AccueilPortail2FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Eléments de vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Eléments de vie   Jeu 31 Mai - 22:32

Pour vous autres joueurs qui n'avaient pas vu la fiche de Valentin, voici son histoire. Je relaterais selon mes envies et mon temps des parties plus détaillées de sa vie.

Val est né dans une famille bourgeoise, ses parents avaient une bonne situation et ne manquaient de rien. Cependant, comme dans toutes les belles histoires, on aurait dit qu’une mauvaise fée s’était penchée sur son berceau. Au lieu d’être le garçon fort et en bonne santé que ses parents désiraient, il était faible et malade. Il souffrait d’une maladie génétique entrainant une dégénérescence cellulaire totalement incontrôlable. Pour tenter de le sauver, ses parents se sont adressés à une compagnie pharmaceutique qui, d’après les rumeurs, pouvait aider les personnes génétiquement malades. Lorsque Val eut 3 ans, ils le conduisirent au siège new-yorkais de la Génétic Corporation. Ils furent accueillis à bras ouverts par les scientifiques qui virent là un cobaye parfait.
Val fut alors analysé sous toutes les coutures pour trouver le gène responsable de sa maladie et une fois que ce fut fait, les scientifiques réussirent à le soigner. Cette étape n’avait pris que quelques semaines durant lesquelles les parents du garçon ne furent pas autorisés à le voir. Après cette quarantaine forcée, les scientifiques ne voulurent pas se séparer de leur nouveau jouet. Aussi, ils firent croire à sa mort et donnèrent à ses parents le corps d’un autre cobaye pour qu’ils fassent leur deuil. Enfin libres de cette contrainte, ils purent développer dans le plus grand secret ce qui leur tenait le plus à cœur, un mutant ayant les caractéristiques d’un ange. Imaginez en effet l’impact et le poids d’un tel être sur des personnes faibles dans le monde. Il pourrait se faire passer pour un messager des Dieux et ainsi permettre à la GC de récolter des fonds et d’obtenir des cobayes beaucoup plus facilement.
C’est comme cela que durant trois longues années, les scientifiques transformèrent son apparence physique pour le faire ressembler le plus possible aux créatures de légendes. Ils lui greffèrent en particulier des ailes provenant d’un autre cobaye dans l’espoir inouï de le faire voler. Cet espoir fut bien vite déçu, le jeune mutant n’ayant pas développé suffisamment les muscles de ses ailes. Oh, bien sûr, il pouvait les contrôler et les déployer ou bien les replier dans son dos, mais il ne pouvait pas battre des ailes de manière à voler. Loin de s’avouer vaincus, les scientifiques continuèrent leurs expériences durant trois années supplémentaires de manière à modifier définitivement son patrimoine génétique, et c’est ainsi qu’à 9 ans, il commença à montrer des signes de mutation matérielle. D’après les analyses, il devait être capable de modifier la densité de l’air, un pouvoir qui s’il était bien maitrisé, pourrait permettre l’illusion du vol. Aussi depuis ce jour il fut entrainé par des mutants hauts placés dans la hiérarchie de la GC de New-York.
Les entrainements étaient particulièrement éprouvants pour un enfant aussi jeune, il devait parfois courir sur de très longues distances et ensuite éviter les coups ou les pouvoirs de ses adversaires. Ou bien alors, il devait se battre contre des jeunes cobayes de son âge, combats durant lesquels, le vaincu était immanquablement humilié et soumis à de nombreuses tortures psychologiques destinées à renforcer son mental. Il comprit très rapidement que sans une carapace mentale puissante et infranchissable, la mort ou la folie deviendraient les seules alternatives, il commença donc à se forger un caractère d’acier entouré d’un mur épais. Dès lors ses résultats aux entrainements progressèrent et ses pouvoirs devinrent plus faciles à contrôler.
Lors de ses 17 ans, il fut convoqué chez le directeur de l’agence de New York, il était devenu un soldat impitoyable. Il pouvait sans manifester la moindre émotion tuer ou kidnapper n’importe quelle personne quelques soient son âge, son sexe ou son état physique. Le directeur, particulièrement fier de cette création, l’autorisa à faire partie de l’escadron rouge, ce qui lui permit d’avoir accès à plus de liberté, et plus de responsabilités.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eléments de vie   Dim 8 Juil - 19:16

La suite ou le début ...

Un enfant était assis sur le sol poussiéreux de la cellule. Il ne bougeait pas, restant dans une position qui lui paraissait la plus confortable. De son dos dépassaient deux ailes blanches légèrement repliées. On pouvait remarquer deux traces humides sur ses joues, comme deux marques symétriques. Le jeune garçon venait de pleurer. Il ne savait plus ce qu’il devait penser, il avait fait de son mieux, mais ce n’était pas assez. Il n’était pas fort, mais faible et on le lui avait bien fait comprendre. Il n’avait jamais réussi à faire du mal à qui que ce soit et pour le punir on l’avait mis là. Seul, il serait toujours seul, on le lui avait dit. Mais il n’avait pourtant qu’une envie, l’envie de connaitre d’autres enfants avec lesquels il pourrait s’amuser. Après tout il avait retrouvé une vie, il avait recommencé une vie. Mais à quel prix ? Quelle vie mérite tant de peine, de souffrance et de douleur ? Quelle vie pardonne tant de torture, de combat et de blessures ? Aucune, Valentin n’en voyait aucune. Il se remit à pleurer en silence, sachant que s’il faisait le moindre bruit la torture reprendrait.

Son corps cependant était vierge de toute marque, restant à jamais d’une pâleur immaculée. Il était normal pour lui d’être ainsi, personne ne devait le toucher et abimer le travail des scientifiques. Car oui, il était le produit d’expériences, il ne pouvait pas en être autrement, quel enfant garderait aussi longtemps un corps androgyne. Tous les garçons devenaient plus grands et plus forts. Tous les garçons avaient une voix qui muait, mais pas lui. Valentin ne connaissait aucune manifestation de l’adolescence. Il était traité tous les jours pour l’empêcher. Et chaque jour il pleurait face aux injections des scientifiques. Les injections, voila une des tortures qui faisaient le quotidien de l’enfant. Le liquide bleu était pour lui synonyme de feu liquide. Oui on lui injectait du feu dans les veines pour ralentir les changements de son corps. Pour qu’il reste à jamais un ange, l’image que les scientifiques voulaient donner de lui. Et maintenant ils étaient en bonne voie pour ce faire.

Un bruit se fit entendre dans la cellule. Une porte qui s’ouvrait. Valentin se leva aussitôt, ne tenant aucun compte de la douleur qui se ravivait. Il devait saluer les gardes, même si son corps se rappelait douloureusement à son souvenir. Il devait le faire même si il était torse nu et que le froid de la cellule le faisait frissonner. Les gardes entrèrent et lui tendirent un couteau. Il le prit par le manche, attendant de savoir ce qu’ils voulaient de lui. Mais non pas un son ne sortit de leurs bouches. Il resta là, attendant ses ordres. Et soudain il entra. Un enfant de son âge, le seul mutant en qui il avait une parfaite confiance. Le garçon pouvait soigner ses propres blessures, il ne pouvait pas mourir d’un coup de couteau dans le cœur par exemple. Mais il souffrait, les scientifiques avaient fait de nombreux tests sur lui, tranchant les chairs pour vérifier l’étendue de son pouvoir. Valentin avait souvent assisté à ces séances, devant rester impassible. Il le regarda avancer vers lui. Puis l’autre prononça ces mots qui glacèrent le cœur du jeune ange.


Tues moi !

Il jeta un regard d’incompréhension aux gardes qui ne bougèrent pas. Il fixa celui qu’il considérait comme un ami, il devait comprendre. Mais non, aucun mouvement, il ne faisait rien. Valentin voulait comprendre, il devait comprendre. Quand soudain un garde s’avança, une seringue à la main. Valentin poussa un cri d’effroi, non pas deux fois dans la même journée. L’homme cria.

Plante ce couteau dans son cœur maintenant !

Valentin tel un automate obéit. Il planta le couteau lentement comme à regrets et il entendit le cri déchirant de son ami. Le seul en qui il avait confiance. Il hurlait, il sentait sa vie s’enfuir. Mais Valentin ne faiblit pas, il savait que c’était inévitable. Et quand le couteau fut entièrement entré dans le corps de son ami, il le retira rapidement, fixant d’un air ahuri ses mains tâchées de sang. Pourquoi devait il faire ça ? Pourquoi l’avait-il fait ? Par peur de la douleur, par peur des brimades, des privations. Il vit avec soulagement son ami se relever, sa plaie se refermait toute seule. Il le regarda avec des yeux remplis de larmes et le remercia d’avoir fait ça. Valentin sentit ses propres yeux se mouiller. Il était remercié de l’avoir blessé. Jamais il n’aurait pu avoir un ami plus reconnaissant.

Les gardes s’écartèrent et laissèrent entrer un scientifique. Valentin attendit, pleurant de savoir ce qui allait se passer. L’homme passa un collier autour du cou de son ami. Son seul et unique ami. Le seul lien qui l’attachait encore à l’humanité. Et l’homme lui donna l’ordre de frapper à nouveau. Valentin ne sut que faire, le collier allait bloquer les pouvoirs de l’autre. Il allait mourir. Il ne pouvait pas frapper. Mais le scientifique prit la seringue et injecta le produit dans les veines de l’ange. L’enfant hurla en se recroquevillant sur le sol, totalement soumis à la douleur. Un garde le releva de force avant de lui replacer le couteau dans les mains. L’autre garçon le regardait, suppliant, mais Valentin ne pouvait résister à la douleur. Il se vit avancer vers son ami. Il vit le couteau pénétrer les chairs. Il sentit le sang couler sur ses mains. Et d’un coup sec il ôta la vie. La première vie qu’il prenait. Celle d’un ami, de quelqu’un qu’il aimait. Il voulait retourner le couteau contre lui, et commença le mouvement, mais un garde le désarma brutalement. Valentin hurla de douleur, cette fois-ci morale. Il avait tué son seul ami. La seule personne qui lui faisait confiance. Il avait trahi cette confiance. Et il se recula vers le fond de la pièce tandis que le corps était emmené.

Le scientifique fixa Valentin avant de prendre la parole d’une voix douce.


Tu sais pourquoi il est mort ? Parce qu’il t’aimait. Il avait confiance en toi et il te considérait comme un ami. Nous pouvions le tuer ou te tuer, mais lui il pourra être cloné, toi non. Donc le choix a été rapide. Il est mort à cause de toi Valentin, tu es responsable et tu l’as tué.

Le jeune mutant se mit à pleurer. Il avait tout perdu, il n’avait plus d’ami et il ne devait plus jamais en avoir. S’il refaisait confiance à quelqu’un il devrait le tuer ensuite. Toute personne qui lui faisait confiance devrait mourir. Il sanglota dans sa cellule tandis qu’on l’enfermait à nouveau. Il frotta ses mains rougies, voulant à tout prix ôter cette souillure de son corps, mais le sang ne partait pas. Il savait que s’il s’essuyait sur ses vêtements il devrait les garder longtemps et se souviendrait toujours de cet instant où il avait vu la vie s’envoler du corps d’un enfant de son âge. Aussi il fit ce qu’il n’aurait jamais cru possible. Il lécha ses doigts pour en ôter la souillure. Il but le sang de son ami pour s’imprégner de son courage et de sa force.

Non, plus jamais il ne serait faible, plus jamais il ne faillirait, plus jamais il ne ressentirait d’émotions.


Plusieurs années plus tard

Valentin avait 17 ans maintenant, il était seul, armé d’un couteau et trois enfants entrèrent.

Vous avez commis une faute grave et la sanction est la mort. Mais je vais être un ange, et épargner l’un d’entre vous.

Sans un mot supplémentaire il lança le couteau en l’air et s’assit sur le sol. Les trois enfants se précipitèrent. L’un d’entre eux s’en sortirait peut-être vivant, mais à quel prix.

Valentin observa la scène d’un air totalement détaché, non plus jamais il n’aurait d’émotion.
Revenir en haut Aller en bas
 
Eléments de vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Théorie des 5 éléments chinois
» suppléments vegan grossesse
» éléments en astrologie, triplicités
» Dossier: éléments et élémentaux
» Hobbes - Eléments de la loi naturelle et politiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Faculty :: Hors RP :: Chroniques occultées-
Sauter vers: