aucun résultat, il faudrait alors se pencher sur un autre aspect de la théorie de cette chercheuse aux nationalités multiples et chercher à modifier le neurotransmetteur utilisé ou bien la synapse en tant que tel. Il faudrait commencer par travailler sur un modèle virtuel à la base histoire d'éviter trop de complication et de faire quelques tests avant de s'essayer sur ce cobaye qui allait bientôt se rendre utile, mais c'était une solution envisageable. Après tout, bien qu'il s'agisse d'un clone, Amelia n'arrivait pas à se faire à l'idée qu'elle pouvait tout simplement s'essayer sur un autre clone de la même série en cas de problème... c'était impensable, un humain reste un humain quand même.

Toutefois, pour le moment, il fallait commencer par le commencement et c'était quelque chose que, malgré une personnalité très dynamique, cette jeune femme de trente-deux ans avait appris depuis longtemps de par l'expérience. Une expérience ne prenait pas qu'un jour et déjà, elle trouvait la situation présente très précipitée. Il lui faudrait encore du temps pour analyser clairement le problème de manière expérimental et théorique, puis pour le régler une fois la clé du problème obtenue. Néanmoins, qu'importe le temps que cela prendrait, Amelia avait hâte de s'y mettre à temps plein et de trouver le moyen de faire avancer ça thèse tout en se rendant utile. Risquer d'avoir une thèse concluante pour passer un doctorat... voilà qui faisait sa journée! Mais bon, ne vendons pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué comme on dit, il restait encore beaucoup de travail à faire avant d'en arriver à ce point et cette scientifique était prête à s'y dévouer corps et âme!


[PS: Sorry, mais je ne suis pas neurologue, je suis une étudiante qui entre au CEGEP l'an prochain donc vous m'excuserez l'exactitude du processus ^_^"
Et puis, je n'avais pas grand chose à dire à l'exception d'attendre le résultat de mon essai.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [PV] Labo n°5 : Naissance d'un nouveau Dieu   Lun 27 Juil - 1:31

[HRP] Je ne suis pas neurologue non plus, ma seule source d'informations dans ce domaine, c'est wikipédia. [HRP]

La réaction ne fait pas attendre très longtemps. Tandis que ton cobaye te souris avec un air narquois, un membre de ton équipe passe dans salle des ordinateur pour s'assurer que les données sont correctement enregistrées, via les électrodes collées sur le corps du cobaye pour mesurer son activité électrique.

Quelques secondes s'écoulent dans le silence, chacun attendant de voir s'il va se passer quelque chose, puis le cobaye cligne des yeux et perd son sourire. Puis une grimace prend place sur son visage et il se met à crier en écarquillant les yeux et en tirant sur les sangles qui le maintiennent attaché à la table. Après interprétation des mesures, tu peux constater que l'activité électrique du cerveau est extrêmement intense, et qu'elle se propage dans tout le corps, mais l'effet est trop généralisé pour en tirer une conclusion utile à l'expérience, sinon peut-être la réactivité du cobaye à l'acéthylcholine.

Malgré les hurlements du cobaye, l'expérience doit continuer.
Revenir en haut Aller en bas
Amelia Jensen
Neuropsychologue
Neuropsychologue
avatar

Nombre de messages : 24
Age du perso : 34 ans
Langues parlées : français, anglais, grecque, japonais (quelque peu allemand)
Date d'inscription : 03/04/2009

MessageSujet: Re: [PV] Labo n°5 : Naissance d'un nouveau Dieu   Jeu 30 Juil - 18:39

Les cris du cobaye, dès le premier son, n'avaient pas tardé à mettre cette future nouvelle employée de l'Arobase mal à l'aise, jusqu'au point de douter du bien fondé de ces recherches et de ses actes. Elle pour qui la sécurité de ses cobayes avait toujours été une priorité entendait présentement les cris de l'un d'eux pour la simple et bonne raison qu'elle avait désiré tester quelque chose afin de savoir quelle était la meilleure direction à prendre pour la suite du projet. Sa vie n'était pas en danger, mais les cris de douleur de ce gamin lui étaient insupportables. Qu'était-elle entrain de faire? Désirait-elle vraiment payer le pris de son doctorat par la douleur et l'intégrité physique d'autrui? Elle ne l'avait jamais souhaité, mais c'était la seule manière de faire avancer ses recherches et sa thèse tout en brisant la monotonie d'un projet ne menant nulle part à moins de posséder un certains nombres de cobayes. Quoi!? Posséder un certains nombres de cobayes!? Elle n'était même pas encore officiellement employé qu'elle utilisait un possessif en parlant de cobayes et au lieu de faire mention de volontaires! Elle qui s'était un jour battu contre les expérimentations faites sur l'humain sans leur consentement... la voilà tombé étrangement bas. Non, Amelia n'était pas tombé bas, simplement bien loin de ce que cette cégépienne à la tête donnant l'impression de voir un arc-en-ciel qu'elle avait un jour été.

Il faudrait qu'elle s'habitue à ces cris et à cette douleur... parce que pour l'instant cela la rendait si mal à l'aise qu'elle se sentait quelque peu étourdit et hors d'elle-même, un peu comme si elle flottait au-dessus des têtes présentes dans la pièce, dans un tout autre espace temps. En fait, c'était tout juste si elle n'était pas prise de vertiges incommodants et de nausées, ce n'était pas peu dire. Aussi, elle préféra passer du côté de l'ordinateur afin de se faire une idée de base des résultats avant de commencer une analyse plus poussée, bien qu'il s'agissait en fait d'une manière de faire en sorte que le travail lui change un peu les idées et surtout... de ne plus entendre les cris du clone. Après tout, le travaille lui avait toujours permis de se sentir utile et surtout, de garder ses idées en place, il n'y avait aucune raison pour que ce soit différent en ce jour. Surtout qu'il était préférable en ce moment de savoir se contenir, il ne fallait pas oublier que Stee'leyn l'observait encore et que de ne pas savoir réagir convenablement face à une situation qui devait – à son plus grand malheur – sans doute être régulière en ses lieux n'était pas pour jouer en sa faveur.

L'enregistrement des données n'allait pas vraiment comme sur des roulettes non plus, les mouvements du cobaye en étaient à la source. Néanmoins, à l'exception d'une forte réactivité à ce neurotransmetteur (après tout, on parlait d'une très faible dose et Amelia s'était attendue à un résultat beaucoup moins violent que celui-ci), il était impossible de tirer autre chose qu'une simple piste entendant qu'il fallait chercher quelque chose ayant des propriétés similaire à l'acéthylcholine que ce clone produisait déjà naturellement, ou bien n'étant pas encore en mesure de le faire. Il fallait seulement observer plus attentivement et faire une comparaison avec divers résultats d'IMR démontrant l'activité cérébrale créée en fonction d'autres neurotransmetteurs, ce qui permettrait de définir ce qui était normal ou non face à la réaction présente de ce cobaye.

Une fois que les effets de leur injection commencèrent à se calmer, Amelia, qui était déjà retourné dans l'autre pièce depuis un moment, demanda à ce qu'on attende un peu que le taux d'acéthylcholine redevienne normal dans l'organisme du clone avant qu'on lui injecte une dose de morphine. Ce n'était peut-être pas coutume, peut-être au contraire l'était-ce, mais pour le moment, il s'agissait d'Amelia Jensen et pas de personne d'autre, ce cobaye serait donc traité à sa manière, même si cela allait hors des normes de l'entreprise de clonage. Aussi, elle retourna dans la salle voisine, accompagnée du Dr Dreyphon et des deux autres membres de l'équipe de recherche (le technicien qu'elle avait envoyé chercher l'acéthylcholine étant déjà présent face à l'un des ordinateurs). Alors que le technicien était chargé de surveiller l'état présent du cobaye, la jeune femme lui demanda de lui envoyer les résultats de certaines images déjà enregistrés, histoire de commencer la comparaison avec les autres, travaillant sur deux écrans à la fois. C'était quelque chose de très fréquent pour Amelia lorsqu'elle effectuait une quelconque comparaison, histoire de ne pas avoir à réduire ses images et risquer de ne pas voir certains détails pouvait s'avérer important.

Alors que l'exercice de comparaison était assez avancé, l'aspirante à un doctorat fini par cligner des yeux et par repasser très rapidement certains autres résultats observables chez l'humain normal avant que son village ne s'illumine. L'une des impulsions électrique enregistré, bien que difficile à remarquer à cause des mouvements du cobaye lors de l'enregistrement, n'avait rien à voir avec ce qu'un autre neurotransmetteur pouvait faire en temps normal. Ils avaient maintenant un début de piste quant à savoir ce qu'il serait bon de faire à l'avenir pour de plus ample recherche au sujet de ce cobaye.


Docteur, aviez-vous remarqués ça? demanda-t-elle en pointant la zone d'activité anormal.
Les effets de l'acéthylocholine sont de retour à la normal. Voulez-vous que j'aille lui injecter une dose de morphine comme vous en avez fait mention tout à l'heure?
Non ça ira, je vais m'en occuper. fit-elle en se levant, se souvenant encore que son statu d'étudiante lui donnait encore la tâche de faire ce genre de chose. Cela vous laissera le temps de comparer plus en détail cette zone d'activité avec les modèles normaux, nous pourrons en rediscuter par la suite.


Bien que cette tornade vivante soit partisante du fait que lorsqu'on voulait quelque chose, on n'était jamais mieux servie que par soi-même, elle tenait à prendre cette tâche pour la simple et bonne raison qu'elle voulait s'assurer que tout aille bien pour ce cobaye. Elle considérait qu'il en avait déjà assez fait pour aujourd'hui et qu'il était préférable pour lui qu'il se repose pour le reste de l'après-midi ou jusqu'à ce que les effets de la morphine soient passés. Aussi, Amelia fit sortir le cobaye de l'IMR le détachant pour plus de confort, mais lui spécifiant de rester encore allongé avant de lui injecter la dose de morphine préparé par l'un des techniciens de l'équipe. Elle ne pouvait pas le conduire tout de suite à ses cartiers, mais c'était préférable ainsi, au moins, il aurait la chance de se reposer un peu.


Reste encore allongé le temps que la morphine fasse effet, nous pourrons retourner à tes cartiers par la suite.


Bien que n'appréciant pas trop l'idée de le laisser seul, Amelia retourna dans la pièce voisine, là où ce trouvait encore le reste de l'équipe. Aussi, elle avait tôt fait de cacher une expression quelque peu 'maternelle' si on peut la qualifier ainsi avant de pénétrer dans la pièce. En général, ce genre de réaction aurait été moins prononcé, mais après avoir fait subir ce genre de chose à ce gamin… elle se sentait horriblement mal. Enfin, elle respira un bon coup, repris son sourire et pénétra dans la pièce où l'attendait le reste de l'équipe.


Alors, qu'en pensez-vous docteur?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [PV] Labo n°5 : Naissance d'un nouveau Dieu   Sam 1 Aoû - 15:43

Le jeune cobaye sentit l’aiguille traverser sa peau et le produit pénétrer dans ses veines à l’endroit où il sortait de la seringue. Comme il s’y attendait, cela eut assez vite un effet très déplaisant. Après quelques secondes de suspens, il sentit la douleur naître dans son crâne et se développer comme une fleur de feu qui éclot dans sa tête. Il était habitué à la douleur, ce n’était pas la première fois qu’il faisait une de ces affreuses migraines dont il était coutumier. Il essaya de relativiser en se disant que ce n’était qu’un mauvais moment à passer.

Seulement après quelques secondes, il se rendit compte que quelque chose était différent des autres fois. D’habitude, la douleur était localisée dans une partie bien précise de son cerveau mais cette fois-ci, elle était comme un raz-de-marée ayant brisé les digue déferlé dans l’intégralité de son crâne. Surpris, Memento ne put s’empêcher de pousser un cri lorsque la douleur envahi tout son cerveau avec une intensité encore jamais égalée. Ce n’était plus une douleur sourde et lancinante mais une véritable tempête de flammes qui dévastait le siège de son esprit. Sans pouvoir se contrôler, il hurla de douleur et ne parvint à s’arrêter que lorsqu’il fut à bout de souffle, mais seulement le temps de reprendre de l’air pour recommencer. Il tirait sur ses sangles essayer de se libérer, d’échapper à cette terrible torture, il savait très bien que c’était inutile mais il essayait quand même. La douleur était si intense qu’elle envahi même son champ de vision, l’empêchant de voir quoi que ce soit de ce qui se passait autour de lui. Le laboratoire s’était éteint, les scientifique n’était plus là, le monde entier avait disparu et l’identité même de Memento était broyée par la douleur.

Il aurait été bien incapable de dire combien de temps il avait passé à s’égosiller ainsi jusqu’à s’en casser la voix, n’émettant plus que des cris silencieux, mais ce fut comme une libération lorsque la douleur reflua enfin et le quitta petit-à petit, perdant en intensité au fil des secondes, ou des heures pour ce qu’il pouvait en dire. Lorsque ce fut enfin terminé, Memento était épuisé, respirait par saccades et était couvert de sueur, pendant mollement aux sangles qui l’attachaient à la table.

Il ne se rendit compte que la nouvelle scientifique s’était approchée de lui qu’au moment où elle lui parla pour lui recommander de rester tranquille. La table était revenue en position allongée et ses sangles avaient été détachées. Le jeune clone ne put s’empêcher de lui répondre avec un sourire cynique, d’une faible voix rauque brisée par les hurlements.

« Mes quartiers ! Je ne suis un cobaye, je vis dans une pièce de deux mètres sur deux équipée d’un simple lit. C’est pas des quartiers c’est un placard. Je dors bien mieux sous l’arbre du parc près de l’école militaire. Et à part ça, vous avez aimé le concert ? J’ai peur de ne pas pouvoir en refaire autant avant un petit moment. »

Une fois encore, il n’avait rien trouvé de plus malin que de la narguer et de balancer un trait d’esprit d’un goût douteux. S’il arrivait à la faire suffisamment culpabiliser, elle serait aux petits soins pour lui, en dehors des expériences.

* * *


Le docteur Dreyphon avait continué à analyser les résultats pendant que la nouvelle allait papoter avec le cobaye. Mais quelle idée ! Les cobayes n’ont pas besoin de savoir ce qui leur arrive. On explique pas à un cochon d’inde ce qu’on va lui injecter et pourquoi ! Dreyphon estimait que c’était une attitude vraiment pas professionnelle, et cela n’avait bien évidemment rien à voir avec le fait que l’étrange jeune femme allait peut-être lui voler son poste. Le meilleur moyen pour que cela n’arrive pas était de se montrer plus compétent qu’elle devant le grand patron.

« L’analyse n’est pas tout à fait terminée, mais d’après les chiffres qu’on a là, on peut déjà affirmer qu’il a fait une sur-réaction au neurotransmetteur injecté. L’activité électrique du cerveau a littéralement explosé. Au cour de l’année écoulée, on avait déjà étudié son activité cérébrale lors de ses fréquentes migraines, et on en a déduit d’après les mesures qu’elle étaient dues à des pics d’activité de la zone mémorielle. C’est sa faculté de mémorisation qui en était la cause. Mais le cas d’aujourd’hui est différent, car la douleur a manifestement été beaucoup importante que d’ordinaire, à en juger par sa réaction, et d’après les mesures, c’est son cerveau tout entier qui a été touché. L’hypothèse la plus probable est que l’acétylcholine a atteint une zone qui à partir de laquelle s’est déclenchée une réaction en chaine généralisée dans tout l’encéphale. »

Dreyphon s’interrompit le temps de retirer une feuille de l’imprimante : les résultats des mesures secondaires réalisées sur l’ensemble du corps. En examinant la feuille, il écarquilla les yeux en lâchant un murmure du genre : « Qu’est-ce que c’est que ça. »

Il tendit la feuille à Amélia qui put constater d’elle-même ce qui l’avait surpris : certains chiffres était négatifs, indiquant les des signaux nerveux partaient du cerveau pour se répandre dans le corps jusqu’à l’épiderme. Et ce ne pouvait pas êtres les signaux moteurs musculaires car les électrodes placées sur les membres n’effectuaient que des mesures de surface et ne captaient pas l’activité des nerfs moteurs.

« Il semblerait qu’on soit sur la bonne piste » commenta Dreyphon.
Revenir en haut Aller en bas
Amelia Jensen
Neuropsychologue
Neuropsychologue
avatar

Nombre de messages : 24
Age du perso : 34 ans
Langues parlées : français, anglais, grecque, japonais (quelque peu allemand)
Date d'inscription : 03/04/2009

MessageSujet: Re: [PV] Labo n°5 : Naissance d'un nouveau Dieu   Mer 19 Aoû - 3:32

[Pas besoin de la faire culpabiliser pour qu'elle soit aux petits soins je te rassure! ^_^]

La réplique du jeune homme la vexa un court instant alors qu'elle n'avait pas encore traversé dans la pièce, bien qu'elle devait se résigner et s'avouer que cette réaction était tout à fait normale. Après tout, c'était bien à cause de son idée que celui-ci avait subis ce traitement allant à l'encontre de l'éthique, bien qu'aujourd'hui malheureusement bien moins respecté qu'à l'époque où elle était encore petite fille. Enfin, alors qu'elle comptait répliquer, la scientifique se ravisa et ne lui accorda qu'un regard que tout parent à sans doute déjà lancé à son enfant tentant d'avoir son attention alors qu'il parle au téléphone; soit un regard se traduisant par: attend un peu, je suis occupé. Et oui, Amelia avait bien l'intention de lui répondre et de lui donner un peu d'attention. Après tout, il lui faisait penser un peu à un adolescent ne recevant pas assez d'attention de ses parents et qui faisait la forte tête seulement pour se montrer plus malin et plus fort que les autres dans le but d'avoir enfin un peu d'attention. S'en était à ce demander ce que devait être la vie d'un clone tient… Enfin, pour l'instant, elle venait de poser une question au docteur Dreyphon et elle préféra se concentrer sur son travail plutôt que de s'encombrer tout de suite de question ou bien de réveiller son instinct maternel. Surtout qu'avec cette réplique, elle venait de réaliser ce qui lui était sorti de la tête pendant un moment: elle devrait refaire l'expérience pour suivre le protocole expérimental et s'assurer de la validité de ses recherches. Mieux vaudrait se concentrer sur le travail sur le moment plutôt que de s'imaginer devoir revivre cette scène de nouveau.

Ainsi donc, cette tornade finit par rejoindre sa place, s'installant sur la chaise pivotante devant l'ordinateur et croisant les jambes. Elle avait prit l'habitude de reste dans une position confortable et de rester à son aise en laboratoire en travaillant en Grèce, une fois avoir après avoir réussi à s'intégrer pleinement dans cette équipe et avoir surmonté ce caractère fort commun à plusieurs grecque et la fameuse "Greek pride" des hommes de l'équipes. Aussi, fait intéressant, Amelia avait pratiquement oublié la présence de Stee'leyn dans la pièce tant elle était absorbée et passionnée par ses recherches et tant cette épisode avec le cobaye l'avait ébranlé. Enfin, revenons plutôt à Dreyphon, puisque l'étudiante en voie d'obtenir son doctorat attendant encore une réponse.


« L’analyse n’est pas tout à fait terminée, mais d’après les chiffres qu’on a là, on peut déjà affirmer qu’il a fait une sur-réaction au neurotransmetteur injecté. L’activité électrique du cerveau a littéralement explosé. Au cour de l’année écoulée, on avait déjà étudié son activité cérébrale lors de ses fréquentes migraines, et on en a déduit d’après les mesures qu’elle étaient dues à des pics d’activité de la zone mémorielle. C’est sa faculté de mémorisation qui en était la cause. Mais le cas d’aujourd’hui est différent, car la douleur a manifestement été beaucoup importante que d’ordinaire, à en juger par sa réaction, et d’après les mesures, c’est son cerveau tout entier qui a été touché. L’hypothèse la plus probable est que l’acétylcholine a atteint une zone qui à partir de laquelle s’est déclenchée une réaction en chaine généralisée dans tout l’encéphale. »


Une sur-réaction, et bien ça s'approchait déjà du but recherché considérant que le but de cette expérience était de faire en sorte que ce neurotransmetteur soit présent à un pourcentage plus élevé que normal pour voir si cette surdose ne serait pas distribué à l'endroit désiré. La suite de son explication tenait la route pour ce qui était de la réaction général de leur cobaye et il s'agissait tout de même de quelque chose d'assez facile à remarquer. Toutefois, ceci ne venait en rien expliquer l'activité anormale enregistrée, considérant que si l'acétylcholine n'était pas la solution comme il le laissait sous entendre, elle n'aurait pas été à l'origine d'une réaction menant à cette activité anormal; selon l'hypothèse lancé par le Dr Dreyphon. Enfin, il faudrait plus amples analyses pour véritablement avoir la réponse, à commencer par avoir les résultats complets de l'analyse.
…Qui semblaient d'ailleurs arriver; voyons voir ça de plus près.

De par sa curiosité naturelle, Amelia se leva – replaçant sa robe qu'on pourrait qualifier d'antique au passage – et s'approcha du docteur, attendant toutefois qu'il daigne lui montrer les résultats afin d'éviter de jouer d'impolitesse en lisant par-dessus son épaule. Le visage surpris de l'homme ne fit qu'attiser la curiosité et la hâte de l'étudiante à triple nationalité qui appréhendait déjà quelque chose d'intéressant. Après tout, c'était exactement le genre de moment qui faisait en sorte que son choix de vie la passionne toujours autant qu'au premier jour: ces petits moments très courts pendant lesquels une découverte prend place. Un moment d'étonnement où on commence enfin à s'approcher d'une piste ou bien simplement démontrer que la voie est complètement erronée, mais laisse place à quelque chose d'insoupçonné; la joie des laboratoires selon miss Jensen. Enfin, c'est avec ce même étonnement que le docteur de l'équipe tendit la feuille de résultat à celle qui risquait de devenir la petite nouvelle de l'équipe, à son plus grand bonheur d'ailleurs.


« Il semblerait qu’on soit sur la bonne piste »


Un large sourire naquit sur les lèvres de la jeune femme alors qu'elle remontait ses lunettes du bout de son index et de son majeur, la lumière reflétant sur la vitre de ses lunettes rondes laissant croire que ses yeux brillaient plus qu'ils ne le faisaient réellement. L'acétylcholine avait été une idée lancé après une lecture de dossier sans vraiment y prêter l'étude approfondit qu'elle y aurait normalement apporté si elle avait eu l'occasion de mettre la main sur le dit dossier du clone un minimum de vingt-quatre heures plus tôt, les chances de succès n'étaient pas très fortes en fait. Néanmoins, à son plus grand bonheur, ce neurotransmetteur semblait être une part de la clé du mystère des capacités mutantes de ce jeune clone et de bonnes nouvelles pour sa thèse de doctorat. Enfin, rien n'était encore joué et il ne s'agissait que d'une première série de résultat de la future longue liste d'expérience identique à celle-ci qu'attendait ce jeune clone de l'autre côté de la pièce. Aussi, si jamais les résultats restaient toujours aussi satisfaisants, il faudrait seulement chercher plus loin sur cette voie, puisque les effets de l'acétylcholine étaient beaucoup trop généralisés pour ce qu'ils voulaient en faire.


Mais c'est encore bien trop généralisé pour que ce soit notre solution, répondit l'étudiante qui semblait redoubler de passion pour son métier, se retenant d'ajouter qu'il s'agissait exactement du genre de situation qui faisait en sorte que les recherches soient intéressantes. À mon avis, continua-t-elle en reprenant place sur sa chaise,mieux vaudrait finir d'analyser les résultats présents plus amplement et en finir pour ce dossier aujourd'hui. Après tout, nous ne pouvons pas aller plus loin sans avoir tester encore plusieurs fois cette hypothèse. Et puis, il ne servirait à rien de recommencer les tests trop tôt, si nous tenons à la réussite de cette expérience, il faut tenir notre cobaye dans les meilleures conditions possibles.


Et ça, Amelia mettait au défi n'importe qui de lui prouver le contraire! Ayant toujours travaillé avec des cobayes sous base volontaire, cette scientifique avait l'habitude de toujours suivre à la lettre toute les conventions et aussi de refuser certains volontaires, dépendamment de l'étude, dont le mode de vie n'était pas sain ou équilibré, le tout affin d'éviter les risques de modification de la distribution de certains neurotransmetteurs tout dépendant. Ainsi donc, considérant qu'il fallait voir avec exactitude exactement les proportions de chaque anomalie alors que le cobaye devait être en situation dite "normale", le faire vivre dans un état où il nécessiterait la surproduction d'un certain neurotransmetteur risquerait de faire fausser les données quant à l'effet d'une surproduction d'acétylcholine. Déjà que le stress précédent à l'idée de subir de nouveau ce genre d'expérience affecterait quelque peu les résultats… il faudrait tenter de remédier à ça. Ceci risquerait de faire en sorte que les premiers résultats soient différents alors que vers la fin, avec l'accoutumance possible, les résultats varient d'une autre manière. C'était exactement ce qu'aimait cette étudiante de son métier: les mystères d'une expérience, même au cours d'une même étape expérimental sensé être répétitive.

Enfin, sur ce, la jeune scientifique s'installa face au bureau et commença déjà à sortir les dernières données et à les enregistrer, prenant sur l'écran principale le résultat démontrant l'anomalie trouvé afin d'en étudier toutes les particularités. Il y en aurait pour un certain moment et cette équipe pourrait encore s'amuser longtemps, même sans avoir besoin d'un cobaye à disposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [PV] Labo n°5 : Naissance d'un nouveau Dieu   

Revenir en haut Aller en bas
 
[PV] Labo n°5 : Naissance d'un nouveau Dieu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et si nous inventions un nouveau dieu ?
» Le Nom Nouveau De DIEU Révélé Dans Les Tonnerres
» Onirisme: Le dieu forgeron
» Un jour nouveau se leva avec la venue de Jésus qui changea le cours de l'histoire du monde.
» Y H W H et le nouveau testament

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Faculty :: Archives :: Nouvelles archives :: Archives Reste du Monde :: Archives 2050/2051 :: Archives Arobase-
Sauter vers: