AccueilPortail2FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La fleur du désert...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La fleur du désert...   Dim 20 Mai - 22:36

C'était une journée chaude et ensoleillée, semblable à toutes les autres qu'Aidja avait vu depuis sa naissance. Aucun nuage ne se promenait dans le ciel azuré et seul un léger vent frais permettait aux gens de ne pas trop souffrir de la chaleur.

Une petite fille, assise au bord du Nil, pas trop loin de sa maison, observait tranquillement son reflet. L'image miroitante d'une étrange gamine. Étrange, car elle était incapable de parler comme tout le monde. Incapable de se faire des amis comme tout le monde...Et incapable de ne pas se sentir seule.

Pourtant, à l'instar des autres enfants, elle avait vu le jour normalement, sans aucun problèmes et elle était actuellement en parfaite santé. Mais elle était toujours considérée comme un rejet...Heureusement, sa famille tenait beaucoup à elle, sinon, elle aurait sombrée peu à peu dans une solitude si profonde qu'elle l'aurait menée tout droit au suicide...Un acte effoyable pour une petite Égyptienne de 7 ans.

Un léger mouvement dans les roseaux tirèrent Aidja de ses tristes pensées. Levant la tête de son double éphémère, elle regarda d'où provenait le léger bruissement de tiges et de feuilles. Apparement, il semblait y avoir un animal quelconque et elle souhaita soudainement que se ne soit pas un crocodile du Nil. En effet, l'être écailleux et immense n'aurait fait qu'une bouchée de sa frêle carcasse.

Après quelques minutes d'attente, ce fut la tête d'un oiseau qui sortit des plantes aquatiques du rivage. Un ibis d'un blanc éclatant et au bec sombre l'observait. Aidja retint sa respiration; elle avait près d'elle un volatile autrefois sacré, maintenant moins. Et elle ne savait pas trop quoi faire. L'oiseau s'approcha et elle, elle tendit sa main. Ses doigts vinrent caresser le délicat plumage de l'ibis, tout juste avant que celui-ci ne prenne son envol et ne disparaisse de sa vue. La gamine souriait de toutes ses dents. Sur cet événement mineur, elle se leva et partit chez elle.

-------------------------------------------------------------------------------------


Sans empressement, elle entra chez elle et salua sa grand-mère d'un geste poli de la tête avant de se diriger vers sa chambre. La petite pièce; sobrement meublée, n'était composée que d'un lit en paillasse, d'une grande commode, d'un miroir accroché au mur perpendiculaire à celui où une belle fenêtre était percée. Aidja sortit son sac à dos de sous son lit et commença à le remplir de choses utiles pour une balade dans le désert; son activité favorite.

Brosse, couverture, pull en laine, bouteilles d'eau et paquets de dattes séchées trouvèrent leur place dans le petit sac. Sastifaite, l'égyptienne se dirigea vers la sortie, mais dû interrompre son geste; son aïeul la regardait tut en lui bloquant la route.


" Où comptes-tu aller avec ça, mon coeur? "

" Je aller me promener dans le désert. Peut-être moi me faire des amis...Je n'en avoir pas..."

" Hum...Tu sais ce que ta mère pense de ces excursions en pleine nature....C'est dangereux et tu n'es pas assez forte pour te défendre en cas de problèmes...Je ne voudrais pas perdre mon trésor. "

" Toi pas perdre trésor. Toi perdre le goût de l'aventure. Devenir comme un vieux crocodile femelle; toi vouloir protéger tes oeufs contre les ennemis. Il falloir que toi laisser tes petits pouvoir prendre de l'air, sinon eux devenir malheureux. Comme moi. "

Il n'était pas rare que la plus jeune fasse la morale à la plus vieille, ce qui étonnait toujours les aînés d'Aidja. Comment une enfant aussi pure, aussi inocente pouvait trouver les mots les plus justes pour les faire craquer? Personne, pas même les dieux, n'aurait pu le savoir. La petite Sanders était constament entourée d'une aura mystérieuse qui la rendait si imprévisible...Mais bon, Arlanis - c'est ainsi que se nomme sa grand-maman - n'insista pas davantage. Mieux, elle laissa libre la voie de la sortie à sa précieuse petite-fille, un sourire étirant ses lèvres.

" Promet-moi au moins d'être prudente et de ne pas trop tarder à rentrer. "

" Promis! "

**************



Les années passèrent, transformant peu à peu Aidja en une jeune femme très jolie. Pourtant, ses habitudes ne changèrent guère. Promenade dans les étendues désertiques et sablonneuses, discussions intéressantes avec sa grand-mère, prélassement au bord du grand fleuve et donner un coup de main aux habitants des maisons voisines. Une vie de rêve, quoi.

Malgré cela, la demoiselle, maintenant âgée de 14 ans se sentait toujours seule. Pas moyen de garder des copains longtemps, sauf quand elle ne parla pas. Mais un jour, comme n'importe quel être humain, elle en eu assez. Son coeur et son âme ne pouvait en supporter davantage. Même ses larmes ne voulaient plus couler; elles étaient à sec. Aidja décida donc d'aller régler le conflit qui l'opposait une fois pour toute aux autres jeunes en les défiant.


* Que Rê en être témoin * , songea-t-elle.

La future mutante s'avançait directement vers un jeune homme, qui, depuis leur tendre enfance, n'avait cessé de l'agacer et de l'intimider. En la voyant, le visage impassible mais les yeux luisant d'une ancienne colère, il recula.

" Aidja...Mais qu'est-ce....?!!! "

La jeune femme venait de l'attraper par le colet de sa chemise et, étonnement, elle l'avait soulevé de terre. Effrayé, le garçon se débattit et tenta de la raisonner.

" Écoute...Je..C'est du passé...Je..Tu sais..Je ne pensais pas ce que je disais, hein? Ne va..pas croire que c'était vrai. Lâche-moi...argh..j'étouffe!"

Elle avait resseré son emprise autour de son cou, ses muscles étant contractés au maximum. Les paroles de Jayme (il se nommait comme ça) résultait invraisemblablement de son incapacité à se sortir de cette situation quelque peu embarrassante et douloureuse. Et ça, Aidja l'avait compris.

" Tu vouloir que moi te lâcher? Écouter...Toi m'avoir laisser tranquille je t'avoir demander? Non. Toi avoir arrêter de dire méchancetées sur moi? Non. Alors, que penser être ma réponse à ta demande? "

" Euh...arghh...j'étouffe vraiment...Arrête! S'il te plait... "

D'autre gens de leur entourage vinrent se mêler à ce petit règlement de compte. Évidement, ils se mirent du côté du jeune homme.

" Mais lâche-le! Tu ne vois pas qu'il suffoque? "
" Hey! Miss Sanders! Laisse-le tranquille. Il ne faisait que dire tout haut ce que les autres pensaient tout bas! "
" Pff...Monstre."
" Moi j'ai faim..."
" On t'as rien demander à toi...Aidja, dépose Jayme tout de suite! "

La pauvre, ainsi harcelée, finit par réduire son étreinte à néant et se sauva en courant, les larmes aux yeux. Encore une fois, elle avait été humiliée publiquement et rejetée. Pourquoi, par Isis, pourquoi fallait-il que ça n'arrive qu'à elle? Encore une question sans réponse qui risquait de la hanter longtemps.

Elle courut jusqu'à épuisement, et s'effondra au bord de l'eau, dans les quenouilles du Nil. Tant pis si elle représentait une proie facile pour les reptiles carnivores. Au moins, cela mettrait un terme à toutes ses souffrances. Adieu solitude. Adieu mépris. Adieu tristesses sans fin.
Mais rien ne se passa...Du moins, jusqu'à ce qu'elle entende un doux chant. Aidja releva sa tête aux joues innondées, et contempla avec étonnement le même oiseau qu'elle avait caressé jadis. L'ibis était de retour. Et cela ne pouvait être qu'un bon présage. Quelqu'un veillait sur elle...Ce fut la dernière pensée qu'elle eut avant de sombrer dans un profond sommeil. Sans qu'elle le sache, le majestueux oiseau la surveilla durant son long somme réparateur.....



[ Suite des chroniques de la fleur du désert plus tard ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La fleur du désert...   Jeu 24 Mai - 23:44

Un voile sombre recouvrait la lune déjà haute dans le ciel, en cette nuit peu étoilé. Des voix se faisaient entendre, parfois en étant murmures, d'autres fois en étant lamentations et pleurs. Ça et là, de faibles lueurs perçaient les ténèbres et éclairaient un petit groupe de personnes.

Elles étaient toutes réunis dans un seul et unique but; célébrer les funérailles d'une vieille dame qui leur était chère. Une femme remplit de sagesse jusqu'à la moëlle et qui avait un coeur en or si pur, qu'aucune rancune ou vengeance n'y avait trouvé de place. D'ailleurs, Aidja était parmie les gens qui observait le corps à l'âme désormait auprès des dieux de sa grand-mère.

Ses petites joues rosies par le froid du soir étaient innondées de larmes amères, presque pleines de remord. Perdre un être qu'on aimait plus que tout pouvait s'avérer un choc assez douloureux, et c'était son cas. Ses poings étaient serrés contre son corps ( et celui-ci était parcouru de faibles tremblements), et ses yeux étaient rivés sur le visage paisible d'Arlanis. Pourquoi avait-il fallu que se soit elle qui meurt? Pourquoi les dieux avaient-ils décidés de la reprendre maintenant et pas plus tard? Surtout qu'Aidja avait encore besoin d'elle...Encore besoin d'entendre sa voix mélodieuse...Encore besoin de se laisser prendre dans ses bras pour se faire consoler quand elle se sentait déprimée. Mais à partir de cet instant, cela lui serait impossible..Sauf en replongeant dans ses merveilleux souvenirs...

* Flash-back*

" Grand-mère! Regarder dessin à mo! Il être beau, heiiin? "

Une petite fille aux longs cheveux bruns était arrivée en courant vers son aïeul, un morceau de papyrus dans la main droite, un crayon dans la main gauche. Toute fière, elle montra son joli gribouillit qui ne représentait absolument rien, mais quand même.

En la voyant, la vieille dame se mit à rire. La gamine de 5 ans était si comique à voir avec ses grands yeux brillants de curiosité et ses petites lèvres étirées en un sourire triomphant. La scène était à la fois attendrissante et merveilleuse. Qui ne serait pas tombé sous le charme de cette petite égyptienne?

" Vraiment magnifique, mon coeur. Approche et montre-le-moi de plus près..Tu sais, mes yeux ne sont plus aussi bon qu'avant."

Aidja s'avança et lui tendit sa feuille avec empressement.

" Toi voir maintenant? "

" Oui, je le voit et c'est vraiment très beau. Tu l'as fait toute seule?"

" Oui!! "

Un réponse qui avait été dite joyeusement et teintée d'une légère autorité. Elle semblait si mûre pour son âge que ça en devenant presque effrayant.

" Et que représente-il, ma chérie? "

" Ce être toi et moi. Nous être dans grand jardin avec fleurs et oiseaux. Tes yeux ne pas voir? "

" Ah, mais oui. Je peux l'avoir, s'il te plait? J'aimerais beaucoup l'accrocher sur le mur, si tu n'en vois pas d'inconvénient..."

" Non, moi bien vouloir le donner à toi. Parce que moi aimer toi beaucoup beaucoup beaucoup. "

Arlanis prit délicatement la feuille de papier d'apparence si fragile et sourit à sa petite-fille. Ces moments de bonheur était sans prix et elle espérait qu'il ne disparaîtrait pas lorsque sa petite Fleur du désert aurait grandit...

* Fin fu flash-back*

Le dessin en question reposait toujours sur le mur principal de leur maison près du Nil. Il représentait le lien qu'Aidja partageait avec sa grand-maman, le lien qui unissait leur coeur et leur âme. Et même la mort ne pourrait le détruire. Cette pensée fit naître un léger sourire sur les lèvres de l'Égyptienne, bien que la joie n'était pas de mise en cette lugubre soirée.

Le père de la jeune fille, aidé par d'autres hommes, transportèrent le brancard où reposait le corps vide et l'emmenèrent. Les gens les suivirent. Tous sauf l'adolescente. Elle ne supporterait pas de voir les futures flammes dévorer l'enveloppe charnelle de sa grand-mère...Vraiment, elle ne le supporterait pas.

Elle resta donc seule, attendant que les nuages recouvrant le disque lunaire disparaissent afin de le contempler, encore une fois, en solitaire. Et ce fut ce qu'elle fit durant toute la nuit pour apaiser sa tristesse. Toutefois, elle aurait juré, qu'à un moment, lorsqu'elle regardait la lune, elle aurait juré avoir vu l'ombre d'un Ibis...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La fleur du désert...   Mar 29 Mai - 0:51

Cette fois, c'était une journée bien mouvementée qui passait à vitesse Grand V. En effet, aujourd'hui, c'était le jour du départ d'Aidja. Un départ qui pouvait être perçu comme étant définitif, bien qu'il ne le fut pas vraiment. Âgée maintenant de 22 ans, l'Égyptienne était devenue une bien jolie femme, mature et souriante, comme toujours.

Ses parents semblaient sur le bord de craquer, tellement ils désiraient que tout ce passe bien...La mutante trouvait cela amusant de les voir courir partout, s'arrachant presque les cheveux lorsqu'ils constataient que quelque chose n'allait pas.

" Maman, calmer-toi. Tout aller bien..."

" Ah! Mais Aidja, ma fille, tu ne comprends pas! Tu pars pour New-York et...et...Par Osiris! J'ai oublié ton sac dans le salon! Je reviens tout de site, ne bouge pas! "

Ça en devenait presque exaspérant, mais Aidja appréciait ces quelques petits moments familiaux, les derniers semblaient-ils, et elle décida de les garder en mémoire. De plus, d'ici quelques heures seulement, elle serait en route pour New-York, la ville natale de son père.

" Papa, toi arrêter de tourner en rond. Moi avoir mal de tête à force de te regarder..."

" Hmff? Ah? Désolé..Tu sais, ce n'est pas une chose évidante de savoir que sa fille unique part pour un endroit étranger..."

" Mais ce ne pas être étranger! Ce être New-York! Toi connaître, non?"

" Oui, oui...Mais quand même. Toi non..."

Et c'est dans ce genre-là que les préparatifs allèrent bon train. La jeune femme observaient ses bagages d'un oeil distrait. Il faut dire que se serait son premier vol en avion...Seule en plus. Alors, elle commençait à ressentir les effets d'un stress nouveau, mêlé à une excitation sans pareil. Elle avait bien hâte de voir à quoi ressemblerait la ville Américaine...

[ 3 heures plus tard ; à l'aéroport]

Enfin, c'était le grand moment. Les heures, les minutes et les secondes passaient à une allure terrible et il ne restait que quelques instants avant qu'Aidja ne s'embarque pour le vol 93, direction les États-Unis! Elle fiit donc ses adieux à ses parents, les larmes perlant ses yeux foncés.

" Je aller écrire à vous souvent. Vous ne pas avoir à être inquiet. Je savoir que tout aller bien. Même dans l'avion. Je voir ce que être de voler..Comme un Ibis. "

" Je le sais bien ma chérie, mais je ne voudrais pas qu'il t'arrive malheur..Et si l'avion s'écrasait, hein? et si des brigands t'attaquaient? tu n'aurais pour te défendre...Et si..."

" Maman! Je être assez grande, tu sais? Et il ne pas y avoir méchants hommes dans New-York..Enfin, je croire. "

Et elle étreignit fortement sa mère, la femme qu'elle avait le plus aimer au monde, après sa grand-mère Arlanis. Celle-ci aurait été si fière...Puis, l'Égyptienne se tourna vers son père, avec un léger sourire.

" Si jamais je voir mère à toi, je aller lui dire bonjour et parler de toi...Peut-être que je pouvoir rencontrer grand-papa...Pour la première fois."

" Oui...Prend bien soin de toi, Aidja. Et nous attendrons tes lettres avec impatience, crois-moi. "

" D'accord. Vous savez quoi? Je aimer vous très très fort. "

À ce moment-là, son vol fut appeler et prenant ses valises, la jeune femme partie, le coeur à la fois lourd et léger. Ses parents, eux, étaient tristes de 'perdre' leur enfant...Bien que se soit le commencement d'une nouvelle vie pour elle. Leur petite Fleur du Désert avait grandit si vite...

[ Fin de mes chroniques occultées, pour l'instant ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La fleur du désert...   

Revenir en haut Aller en bas
 
La fleur du désert...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fleur du désert : URGENT!
» Code binaire : à quoi ça sert ?
» que nous sert de gagner le monde, si nous perdons notre ame ?
» Une religion athée, à quoi ça sert ?
» cake brioché à la fleur d'oranger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Faculty :: Hors RP :: Chroniques occultées-
Sauter vers: