AccueilPortail2FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête

Aller en bas 
AuteurMessage
Michael Logan
Hacker et Technicien du M.I.L.
Hacker et Technicien du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 271
Age du perso : 23 ans
Langues parlées : Anglais, français et mandarin
Pouvoir du perso : Bionique (Télé-cyber)
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   Lun 23 Juin - 5:24

Après être remonté de la salle de détente où il s'était fait un sandwich et pris une bière, Logan retourna près de sa mustang, dont il était en train de faire la vidange. Le seul bruit filtrant dans le hangar était en effet le bruit de l'huile qui coule dans le bidon de vidange, avec la régularité d'une horloge suisse. C'était donc très calme ici, une des raisons qui avait poussé Michael à venir bricoler sa caisse.
En effet, ces derniers temps, Spyke ne se sentait pas trop à son aise, à la base. Il y avait quelque chose de bizarre, ou peut-être de simplement différent ici, depuis quelques temps... Etait-ce dû aux départs ou décès des membres fondateurs du M.I.L., à l'arrivée de nouveaux rebelles... Ou bien Logan avait-il changé au point de ne plus se sentir aussi bien qu'avant, ici? Peut-être aussi que c'était une mauvaise période, et que ça passerait. Mais ce sentiment de lassitude devenait récurent chez Spyke, et à vrai dire, cela le dérangeait un peu, mine de rien. Lui même qui se savait habituellement insouciant et bon vivant, avait l'impression de ne plus être le même, que quelque chose clochait, pour ainsi dire. Il faut dire aussi que l'eau avait coulé sous les ponts, depuis son arrivée ici il y a de cela un paquet de temps. Arrivé là, il ne connaissait rien de la guerre; et à présent, il en avait eu plusieurs aperçus, plutôt violents.
Peut-être que ce n'était pas la vie promise, l'eldorado que Logan attendait de cette aventure...

Bref, Logan était rempli de doute et d'incertitudes, sur à peu près tout ce qui se passait dans sa vie. Même sentimentalement, il ne savait plus trop où il en était, c'est dire!

C'est pour ça aussi qu'il avait décidé de faire un peu de mécanique, à ce moment là...

"Au moins, la méca', c'est de la science exacte; par exemple, si j'avais pas fait cette vidange, j'aurai flingué mon moteur, c'est comme a - b = c quoi, le moteur il s'emmerde pas la vie à se demander pourquoi il pète, aussi..."

Logan parlait à haute voix, avec de grands gestes démonstratifs, tandis qu'il ouvrit la portière pour s'asseoir sur son siège de pilote, dans l'idée d'allumer l'autoradio. Allez, un peu de 'zique pour oublier les soucis et se détendre!

"Ahhhhh!"

S'exclama-t'il, comme apaisé, quand les hauts-parleurs crachèrent sa musique hardcore favorite. Le technicien sortit de la Ford pour manger dehors (pas de miettes dans la bagnole!!), le cul appuyé sur le capot de la belle. Tandis qu'il mangeait il ne pût s'empêcher de penser une nouvelle fois à l'ambiance qui régnait en ce moment au sein de la team.

*Ouaip... C'est quand même bien cool de se retrouver un peu tranquille pépère...*

Logan finit son sandwich rapidement, décapsula sa bière qu'il bu à moitié, avant de la poser à même le sol. Il fallait maintenant qu'il aille remettre le bouchon, la vidange étant terminée. Retrouvant ledit bouchon, Michael s'allongea par terre pour pouvoir passer sous le véhicule, et refermer la trappe à vidanger. Hop, un petit coup de clef pour bien serrer le joint, merci et à la prochaine, dans 10 000 bornes! Mais ce n'était pas totalement fini, maintenant il s'agissait de refaire le plein d'huile. Opération bien facile puisque il ne s'agissait que de remplir le réservoir adéquat avec le bidon qu'il avait déjà préparé. Hop, on fait les niveaux, et c'est nickel.

"Reste plus qu'à la faire un peu tourner..."

Oui, de façon à refaire circuler l'huile dans le moteur, afin de minimiser l'usure de ce dernier. Bon, Michael finirait sa bière et puis il irait faire un petit tour, avant que la nuit tombe quand même.
Tout de même, elle avait de plus en plus de gueule, cette voiture. Depuis qu'il avait trafiqué le kit NOS (Nitrous Oxyde System), qui faisait de cette mustang un bolide de course, pas à dire, elle tournait du feu de dieu! Logan avait également changé quelques pièces, mais surtout, il l'avait repeinte à l'aérographe. Cela lui donnait vraiment un look ravageur, à cette bagnole! Bref, le bolide était à l'image de son pilote, totalement barré à l'intérieur, et une put*in de classe vu de l'extérieur, bref, loganesque!

Mais Spyke était loin d'être con. Non seulement, avoir une caisse à la fois belle et rapide le faisait carrément kiffer, mais il savait très bien que c'est le meilleur moyen de chopper! Alors, rien qu'à se promener en ville à bord de cet engin, il savait que les filles allaient lui courir carrément après! Aha, ça c'était un bon plan! Naan, plus sérieusement, Logan aime ce qui est beau et fort, comme lui. Et puis, il aime bien frimer aussi, de temps en temps... Qu'on lui jette une pierre, pour voir!

"Bon... Je finis ma binouze et j'y vais, moi..."

_________________
_] Logan's Theme [_
+ Violence, hate and agony are what we've grown to know +




Dernière édition par Michael Logan le Sam 9 Aoû - 2:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vitalie Darshaw
Leader du M.I.L.
Leader du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 132
Age du perso : 18 ans
Langues parlées : Anglais (accent Américain) et Allemand
Pouvoir du perso : Matériel (sonique) Capacité visuelle en rapport avec la lumière
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   Dim 6 Juil - 22:25

[Tracklist : Megalomaniac - Incubus]

-Tu m'emmènes ?

Une jolie voix se fit entendre à l'entrée du hangar. C'était Vitalie, elle aussi, tout bonnement ravissante. Elle était rentrée d'un rendez-vous d'affaire -qui ressemblait davantage à des retrouvailles familiales puisque c'était avec son oncle, Patrick Darshaw, que le marché avait été conclu. Epuisée par son aller-retour en avion (zut à la fin, ça existait les vidéos conférences !), elle s'était autorisée, en rentrant, une petite séance beauté.
Après une bonne douche qui lui requinqua le corps et l'esprit, Vitalie avait enfilé une petite robe légère, achetée sans hésitation lors de sa dernière séance shopping. Ces temps-ci, elle avait envie de soleil et d'été, et cette tenue aux tons chauds n'était pas sans rappeler une sorte de passion, la flamme brûlante d'un feu de camp sur la plage.
Le rouge était décidemment une couleur qui s'accordait à merveille au blond enfantin de ses cheveux. Ainsi vêtue, elle était un mélange de femme fatale et de jeune fille en fleur, encore insouciante. Ses belles gambettes mises en valeur par la longueur bien courte de la robe, et ses minis chaussures à talon, semblaient la grandir de quelques centimètres. Les formes pulpeuses de son corps étaient agréablement soulignées par le tissu fin qui les recouvraient, tel un voile tout juste utile.
Ses cheveux étaient détachés et tout en souplesse, comme à leur habitude, mais légèrement ondulés à quelques endroits, de par leur séchage à l'air libre. Cela lui donnait des airs malicieux, coquins –en accord avec son éternel regard pétillant.
Concernant le maquillage -puisqu'une séance beauté, c'est avant tout çà et les masques d'argile- il était très sobre. Oui, on ne se refait pas. Vitalie voulait bien être coquette et prêter soigneusement attention à son apparence pour cette fois-ci, mais elle refusait de s'attaquer à tous ses principes. Elle avait un beau visage naturellement, une jolie bouche, un petit nez, des pommettes saillantes et de grands yeux charmeurs. Il lui semblait inutile de se barbouiller de centaines de crèmes pour, au final, ne plus vraiment être soi-même.
Comme le dit une célèbre marque de cosmétique et produits pour le corps : « La beauté est un état d'esprit. »

Bref, rayonnante de fraîcheur et d'énergie, la jeune fille s'était rendue au hangar, certaine d'y trouver un Spyke et un engin susceptible d'être amélioré ou réparé par le technicien. Il n'était pas difficile d'en déduire ce genre de phrase ; tout bon MILien devinait rapidement que Logan + machine = grand amour. Cependant, c'était aussi le cas pour Logan + picole = grand grand amour. Vitalie se demandait si elle arriverait à créer, elle aussi, une addition avec le beau mutant. Mais pas n'importe laquelle, une addition à la somme explosive, aussi évidente que leurs corps enchaînés, leur cadence effrénée, s'attirant l'un à l'autre, se mordant sous une chaleur enivrante d'un alcool fort, brutal, et si dangereux que l'enfer se confond au pire des paradis...
Oui, Vitalie voulait tout. Elle le voulait, lui, tout entier, elle voulait dévorer son corps, jouer avec ses sens, le mettre à nu et voler son être, son coeur. Avec la douceur d'une friandise et la violence d'un orage. La jeune fille mettrait toutes les chances de son côté pour obtenir ce qu'elle désirait depuis quelques temps. « L'amour est un champ de bataille... ».

S'étant avancée de quelques mètres, la jeune fille observa la voiture de Logan d'un oeil amusé, et eût un petit sourire avant de dire :
-Sympa la mustang... Je ne l'avais encore jamais vue.
A tous les coups, Logan l'avait volé, ce bel engin -tout comme Vitalie volait ses précieuses bécanes. De toute façon, la demoiselle n'était pas là pour ça. Elle avait besoin de se changer les idées en compagnie de Michael, et elle espérait que celui-ci lui accorderait un peu de son temps.
S'il refusait, c'est qu'il était fou... Darshaw était encore plus belle et désirable qu'à son habitude. Et la voilà qui s'approchait du technicien... Elle n'était pas encore dans son état « grande séductrice », mais presque...
-Tu m'emmènes faire un tour ?
Là, elle y était.

_________________
« L'amour est un champ de bataille.
Enfin, je crois... »


Dernière édition par Vitalie Darshaw le Jeu 7 Aoû - 20:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com
Michael Logan
Hacker et Technicien du M.I.L.
Hacker et Technicien du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 271
Age du perso : 23 ans
Langues parlées : Anglais, français et mandarin
Pouvoir du perso : Bionique (Télé-cyber)
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   Lun 7 Juil - 0:50

*Oh toi...*

Oh toi... Voila ce qui passa par la tête de ce cher Logan tandis qu'il venait d'entendre la voix de SA douce Vitalie... Un 'Oh toi...' qu'il aurait pu mentalement compléter d'un ''J'ai envie de t'attrapeeeer...', en version non-censurée...

Michael tourna la tête donc, et vit que décidément oui, aujourd'hui était le jour où il n'aurait plus une seule retenue avec ce petit bout de femme. Non mais c'est vrai, elle était divinement vêtue, du genre de robe qu'un mec comme lui ne peut songer qu'à enlever, forcément. Elle avait vraiment une certaine classe naturelle, cette damoiselle, et cette tenue faisait ressortir ses charmes, d'une bien jolie façon. Logan était rêveur devant tant de beauté, mais il n'en montra qu'un fin sourire amusé... De toute façon, il aurait tôt fait de faire comprendre à la miss qu'elle était parfaite, et ce pas nécessairement avec des mots.

Tandis que Vita' s'approchait de Logan et de la voiture, du carrosse, elle émit le souhait de se faire emmener par son serviteur, chose à laquelle Logan ne s'était pas attendu... Mais cela faciliterait les choses, finalement. Il sourit, sûr de lui comme jamais, car ce soir est le soir où, ma douce, Logan t'emmène faire un tour au paradis...

Sans faire le moindre détour, le technicien s'avança tout droit vers sa supérieure, qui sur l'instant, était considérée davantage comme petite-amie potentielle que comme chef, fallait avouer... Bref, il fila droit sur elle, puis lui prit la main délicatement, pour la conduire jusqu'à la portière du passager qu'il ouvrit pour elle. Mais, avant qu'elle monte...
Michael plaqua simplement Vita' contre la voiture, avec le strict minimum de délicatesse cette fois, et la choppa par la taille et le cou simultanément, pour lui donner un frenchkiss comme il était peu probable qu'elle en ait déjà vécu. Je vous l'avais dit, plus de retenues!

Et après, seulement après avoir prit le temps de copieusement jouer avec la langue de la p'tite blondinette et lui avoir au passage peloté les fesses, il se détacha, un air coquin et enjôleur sur les lèvres, puis murmura:

"Ce soir, Vita'... Ce soir je suis ton homme..."

Et un dernier p'tit baiser, gracieusement déposé sur les douces et chaudes lèvres de la demoiselle; et il se détacha complètement d'elle, avant de faire rapidement le tour de la voiture pour s'installer au volant, le cœur battant à 10 000 à l'heure...
Une fois installé aux commandes, Michael démarra par la simple force de son p'tit pouvoir, histoire de faire le malin. Il ne manqua pas non-plus de faire hurler le moteur, au point mort, tandis qu'il sortait ses lunettes de soleil du vide poche.

"Attaches ta ceinture, bellissima, ça va rocker!"

Et sur ces mots proverbiaux, il passa la marche arrière, et accéléra un grand coup. Un demi-tour digne d'un rodéo de voiture plus tard, il passa cette fois-ci la première... Et la voiture crissa des pneus pour sortir à toute allure du hangar, direction... La playa!! Cela tombait bien, le soleil est sur le couchant... Ah, faire l'amour sur les dunes à ce moment là de la journée, il n'y a rien de plus beau!

_________________
_] Logan's Theme [_
+ Violence, hate and agony are what we've grown to know +


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vitalie Darshaw
Leader du M.I.L.
Leader du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 132
Age du perso : 18 ans
Langues parlées : Anglais (accent Américain) et Allemand
Pouvoir du perso : Matériel (sonique) Capacité visuelle en rapport avec la lumière
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   Jeu 7 Aoû - 23:19

Quelque peu secouée par le baiser de Mister Logan, la jolie blondinette monta dans la voiture en arborant un sourire béat. Ses souliers lui parurent soudainement impossibles à porter, trop lourds et bancals ; et elle manqua de justesse une jolie chute. Foutus talons, elle ne les contrôlait plus ! Tout comme son coeur, d'ailleurs, qui s'emballait comme un fou furieux. Ah, Michael... si tu savais l'effet que tu lui procurait...

Cela faisait quelques petits mois qu'ils s'étaient rencontrés, qu'ils se tournaient autour, les deux jouant à fond la carte de la séduction. Ils avaient envie l'un de l'autre, et pourtant, il n'y avait, à ce jour, jamais rien eu de bien concret. Des petits mots « doux » par-ci, des fessées par-là, pas plus. Vitalie et Logan, un couple qui sonnait bon pourtant. Aube avait tôt fait de les associer, et leur attirance n'était un secret pour personne. Alors, pourquoi tant de jours s'étaient écoulés sans même l'ombre d'un baiser ?
La jeune Darshaw ne se l'expliquait pas, et pourtant, il lui semblait que cette attente renforçait ses désirs. Peut-être avait-ce été une tactique de la part de Spyke, peut-être pas. Etait-il aussi futé, connaisseur de ces situations, ou bien était-ce elle, inconsciemment, qui possédait une patience surhumaine ? Toujours est-il que la mascarade avait assez duré. La partie allait s'intensifier. A la porte les retenues !
VLAM.
Les portières fermées, Vitalie installée, ceintures bouclées, Logan démarra l'engin qui fit un bruit du tonnerre. La jeune fille eût un petit rire lorsqu'il commença à accélérer. Elle s'amusait déjà...
Quand ils furent hors du hangar et que la mustang commença à rouler un peu plus droit, la jeune fille s'autorisa la contemplation du beau Spyki. Il n'avait pas mis son t-shirt favoris ni re-peigné ses cheveux, puisque prit de cours et en pleine séance de mécanique ; il avait un air du type légèrement négligé, ce qui le rendait sexy en diable. Vitalie se mordit la lèvre inférieure, ayant peine à croire ce qui lui arrivait.
Le coeur un peu calmé, elle dit sur un ton amusé mais sincère :
-Tu embrasses vraiment bien !
Et le coeur s'emballait de nouveau. La blondinette détacha sa ceinture -pour le meilleur et pour le pire- et mit un genou sur son siège. Elle se pencha en avant, puis posa sa main droite sur le bas du fauteuil conducteur pour prendre appui. De sa main libre, elle alla caresser tendrement la joue du technicien.
-J'ai très envie d'y goûter à nouveau... Tu permets ?
Lui voler un baiser pouvait être dangereux quant à l'état de conduite : Logan serait déconcentré. Mais Vitalie s'en moquait éperdument –tout autant de la réponse à sa question. Elle saisit les lèvres du jeune homme, telle une gourmandise qu'on aurait trop longtemps mis hors de sa portée. La peau était douce, charnue, et la bouche de miss Darshaw devait penser « Voilà une copine qui me plaît bien ! ». La langue ensuite, dont elle s'empara avec ivresse. Un frisson lui parcourut le dos, pour ensuite descendre à hauteur du ventre.
Sans vraiment s'en rendre compte -si si, c'est bien possible !- la main qui s'accrochait au fauteuil parcourut tranquillement quelques centimètres, survolant une cuisse, remontant jusqu'à une certaine zone érogène... Vitalie, qui reprenait son souffle en effleurant les lèvres de Spyke, eut un sourire coquin qu'il ne pouvait voir mais deviner. Alors que ses doigts tentaient de desserrer la ceinture, la jeune fille pencha la tête de manière à pouvoir déguster ce cou. Il était doux, sentait bon l'homme, et rudement appétissant ; elle commença à le mordiller. Sa main défit le bouton de métal, ce qui lui permit de passer sous le jean's, puis ensuite, sous le caleçon. Ce qu'elle y trouva sembla lui plaire, car elle laissa échapper un petit « Haaann... » satisfait.
*Nous y voilà...*
La marchandise était excellemment formée, ce qu'elle savait déjà cependant, car rappelez-vous, elle avait eût l'occasion de la côtoyer de près, lors d'un certain matin en fanfare... Se remémorer ces images l'amusa un quart de seconde car son cerveau criait à tue-tête « Tu peux toucher maintenant !!!!!!! Tu peux toucher !!!!! ».
Ce dont elle ne se priva pas, vous vous en doutez. Sa main s'agitait en exploratrice expérimentée, connaisseuse des caresses qui ne trahissent pas. Ah, çà, ça devait lui faire de l'effet au Logan... Et si on compte en plus les bisous dans le cou...
Attention à ne pas perdre les commandes du volant !

[Hors-RP : La suite tant attendue au prochain post Razz
PS : On met un avertissement Hentaï ? XD]

_________________
« L'amour est un champ de bataille.
Enfin, je crois... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com
Michael Logan
Hacker et Technicien du M.I.L.
Hacker et Technicien du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 271
Age du perso : 23 ans
Langues parlées : Anglais, français et mandarin
Pouvoir du perso : Bionique (Télé-cyber)
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   Ven 8 Aoû - 23:21

Michael tourna la tête un bref instant à l'entente du 'Tu embrasses vraiment bien !' lancé par la miss,et derrière ses lunettes de soleil, ses yeux pétillaient, sans que la jeune fille voit cette lueur bien singulière. Ses lèvres transmirent toutefois le même message, d'un sourire en coin qui en disait long, tu penses!

Et à peine un smack plus tard, Logan songea à deux choses simultanément: mettre le GPS en marche et guider la voiture toute seule avec celui-ci, et secondement... A participer lui aussi à ce jeu qui lui plaisait bien! D'un coup de pouvoir, le technicien s'occupa de la première chose, tandis que d'une main, il ôtait (déjà!) ses bésicles de motard sauvage avant de les ranger dans le vide-poche de sa portière. Ceci fait, il lâcha enfin le volant, la voiture se dirigeant d'elle même avec un petit coup de main de la part des nano-machines fonctionnant plein pot, dans la cervelle du beau hacker. Et qui dit volant lâché dit, dit, diiiit??? Dit les deux mains libres, ce qui dit, qui dit, qui diiiit??? Dit deux mains de plus pour jouer au docteur!!

L'action commença alors du côté Logan: une main derrière la délicieuse nuque de Vita' qu'il posa sur sa cuisse avant de la faire remonter sous sa robe. Petite devinette pour lui, à cet instant: string, culotte, ou rien du tout!? La réponse incessamment sous peu!

D'ailleurs, en parlant de découvertes et de surprises cachées, Vita' n'avait point perdu de temps pour aller à la recherche du trésor que cachait Spyke, à son attention. Oh, elle avait déjà vu, en effet, le trésor, mais toucher, nan, c'était la première fois! Et tandis qu'elle s'amusait à faire raidir Logan à l'endroit voulu, ce dernier ne manqua de modifier la trajectoire de sa main, celle planquée dans la nuque de la belle. Il la posa sous le menton de Vitalie, de façon à lui relever son visage d'ange. Puis il écarta de deux doigts agiles les mèches blondes cachant sa bouille de p'tit bébé, et sortit ZE phrase à dire:

"... T'es canon... J'te veux, là, tout de suite..."

Un bref instant plus tard, les lèvres de Logan avaient retrouvées celle de miss Darshaw, pour un baiser mouillé des plus pornographiques. La langue sortait de temps à autre pour goûter à chaque parcelle de peau qui se présentait à elle. lus tard, le jeune homme s'amusa à mordiller le menton de sa belle, tandis que son autre main continuait la remontée des courbes de la cuisse gauche de la demoiselle...

Quelques instants plus tard, la mustang décida de ralentir, puis de se stopper, le moteur se coupant carrément sur les ordres des nano-machines de Logan. Celui ouvrit un œil pour vérifier, mais ils étaient bel et bien arriver au bord de la plage située au sud de la presqu'île. Une belle plage de sable blanc et à la mer bleu turquoise. Ajoutons un soleil commençant à peine à se coucher, et vous avez le tableau!
Mais Michael attendit de savoir ce qu'il y avait sous cette belle robe rouge avant de vouloir descendre finir ce qu'ils avaient à peine commencé sur le sable...

_________________
_] Logan's Theme [_
+ Violence, hate and agony are what we've grown to know +


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vitalie Darshaw
Leader du M.I.L.
Leader du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 132
Age du perso : 18 ans
Langues parlées : Anglais (accent Américain) et Allemand
Pouvoir du perso : Matériel (sonique) Capacité visuelle en rapport avec la lumière
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   Sam 9 Aoû - 1:53

[Hors-RP : Celui ou celle qui me trouve le rapport entre mon post et cette chanson (qui m’a inspirée) : Super Freak – Rick James, c’est un(e) vrai(e) champion(ne) ! XD]

Une très bonne question. Que portait donc Vitalie ce soir-là ? En remontant un peu plus sa main, Logan pouvait découvrir... la présence d'un joli micro string de couleur rouge. Inutile de vous préciser que miss Darshaw était terriblement sexy sous sa belle robe. Il ne restait plus qu'à son homme le loisir de la déshabiller...
Quoique.
Une idée lui vint à l'esprit... Oui, une très bonne idée. Vitalie eut un sourire de gagnante.
Sans crier garde, elle vint s'asseoir sur son Spyki chéri, les jambes écartées, son regard plongeant dans le sien, disant « On va bien s'amuser ! ».
En premier temps, elle pencha la tête pour goûter une nouvelles fois aux lèvres de Logan et abuser de sa langue. Abuser, ré-abuser, presque la violer, la pauvre ! Privant le garçon de ses morsures, elle le força à ne s'intéresser qu'à ce baiser. Très intense, trop intense, c'était parfait ; il ne devinerait peut-être pas ce qui se préparait.
Vitalie consenti -un peu à regret, cela dit- à enlever la main de sous le pantalon de son partenaire, ce qui pouvait peut-être le déstabiliser un temps. Ca aussi, c'était bon. La jeune fille croquait les lèvres de Logan, dévorait sa langue, ne le lâchant pas une seconde, ne lui offrant aucun répit.
Le pire, ce fut lorsqu'elle attrapa puis enlaça les mains du technicien, l'obligeant à lâcher ce string qu'il venait de découvrir. Oh, cruelle créature, quelle fureur t'anime en cet instant ?
C'était futé, c'était judicieux, ça allait être super. C'était Vitalie tout craché.
Quelques secondes passèrent ainsi, Logan n'étant plus disposé à exécuter ses propres désirs -seulement à répondre à ceux de sa douce. Cette dernière lâcha enfin prise pour diriger ses mains dans son dos et saisir la petite fermeture éclaire qui retenait sa robe. Tandis qu'elle la faisait descendre, ses orteils se démenaient pour se débarrasser de ses chaussures. Ils y réussirent bravement, et les talons allèrent valser près de la pédale de freinage.
Vitalie commençait à s’agiter et, très vite, les bretelles glissèrent, dévoilant ce qui se cachait au dessous du vêtement. Apparut alors un décolleté des plus vertigineux, qui allait faire un ravi ce soir. La jeune fille portait un soutien-gorge rouge –en accord avec le reste de sa tenue- toutefois de dentelles transparentes. Ses seins bombés occupaient désormais une majeure partie du plan visuel de Spyki, qui ne devait pas manquer de se pourlécher. On ne résistait pas à pareils atouts.
M’zelle Darshaw commença à exécuter une sorte de danse sensuelle, comprenant des gestes doux et des déhanchés tous plus érotiques les uns les autres. Ce strip-tease était d’autant plus beau qu’aucune musique ne venait le perturber.
Elle s’approcha de son compagnon, effleura ses lèvres, son cou, puis recula subitement. Un sourire se dessinait sur son visage déjà rayonnant, et elle enlevai par le haut sa robe qui, tournoyant quelques secondes, alla terminer son boulot sur la banquette arrière.
La jeune fille, en sous-vêtements à présent, s’amusait à se relever quelques peu, de temps à autre, de telle sorte que sa poitrine effleurait le visage du garçon. Ses seins galbés étaient terriblement doux et, tout comme l’ensemble de son corps, avait une légère odeur de sucré. Spyke pouvait toucher, en connaisseur, mais pour cela…
Vitalie saisit les mains du jeune homme, le faisant participer à ce petit jeu. Elle dirigea ses doigts jusqu’à l’agrafe du soutien-gorge, et ensemble, ils enlevèrent le sous-vêtement. Il se rendit, lui aussi, dans le fond du véhicule.
Mimant l’acte sexuel, leurs deux sexes se touchaient, séparés cependant par leurs revêtements respectifs. La miss se voulait déstabilisante, provocatrice. Le rôle lui allait à merveille.
Dans son élan, elle attrapa l’index de mister Logan, qu’elle porta à sa bouche. Elle entreprit de le sucer, guettant la réaction qui suivrait. Sans grande surprise, elle sentit davantage les effets sous le pantalon. C’était si bon…
Puis vint les dessins. Elle traça avec le doigt devenu prisonnier attitré un trajet qui avait pour point de départ ses lèvres pulpeuses et qui descendait toujours plus bas, parcourant poitrine, faisant le tour des mamelons, caressant le ventre plat et chatouillant le nombril. Seulement ? Non, Vitalie emmena son amant bien plus près de son intimité. S’il voulait, il pouvait jouer avec les ficelles de son string. Ou autre chose… Pas trop longtemps, cependant.
La belle se redressa quelques secondes, tout juste assez pour se débarrasser du sous-vêtement. Un déhanché plus tard, elle l’affichait aux yeux de Logan avec un air de défit.
Et, le string aussi disparut.

C’est alors que la jeune fille dirigea les mains de son homme le long de ses cuisses, se rapprochant dangereusement des portes du soir.
-Et que fais-tu, maintenant, Spyke ? J’en ai autant envie que toi…

_________________
« L'amour est un champ de bataille.
Enfin, je crois... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com
Michael Logan
Hacker et Technicien du M.I.L.
Hacker et Technicien du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 271
Age du perso : 23 ans
Langues parlées : Anglais, français et mandarin
Pouvoir du perso : Bionique (Télé-cyber)
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   Dim 10 Aoû - 2:34

Fou, c'était devenu carrément dingue... Logan avait beau avoir les pieds sur terre, Vitalie avait tout de même réussi à le faire décoller ailleurs, loi, dans un autre monde. C'était elle qui avait entreprit de les faire basculer au paradis.
Logan se serait attendu à énormément de choses très différentes de la part de la jeune fille, mais jamais, jamais il n'aurait imaginé que les choses irait si loin, si vite, si fort, si... Si sexe. A chacun de ses mouvements charmeurs et enjôleurs, le jeune homme sentait des sortes de vérins de sécurité sauter, quelque part dans son p'tit corps. C'était comme si chaque petit geste de sa chérie contribuait à le mettre dans l'ambiance, disons le, extrêmement chaude qu'elle avait su créer. Pour un peu, il se serait cru face à une strip-teaseuse professionnelle, tant ses mouvements étaient suggérés, tant elle réussissait si bien à faire monter la température dans l'habitacle de la mustang. Chaud, Michael l'était désormais tout autant, et il faut dire que le contraire eut été le comble! Mais non, Vita' agitait son soutif' quasiment sous son pif, et le mec en avait une gaule d'enfer!
Laissant Vitalie guider ses mains, Logan eut le plaisir de découvrir de ses doigts le délicieux corps de celle-ci. Oh, pas suffisamment longtemps pour qu'il connaisse chaque courbe de ce magnifique corps sur le bout des doigts, non non; mais en revanche, ce parcours éclair lui donna bien envie de découvrir le reste. Tout comme après une dégustation dans un supermarché, en finit par avoir l'envie d'acheter le produit, et bin, c'était pareil.

Et puis, peu à peu, chaque rempart de tissu tomba, révélant au jeune homme monts et merveilles, et plus encore. Là encore, Vita' guida sa découverte, de l'imposant bonnet E de la jeune femme à des lieux plus intimes. Les sens en alerte, Logan se laissa encore emmener où la demoiselle voulait bien le conduire, attendant un signal, un geste lui autorisant à partir seul à l'aventure. Pour tout dire, il était carrément à bloc, le gars, prêt à exploser!

Et voila le travail: elle était nue sur lui, et figurait une belle pomme que l'on a envie de croquer. Serpent, le moment est venu de commettre le pêché originel...

"Qu'est ce que je fais?"

Répéta Logan, captivé par le corps dénudé de sa belle, celle qu'il avait osé espérer conquérir quelques heures à peine après leur première rencontre, dans le bureau de débriefing du M.I.L. Celle qu'il avait sauvé ce jour là, et qui était depuis resté dans son esprit et son coeur, comme une chanson qu'on n'oublie pas, qu'on garde avec soi, dans le petit bagage de la vie.
Qu'est ce qu'il ferait de ce corps à la peau si douce, de ces lèvres si chaudes, de cette langue si mutine, de ces doigts si agiles, de cette frimousse bien coquine? Qu'est ce qu'il ferait d'elle..? Michael sourit, avant d'entourer ses bras autour du petit cou de la belle blonde.

"Je te fais mienne."

Le ton était posé, calme et mielleux, et le baiser qui suivit fût un contraste saisissant: langoureux et torride à souhait, à la limite du montrable sans un sigle '-18' pour l'accompagner, et alors préserver les chastes yeux d'un public trop sensible. Fin de l'entracte doucereuse...

D'un geste agile, Logan appuya sur le levier d'inclinaison de son siège, le faisant alors pencher en arrière jusqu'à ce qu'il soit presque positionné à l'horizontale. Un petit rire amusé plus tard, le jeune homme ne tarda pas à faire basculer latéralement la jeune miss, afin de lui permettre de s'allonger sur cet espace presque équivalent en taille à un lit 1 place... d'enfant! Ils seraient à l'étroit oui, mais le temps pressait. Ou plutôt, Spyke n'était plus tout à fait maître de lui, tant l'envie de sauter Vitalie était à son point culminant.

Rapidement, il enleva lui-même son t-shirt, d'un geste rapide et sauvage; il aurait voulu l'arracher que ça aurait été pareil. L'envoyant valser par la fenêtre, carrément, le garçon ne s'embarrassa pas de détails: il fit dégager sa ceinture d'un geste également sauvage, tandis qu'il se penchait en avant pour aller poser ses lèvres sur le sein droit de Vita', tandis que sa main droite lui permettait de garder un appui à peu près stable, sur le montant de la portière. La ceinture passa par l'autre fenêtre, et resta à moitié suspendue à son rebord. Rapide et précis, Michael baissa à moitié son jeans et son caleçon en même temps, avant de reporter cette fois toute son attention sur l'objet de sa convoitise... Elle toute entière, bien sûr!
Et c'est alors que, tandis que ses lèvres changèrent de sein, sa langue voulant goûter à l'autre téton, Logan glissa deux doigts dans les portes du soir, tandis que du pouce de la même main, il titilla un peu la p'tite fleur intime de la miss... Ce manège ne dura toutefois qu'une minute ou deux seulement, le temps que leurs deux corps soient prêts. En effet, dès qu'il sentit ses doigts suffisamment mouillés, Logan remonta ses lèvres au niveau de celles de Vitalie, lui administra un baiser terriblement mouillé lui aussi, et la seconde d'après... Ils étaient un. Une goutte de sueur glissa du front du jeune homme, tombant sur celui de Vita', alors qu'il poussa un p'tit soupir d'apaisement et de bonheur simultanés... Put*in de dieu, pensa Logan, avant de mouvoir son bassin tout en rechoppant la bouche de SA meuf, je crois que c'est officiel maintenant...

_________________
_] Logan's Theme [_
+ Violence, hate and agony are what we've grown to know +


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vitalie Darshaw
Leader du M.I.L.
Leader du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 132
Age du perso : 18 ans
Langues parlées : Anglais (accent Américain) et Allemand
Pouvoir du perso : Matériel (sonique) Capacité visuelle en rapport avec la lumière
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   Mar 12 Aoû - 16:55

[Hors-RP : Dingue, presque une musique à chaque post... Dancin' Til Dawn - Lenny Kravitz]

Il s'en passait des choses, dans la mustang... Un baiser mouillé, le siège qui s'incline et Logan se déshabillant à vive allure. Le corps désormais allongé, Vitalie pouvait apercevoir de temps à autre les gestes précipités de son homme, mais plus que cela, elle sentait ses caresses. Ce qui l’amenait à ne penser qu’à une seule chose.
*Oh oui, fais-moi tienne*
Tout d'abord, Logan se pencha vers elle pour aller goûter à son sein droit. La jeune fille en eût des frissons irrésistibles ; son impatience s’accrût. Elle le vit jeter par la fenêtre son t-shirt puis sa ceinture, et un sourire satisfait se dessina sur son visage... Enfin, ils allaient pouvoir...
Mais non, Logan eût une idée avant ça. Baissant son pantalon, il n'alla pas toute de suite à sa « grande rencontre ». Il voulait s'assurer qu'elle était vraiment prête.
Lorsque la demoiselle sentit ses doigts dans son vagin, elle ne pût plus se contrôler. Son dos se cabra, elle se sentit raidir à bien des endroits, les sens terriblement en alerte, et paradoxalement, se décontracter aux zones érogènes. Sa respiration commença à se faire haletante et elle savait que son corps allait pouvoir répondre à toutes les attentes de son homme. Il y eût un doux chatouillement bien au dessous du ventre. Spyke, en bon explorateur, comprit qu’il fallait retourner à la surface pour ensuite mieux redescendre ; et il remonta jusqu'à elle pour lui administrer un dernier baiser avant...
Avant ça.
Si l'homme soupira de bonheur, la jeune Vitalie, elle, poussa un petit gémissement. De sentir Spyke en elle c'était, en un sens, une vraie libération. Elle n'aurait pas tenu une seconde de plus ; elle se serait étouffée avec son propre désir. A présent, le jeune homme était sur elle et s'amusait en va-et-vient... S'amusait… non, ce n'était pas le mot. Ne faire qu’un avec l'autre, c'était devenu primordial, à la limite de l’obligatoire, et avant qu'ils ne s'amusent vraiment, il faudrait d’abord calmer ces envies destructrices, sauvages.
Quelques minutes s’écoulèrent, instants où Vitalie n'avait le loisir de penser. Son cerveau ne répondait plus de rien et seul son corps s'agitait, en transe totale. Lorsqu’elle eût une seconde de répit –une infime seconde- elle pût voir au loin, dans son imaginaire, quelque chose ressemblant à de l’intelligence. Comment, elle n’était pas un animal, elle pouvait réfléchir ? Là tout de suite, elle s’en sentait presque incapable ; elle n’était plus vraiment humaine. Mais, en faisant preuve de bonne volonté, oui, elle y arriva. Et ce qu’elle apprit lui déplût : Spyke n'avait pris aucune précaution. Il l'avait pénétrée sans s'allier, avant ça, d'un préservatif. Elle en brûla d'agacement. Il ne fallait jamais compter sur les hommes pour ce type de détails.
Les chances pour qu’elle tombe enceinte était à 99.99% nulles, mais elle n'avait aucune envie de se chopper un truc pas cool -tout autant que de lui refiler quelque chose, à supposer qu’elle en avait les facultés. Si elle n'avait eût tant envie de Michael, sans doute aurait-elle quitté la voiture, le laissant pantelant et excité comme une puce. Mademoiselle avait des principes, et elle tenait à sa santé.
Une fois qu'elle eût pleinement réalisé la connerie, elle se permit d'en informer son partenaire, non sans peine. Il ne la lâchait pas.
-Spyke, t'abuses vraiment ! Tu aurais pût mettre une... Haaan, ouiii... une… Comme ça, là c’est… haaan, ouiii !
Elle ne savait pas si l'homme avait compris de quoi elle avait voulu parler, ni même s'il l'avait ne serait-ce qu’écoutée, et encore moins s'il avait fait exprès de « changer de sujet » par cette méthode bien particulière. Il mouvait son bassin avec d'autant plus d'ardeur, et la demoiselle n'en restait pas insensible. Chaude comme jamais, elle-même redressait quelque peu ses fesses, son sexe étant comme aimanté par celui de mister Logan. La cadence s'accéléra, et elle commença à crier.
Le garçon ne perdait rien pour attendre, Vitalie le sermonnerait plus tard. Lasse, elle se disait simplement que, maintenant, le mal était fait. Alors autant en profiter au maximum ! Cela ne les mènerait à rien de s'arrêter pour en discuter. La miss Darshaw commençait déjà à oublier sa fureur, son instinct sexuel reprenant le dessus, et volait des baisers langoureux à son aimé, sa langue ne manquant pas de déborder un peu partout où elle le pouvait.
Ainsi, elle lui lécha suavement l'oreille droite, les épaules, le cou, et ses mains parcouraient le dos de l'homme avec ivresse, ne voulant manquer d'aucune parcelle de son corps. Elle se fit plaisir, également, en lui donnant une petite claque sur les fesses, et comme il répondit à cet appel par un va-et-vient féroce, elle poussa un petit cri.
S'en était fini de la rigolade ! Vitalie attrapa son homme par la taille et commença à manoeuvrer leurs corps de telle sorte que Spyke se retrouva à sa place et elle, sur lui. Elle sourit, follement satisfaite par ce retournement de situation. Ses muscles vaginaux se contractèrent pour enserrer davantage le pénis de son partenaire, et elle commença à le chevaucher.
Pour donner un peu plus de piquant à la scène, Vitalie s'agrippa à une poignée qui se trouve en hauteur dans les voitures. Pour une fois que ça servait à quelques choses ces trucs dont personne ne connaît le nom...
Telle la cow-girl sur son bel étalon, elle tint le lassos de plastique et commença à s'agiter, la bête du dessous étant enragée à souhait. Quel effet, cela te fait-il, jeune Spyki ? En ce qui concernait Vitalie, elle trouvait ça hautement jouissif. Etant allongé, le garçon avait une vue privilégiée sur le corps dénudé de sa belle et pouvait guetter sans problème ses réactions quand elle gémissait de plaisir. Il pouvait admirer sa poitrine magnifique et son ventre se balancer au rythme de la chevauche, et le visage rayonnant d'une Vitalie conquérante.
Lorsqu'elle prit suffisamment de plaisir dans cette position, la demoiselle lâcha la poignée, et ses mains se posèrent sur le haut du siège. Ses seins se trouvaient à présent au dessus du visage de l'homme, prêts à être croqués.
Sans modération.

_________________
« L'amour est un champ de bataille.
Enfin, je crois... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com
Michael Logan
Hacker et Technicien du M.I.L.
Hacker et Technicien du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 271
Age du perso : 23 ans
Langues parlées : Anglais, français et mandarin
Pouvoir du perso : Bionique (Télé-cyber)
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   Ven 15 Aoû - 17:39

Dieu! Si Logan n'était guère croyant, encore moins chrétien, il fallait au moins dire ce mot pour expliquer pleinement ce qu'il pouvait bien avoir comme feeling, sur le moment! Oui c'était bon, délicieux même, mais aucun de ces deux mots ne suffisait à décrire vraiment le truc, voyez! Et comme si ça suffisait pas, le fait d'avoir autant désiré Vitalie pendant tout ce temps, avait décuplé l'excitation, le plaisir pris avec elle, et bien sûr la fureur sexuelle de Spyke. Plus que jamais, il méritait son titre d'étalon aux yeux pourpres! Mais loin d'être monotone, cette partie de jambes en l'air, malgré sa relative simplicité du moment, n'en demeurait pas moins intense, c'était bien tout le contraire. Mais Vita' ne tarda pas à prendre le relai pour apporter un petit peu plus de folie à la chose.

Palala! Pas à dire, non seulement le jeune homme en prenait plein la vue, mais en plus son plaisir croissait encore. La miss était fort habile dans le domaine, comme l'avait pensé notre cher étalon qui prenait ici, toute la mesure de son surnom: le voila chevauché de la plus belle des manières... Elle lui arracha même quelques cris de plaisir:

"Haaan ouiii, mhhhh! Continuuuues!"


N'en restant pas inactif pour autant, Michael trouva matière à s'amuser, en caressant tout ce qui était à sa portée: des longues et douces jambes de Vitalie aux zones plus proche de son anatomie intime, sans omettre la poitrine de rêve de la miss... Tout homme bien né pouvait rêver que d'y poser les mains, les lèvres ou toute autre partie du corps que le peu de pudeur qui nous reste nous empêche de nommer plus précisément! Bref, autant dire que c'était un vrai régal, et en plus elle bougeait super bien...

Enfin, Vitalie se pencha plus en avant, donnant sa poitrine en offrande à un Logan qui ne se jeta pas dessus, mais presque... D'une main, il maintint le fessier de sa belle pour l'inciter à faire des mouvements de bassin plus profonds, et de l'autre il attrapa la nuque de la blondinette, pour l'empêcher de se relever, tu penses! Aaah pi, les p'tits gros seins de Vita', c'est comme... Comme de jolis fruits sucrés, saveur fraise, et qui ont le goût du soleil de juin... Rien d'étonnant à ce que Mickey les parcourent de sa langue agile et de ses lèvres avides de ce goût sucré.
Ce petit manège bien sûr un petit moment, jusqu'à ce que le seul gars présent dans ce topic, bien chanceux d'ailleurs, décide par malice d'appuyer sur le levier remettant le siège droit... Et hop! Vita' se retrouva du même coup assise sur Logan, une position tout de même plus sympa pour s'échanger de brûlants baisers mouillés; chose que s'empressa de faire notre gourmand, tout en resserrant son étreinte autour de la taille de sa chérie Vitalie. La suite de baisers qui suivit fut ponctuée, toutes les 5 secondes environ, d'un p'tit soupir verbal de bonheur; ça donnait approximativement:

"Mhhh... *smack* Ouiii... *smack* T'es trop *smack* Mhhh ouiii *smack* trooop bonne *smack* Hannn!"

Décidément oui... C'est plus du cul... C'est de la poésie! Logan récitait sa prose comme un poète bien inspiré, du grand art dans toute sa splendeur et aussi, toute sa perversité!

Quant à ce que Vitalie avait essayé de lui dire, il avait compris... Mais il était bien incapable d'arrêter pour aller chercher la boîte de capotes sommeillant dans le vide-poche!

_________________
_] Logan's Theme [_
+ Violence, hate and agony are what we've grown to know +


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vitalie Darshaw
Leader du M.I.L.
Leader du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 132
Age du perso : 18 ans
Langues parlées : Anglais (accent Américain) et Allemand
Pouvoir du perso : Matériel (sonique) Capacité visuelle en rapport avec la lumière
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   Jeu 21 Aoû - 16:01

Ca leur était devenu impossible de parler correctement. Chacune de leurs rares phrases échangées étaient entrecoupées de « Han ! » et ponctuées de « Oui ! ». Le tout, agrémenté de râles et de gémissements incessants. Quand on fait l'amour comme des bêtes, pas facile d'entretenir une conversation digne de ce nom...
D'ailleurs, Vitalie se disait qu'ils n'avaient pas besoin de mot. Les cris suffisaient, les caresses coquines argumentaient. Et, de toute façon, il n'y avait pas de mot pour décrire ce qu'ils vivaient. C'était trop fort, trop intense, trop sexe pour être nommé.
La jeune fille se délectait des lèvres de son amant sur sa poitrine, de sa langue qui la léchait, la dénudait davantage au fil des secondes qui s’écoulaient. Elle se sentait vivante, elle se sentait bien là, avec lui, près de lui, active, perverse, mouillée de leurs corps chauds, bouillonnante, jouissant comme elle n'avait encore jamais joui. Cette fois-ci serait une expérience qu'elle n'oublierait pas de si tôt : c’était bestial.

Soudain, la jeune fille se sentit partir en arrière. En un rien de temps, le dossier se redressa et elle se retrouva assise sur son homme qui ne tarda pas à lui voler des baisers et diverses câlineries. Déstabilisée par ce vif changement de situation, Vitalie ne pût que se laisser faire. L'instant d'avant elle le dominait, guidait ses gestes, et les voici à présent enlacés l'un à l'autre. Une partie de jambes en l'air dans une voiture, c'était quelque chose ! Surtout quand l'homme avec qui on s'amusait était Spyke Logan, le bel étalon aux milles surprises.
Il voulait jouer à ça ? A la chaleur des baisers et des corps se frottant l'un à l'autre ? Vitalie allait le satisfaire pleinement.
Reprenant du service plus que jamais, la miss enroula ses jambes autour des hanches de son homme, jusqu'à ce que leurs corps, et surtout leurs bustes, soit étroitement près l'un de l'autre. Collés serrés, et on recommence à bouger ! Les va-et-vient s'accentuèrent de plus belle.
Vitalie aimait beaucoup se trouver dans cette position ; elle avait le sentiment de voler le corps de l'autre, de le vampiriser du sien, de ne faire vraiment qu'un. Elle pouvait le caresser comme bon lui semblait. D'ailleurs, la jeune croqueuse ne tarda pas à dévorer le cou de Michael, le mordant vraiment, avec toute la tendresse et la sensualité qui l'animait en cet instant. Mais elle ne se limita pas qu'à ça : elle fit de ses épaules son dîner, de son torse sa pelote de laine, de son menton sa sucrerie, de ses jambes ses peluches, et de ses oreilles des perles de lait qu'il fallait absolument lécher –entières. Miaou !
Ronronnant presque de plaisir, elle se saisit de la nuque de son amant et passa ses mains dans ses cheveux d'argent, le caressant, tandis que leurs sexes s'éprenaient encore l'un de l'autre. Sa poitrine se frottait contre le torse, leurs ventres se chatouillaient et sa langue enlaçait férocement celle de Spyke.
Emportée par sa délectation totale, par l'ivresse de ses gestes et la fureur de ses envies, elle amena Logan encore plus près d'elle, si bien que, à tant le vouloir au plus proche de sa personne, elle commença elle-même à reculer, courber son dos. Comme il fallait s'y attendre, ses épaules heurtèrent le volant. Une seconde passa. Ses mains l'attrapèrent sans hésiter.
Se dégageant alors de l'étreinte, coupant court à leurs ébats, Vitalie se redressa quelque peu en s'appuyant sur le volant. Elle lança un sourire complice à son homme, un sourire malin, coquin, et en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire, elle se retourna. Ses genoux s'installèrent de part et d'autre des cuisses de Spyke, et son corps entier se rabaissa. D'un mouvement habile, elle amena le sexe de son partenaire vers l'entrée de son vagin, et il y eût de nouveau pénétration.
Par derrière, c'est plus osé !
Elle s'agrippa avec force au volant, et sans plus tarder, la gymnastique reprit !
Alors qu'elle commençait à gémir de nouveau, Vitalie aperçut, entre deux « Haaaan ouiiii ! Haaan, continues ! » qu’elle ne pouvait contenir, la ceinture du jeune homme, qui se tenait à leur droite, pendant à la fenêtre, attendant pleinement son heure de gloire.
La suite risquait d'être intéressante...

_________________
« L'amour est un champ de bataille.
Enfin, je crois... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com
Michael Logan
Hacker et Technicien du M.I.L.
Hacker et Technicien du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 271
Age du perso : 23 ans
Langues parlées : Anglais, français et mandarin
Pouvoir du perso : Bionique (Télé-cyber)
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   Lun 25 Aoû - 1:02

Logan se sentait comme pris dans la toile d'une araignée tisseuse; elle avait la main-mise sur son corps, l'enveloppant de ses petites pattes, se nouant à lui habilement et joliment... Et lui qui trouvait ça fortement jouissif, d'être ainsi à sa merci, de subir les joies de la domination féminine. D'ailleurs, à bien y réfléchir, c'était avec ce genre de filles que le jeune homme avait eu ses flirts les plus mémorables. Cette fois-ci ne dérogeait aucunement à la règle!

Et de fil en aiguille, pour poursuivre la métaphore, Vitalie inversa leur position déjà très sensuelle et physique, après quelques minutes d'infinie délectation. Lui offrant alors sa délicieuse croupe, la demoiselle prit le volant. Dans un moment de folie des plus débridés, Logan se demanda si elle allait klaxonner aussi! Mais son trait d'humour loganesque s'arrêta sur cette pensée incongrue, et sitôt, il s'agrippa délicatement à sa belle, l'aidant à se mouvoir et l'incitant même à approfondir ce petit moment. Dans le même temps, Michael dessina un chemin de baisers, en descendant ses lèvres le long du dos de Vitalie; et pour remonter, il laissa sa fine langue tracer un trait sur la douce et chaude peau de sa princesse du soir. L'une de ses mains remonta alors vers la divine poitrine de la miss, tandis que Logan commença à mordiller ses épaules avec entrain et passion. Petite revanche pour tout à l'heure, et puis il devait bien s'avouer qu'elle était tout bonnement délicieuse, la p'tite vita'; il en mangerait midi et soir!

Et à ce train là, le technicien serait bon pour re-vérifier ses suspensions... Les coups de reins de la miss devenaient plus que vigoureux, ce qui ne manquait d'ailleurs pas de faire chanter Logan, jugez plutôt:

"Mmhhh!!! Ouais c'est booon, encoooore!!! Haaan!!"

Et la mustang tanguait au rythme de leur chevauchée pornographique, agrémentés des petits cris que chacun poussait tour à tour...

Mais avec d'aussi belles prouesses, Logan commençait à se sentir venir, si vous voyez ce que je veux dire. C'était pour bientôt, alors pour retarder le moment, il tira en arrière Vitalie, par la taille, puis d'un mouvement bizarre, il se décala par côté pour pouvoir lui administrer un gros baiser très baveux, avec grandes léchouilles et tout... Au moins pendant ce temps là, la pression redescendait un peu, de quoi lui permettre d'assurer encore quelques minutes, mais en tout cas, on n'était plus très loin, côté Logan, du grand final, avec feu d'artifice en intérieur et tout... On y vient!

_________________
_] Logan's Theme [_
+ Violence, hate and agony are what we've grown to know +


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vitalie Darshaw
Leader du M.I.L.
Leader du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 132
Age du perso : 18 ans
Langues parlées : Anglais (accent Américain) et Allemand
Pouvoir du perso : Matériel (sonique) Capacité visuelle en rapport avec la lumière
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   Jeu 16 Oct - 15:23

Quelle débauche... Pauvre mustang qui subissait les cochonneries de ce couple obsédé, pervers, sexuellement sans retenue ! Elle les entendait jouir, dansait contre son gré sous la rythmique de leur partie de jambe en l'air, leur jeu de balançoire qui ne cessait pas un instant, amortissait également leur folie, leur fureur.
Ah oui, quelle débauche ! Allait-elle céder cette pauvre voiture ? Non, elle ne pouvait pas, elle n'avait pas le droit : elle avait été construite pour répondre à toutes les attentes de ses clients, même les envies les plus étranges. Elle avait une marque de fabrique réputée et des belles pièces bien résistantes. Techniquement, c'était quasi impossible.
Quelle débauche, quelle débauche, quelle débauche... De dehors, les déhanchés de la voiture étaient hallucinants. Ah, c'était cochon ! Ah, c'était osé ! Presque écoeurant !

Mon Dieu, que c'était tellement bon...

Les bras de Vitalie s'enroulèrent autour du cou de son homme. Elle l'embrassa avec fougue, lécha sa lèvre supérieure, puis l'inférieure, sa langue, avait terriblement envie de le manger. Elle ne le lâchait plus. Et lorsqu'ils s'arrêtaient une seconde pour reprendre leurs souffles, son excitation se décuplait et elle le couvrait de baisers. Lèvres magnétisées, corps attirés... Ses mains ne tardèrent pas à agripper la nuque de son amant. Se tournant totalement vers lui, elle dirigea son visage de bellâtre vers sa poitrine, tandis qu'elle même se relevait quelque peu pour faciliter la tâche. Vitalie aussi voulait être dévorée.
Ses doigts se déchaînaient dans la chevelure de Spyke, sa bouche dégustait chaque parcelle de son visage, descendant quand elle pouvait vers ses épaules. Et le bas de son corps se remit en action. Il faisait si chaud dans cette voiture... Le jeune homme avait la peau ardente et elle sentait bien que la sienne était de même. Braises. Tout ceci près d'une plage... Oui, torride était bien le mot.
Alors, sans prévenir, son dos se courba dangereusement, tandis que son bassin se mouvait encore avec allégresse. Elle sentit sa tête partir en arrière, son corps frémir en chaque endroit. Ses yeux se fermèrent, son coeur se mit à battre encore plus vite, comme s’il allait se rompre. La respiration qui s'accélère, cette chaleur étouffante, les mains de Spyke sur son corps, son corps contre le sien, l'un en l'autre, ne faisant qu'un... Vitalie poussa un cri d'extase, et ne pût plus s'arrêter jusqu'à ce que son compagnon la y rejoigne. Ce qu'il ne tarda pas à faire...
C'était un artifice, c'était l'éclosion d'une fleur. Des milliers de couleurs qui défilaient à travers leurs corps ; le parfum de leurs ébats, le sentiment d'être enivrée, d'être dépendante de quelque chose. Je suis dépendante de toi, Spyke, je suis dépendante de nous, je suis dépendante de moi-même, de cette exaltation, de cet instant... Et je crie de tant de bonheur, et t'entendre toi aussi m'excite davantage. Je crois mourir de tant de sensations et pourtant je n'ai jamais été aussi vivante. Je voudrais rester ainsi, dans cette ivresse extrême.

Et cela dura quelques minutes encore. Peu à peu, cependant, les membres se fatiguèrent et Vitalie se redressa doucement. Leurs corps en sueurs ne se détachèrent nullement, ou s'ils le firent, la demoiselle ne s'en préoccupa pas. Son front vint se coller à celui de Logan et peu de temps après elle l'embrassa.
Un sourire se dessina sur son visage angélique tandis que leurs langues se retrouvaient pour une valse légèrement plus apaisée.
Enfin, après ce baiser :
-J'ai déjà hâte de recommencer.

De plus, la ceinture patientait toujours…

_________________
« L'amour est un champ de bataille.
Enfin, je crois... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com
Michael Logan
Hacker et Technicien du M.I.L.
Hacker et Technicien du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 271
Age du perso : 23 ans
Langues parlées : Anglais, français et mandarin
Pouvoir du perso : Bionique (Télé-cyber)
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   Dim 19 Oct - 18:22

Logan pouvait se vanter d'avoir un sacré foutu nombre de conquêtes à son actif, ça oui; mais des coups comme celui-ci, il n'en avait pas eu autant, oh que non! C'est pas seulement l'extase d'arriver au moment où le plaisir se fait essence, c'est surtout le fait qu'à ce moment précis, on se sente transporté dans un autre univers, la sensation que tout ce qu'il y a autour de nous, nous parait flou, vaporeux, comme une matrice superflue dans ce sentiment de bien-être, d'apaisement et de plénitude.

Cette impression là, Michael l'avait éprouvé moins de fois qu'il n'avait fait l'amour, beaucoup moins même; car il ne s'agit pas juste de sexe, mais il dépend de la personne, du moment et de l'endroit, et bien sûr du désir, sans doute aussi de l'amour qu'on a pour celle à qui l'on se donne. C'était Vitalie, et certes elle était divinement bonne, mais ce n'était pas que ça, c'était davantage. Il la désirait depuis tellement de temps que l'acte en lui-même avait été transcendant, sans doute mille fois meilleur que s'il l'avait eu tout de suite.

Apaisé, c'est le mot, Logan se laissa aller dans le siège conducteur, sa belle dans ses bras, sur lui, et autour d'eux, un mélange d'odeurs de transpiration, de fluides corporels, ce qui parait sale mais qui pourtant est le parfum de l'amour. Nul besoin de parler, il suffisait de voir cette lueur significative, dans le regard violet (et violé) de Spyke pour savoir à quel point il avait apprécié. Là tout de suite, il se sentait bien, tout simplement, en phase avec lui-même, avec Vitalie, et avec le monde qui les entourait. C'était parfait. D'un mouvement délicat mais ferme de sa main sur la nuque de la belle blonde, il rapprocha son visage du sien, et déposa sur ses lèvres un doux baiser au goût sucré du désir; puis, simplement et naïvement, il la serra contre lui, l'enveloppant de ses bras comme l'écrin d'un bijou précieux. Ferme les yeux, savoure l'éternité de l'instant...

Puis, bêtement, enlève le frein à main, et la voiture descend tranquillement tout au bord de la plage, dans un rire de Spyke. La voiture s'arrêta avec le mouvement inverse, et le bellâtre attrapa son caleçon et son t-shirt, celui-ci qu'il tendit à Vitalie.

"Tu viens?"

Lui prenant la main, Michael l'entraîna hors de la voiture, et profita de quelques pas sur la plage pour couvrir son anatomie intime de son sous-vêtement, laissant sa belle en faire autant. Ici se situe la frontière entre l'acte et son outro. Michael tendit la main à Vitalie et l'invita à faire quelques pas sur la plage.
A l'horizon, le soleil déclinait calmement, se préparant à laisser la scène à la lune, premier croissant. Logan se sentait toujours attiré par ce moment de la journée, spectacle touchant de simplicité où le monde, l'univers se met silencieusement en branle, dans une force et une puissance que lui, simple humain, ne pouvait même pas imaginer. C'était naïf, mais ça lui permettait de se remettre à sa place, simple poussière dans l'infini de l'univers et du temps qui passe inlassablement.

Après quelques minutes à marcher, Spyke invita sa douce et tendre à s'asseoir avec lui (entre ses jambes) sur le sable encore tiède, face à la marée montante. Entourant Vitalie de ses bras, le jeune homme déposa un baiser sur sa nuque, et posa son menton sur l'épaule gauche de la demoiselle. Ferme les yeux, savoure l'éternité de l'instant...

_________________
_] Logan's Theme [_
+ Violence, hate and agony are what we've grown to know +


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vitalie Darshaw
Leader du M.I.L.
Leader du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 132
Age du perso : 18 ans
Langues parlées : Anglais (accent Américain) et Allemand
Pouvoir du perso : Matériel (sonique) Capacité visuelle en rapport avec la lumière
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   Mer 22 Oct - 23:04

Encore nue, Vitalie suivit Spyke sur la plage, apaisée de cette aventure et regorgeant encore d'énergie. Infatigable, c'est le moins que l'on puisse dire !
Elle avait le sourire aux lèvres, et lorsqu'elle vit son tendre amant se revêtir, certes très légèrement, elle ne pût s'empêcher d'avoir un petit rire amusé.
*Dommage, j’aurais bien continué à le croquer…*
Pensée momentanément écartée, elle l'imita, enfilant par le haut ce grand t-shirt d'homme. Pas si grand que ça, en fin de compte... Sa poitrine occupant une bonne part du tissus, celui-ci avait beau être long, il remontait de quelques centimètres. De telle manière, d’ailleurs, que si la fantaisie lui prenait de soulever les bras, ses jolies p'tites fesses se retrouvaient à moitié dénudées -un spectacle qui ravirait sûrement Michael.

Dans l'insouciance de son extase, miss Vitalie suivit d'un pas guilleret son mécano préféré, lui tenant la main, s'agrippant presque par moment à son bras. Le paysage autour était somptueux ; il ne lui semblait pas qu'une plage fût aussi belle que celle-ci... Peut-être était-ce dût à cette ivresse qui s'emparait du jeune couple. Tout semblait si beau, tout semblait si bien et si bon, un peu comme sur un nuage. Un nuage de sable bordé par la mer.

Ensuite, Spyke s'assit, et Vitalie le rejoint avec empressement. Ne me quittes pas, non ne me quittes pas. Jolie et vieille chanson française dont elle n'avait retenu que le refrain, la langue de Molière ne lui parlant que si peu, habituellement. Mais elle se devait d’avouer que dans des instants pareils, un « je t'aime » sonnerait toujours mieux qu’en d'autres langues.
Vitalie, amoureuse ? Non, n'allez pas croire qu'une telle passion serait née chez ce petit bout de femme... Elle n'avait pas le coeur dur, loin de là, mais elle l'avait attaché avec de grands noeuds pour qu'il ne parte pas à la dérive à la vue d'un beau garçon... Avec ça, les relations n'étaient jamais bien sérieuses, et elle avait l'impression d'être totalement libre de ses faits et gestes : elle faisait ce qu'elle voulait quand elle voulait. Secrètement, cependant, et ce comme toutes les femmes de ce monde, miss Darshaw rêvait d'une vraie liaison rythmée par un amour sincère.
Et donc, Spyke, qu'éprouvait-elle pour lui ?
A vrai dire, elle ne savait pas. Les jours qui suivraient cette soirée lui apporteraient sans doute des réponses. Le désirait-elle à tel point qu'elle se serait illusionnée de sentiments ? Etait-ce parce qu'ils étaient cloîtrés dans un sous-sol qu'ils n'avaient cessés de se courtiser ? Non, il y avait du gibier en surface... Mais surtout -et Spyke se poserait peut-être également cette question- : maintenant qu'ils s'étaient trouvés, auront-ils encore envie de renouveler l'expérience ?
A cette idée, elle sourit. Elle avait bien dit à Logan, dans la voiture, qu'elle avait hâte de recommencer. Et Vitalie ne mentait jamais, sauf en cas d'extrême nécessité.

Michael avait donc posé sa tête sur l'épaule de la belle demoiselle, et celle-ci caressait son visage, de sa main gauche, se délectant du toucher de ses trais, tandis que son regard se perdait au loin à l'horizon. Vita’ se sentait bien avec lui, et elle adorait entendre les battements de son coeur, sa respiration près de son oreille, son odeur de l'effort -même si ce dernier détail peu paraître particulier, après l’amour, elle aimait tout de Spyke.
Cependant, rester ainsi sage et reposée équivalait à laisser les questions l'assaillir. Non, l'ivresse était préférée.
Elle tourna sa jolie p'tite tête vers le bel étalon et lui vola un baiser avant de se relever.
-Tu viens ?
C'était désormais à elle de proposer, et déjà la jeune fille se dirigeait en des pas gracieux vers les vagues. L'homme pouvait observer sa marche semblable à celle des elfes. Elle dansait, merveilleuse, féerique, le t-shirt grand, aux allures vaporeuses, les gambettes à l’air et follement appétissantes, le corps parfois quelque peu dénudé par une légère brise.
Quand Logan la rejoint, elle se saisit de ses mains et l'entraîna avec elle dans sa découverte marine. L'eau n’était ni chaude ni froide.
S'arrêtant soudain, Vitalie se tourna vers Spyke, et dans un sourire :
-Embrasse-moi encore...

_________________
« L'amour est un champ de bataille.
Enfin, je crois... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com
Michael Logan
Hacker et Technicien du M.I.L.
Hacker et Technicien du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 271
Age du perso : 23 ans
Langues parlées : Anglais, français et mandarin
Pouvoir du perso : Bionique (Télé-cyber)
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   Jeu 30 Oct - 1:53

Ferme les yeux...

Michael se souvenait de ces histoires, qu'il avait entendu des dizaines de fois. Le paradis, l'Eden, cet endroit qu'on n'atteint qu'après le dernier voyage, et dans lequel on savoure la paix éternelle. Pourtant, en cet instant, il ne lui avait jamais semblé être plus près du paradis tout en étant en vie. Le sol aurait pu trembler, la terre s'arrêter de tourner, ça n'aurait pas suffit à le ramener sur terre. En cet instant, Michael était sur son Eden à lui, son petit nuage tout doux et tout chaud, et c'était tout. Les yeux fermés, il aurait pu rester comme ça, sans bouger, des heures durant. Vitalie n'y était pas pour rien là dedans, c'est parce que c'était elle.
Michael, amoureux? Lui-même n'aurait su le dire; mais pourtant, le fait est que, avec elle, c'était différent d'avec une autre. C'était très différent, même. A une autre, il se serait contenté de lui faire la totale, et l'aurait ensuite ramenée à la base, et puis, point final, chacun termine dans son lit, seul. Dans ce sens, Vitalie était la première fille qu'il avait envie de garder plus qu'une nuit. Il voulait la garder, sérieusement, comme seul un homme digne peut garder une femme.

Là, tout était parfait, chaque chose semblait à sa place. Le clapotis des vagues achevant leur course en se traînant sur la plage, le cri de quelque oiseau lointain, le doux bruit de la mer qui monte et descend sans fin, le vent marin qui soulève les cheveux et les vêtements avec grâce et légèreté... Le tableau parfait. Michael se noyait sans fin dans cette volupté.

Et Vitalie, c'était comme un rayon du soleil couchant, à elle toute seule. Elle captait toute son attention, son regard ne voyait qu'elle, ses doigts ne caressaient qu'elle, ses lèvres ne voulaient qu'elle. Sans dire un seul mot, c'est comme si elle s'était appropriée le jeune homme par consentement implicite. Son corps à lui, répondait à chaque appel du sien. Qui sait, peut-être que son cœur battait déjà pour elle?

Vitalie se leva, tirant doucement le jeune homme de sa rêverie. Michael la regarda courir vers l'eau, avec la joie et l'innocence d'une petite fille. Et un sourire paisible fleurit sur ses lèvres. Oui, c'était peut-être de l'amour qu'il ressentait pour elle. Il lui suffisait de la voir comme ça, toute joyeuse, pour avoir un petit quelque chose au cœur, un petit quelque chose qui le faisait immédiatement sourire. "Si ce n'est de l'amour, qu'est ce donc que je ressens?", questionnait le cœur, invariablement. "Je ne sais pas" répondait la raison, "mais ça ne doit pas en être très loin", concluait-elle. "N'ai-je pas déjà trop souffert d'avoir aimé?" demandait encore le cœur, visiblement hésitant; la raison répondait "Tu es encore en état de battre, alors bat, bat pour elle, si elle te plaît". Michael se leva, avec toujours ce même sourire, à la fois si simple et déroutant; peut-être celui des gens qui ont trouvé une parcelle de bonheur. Il pouvait avoir foi, car qu'importe de quoi demain serait fait, l'instant présent avait plus de valeur que tout l'or du monde.

Michael parcourut sans se presser la distance qui le séparait de la jolie blonde pétillante de bonheur, elle aussi. Avait-elle eu le même questionnement intérieur que lui? Peut-être que oui, peut-être que non. Mais ce n'était pas important, il le sentait, car le bonheur était aussi lisible sur son visage. Michael se plût à croire que son bonheur à elle, c'était le même que le sien, celui d'être avec lui, ici, maintenant. Si tel était le cas, alors tout serait réellement parfait, et il n'y aurait rien à ajouter pour parfaire ce moment.

Sans dire un mot, Michael passa ses bras autour des épaules de Vitalie, et laissa quelques secondes passer; sans doute par peur que ce beau moment s'envole, ou alors, parce que "encore un peu!" que lui réclamait son cœur, "laisse moi encore la sentir près de moi!". Et Michael, pauvre diable, exécutait l'ordre donné, probablement avait-il lui-même tout autant envie de sentir Vitalie contre lui, blottie dans ses bras comme le dernier refuge contre le monde.

-Embrasse-moi encore...


Un appel. Bien sûr, le cœur réagit sur le champ, bondissant de joie à l'idée. La raison posa à son tour une question, "Alors, tu 'as plus peur de souffrir?". Le cœur manqua un battement, peut-être, et répondit en battant sereinement "Non. Et même si j'allais souffrir, le bon moment à vivre juste avant vaut cette peine. Je prend le risque d'être brisé car je veux avoir une chance de goûter au bonheur.". Ce à quoi la raison en pouvait que répondre "Ton raisonnement est logique, suis ta voie et tu verras bien ce qu'il y a au bout." Michael embrassa Vitalie en même temps qu'il porta sa main droite à la cuisse gauche de Vitalie, pour décoller sa jambe du sol... Et l'un avec l'autre, ils basculèrent, Vitalie en arrière et Michael sur elle. L'instant où leurs corps rendus inertes touchèrent l'eau fût semblable, pour le cœur de Logan, à une déflagration.

Sous l'eau, Michael continua à chercher les lèvres de sa douce et tendre, et le ballet de leurs langues devint aquatique. Mieux qu'en surface même, avec la danse des petites bulles d'oxygène se prêtant à ce jeu bien univoque. Michael nageait dans le bonheur, littéralement, et malgré un petit rire sous-marin de temps à autre, ces embrassades, ces étreintes et ces baisers avaient bien plus de goût que tous ceux qu'il avait pu vivre jusque là. Ce moment aurait pu n'avoir jamais de fin, tant il était délicieusement délicieux. Car tandis qu'il embrassait encore et encore Vitalie, Michael se plut à penser, de plus en plus, que son cœur battait bien pour Vitalie. Et dieu sait qu'il battait très fort...

Savoure l'éternité de l'instant...

_________________
_] Logan's Theme [_
+ Violence, hate and agony are what we've grown to know +


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vitalie Darshaw
Leader du M.I.L.
Leader du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 132
Age du perso : 18 ans
Langues parlées : Anglais (accent Américain) et Allemand
Pouvoir du perso : Matériel (sonique) Capacité visuelle en rapport avec la lumière
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   Dim 14 Déc - 21:53

Et le baiser ne fut pas des moindres... Sous l'eau, Vitalie eut le sentiment que son coeur allait céder. Habituellement, la faute aurait été reportée sur le manque d'oxygène. Il lui aurait fallut remonter en surface reprendre son souffle avant de plonger de nouveau. Mais cette fois-ci, elle savait bien que c'était différent. L'étreinte était coupable de cette agitation, et les sourires que Vitalie et Michael s'offraient, leurs langues qui se donnaient l'une à l'autre, créaient chez la jeune fille le sentiment d'être dans l'urgence. Comme si cet instant était compté, comme si son corps ne tiendrait jamais une seconde supplémentaire.
Peut-être n'avait-elle pas tout à fait tort : combien de temps reste-t-on sous l'eau ? Cependant, elle avait la certitude que c’était davantage cette sensation et la chaleur de leurs baisers qui la rendaient alerte. Elle voulait être près de lui au possible, ici, car rien n’assurait la suite des événements. Profiter à n’en plus finir du présent…
Elle l'embrassait, donc, et il l'embrassait en retour. Ses mains ne pouvaient quitter son visage, ses épaules, et elle aimait tout de lui. Ce ne fut plus que caresses et le ballet de leurs langues. Vitalie se sentait complice avec lui. Non, mieux encore, elle se sentait intime.
Cependant, le couple dût penser à remonter en surface. Et la pauvre sirène eût un sourire pour son amant avant de quitter les eaux. Un sourire entendu.
Lorsqu'ils retrouvèrent l'air, Vitalie ne pût s'empêcher de rire. Nerveusement, un peu peut-être, car il était quelque peu frustrant de passer d'un élément à un autre ; mais plus sûrement, elle riait de tant de bonheur. S'en était euphorique.
Aussi, elle se tourna vers Michael, cherchant de nouveau ses lèvres. Elle se serrait fort à lui, et leurs corps auraient très bien pût ne faire qu'un à nouveau. Ses mains caressaient son torse, puis passaient dans son dos, laissant la place à sa poitrine, sous le t-shirt mouillé.
Vitalie aurait pût jurer par tous les dieux qu'elle attendait un instant pareil depuis des années, et qu'enfin elle remerciait les divinités de le lui offrir. Mais elle doutait que ses prières auraient été traduisibles par un simple et vulgaire « Oh My God ». Non, juste se taire... Elle n'avait besoin que de calme pour s'accompagner à leur paix.

Vitalie, après quelques minutes à embrasser Spyke dans le balancement des vagues, le ramena, justement, sur la plage. Elle le fit asseoir et s'assit sur lui, en face à face. Ses bras s'enroulèrent autour de son cou et ses yeux ne quittèrent plus ceux du garçon. Son regard était paisible, avec une pincée de tendre curiosité. Elle essayait d'imaginer qu'ils étaient vraiment ensemble, de réaliser que Spyke pouvait être son homme. L'idée qu'il ne fut qu'à elle lui plut entièrement, sous toutes les coutures et tous les angles. A vrai dire, elle ne voyait pas de couple plus idéal que le leur : c'était une situation dans laquelle elle avait tant besoin d'être. Aimer, être aimée en retour, partager... Elle sourit. Elle pensait que Michael avait tout autant la nécessité qu'elle d'avoir une moitié avec qui passer son temps, succomber aux tentations et vivre une passion...
Une histoire d'amour ?
La conclusion la fit hoqueter de surprise. Elle lança un appel à son mécano favori, qui semblait dire « Je n'arrive pas à y croire ! » ou bien encore « Tu penses que je suis celle que tu attendais, et inversement ? ». Seulement, au lieu de formuler ces belles paroles à voix haute, la jeune fille ne pût s'empêcher de briser le silence par un :
-Tu sais quoi ? Je vais aller te chercher un p’tit truc à manger. Autre chose que... ça.
Elle prit les mains du garçon et les posa sur sa somptueuse poitrine, avec un sourire charmeur. Et puis, sans lui laisser le temps de protester, de se plaindre de son départ ou même de faire une quelconque requête sur le repas du soir, la jeune fille se mit à courir vers la voiture et cria un « Je reviens dans quelques minutes ! » tout en riant, avant de disparaître.

En un rien de temps, miss Darshaw vola de l'argent caché dans la boîte à gants et entreprit de trouver un magasin non loin de la plage. Elle courut, les gambettes et les pieds nus, trempée, les cheveux pleins d'eau de mer. Au bout de quelques minutes –car il faut savoir que la voiture était garée vers la fin de la plage- elle vit une petite épicerie, tout près d'une boutique touristique avec jouets de plage etc. Vitalie entra chez le premier marchand et eut la grande surprise de découvrir que l'épicerie faisait également baraque à frite. Deux en un... Elle n'avait jamais vu ça auparavant, mais il s'avérait que cette découverte tombait pile au bon moment. Aussi, la jeune fille commanda une maxi barquette, deux hot-dogs, et fit le tour du shop en attendant que tout fut préparé. Elle trouva entre les cornichons et la sauce piment un paquet de marshmallows, et un peu plus loin, des choses qu'elle ne voyait que trop peu dans l'assiette de son chéri : des fruits et des légumes !
Tentée par la barquette de fraises, la jeune fille s'en empara, comptant mentalement la somme de ses achats. Ca allait, il lui restait assez de monnaie pour aller faire un tour dans la boutique d'à côté.
Une fois le repas payé, rangé dans un sac en plastique (et oui, dans ce coin paumé, les mesures écologiques n'avaient pas encore été adoptées par tous les commerçants), elle courut chez le voisin. Il était en train de fermer, mais elle réussit à se faufiler et dégoter une couverture à motifs écossais en moins d'une minute.
Heureuse de sa courte virée shopping, la pétillante blondinette retourna sur la plage, dévalant la côte de sable pour rejoindre son homme. L'apercevant, elle brandit légèrement en l'air ce qu'elle avait acheté, grand sourire aux lèvres.
-Ca te tente une nuit à la belle étoile ?

_________________
« L'amour est un champ de bataille.
Enfin, je crois... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com
Michael Logan
Hacker et Technicien du M.I.L.
Hacker et Technicien du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 271
Age du perso : 23 ans
Langues parlées : Anglais, français et mandarin
Pouvoir du perso : Bionique (Télé-cyber)
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   Mar 23 Déc - 2:46

Après le départ de Vita', Michael se laissa tomber en arrière, et se retrouva donc allongé sur le sable, si vous avez tout suivi. Au dessus de lui, le ciel prenait des teintes orangées, le soleil semblait être en train de mourir discrètement, au delà des nuages, l'air de rien.
Il adorait cette vue, plus que tout au monde. Cette impression de n'être rien, et de regarder la fin des astres qui crèvent au loin, tellement loin qu'on n'entend pas leur plaintes ni ne voit leurs larmes. La majesté du ciel qui se brise sans un murmure, c'était vraiment quelque chose que le jeune homme appréciait.

Depuis toujours, Logan pensait que s'il pouvait être un astre, il voudrait être le soleil. Symbole de force, de grandeur, il lui arrivait aussi de l'imaginer comme un roi vénéré, mais bienveillant, protecteur. Une petite-amie lui avait même dit un jour, qu'il était un enfant du soleil; cette copine là avait justifié la comparaison en évoquant la force de vivre la vie à pleines dent du jeune Michael, et la chaleur humaine dont il faisait preuve. Ça avait été un beau compliment, bien récompensé par la suite des événements, dans une motte de foin derrière la grange du voisin de l'oncle de Logan...

Souris, la vie est belle...

Ouais, elle était belle, cette pute du bon dieu, avec ses deux tranchants. La preuve, pendant qu'ici il y avait des mecs comme lui, à regarder le soleil s'effacer à l'horizon, quelque part, il y avait des mecs qui crevaient dans la souffrance et l'agonie. C'était ça, le côté 'bitch' de la chose, pendant que certains rient, d'autres pleurent; c'est ça, la beauté de la vie, son ambivalence, sa capacité naturelle à donner du bonheur aux uns et du malheur aux autres. Mais Michael était bien placé pour savoir que la roue tournait, et que demain, ce serait peut-être lui qui crèverait pendant qu'ailleurs, d'autres courraient dans les champs en riant de bonheur.

Voila pourquoi il voulait en profiter. De ces moments de calme, de cette sensation de paix intérieure, de sérénité, tellement vaporeuses et surtout tellement éphémères. Vivre comme si on allait crever demain, c'était la philosophie du jeune homme, et ce qui faisait qu'il acceptait autant la fatalité du destin, s'il y en avait un, que les moments de bonheur adolescents, tellement niais parfois, mais parce que c'est le sucre de la vie. Pourquoi toujours vouloir se pimenter l'existence? Ferme ta gueule, conscience, et laisse nous savourer l'instant, aussi futile soit-il. De toute façon, c'est elle seule, la conscience, qui met de la futilité dans tout ça, s'il n'y avait que le cœur, il dirait que c'est un instant de bonheur, tout simplement. On se prends tant la tête, parfois...

Vitalie revint vers lui, avec tellement de bruit qu'il en releva la tête vers elle. Elle était allée chercher de quoi manger et dormir, visiblement. Michael aimait cette spontanéité, peut-être parce qu'ils l'avaient en commun, tous deux. Là où d'autres minettes aurait insisté pour retourner dormir dans un vrai lit, elle proposait l'idée de dormir sur la plage; le même grain de folie que lui, le même rien-à-foutrisme du qu'en diras-t'on, c'était eux. Peut-être que oui, ils s'étaient bien trouvés, tous les deux. Vous le saviez, Michael ne déclina pas la proposition faite par sa copine.

Après s'être levé pour l'aider à déplier et étaler la couverture sur le sable, Logan revint s'asseoir dessus, puis invita sa douce à en faire autant. Se serrant contre elle tout en passant un bras au dessus de ses épaules, le facétieux jeune homme jeta un œil dans la poche de plastique. Il reconnu entre mille l'odeur qui en émanait, et se dit que Vita' le connaissait peut-être mieux qu'il ne la connaissait à elle. C'est vrai, lui ne savait pas quel plat elle aimait, les chocapics mis à part... Il faudrait remédier à tout ça dans les prochaines semaines! Un peu d'attention en plus pour elle ne ferait pas le moindre mal, après tout, surtout s'ils officialisaient leur couple au sein de la base. Mais en attendant...

"Ouvre grand ta bouche!"

Intima Michael avec un ton joyeux, tandis que sa main fouillait dans le sac. L'instant d'après, il glissait dans l'antre merveilleuse numéro 1 de Vitalie l'un des hot-dog, en riant avant de se saisir de celui qui lui était destiné. C'était tout lui, ce genre de blagues potaches voire idiotes, et il rit d'autant plus en s'imaginant remplacer le hot-dog par autre chose; voyez jusqu'où il pense, le gars.
Pour se faire pardonner, Logan déposa une bise sonore sur la joue de Vita' (la bouche étant déjà pleine), puis resserra son étreinte d'affection tout en croquant dans son sandwich.

Le soleil était quasiment mort maintenant, au delà des nuages. La lune faisait son début d'arrivée, victorieuse sur son astre opposé, mais non-ennemi. C'était son contraire, la lune, symbole de l'imaginaire, du rêve, de la froideur et de la nuit. Enfin, froideur, pour aujourd'hui peut-être pas dans tous les sens du terme, mais qu'importe. Une beauté laisse place à une autre sur la grande toile étoilée, 'et c'est ça qui est cool', ajouterait Logan, conquis. Mais quoi qu'il en soit, c'était une soirée magnifique, tant par son aspect visuel que par son contenu, que ce soit les pieds sur terre ou les yeux dans le ciel...

_________________
_] Logan's Theme [_
+ Violence, hate and agony are what we've grown to know +


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vitalie Darshaw
Leader du M.I.L.
Leader du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 132
Age du perso : 18 ans
Langues parlées : Anglais (accent Américain) et Allemand
Pouvoir du perso : Matériel (sonique) Capacité visuelle en rapport avec la lumière
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   Ven 3 Avr - 17:48

Hm ? Qu'est-ce que c'est ?
Sans avoir le temps de comprendre/réagir, Vitalie se retrouvait avec un hot-dog dans la bouche. Ca la fit rire, bien sûr, puis elle toussota, ayant avalé de travers. Elle sourit, toute dorlotée qu'elle était, dans les bras de son chéri, et un sourire béat se dessina sur ses lèvres, tandis que son regard se perdait dans le ciel et l'océan. Il y avait des années qu'elle n'avait pas regardé un couché de soleil, paisiblement, sans courir en tout sens. Vitalie se sentait toute chose ; le temps passait trop vite. Elle allait bientôt avoir dix-neuf ans, traînait avec elle un palmarès sexuel fort élevé, était à la tête d'une organisation militaire après avoir enchaîné des petits boulots et avait, avant tout, quitté le cocon familial. « Je n'ai pas chômé ». Voilà ce qu'elle aurait put penser, fière de réussir en dix-huit années ce que d'autres font en une trentaine. En contrepartie, la miss n'avait pas prolongé ses études, s’était contentée de relations pas vraiment stables, pas du tout stables même, et n'avait pas eu grand chose à prouver pour gagner sa place au M.I.L. Parfois, il lui arrivait d'avoir de la nostalgie. De ne pas se battre assez, d’éviter les contraintes. Mais qu'est-ce que c'est que la nostalgie, à dix-huit ans ? Elle était jeune, vivait sa vie comme elle le souhaitait et aurait tout le temps devant elle pour accomplir ce qui lui « manquait ». Le seul problème, quand on tient une arme à feu, a fortiori quand on est un mutant, a fortiori dans une organisation militaire rebelle, c'est que l'on sait que notre vie peut s'arrêter du jour au lendemain. Le sang des cadavres, ça te fait prendre conscience de pas mal de choses.
Tout comme le Soleil, elle pouvait mourir et laisser place à la Lune, qui la remplacerait. Le temps passe, et il arrive d'oublier. Pourtant, cette soirée, elle la vivait, se tenait sur une couverture écossaise. Et c'était suffisant.
Elle reporta son attention sur son hot-dog et mordit dedans.
Après du sport intense, comme ce fut le cas dans la mustang, Mlle Darshaw avait toujours très faim. Affamée, dira-t-on. Habituellement, elle ne mange pas beaucoup, bien qu'elle apprécie la bonne cuisine. Sa passion ce n’est pas d’être au fourneau, et elle se nourrit toujours très rapidement : chocapics, chocapics... chocapics. Une pomme aussi, de temps en temps. Quelques fois, il lui était arrivé de cuisiner pour faire plaisir à des amis, plus précisément son petit ami, mais elle se demandait si pour Spyke, ce serait nécessaire de passer des heures en cuisine. Elle leva les yeux vers lui et l'observa manger son hot-dog puis déballer les frites. Elle ne put s'empêcher d'avoir un petit rire, et de croquer dans son sandwich, pour l'étouffer. Ce grand charmeur était un vrai pirate : prend la vie comme tu le sens, mange ce qui te plait ! Elle maudissait tous les garçons qui pouvaient manger des cochonneries à longueur de journée sans grossir. Tous les garçons, sauf Spyke, bien sûr. Elle l'aimait trop...

Smack, un p'tit bisou sur la joue, et puis un autre... suivit d'un autre... et... d'un autre ? Mon Dieu ! Quand je vous dis que Vitalie est affamée, ce n'est pas qu'au niveau de l'estomac. La demoiselle s'empressait d'embrasser le cou de son chéri, ayant comme détecté une faille, le moment propice pour un flot de tendresse. Quoique, en y songeant bien, ça peut être n'importe quand avec nos deux accro du sexe !
Notre douce blondinette s'empara des mains de Logan et fit en sorte qu'il s'allongea. Sans grande surprise, elle monta dessus ! Vita’ commença à ronronner, tout en titillant le cou de son cher et tendre. Elle le coupait en plein repas ? Tant pis, elle s'apprêtait à...
Et non ! Ce n'est pas ce que vous croyez. La jeune fille releva la tête et demanda, d'une voix voluptueuse :
-N'amouuuuuur, j'veux que tu me racontes des trucs sur toi !
C'est original. D'autant plus la façon avec laquelle elle attend les explications, en mordant l'oreille. Ahlala, et dire que les garçons adorent qu'on s'intéresse à eux...

_________________
« L'amour est un champ de bataille.
Enfin, je crois... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com
Michael Logan
Hacker et Technicien du M.I.L.
Hacker et Technicien du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 271
Age du perso : 23 ans
Langues parlées : Anglais, français et mandarin
Pouvoir du perso : Bionique (Télé-cyber)
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   Sam 4 Avr - 23:01

Il était cool, ce sandoc’. Il était cool, ce décor. Elle était cool aussi, cette couverture écossaise. Bref, tout était cool dans l’instant présent, ce qui amena Spyke à penser : ‘pour rien au monde, je ne voudrai être ailleurs qu’ici.’. Mais de tout ce qu’il pouvait trouver cool par ici, rien ne l’était à la hauteur de Vita’. Elle, c’était comme la cerise sur le milk-shake, et sans doute que si tout ce décor était un piédestal magnifique, c’est définitivement elle qui avait été faite pour y trôner dessus.
Logan se surprit à laisser son regard divaguer sur la jeune femme ; pas à lorgner sagement ses attributs comme il le faisait d’habitude, non ; cette fois il la regardait comme on regarde une toile, au musée, essayant de capter le moindre petit détail qui fais toute la beauté de l’œuvre. Ses cheveux blonds prenaient des reflets cuivrés avec la douce lumière orangée émanant de l’astre déclinant. Ses yeux paraissaient être faits de poussière de diamants, scintillant en un millier d’étoiles. Ses lèvres lui donnaient de l’appétit, tant elles ressemblaient à la peau brillante et sucrée d’une pomme d’amour. Oui, Michael était presque en contemplation devant Vitalie, comme il l’avait été devant la statue de Buddha, au Potala. Et son cœur criait des 'je t’aime', si fort que son propriétaire se demandait si elle n’allait pas finir par entendre ces cris de liesse.

Bien entendu, le jeune homme ne repoussa pas l’affection de sa blondinette préférée. Se laissant porter, il finit par se laisser allonger sur le sable, et ouvrit ses bras pour accueillir sa douce et tendre. Alors qu’elle avait posé la question, Michael tendit le cou un bref instant, le temps d’aller chercher un baiser sur les lèvres de Vitalie. Alors qu’elle s’en prenait à ses lobes d’oreilles percés, il leva les yeux vers le ciel dont la luminosité faiblissait déjà. Tout comme lui faiblissait à vue d’œil devant la tendresse et l’affection de sa copine. Avec un fin sourire, il commença par les généralités d’usage :

"Je m'appelle Michael Logan, je suis né le 24 Mai 2029 Dans le quartier d’Essex, en banlieue londonienne. Je fais 1 mètre 75 pour 71 kg, j’en ai d’ailleurs pris 1 le mois dernier."

Comme pour vérifier l’étendue des dégâts, Logan se palpa la couenne au niveau de la taille, cherchant une poignée d’amour qui n’était, heureusement, pas encore apparue. Étouffant un petit rire, il reprit :

"Je suis né dans une famille modeste, limite pauvre en fait. Je suis fils unique, et mes parents avaient bon espoir que je devienne un avocat, ou un chercheur, je sais pas, ce genre de choses. En fait, c’est surtout mon père qui disait ça."

En vérité, le père de Logan était un ouvrier alcoolique, et toujours en vérité, même quand il avait plus d’1 gramme d’alcool par litre de sang, il espérait que son fils ne lui ressemblerait jamais. Ne voulant pas que Vitalie le prenne en pitié, Michael tut ainsi cet aspect, ainsi que plusieurs autres dans son récit.

"A l’école j’étais surdoué. Je sais, on dirait pas, comme ça, héhé ! Mais bon, c’est pas si génial que ça, puisque c’est à cause de ça que j’ai un jour franchi les portes de la G.C. de Londres. Ils voulaient prendre de mes cellules nerveuses pour je sais plus quoi… Au final ça a mal tourné, il y a eu une coupure de jus pendant l’opération à cervelle ouverte, et ils se sont trompés de produits. Ils m’ont injecté autre chose, et je suis devenu ce que je suis maintenant. Un mutant."

Ça encore, c’était joyeux. C’était la suite qui était moche. Logan avait subi, comme des centaines d’autres, les privations et les tortures, au sein des geôles de la firme pharmaceutique. C’était là qu’il avait connu Fraust, expliqua-t'il passionnément à sa chère et tendre.

"Déjà là-bas, c’était un mec génial. Là où tout le monde avait perdu espoir, lui il y croyait encore. Si on a survécu à tout ça, c’est grâce à lui, il nous a permis d’y croire encore, à la liberté, à la vie libre dont nous rêvions tous."

La suite, ils la connaissaient tous 2. Un jour d’été de l’année 2044, Fraust avait permis la libération d’une partie des cobayes de la G.C., dont lui. Leur liberté, après des années de captivité, pour certains toute leur vie, comme Fraust.

"Et puis, retour à la vie normale... Enfin presque normale!"

En effet, lorsque Michael retourna chez lui, un certain nombre de surprises plutôt mauvaises lui tombèrent dessus. Son père était parti avec une autre femme, laissant sa mère seule avec un tas de dettes, et la boisson comme seule compagnie. Elle croyait son fils mort dans l’explosion qui avait secoué l’entreprise de pharmaceutique, alors, prise de désespoir, elle suivit le chemin de son ex-mari…
Logan arriva à temps pour l’empêcher de tomber plus bas. Il trouva du travail, un boulot ingrat de technicien mécanicien dans une usine, ce qui lui permit de rembourser une partie des dettes de sa mère. Puis, en démontrant avec force ses talents d’électronicien autodidacte, il parvint à obtenir un contrat chez Nanotech Inc., aux États-Désunis. Ce qui l’obligea à quitter sa tendre maman et le peu d’entourage qu’il lui restait.
Par la suite, il gagna assez d’argent pour en envoyer régulièrement à sa mère, et lui permettre d’en finir avec ses dettes. C’est à la même époque que Logan construit son identité virtuelle, le hacker Spyke, et fit ses premières armes en tant que cyber-pirate. Son pouvoir l’y avait beaucoup aidé, il faut dire.

"Et puis un beau jour, Arok est arrivé dans ma vie, un peu comme... La première goutte de pluie qui annonce l’arrivée de l’automne."

Spyke expliqua à Vita' qu’Arok l’avait repéré, en quelque sorte, lors d’une de ses nombreuses pirateries de l’époque. Vint alors la proposition de recrutement au sein d’une force armée, ayant pour idéologie, rien de moins que la lutte pour la liberté des mutants.

"La première fois, j’ai éclaté de rire! Il avait présenté ça d’une telle façon… Un peu comme on présente un produit miracle révolutionnaire! Sacré Arok... Et puis, après moultes péripéties, me voila arrivé ici, quelques mois avant que tu n’arrives."

Michael se garda d’ajouter 'Et c’est tout.', mais au fond oui, il avait fait le tour de la question. Lui aussi pouvait se vanter d’avoir vécu de belles choses, en peu d’années. Le plus drôle était quand même le fait que, sans un bête accident de laboratoire, il ne serait pas ici pour parler avec ce joli brin de fille.

"Si je n’était pas Mutant, je serai peut-être... Encore sur les bancs de l’école, en formation d’ingénieur de l’aérospatiale, va savoir... P'tet même que je serai encore puceau, tiens."

A cette réplique, il pouffa. Oui, sa mutation avait radicalement changé le cours de sa vie, mais il ne le regrettait aucunement. C’était lui, c’était ce qui avait contribué à faire en sorte qu’il soit là, maintenant, pour vivre ce moment.
Relevant vers Vita' 2 yeux pétillants, il s’apprêta à lui retourner la question. Mais à vrai dire, il avait une petite idée sur la question. A son avis, elle avait probablement un parcours diamétralement opposé à lui. Mais il voulait l’entendre de ses lèvres, et voir si son intuition masculine fonctionnait toujours.

"Je passe la main, babe."

Ce qui voulait dire : your turn to tell me more about you, chérie. Et pour confirmer la parole par le geste, Logan passa ses mains sur les exquises fesses de sa blondinette à lui. Rien qu’à lui... Sans omettre de lui picorer le cou de quelques baisers coquins.

_________________
_] Logan's Theme [_
+ Violence, hate and agony are what we've grown to know +


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vitalie Darshaw
Leader du M.I.L.
Leader du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 132
Age du perso : 18 ans
Langues parlées : Anglais (accent Américain) et Allemand
Pouvoir du perso : Matériel (sonique) Capacité visuelle en rapport avec la lumière
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   Jeu 30 Avr - 0:42

Pour ce qui était du parcours, Michael était effectivement l'antipode de Vitalie. En entendant la brève biographie de son homme, la miss Darshaw eut parfois le sentiment d’être en pleine hallucination. Ce qui l'avait frappée le plus, c'était ce fameux passage à la Genetics Corporation. Tous les soldats du M.I.L. partageaient la même idéologie, mais chacun avait ses propres raisons d'avoir rejoint les rangs. Si Spyke avait finalement suivit Arok, il y avait de grandes chances pour que cela soit intimement lié à son passé, ces années d’enfermement. Une geôle où le goût des barreaux était aussi amer que la violence des coups.
Vitalie avait toujours été impressionnée par ces mutants qui avaient survécus dans la firme. Des séquelles immenses, c’est ce qu’elle imaginait. Bien sûr, Vitalie n'avait jamais rien vécu de tel. Et ça l’effrayait beaucoup, ces expériences sur peau humaine.
Cette révélation lui fit donc l’effet d’un choc. Et il va sans dire qu’après la surprise, la peine s’était emparée d’elle. Ce n’était pas de la pitié, parce que celle-ci pouvait avoir une connotation pathétique ; non, il s’agissait plutôt d’une vive douleur qui laissait planer des fragments d’images violentes dont le thème s’intitule « torture d’un jeune homme ». Tant bien que mal, la demoiselle cachait ses sentiments car elle voyait bien que Spyke tentait d'alléger le sujet pour, justement, n’attirer ni pitié ni larmes. C'aurait été inconvenant de commenter l'affaire.
Pour le reste, elle était attentive. Ca lui faisait tout drôle de découvrir ce garçon avec qui elle vivait sous le même toit (si l’ont peut dire) depuis quelques temps déjà. Jamais encore ils n'avaient eut l'occasion de partager leurs histoires respectives. Soudain, il y avait comme une aura de liberté. Se confier l'un à l'autre, c'est comme offrir une part de soi, donner sa confiance et garder les secrets de l’être aimé. C’est connaître ce qui fait qu'aujourd'hui, on est là à en discuter.
Raconter tout ça, visuellement se traduisait par un cadenas auquel on affligeait un bref coup de cisaille, échappant toute pudeur. Chez certaines personnes, parler de son passé est plus difficile que de s'adonner à une partie de jambes en l'air. Dans le cas présent, les deux jeunes adultes avaient décidé de tout accomplir en une soirée, et d'une façon si naturelle que ni l'un ni l'autre ne devait se poser de question.
Ils se délectaient de partager cet instant ensemble, d'être enfin tous les deux. Enfin.

Quand ce fut le tour de la jeune mutante, celle-ci laissa échapper un petit soupir. Elle était devenue plus timide, paraissait embêtée de passer après une histoire si bouleversante. Pas parce qu'il n'y aurait pas de tragique chez elle –ils ne jouaient pas une comédie mais la carte de l’honnêteté. En réalité, c’était parce qu’elle craignait que Michael ne la considère comme une enfant pourrie gâtée, à qui l’ont aurait tout offert, et qui aurait finalement refusé. Ce qu’elle était, au bout du compte. Mais si elle avait agit de la sorte, c’est qu’elle avait ses raisons. Et avant d’en faire part à son chéri, la blondinette lui embrassa une nouvelle fois le cou, tout en laissant parcourir ses mains sur son torse. Elle se décida enfin et avec un sourire réservé, elle commença :
-Moi non plus, je ne suis pas vraiment devenue ce à quoi mes parents s’attendaient. Petite fille sage qui sautait des classes, c’était pourtant bien parti. J’allais faire de longues études, devenir riche, me marier, avoir des enfants, tout ça quoi. Mais à sept ans j’ai décidé de refuser la facilité du chemin et j’ai dévié dans une ‘rebel attitude’ précoce. Autant dire que j'étais du genre à refuser l'autorité parentale, sur tous les plans.
Elle se tut un petit moment pour guetter la réaction de son hacker préféré. L’imaginait-il comme une petite ingrate qui s’était plaint injustement ? Elle savait que ce cliché avait tendance à ressortir presque naturellement dans les esprits, tandis que la vérité était toute autre. D’habitude, elle laissait faire. Why should we care about what others think ? Mais pour qu’un couple tienne la route, il fallait être franche. Et puis, elle avait envie de l’être.
-Je n’ai rien à reprocher à mes parents excepté leur côté superficiel qui m’a exaspéré et m’exaspère encore. Ils ont toujours voulu le meilleur pour moi. Je ne les blâmerais jamais sous prétexte que le travail mâché et le syndrome des petites cuillères d’argent, ça ne m’a pas intéressée. Avec mes sœurs, c’est différent, elles ont mordu à l’hameçon. Et comme je suis la jeune dernière, la rebelle qui attire les attentions, elles me méprisent.
Elle dit cela comme si c’était une évidence. Ce mépris obsessionnel s’était installé dès les débuts, et bien qu’elle ne l’ait jamais accepté car jugé injuste, elle avait dut faire avec.
-A 15 ans, j’ai été envoyée en internat et j’y suis vite devenue célèbre pour mes éternelles remises en cause du système ainsi que les réponses bien senties visant des adultes qui se permettaient de me juger, mon comportement et les excentricités que je multipliais. Sexe, drogue, sports extrêmes, tout était bon à prendre pourvu que je me sente vivante et libre de choisir.
Le caractère rebelle, elle n’y était pour pas grand-chose ; c’était inscrit dans son patrimoine génétique, hérédité de la mère qui en avait fait baver à ses parents. Puis Marie-Elenie était devenue Mme Darshaw, et là il avait bien fallut se ranger correctement. Ce changement de quotidien, Vita’ l’admirait, car il fallait avoir du courage pour passer d’une existence instable mais fun à un statut d’épouse, mère de famille, bonne citoyenne américaine. Cependant, ce qu’elle ne comprenait pas, c’était ce choix. Mettre de côté ses ambitions et ses idées révolutionnaires pour devenir quelqu’un de riche et respecté, ça lui paraissait immoral. On se portait atteinte à soi-même. Les biens matériels et les normes de la société remplaçaient la spiritualité et la spontanéité. Quand bien même Marie-Elenie protestait en affirmant qu’elle l’avait fait par amour, et que la condition sociale s’était modifiée par la suite, Vitalie ne voulait pas chercher à en savoir plus. Sa vie ne prendrait jamais ce virage-là.
-Ma mutation, c’était vers mes seize ans environ, à cause d’une éclipse que j’avais regardée sans lunettes. J’ai été la seule de la p’tite bande à subir un changement, sans doute parce que ma mère est aussi une mutante. Enfin, toujours est-il que tout s’est vite enchaîné : j’ai vécu les deux pires mois de ma vie en souffrant le martyr, et lorsque ça s’est arrangé, j’avais perdu le peu d’amour qu’il y avait entre mon père, mes sœurs et moi. Plus que jamais ils m’ont rejetée. Et puis un jour, je me suis tirée. Pas pour les fuir, pour l’aventure.
Ce qu’elle s’apprêtait à expliquer ensuite, même Vitalie avait du mal à mettre des mots dessus. Lorsqu’elle continua, elle regarda parfois le ciel comme pour y trouver l’inspiration nécessaire. Ses mains devenaient extrêmement expressives, modelages des paroles.
-Vivre en attendant que ça se passe, ce n’était pas pour moi… Et puis, bâtir un avenir pour les autres c’est bien gentil mais je veux me battre pour mériter. Et au-delà de ça, je suis persuadée qu’il y a autre chose ; une force extraordinaire, un Graal de puissance et que chaque être peut obtenir s’il le cherche… Pas le paradis, juste une autre façon de vivre ici, avec la sensation de servir à quelque chose, de ne pas être sur Terre pour… rien… Dieu, c’est qu’une invention à mon sens ; en revanche, je suis sûre que nous sommes nés pour accomplir des actes de bravoures.
Elle réfléchit un instant. En mode illuminée de service, elle était persuadée de détenir la vérité.
-Ouaip, y’a qu’une justice en fait : c’est de chercher à être soi-même, et de se moquer des règlements, des codes que d’autres nous imposent. Mais pour ça, ‘faudrait refaire le monde.
Vitalie ne primait pas l’anarchie, comme ça pouvait paraître, mais plutôt la liberté du « soi ». Tant que ça ne portait pas atteinte aux autres –après une bonne éducation préalable- on pouvait vivre librement. Et ce qui la sidérait le plus, dans ce monde de brute, c’était toutes ces discriminations. Laissons les autres vivre comme ils le souhaitent ! Elle était touchée par toutes les formes que prenait le rejet, mais celle des mutants l’affectait plus que toute autre –la raison pour laquelle elle avait décidé de lutter. On ne pouvait pas vivre, sous prétexte que des éléments chimiques ont perturbé l’organisme ?

La conversation avait légèrement dérivé de son sujet initial, mais Vitalie était tellement exaltée après avoir exposé ses idées utopiques qu’elle ne s’en était pas rendue compte dans l’immédiat. C’était une jeune femme, une jeune fille, une petite fille pleine de rêves. Elle sourit, et puis après quelques secondes de réflexion, elle demanda :
-Selon toi, ce serait convenable que je milite pour un nouveau câlin tout doux tout chaud de ta part ? Hmm ?

_________________
« L'amour est un champ de bataille.
Enfin, je crois... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-faculty.actifforum.com
Michael Logan
Hacker et Technicien du M.I.L.
Hacker et Technicien du M.I.L.
avatar

Nombre de messages : 271
Age du perso : 23 ans
Langues parlées : Anglais, français et mandarin
Pouvoir du perso : Bionique (Télé-cyber)
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   Dim 3 Mai - 23:42

Logan était loin d'être con; même s'il en tiens une bonne couche, de connerie, il n'était pas dupe et avait remarqué le changement d'attitude de Vitalie, dès lors qu'il eut fini le bref exposé de sa vie mouvementée. Sa belle et plantureuse blonde, gênée? Ça en avait tout l'air, quant à savoir pour quoi...

Mais au fil du récit de sa propre histoire, Vitalie donna à son homme les réponses qu'il attendait. La tête reposée contre son torse, la demoiselle n'avait pas vu le sourire enfantin qui occupait les lèvres du jeune homme, franchement amusé par la vie antérieure de sa tendre blondinette. A vrai dire, il n'en attendait pas moins. Depuis leur première rencontre, Logan s'était fait un avis sur elle; il l'imaginait enfant comme l'une de ces sales gosses extra-agités et turbulents, qui font, disons-le clairement, chi*r leur monde et surtout leur entourage. Faut dire, Vitalie avait bien le tempérament qui correspondait à ça.
Et Vitalie venait confirmer ce qu'il pensait. Une mini-rebelle de la société, il l'aurait parié! Comme quoi les bourgeois ne finissent pas tous dilettantes et décadents... En tout cas, si notre cher Spyke avait rencontré Vitalie dans leur 'tendre enfance', cela aurait sûrement été le type de petite camarade de classe dont il aurait eu une peur bleue. Ouaip, lui qui était un enfant sage comme une image, studieux comme un premier de la classe (ça a bien changé depuis, je vous l'accorde), le genre à fuir les petits camarades qui font des chouchous leurs souffre-douleurs...

Mais maintenant qu'il était grand, et aussi rebelle du système que le premier branleur de banlieue en nike et reebok venu, ce genre de débordement l'amusait plus qu'il ne l'effrayait. Et puis c'est bien connu, tout le monde a un jour rêvé de refaire le monde dans sa jeunesse. Et maintenant, c'était eux, loin de leurs rêves d'enfants mais aigri par la réalité de ce monde de m*rde, qui refaisait le monde, à leur façon. Comme quoi...

En tout cas, les familles qui partent en vrille, ça leur faisait au moins un point commun. Du côté Logan, c'était tous des cas quand on les prenait un par un, et il n'y avait bien qu'avec sa maman que Michael était encore en contact, bien que cela faisait un bout de temps qu'il n'était pas allé la voir. En fait, ça le rendait un peu triste de la voir, toujours dans la même galère depuis presque 10 ans.
Mais c'était un point commun avec Vitalie, elle aussi déçue par sa famille. Et à ce titre, Mike se promit qu'il ferait son possible pour faire ressentir à sa belle la chaleur humaine d'une famille. A tous les 2, c'était peu pour reformer un simili de cocon familial mais... Difficile d'expliquer pourquoi, mais il voulait être là, pour elle. Former une mini-famille à 2, c'est possible, bébé?

Et voila maintenant Vitalie de commencer à s'enflammer sur ses motivations perso' à faire de ce monde, un monde meilleur. C'était la partie qui laissait toujours Michael un peu à l'ouest, dans la conversations, en temps normal. Surtout avec ce genre de réplique qui donne toujours matière à réflexion:

Et au-delà de ça, je suis persuadée qu’il y a autre chose.

En fait, cette fois il avait assez de recul par rapport à ça, surtout depuis sa visite perso' du palais du Potala, lors de leur escapade récente au Népal. Depuis ce jour-là, lui aussi avait acquis la certitude que tout ce qu'il vivait n'était qu'une toile de fond, derrière laquelle se cachait quelque chose d'infiniment plus grand et intense. Et des fois, il avait le sentiment qu'il vivait dans une époque charnière, que quelque chose allait s'achever et qu'une nouvelle ère allait commencer... C'était pas dur de penser à ça en même temps, alors que les mutants cherchaient à gagner leur indépendance au moment où leur nombre allait en grandissant de façon exponentielle... Alors oui, peut-être qu'il allait vivre une époque historique, le moment où ce monde changerait pour devenir ou pire, ou meilleur; pourvu que ce soit la seconde hypothèse, et dieu sait qu'il avait rejoint le MIL pour cette dernière.

Mais au delà de la question des mutants, il y avait cette chose qui se trouvait au bout de chemin, cette chose que tous cherchaient à atteindre quand bien même ils ignoraient la nature de cette chose. Là encore, chacun sa conception des choses, mais pour Logan, cette chose ça ressemblait pas mal à une forme de spiritualité retrouvée dans l'accomplissement de certains actes. Il s'en était voulu à mort et avait douté de sa foi en sa 'mission', après les évènements de Londres, mais sa rencontre avec le moine bouddhiste lui avait fait prendre conscience que c'était une sorte d'étape, nécessaire pour grandir, pour se rapprocher de cette chose encore hors d'atteinte.

Mais pour ne pas s'éloigner du sujet qui nous préoccupe, oui, nous avons là 2 jeunes gens au coeur amoureux certes, mais aussi tourmenté par la folie ambiante de ce monde qu'ils ne comprenaient pas, qu'ils voulaient plus beau, plus propre... C'est pourquoi ils iraient s'inscrire à l'UMP dès le lendemain! (dsl, fallait que je la sorte XD)
Non, sans mauvaise plaisanterie cette fois, Logan pouvait dire, après le récit de Vita', qu'il n'en ressortait que plus convaincu encore que ce petit bout de femme, si énergique et si déjanté, était totalement fait pour lui, sur mesure presque. Alors, comment résister à son appel d'affection, comment?

En y cédant, évidement. D'abord c'est plus facile, et ensuite bien sûr, c'est ce qu'il voulait. Logan adorait cette sensation nouvelle, d'avoir entre ses bras celle qu'il convoitait secrètement depuis tout ce temps. Ce n'était pas un plaisir égoïste, il ne serrait pas Vitalie dans ses bras comme on serre un trophée âprement gagné, il la serrait juste comme si c'était son bien le plus précieux et le plus fragile. Il est de coutume de dire que dans un couple, c'est le garçon qui doit protéger la fille (et avouons, on ne voit que très rarement le contraire), et c'était ce qu'il avait envie de faire. Il n'était qu'un mutant, momentanément revenu à la condition humaine, celle où tout homme ne mérite ce titre que s'il est capable de protéger celle qu'il aime.

Ainsi sont les hommes, depuis la nuit des temps, et sans doute pour longtemps encore...

_________________
_] Logan's Theme [_
+ Violence, hate and agony are what we've grown to know +


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête   

Revenir en haut Aller en bas
 
[WARNING! Topic very hard!] La belle et la bête
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Belle fête de Notre Dame du Rosaire !
» UNE BELLE PRIÈRE POUR OBTENIR LA PAIX DE L'ÂME...
» Belle entrée, facile à préparer!
» Topic de filles ! ^^
» [Vanessa cardui] Migration Belle Dame

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Faculty :: Archives :: Nouvelles archives :: Archives M.I.L. :: Archives 2050/2051-
Sauter vers: